Un dictionnaire à connaître

Devenu trop rare ces dernières années et manquant singulièrement à une historiographie du fait guerrier qui oublie trop souvent les armées, R. Porte publie un utile Dictionnaire d’histoire militaire de la France dont on ne peut que conseiller la lecture tant il s’agit là d’un usuel de grande qualité, et qui rendra maints services[1]. Rassemblant plus de 780 notices, l’ouvrage est dense tout en proposant des entrées diversifiées (les hommes, les lieux, les événements, les organisations, les armes) ainsi que des définitions claires et accessibles au plus grand nombre. Synthèse très pédagogique de décennies de lecture et d’une pratique intense des archives, le volume permet de faire le point sur des points aussi divers que les grades ainsi que quelques batailles emblématiques, des éléments de matériel ou encore quelques grands noms. Le tout pour 23€, somme pour le moins raisonnable et qui souligne le savoir-faire d’un éditeur dont on connaît l’aptitude à proposer des ouvrages originaux à un tarif raisonnable

On ne peut qu’abonder dans le sens de R. Porte quand il rappelle que « prétendre s’intéresser à l’histoire de France et ne pas prendre en compte sa composante armée serait un contre-sens absolu, tant l’histoire militaire, en ce qu’elle touche au plus profond de l’humain mais aussi aux sciences et aux techniques, à la politique et à la diplomatie, aux questions financières, industrielles sociales, et culturelles, est-elle-même un objet d’histoire globale » (p. 11-12). Ce qui vaut pour l’Hexagone l’est du reste pour la Bretagne et, d’ailleurs, force est de constater que de nombreuses notices renvoient plus ou moins explicitement à la péninsule armoricaine : de Georges Cadoudal (p. 62) au maquis de Saint-Marcel (p. 293) en passant par les généraux Boulanger (p. 54), Foch (p. 136-137), Lyautey (p. 211-212) et Zeller (p. 349) ainsi que les poches de l’Atlantique (p. 265-266), et pour ce qui nous intéresse tout particulièrement ici celles de Lorient et Saint-Nazaire, les exemples sont nombreux.

Indice d’une civilianisation sans doute inédite de la société française, le fait militaire et guerrier est désormais presqu’illisible pour le commun des mortels. En témoignent par exemple les confusions récurrentes – et presque rituelles serions-nous sarcastiquement tenté d’écrire – entre « armistice » (p. 30) et « capitulation » (p. 68) à l’occasion des commémorations du 8 mai. En 2024, sur X (ex-Twitter) c’est ainsi l’historien N. Beaupré qui a patiemment alerté de nombreux comptes ayant commis cette erreur. Au passage, ont été épinglés des journalistes et des parlementaires mais aussi des anciens combattants, un officier général et même l’Université de Caen Normandie…. Sans doute certains verront-ils dans cette traque faisant songer au tonneau des Danaïdes une certaine forme de méticulosité académique sans réel intérêt. Mais d’autres, dont l’auteur des présentes lignes, ne  pourront s’empêcher d’interpréter ces erreurs comme étant le signe d’une perte globale de compréhension du fait militaire et guerrier – signant par ailleurs l’échec assez manifeste de bien des politiques publiques menées au nom du sacrosaint « devoir de mémoire » –, perte globale qui n’en rend que plus nécessaire un volume tel que celui proposé par R. Porte.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Bien entendu, certaines entrées pourraient donner lieu à commentaire, ainsi à propos de l’amalgame (p. 23) où il nous aurait semblé judicieux d’évoquer les travaux d’A. Kaspi sur le corps expéditionnaire américain pendant la Grande Guerre. De même, on pourra sans doute reprocher un tropisme trop terrien à l’auteur, puisque c’est un fait, la guerre se déroule aussi sur la mer. Or le propre d’un tel volume est non seulement d’être imparfait – ce que rappelle l’auteur : « Merci, ami lecteur, de bien vouloir accepter que tout ne pouvait pas être cité » (p. 12) – mais inachevé. Aussi, c’est donc en tant qu’indice de l’état de l’art qu’il faut également lire ce dictionnaire. Révélateur est à cet égard le fait que R. Porte ne consacre d’entrée ni au travail, ni au métier, ni à la profession. Quant à l’instruction, elle est également absente. Preuve s’il en est que le militaire continue de « servir » et que l’idée d’une culture professionnelle des combattants est encore loin d’avoir pignon sur rue[2]. Il n’en demeure pas moins qu’on ne saurait trop conseiller la lecture de ce dictionnaire…


[1] Porte, Rémi, Dictionnaire d’histoire militaire de la France. Des origines à nos jours, Chamalières, Lemme Edit, 2024. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour de plus amples développements je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2024, 23 mai). Un dictionnaire à connaître. Ar Brezel. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.