Une histoire sensorielle de la Grande Guerre

L’historiographie du fait militaire et guerrier est pleine de paradoxes. Alors que l’anatomie de la bataille opérée dès la fin des années 1970 par J. Keegan conduit à la prise en compte de l’objet au ras du sol, loin des approches fifres et tambours des kriegspielen d’antan, et ce à grands renforts d’anthropologie, la dimension sensorielle de la séquence 1914-1918 reste, pour une assez large part, reléguée dans un angle-mort des connaissances[1]. Aussi le tournant culturel est-il encore probablement incomplet. Si la discipline s’est focalisée sur la manière dont les acteurs comprennent l’événement, tentant d’approcher au plus près de leur « grille de lecture du réel en cours »[2], on sait pour l’heure très mal comment ils le voient, l’entendent, le sentent, le touchent… en un mot comme en mille le ressentent. Là est tout l’intérêt du colloque organisé par P.-L. Buzzi et N. Régis qui se tiendra les 14 et 15 juin prochain à Strasbourg : proposer une histoire sensorielle de la Grande Guerre.

Multipliant les approches, les communications réunies pour l’occasion, trahissant une démarche puissamment transnationale, aborderont des sujets très neufs. Si la dimension acoustique du combat a fait l’objet d’une très riche exposition pendant le Centenaire à l’Historial de Péronne, le paysage sonore des territoires occupés dont traitera I. Dauw est en revanche un aspect particulièrement méconnu du conflit[3]. De la même manière, la contribution de B. Britz sur l’interaction entre l’homme et le chien, dans le sillage des travaux d’É. Baratay, promet d’être particulièrement stimulante[4]. J’aurai pour ma part le plaisir d’intervenir le 15 juin dans un panel intitulé « voir en guerre », titre paradoxal puisque ma communication portera sur les nuits du 47e RI et se focalisera par bien des égards sur la cécité qui en résulte. Il s’agira donc tout autant lors de cette journée de ressentir la guerre que de ne rien sentir, ce qu’évoquera également E.-S. Einarsson en abordant la question de l’insensibilisation du regard face aux « amochés ».

L’accès au colloque est gratuit. Il se tiendra le 14 juin à la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme et le 15 en l’auditorium de la Bibliothèque universitaire de Strasbourg. Une publication des actes est attendue.

Contact : colloque.sens@gmail.com


[1] Keegan, John, The face of the battle, A study of Agincourt, Waterloo and the Somme, London, Random house, 2012. Voir aussi Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe – XXIe siècle), Paris, Seuil, 2008.

[2] On aura reconnu là la définition de la culture de guerre telle que proposée par Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317. 

[3] Getreau, Florence (dir.), Entendre la guerre. Sons, musiques et silence en 14-18, Paris, Gallimard / Historial de la Grande Guerre, 2014. Voir aussi Corbin, Alain, Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

[4] Voir notamment Baratay, Eric, « Une Girafe à la ville (1826-1827). Écrire la rencontre de son point de vue », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°54, 2017-1, p. 47-62.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2024, 10 mai). Une histoire sensorielle de la Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11npa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.