L’autre Jean Morin : le « doyen des vainqueurs de Douaumont »

Il y a quelques années, je me suis amusé à écrire l’histoire d’un jeune breton de Quessoy, fantassin du 47e RI de Saint-Malo mort pour la France le 22 août 1914 lors de la bataille de Charleroi et dénommé Jean Morin[1]. À travers cet individu, il s’agissait de dresser le portrait d’une génération, celle entrée en guerre en cet été 1914 et pour partie tôt disparue lors de la guerre de mouvements. L’exercice se voulait une prolongation des enquêtes « pinagotiques » promues en son temps par A. Corbin et bénéficiait du patronyme pour le moins commun du principal protagoniste de cette enquête[2]. En effet, ce sont plusieurs centaines de Jean Morin que recense la base de données des morts pour la France consultable sur Mémoire des hommes. Néanmoins, je dois confesser avoir une affection particulière pour ce jeune paysan originaire de Quessoy à qui rien ne me relie, si ce n’est pas que c’est lui qui m’a fourni mon sujet de thèse ! Quelle ne fut donc pas surprise en découvrant, par hasard, en feuilletant L’Ouest-Éclair, un article présentant le 23 novembre 1916 le destin d’un autre Jean Morin, non plus banal mais illustre celui-ci puisqu’il s’agissait du « doyen des vainqueurs de Douaumont »[3]. Avouons-le de suite, l’authenticité de l’article est particulièrement douteuse. Les propos attribués à ce vénérable « pépère » ont tout de la crânerie bien gauloise mise en exergue par/pour les besoins de la culture de guerre. Néanmoins, l’homonymie était trop frappante pour ne pas tenter d’en savoir plus à propos de cet héroïque territorial. Une question s’imposait notamment avec force : conformément au modèle pinagotique sous-tendant le Jean Morin du 47e RI, celui-ci a-t-il réellement existé ?

Un coin du fort de Douaumont bombardé, septembre 1917. La Contemporaine: VAL 195/068.
Un coin du fort de Douaumont bombardé, septembre 1917. La Contemporaine: VAL 195/068.

L’article publié le 23 novembre 1916 donne suffisamment de renseignements biographiques sur ce poilu pour qu’une identification soit envisageable. Le « doyen des vainqueurs de Douaumont » serait ainsi né le 22 août 1858 à Moulins, en Allier. En quelques instants, il est possible de retrouver un acte de naissance correspondant peu ou prou à ce profil. Jean-Baptiste Morin ne serait pas né le 22 mais le 29 août 1858 à Moulins, étant le fils d’un « maître-maçon » de 30 ans et d’une femme du même âge, son épouse, répertoriée sans profession[4]. De là, il n’est pas difficile de trouver la fiche matricule correspondante.

Lors de son passage devant le Conseil de révision, Jean-Baptiste Morin déclare être « ouvrier plâtrier ». Mesurant 1, 65m, de culte catholique et sachant lire, écrire et compter, il réside à Moulins lorsqu’il est incorporé le 4 novembre 1879 au 20e régiment d’infanterie pour y effectuer son service militaire. Son passage sous les drapeaux paraît se dérouler sans incident notoire. Nommé « soldat-musicien » le 26 septembre 1880, ce qui permet de rappeler combien les armées sont un vecteur essentiel d’éducation musicale à la fin du XIXe siècle, il est envoyé en Tunisie de juin 1881 à septembre 1883, date de son retour à la vie civile. S’en suivent, classiquement, deux périodes d’exercices au 38e régiment d’infanterie, la première en septembre 1885, la seconde deux ans plus tard, avant un passage dans l’armée territoriale en 1888 avec une affectation au 98e RIT.

Assez lacunaire, la fiche matricule comporte deux autres informations intéressant cette recherche. La première stipule que Jean-Baptiste Morin « a pris part à un exercice du service de garde des voies de communication dans la subdivision de Montluçon du 1er au 2 juillet 1903 ». La seconde indique qu’il est « libéré du service militaire le 1er novembre 1904 », ce qui est parfaitement logique eu égard à sa date de naissance et à la réglementation alors en vigueur[5]. Mais à aucun moment cette archive ne fait état du moindre engagement volontaire pendant la Première Guerre mondiale, et donc d’une participation à la reprise du fort de Douaumont.

Les abords bombardés du fort de Douaumont et le boyau d'accès, 24 décembre 1916. La Contemporaine : VAL 196/001.
Les abords bombardés du fort de Douaumont et le boyau d’accès, 24 décembre 1916. La Contemporaine : VAL 196/001.

Faute d’élément consistant, l’historien est bien obligé de se raccrocher aux branches, aussi minces et fragiles soient-elles. Le régiment, en l’occurrence le 98e RIT, dernière unité connue avec certitude de Jean-Baptiste Morin, constitue une première piste. En octobre 1916, deux compagnies de mitrailleuses de ce régiment de territoriaux sont en effet dans les secteurs du tunnel de Tavannes et du fort de Belrupt, quand les autres éléments de l’unité sont au même moment en Champagne. Mais à aucun moment il n’est question, dans le pourtant assez détaillé journal des marches et opérations de cette unité, de la reprise du fort de Douaumont[6]. Aussi celle-ci doit peut-être être comprise dans un sens métaphorique, sous-entendu Jean-Baptiste Morin étant alors le soldat le plus âgé présent dans le secteur de Verdun. L’hypothèse fait sens mais demeure, il faut bien le reconnaître, fort fragile. Sans compter que jamais le nom de Jean-Baptiste Morin ne figure dans cette archive, ce qui n’est du reste pas complètement anormal.

Un élément vient néanmoins accréditer cette piste, le fait que cette histoire du « doyen des vainqueurs de Douaumont » soit « contée » au journaliste – anonyme – de L’Ouest-Éclair par « un de nos distingués confrères de la presse parisienne, le docteur François Helme ». Le Journal de Roanne, qui dans son édition du 23 novembre 1916 reprend aussi cette histoire, est encore plus précis et indique qu’il s’agit d’un « médecin de l’armée »[7]. Or, en consultant la base Léonore des titulaires de la Légion d’honneur, on découvre rapidement le dossier d’un François Helme, docteur en médecine en 1886, ayant collaboré à de nombreuses revues médicales et par ailleurs « médecin-major de 1e classe territorial à l’hôpital militaire du Val de Grâce » pendant la Grande Guerre[8]. Autrement dit, c’est bien cet individu, né le 22 mai 1858 à Aix-les-Bains, qui pourrait être l’informateur du Temps, puisqu’on sait par ailleurs grâce au Journal des débats politiques et littéraires qu’il collabore régulièrement avec ce titre et que c’est ce titre qui, le premier, nous met sur la trace de « doyen des vainqueurs de Douaumont »[9]. Ajoutons que ce détail permet d’avoir une bonne idée de la vitesse avec laquelle circulent les informations pendant la Première Guerre mondiale : publié le 22 novembre 1916 dans le quotidien dirigé par Émile-Adrien Hébrard, ce portrait de Jean-Baptiste Morin est repris dès le lendemain par L’Ouest-Éclair et le Journal de Roanne[10].

Un point de l’article du Temps permet de relancer l’enquête. Avec le témoignage de François Helme, on apprend en effet que Jean-Baptiste Morin est célibataire sans enfants et que cette absence de charge de famille l’a, visiblement, incité à contracter un engagement volontaire :

« Tu es vieux garçon, tu n’as pas su fonder un foyer, mais ce n’est pas une raison pour te conduire comme un fourneau ! Allons, oust ! au recrutement ! »

Et le quotidien parisien de préciser que « Morin s’est engagé volontairement à 56 ans, le 25 octobre 1914 » au bureau de recrutement de Montluçon. Malheureusement, les Archives départementales de l’Allier ne permettent pas de consulter les archives relatives aux engagements volontaires et, notamment, l’éventuelle fiche matricule de recrutement qui aurait pu être constituée pour la circonstance pour Jean-Baptiste Morin. Faute de mieux, l’enquête s’arrête donc pour l’heure ici.

Partie du fort de Douaumont bombardée. A gauche, le commandant Révillon, commandant le fort (23 février 1917). La Contemporaine : VAL 195/063.
Partie du fort de Douaumont bombardée. A gauche, le commandant Révillon, commandant le fort (23 février 1917). La Contemporaine : VAL 195/063.

Pour autant, bien qu’inachevée, celle-ci me paraît riche d’enseignements. En effet, contrairement à ce que je pouvais instinctivement penser de prime abord, l’histoire de ce « doyen de Douaumont » est peut-être plus crédible qu’elle n’y parait. Certes, rien ne prouve que ce vénérable territorial est bel et bien le plus âgé à avoir participé à la reprise du célèbre fort. Sans doute y a-t-il là, pour le coup, un artifice journalistique que l’historien, animal à sang froid par définition pénible, se fait un véritable devoir professionnel de dénoncer. Pour autant, cette histoire montre aussi que la presse n’est assurément pas si indigne d’intérêt que certains l’affirment trop hâtivement, à condition toutefois de la passer au prisme d’un très sérieux révélateur. Mais le croisement des sources étant à la base de la méthode historique, il n’y a jamais là qu’un rappel pour le moins élémentaire.


[1] Le Gall, Erwan, La Courte Grande Guerre de Jean Morin, Spezet, Coop Breizh, 2014.

[2] Corbin, Alain, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 1998.

[3] « Le Caporal Jean-Baptiste Morin doyen des vainqueurs de Douaumont », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6322, 23 novembre 1916, p. 2.

[4] Arch. dép. Allier : 2MI EC 196 51, MOULINS, N, 1857-1861, acte n°308.

[5] Arch. dép. Allier : 1 R 616.1931.

[6] SHD-DAT : 26 N 794/12, JMO 98e RIT, 5 juillet – 31 décembre 1916.

[7] « Le Doyen des Vainqueurs de Douaumont », Journal de Roanne, 61e année, n°3819, 23 novembre 1916, p. 6.

[8] Arch. nat. : LH//1279/77.

[9] « Nécrologie », Journal des débats politiques et littéraires, 128e année, n°331, 26 novembre 1916, p. 4. Pour l’anecdote, mentionnons que cette édition rapporte la mort « au champ d’honneur » le 10 novembre 1916 dans la Somme d’un certain Jean Morin, adjudant au 1er régiment du Génie, fils de Jean-Baptiste Morin, député du Cher.

[10] Helme, Docteur François, « Sur le caporal Jean-Baptiste Morin doyen des vainqueurs de Douaumont », Le Temps, 56e année, n°20227, 22 novembre 1916, p. 2.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (12 juin 2024). L’autre Jean Morin : le « doyen des vainqueurs de Douaumont ». Ar Brezel. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sw6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.