Guerre et prosopographie

Le séminaire « La Prosopographie : objets et méthodes » organisé notamment par E. Picard, T. Kouamé et C. Lemercier, est désormais dans sa huitième année et constitue un rendez-vous incontournable pour celles et ceux qui s’intéressent à cette modalité si particulière de l’écriture de l’histoire. J’aurai le privilège  d’y intervenir le 14 février 2020 au cours d’une séance intitulée « La Guerre » et à laquelle participeront la médiéviste Anne Curry, spécialiste de la Guerre de cent ans, ainsi que les archivistes Annie Poinsot (Archives nationales) et Karen Taïeb (Mémorial de la Shoah). A n’en pas douter, les communications permettront d’exploiter une grande diversité de situations archivistiques et méthodologiques.

Pour ma part, je reviendrai sur mes travaux consacrés au 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale. A l’occasion d’un bref retour sur cette monographie effectuée dans le cadre d’une thèse de doctorat entreprise à l’Université Rennes 2 sous la direction du professeur Capdevila, travail soutenu le 13 décembre 2019, je détaillerai la méthodologie employée et présenterai quelques résultats obtenus à la suite de ces cinq années de travail. Mais, l’objectif de ce séminaire étant avant tout de réfléchir à la méthode prosopographique, à ses atouts mais également à ses limites, je reviendrai également sur ce que je ne suis pas parvenu à faire dans le cadre de cette enquête.

Poilus du 47e RI de Saint-Malo sur la cote 259, 10 avril 1918. La Contemporaine: VAL 185/094.

Par exemple, malgré plusieurs corpus prosopographiques regroupant au total plusieurs milliers d’individus qui, tous, portent à un moment ou à un autre l’uniforme du 47e RI pendant la Première Guerre mondiale, je ne suis pas parvenu à relier ces fantassins au moindre engagement politique et/ou syndical. Seule exception, le médecin aide-major de 1e classe Jean Le Pannetier de Roissay, que l’on sait être, grâce à un article publié en juin 1916 par Le Salut, vice-président de la section servannaise de l’Action française. Mais à part ce cas, tout se passe comme si ces citoyens-soldats étaient vierge de tout engagement idéologique.

Or, loin d’être conforme à la réalité, cette impasse renvoie à la structuration même des bases de données prosopographiques qui, par bien des égards, participent d’un cloisonnement historiographique qu’il convient de dépasser. Pour cela, il importe bien entendu de créer les conditions d’un dialogue fertile entre ces différents champs disciplinaires que sont l’histoire militaire et l’histoire politique mais également de mettre en œuvre des outils nouveaux permettant d’assurer à une large échelle le croisement d’archives fort diverses. C’est là qu’intervient le portail de notices catalographiques Bretania, plateforme qui, a terme, promet d’assurer une véritable interopérabilité des bases de données biographiques qui, en théorie, devrait se révéler décisive pour les prosopographies du futur.

Informations pratiques :

Le séminaire a lieu de 14h à 17h, le vendredi aux dates suivantes, à la Sorbonne (14, rue Cujas – 75005 Paris – galerie J.-B. Dumas, esc. R, salle Perroy).



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 5 février). Guerre et prosopographie. Ar Brezel. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbkc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.