Galette à Auray. Wikicommons.

J’aime la galette !

Qu’il s’agisse de crêpes ou de galettes – l’appellation variant suivant les endroits et les dimensions du mets – le sarrasin est indissociable de la Bretagne. Ou tout du moins d’une certaine Bretagne, celle qui se donne à voir à travers ce kit identitaire – pour reprendre les termes de l’historienne A.-M. Thiesse – aussi simplificateur qu’oublieux. Ainsi, et pour ne rester que dans le domaine de cette céréale, quid des bouillies qui, jusque dans les années 1960 au moins, trônent régulièrement sur les tables des fermes de haute-Bretagne ? C’est dire si, au-delà du folklore et des images de carte postale, cette plante constitue un objet historique absolument central pour quiconque s’intéresse à la péninsule armoricaine.

C’est donc avec grand plaisir que j’ai accepté l’invitation du réalisateur Laurent Cadoret à participer au documentaire « Crêpes, voyage en terre de Bretagne » qui sera diffusé le 3 février à 23 heures sur l’antenne de France 3 Bretagne. Sucré ou salé, de sarrasin ou de froment, le plat est ausculté sous toutes ses coutures qu’elles soient gustatives, historiques mais aussi ethnologiques et patrimoniales. Bref, ce film – que je n’ai pas encore découvert – devrait nous ouvrir l’appétit, et pas uniquement fourchette à la main.

Il reste en effet beaucoup à découvrir sur ce sujet en apparence anodin, et notamment en ce qui concerne le domaine militaire. Par exemple, je n’ai pas connaissance – je peux bien entendu me tromper : si tel est le cas, n’hésitez surtout pas à me le faire savoir ! – du moindre témoignage de combattant breton de la Grande Guerre faisant état de consommation de crêpes ou de galettes de sarrasin, ou du manque dans les tranchées de ce plat qui relie nécessairement à la « petite patrie ». Les archives nous offrent des mentions d’andouille, de beurre, de pommes à cidre et même d’huitres mais jamais de galettes et de crêpes ! Qu’en déduire ? Que le sarrasin n’a pas droit de cité dans les tranchées ? Que les troupes n’en consomment pas, comme si cette plante n’était pas de suffisamment bonne réputation, notamment par rapport au « pain blanc » si finement étudié par S. Kaplan ? Mais pourquoi les combattants bretons de la Grande Guerre paraissent ne pas se languir de ce mets qui est si intrinsèquement lié à leur quotidien ? Et comment expliquer que l’on retrouve ce même silence chez les Français libres puis chez les appelés en Algérie ? Bref, il reste encore du pain sur la planche…



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 1 février). J’aime la galette ! Ar Brezel. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbkb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.