L’entrée équestre d’Hubert Lyautey dans Rennes en 1911

Dans sa biographie d’Henri Gouraud, J. d’Andurain consacre quelques lignes à Hubert Lyautey, puisque les deux hommes officient en même temps au Maroc. Un passage de ce fort riche livre a tout particulièrement attiré mon attention en ce qu’il me transportait immédiatement des monts de l’Atlas au chef-lieu de la 10e région militaire, Rennes :

« Lyautey est un grand communicant. Il ne rate pas une occasion de mettre son pouvoir en majesté, dût-il en passer par le sultan ou ses officiers supérieurs. Ayant décidé d’entrée de jeu de mener une politique sensationnelle, il fait organiser des entrées de ville à cheval et non en voiture de façon à subjuguer et amuser les foules, il soigne aussi l’image du sultan et celle des troupes françaises. »[1]

Bien entendu, point de sultan en Bretagne même si l’on y sait la vogue de l’orientalisme bien présente à la Belle époque. Ce à quoi j’ai immédiatement pensé en lisant ces quelques lignes, c’est à l’entrée, également à cheval, en Rennes du général Lyautey tout juste nommé à la tête de la 10e région militaire, cérémonie fastueuse et abondement relayée par L’Ouest-Éclair dans son édition du 27 janvier 1911[2].

Précisons toutefois que si cette actualité occupe une plage certaine dans ce journal – deux colonnes pour être exact – ce n’est qu’en pages intérieures, dans la rubrique locale. La une, elle, est consacrée à l’entrée du chanoine Louis Duchesne, natif de Saint-Servan, à l’Académie française ainsi qu’à une déclaration de la chancellerie du Reich relative à l’Alsace-Lorraine. Si la crise d’Agadir n’est pas encore au programme, celle de Tanger en 1905 est encore dans toutes les têtes et témoigne d’une tension croissante entre Paris et Berlin sur fond de rivalités coloniales. Aussi l’entrée en Rennes de Lyautey doit-elle aussi être lue comme la mise en scène d’une armée, institution érigée en véritable « arche sainte » du régime.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour autant, même en ayant cette dimension à l’esprit, l’historien doit avouer qu’il est bien en peine de faire la part des choses et de distinguer ce qui relève de la célébration du 10e corps, glorification métonymique de l’armée française dans son ensemble, et du général Lyautey, véritable vedette médiatique dont J. d’Andurain rappelle donc qu’il est un « grand communicant ». En témoigne par exemple la description qui est donnée de lui le 27 janvier 1911 par le journaliste de L’Ouest-Éclair, visiblemnent sous le charme :

« Exact à l’heure, voici le successeur du général Ménestrel qui apparaît dans l’encadrement de la porte cochère. Il est grand, mince, et se tient droit dans sa tunique. Sur son chef est posé très crânement le chapeau à plumes blanches. Le général Lyautey a vraiment bel air. Il porte jeune malgré ses cheveux blancs. Par contre la moustache qui ombre sa lèvre est à peine grise. Le visage est sympathique et le regard franc. »

Là n’est du reste pas une première. Deux jours plus tôt, le lecteur peut découvrir en première page, et sur deux colonnes, dans l’édition du 25 janvier de L’Ouest-Éclair,un très laudatif portrait du nouveau général commandant le 10e corps. À coup sûr, celui-ci mériterait à lui seul un commentaire détaillé tant il semble un bon indice des représentations mentales du temps. Ainsi, on y apprend que la « volonté [de Lyautey] dompte ses muscles » ; affirmation qu’il est difficile de ne pas rapporter aux « forces morales », en la croyance d’une supériorité du « choc » sur le « feu ». L’armée y est décrite comme « la première des forces nationales », affirmation renvoyant au « rôle social de l’officier », célèbre article publié par le portraituré du jour : « L’officier, éducateur de la nation, éducateur physique et éducateur moral, rendant au pays des hommes mieux formés, non seulement des corps assouplis, mais des âmes fortifiées, encadrant les générations qui viennent, donnant à la patrie, à défaut de ses frontières d’autrefois, un accroissement de force vitale ». Non seulement le propos ne contient aucune once de critique mais la figure de Lyautey sert en réalité un discours plus large, encensant la politique coloniale de la France et tout particulièrement « l’œuvre » réalisée au Maroc. Surtout, ce qui frappe, c’est le portrait de l’officier publié à cette occasion. En effet, point d’uniforme ce jour-là en une mais un costume civil réhaussé d’un chapeau haut-de-forme, comme pour mieux souligner la modernité du héros du jour[3].

Carte postale. Collection particulière. Albert d’Amade est nommé en 1915 à la tête de la 10e région militaire.

L’article publié par L’Ouest-Éclair le 27 janvier 1911 permet de se faire une bonne idée de la mise en scène qu’est l’entrée en Rennes du général Lyautey. Car si c’est selon toute vraisemblance en train que cet officier arrive dans le chef-lieu de la 10e région militaire, c’est bien à cheval qu’il quitte l’Hôtel Moderne, établissement situé sur le quai Lamenais, où il passe la nuit. Le destrier n’est visiblement pas choisi au hasard puisqu’on nous dit qu’il s’agit d’un « joli cheval à robe foncée » et que l’animal est monté « allègrement » par l’officier. Soucieux d’appuyer son propos, le journaliste explique que Lyautey est « très à l’aise sur sa monture à la marche élégante ». Faut-il en déduire que tel n’est pas nécessairement le cas de tous les généraux nommés à la tête du 10e corps d’armée ? Difficile en tout cas de ne pas voir là la manifestation de la persistance d’une représentation mentale fort ancienne associant la chose équestre à l’homme de guerre, et au chef.

Toujours est-il que le cérémonial est construit de manière à montrer Lyautey à cheval, pendant environ 1 kilomètres, le long de la Vilaine, jusqu’à son entrée officielle en l’Hôtel de Châteaugiron, situé rue de Corbin, hôtel de commandement du 10e corps d’armée. À en juger par L’Ouest-Éclair, le spectacle est suivi par un certain nombre de badauds qui ne sont pas sans suggérer un renvoi à l’analyse des bains de foule présidentiels produite par N. Mariot[4] :

« Sur le passage du général Lyautey, les rennais qui s’y pressent saluent en grand nombre, saluent respectueusement. Fort aimablement, mais sans affection le valeureux chef répond. »

Il est vrai que les troupes et le matériel sont déplacés en masse pour l’occasion, ce qui indéniablement doit être spectaculaire. L’Ouest-Éclair fait ainsi mention de détachements des 7e et 10e régiments d’artillerie, d’une compagnie et de la musique du 41e régiment d’infanterie, et même d’une batterie du 50e régiment d’artillerie, soit autant d’unités tenant garnison à Rennes. En ce 26 janvier, c’est donc le 10e corps qui se donne à voir, si ce n’est l’armée française elle-même, par métonymie. Mais la personnalisation de cette institution via Lyautey est toujours présente, ce qui rend l’analyse complexe. En témoigne par exemple la remise de la médaille militaire « à l’adjudant de réserve Harnais, du 5e régiment d’infanterie coloniale », distinction qu’il convient d’interpréter comme un rappel subliminal des états de service du nouveau chef de la 10e région militaire.

Dessin anonyme. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.1553.
Dessin anonyme. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.1553.

La cérémonie en l’hôtel de Châteaugiron ne dure que quelques minutes. Lyautey est descendu de son cheval et prend ensuite une voiture pour se rendre en la préfecture d’Ille-et-Vilaine, située à peine 500 mètres de la rue de Corbin, pour être reçu par le préfet, Lucien Saint. Le geste pourra paraître anecdotique, il n’en est pas moins doublement symbolique. En premier lieu, on remarquera que c’est Hubert Lyautey qui vient se présenter au représentant de l’État dans le département, et non l’inverse. Là est une manière de symboliser la soumission du militaire au politique, de figurer une relation institutionnelle républicaine et moderne. Or sans doute est-ce pourquoi, et c’est le second point d’analyse que ce cérémonial invite à développer, le général commandant le 10e corps se rend à la préfecture d’Ille-et-Vilaine en voiture, un moyen de transport incarnant cette modernité et renvoyant à un univers mental civil. La soumission du militaire au politique est ensuite une nouvelle fois suggérée par l’intermédiaire de deux déplacements, le premier en l’Hôtel Continental, situé lui aussi sur les quais, où le général Lyautey dépose une carte à l’attention du député René Le Hérissé, un influent parlementaire qui fut une des chevilles ouvrières de l’aventure boulangiste, puis à l’Hôtel de ville.

À en croire L’Ouest-Éclair, cette tournée rennaise dure 55 minutes et s’inscrit dans un périmètre de quelques centaines de mètres au plus. Il est en effet 10.20 quand c’est au tour du nouveau général commandant la 10e région d’accueillir les autorités civiles – à commencer par le préfet, Lucien Saint, puis le maire, Jean Janvier, par ailleurs officier de réserve – et militaires pour une réception des plus classiques mais non moins politique. On sait en effet par L’Ouest-Éclair que le maire de Rennes n’hésite pas à évoquer à cette occasion la lente construction du quartier Margueritte et la venue d’un régiment de cavalerie en provenance de Dinan.

À priori, il n’existe aucune suite de cette entrée dans la presse. Je n’ai connaissance d’aucune contestation, d’aucune remarque, d’aucune critique formulée à ce propos dans les jours qui suivent le 26 janvier 1911. À Chartres, la Dépêche d’Eure-et-Loir indique même que « aucun incident s’est produit à cette occasion »[5]. Faut-il y voir la marque d’une ferveur unanime ou, plus certainement, d’une forme d’indifférence à l’endroit de ce cérémonial, voire de cette institution ? Toujours est-il que, le 28 janvier 1911, L’Ouest-Éclair publie un petit article expliquant que « après avoir visité les autorités de la ville, le nouveau commandant du 10e corps a visité hier les casernes d’infanterie et les bâtiments de la place ». À cette occasion, le quotidien de la rue du Pré-Botté nous apprend que « le général s’est déclaré satisfait de la bonne tenue des hommes et des bâtiments ». Mais pouvait-il être envisageable qu’il en soit autrement ? Seule originalité dans une opération de communication qui, en définitive, apparaît tellement routinière qu’elle pourrait être déclaquée dans tout chef-lieu de région militaire, une évocation rapide de l’Affaire. En effet, alors qu’il visite la place, il aurait été montré à Lyautey « la chambre dans laquelle avait habité le capitaine Dreyfus lors de son deuxième procès », survenu 12 ans plus tôt.

Un seul accroc à cette opération rondement menée de communication doit être signalé. Dans son édition du 30 janvier 1911, L’Ouest-Éclair relaie des éléments destinés à déminer la rumeur selon laquelle Lyautey ne serait que de passage à Rennes, le 10e corps ne constituant qu’un intermède en attendant une autre affectation. À en croire l’officier général, celui-ci serait « d’autant plus satisfait d’avoir été envoyé à Rennes que cette année doivent avoir lieu dans la région des manœuvres de corps d’armée, qu’il sera appelé à commander ». Si l’argument n’est pas repris dans d’autres journaux, à en juger par les fonds consultables dans Retronews, plusieurs titres publient des entrefilets destinés à faire taire ce bruit : Le Jour, Le Petit caporal, L’Événement, Le Petit temps mais aussi Le Figaro, Le Matin, Le Petit courrier, Le Gil Blas, Le Matin, L’Aurore, Le Petit provençal… Pour autant, le quotidien catholique ne semble dupe : « Le Xe corps ne demande pas mieux que de conserver à sa tête un chef de la valeur du général Lyautey, mais, quoi qu’on dise dans l’entourage de celui-ci, quoi qu’en dise le général lui-même, il est fort peu probable que l’on conserve longtemps dans nos murs le soldat actif autant que brave, dont l’action énergique au Maroc a eu de très heureux résultats pour la France »[6]. Déjà, le 25 janvier, dans un laudatif portrait publié en première page, le journal rennais glissait à propos de Lyautey : « On se le représente moins aisément gérant la bureaucratie d’un corps d’armée et traitant avec les préfets de sursis d’appel ou de ravitaillement »[7]. Comme si ces questions ne se posaient pas dans l’Empire…

Notons toutefois que pour Le Phare de la Loire, quotidien nantais annonçant la veille l’événement, « cette entrée ne revêtira aucun caractère d’apparat »[8]. Il est difficile de savoir comment interpréter ce commentaire. Faut-il y voir la diffusion d’un élément de langage diffusé par l’état-major du 10e corps lui-même ? Toujours est-il que ceci invite à interroger la réception de cette entrée en dehors de Rennes et de la 10e région militaire. L’événement est-il relayé par la presse parisienne ou par d’autres journaux provinciaux ? Et, plus encore, quelle est la teneur des articles publiés ? S’agit-il de rendre compte de l’actualité des armées ou de la véritable vedette médiatique qu’est Hubert Lyautey ? Bien entendu, répondre à une telle question n’est pas chose aisée mais les corpus consultables en ligne sur Retronews permettent néanmoins d’avoir une bonne idée de l’écho médiatique de cette prise de commandement du général Lyautey. S’il n’est pas étonnant qu’il en soit rendu compte dans La France militaire, tel n’est pas nécessairement le cas pour des titres de la presse parisienne comme Le Matin, Le Figaro, L’Information politique, économique et financière, Le Siècle, La Libre parole, L’Intransigeant, Le Gil Blas ou de province comme Le Journal de Saint-Quentin, Le Courrier de Saône-et-Loire, Le Petit Bourguignon ou La Gazette de Château-Gontier.

Ce qui se révèle dans cette entrée équestre de Lyautey à Rennes est ni plus ni moins que la place du cheval dans les représentations mentales du fait militaire et guerrier à l’aube du XXe siècle. On a dit déjà ici combien les armées d’alors sont largement hippomobiles, ce qui en creux devrait inviter à plus s’intéresser aux dépôts de remonte que l’historiographie ne le fait actuellement. En juillet 1870, celui de Guingamp, dans les Côtes-du-Nord, fait ainsi savoir qu’il « achète tous les jours, jusqu’à avis contraire qui sera publié, de toutes mains et de toute provenance, des chevaux hongres, des juments de toutes armes et de toutes robes, de selle ou de trait, de 4 à 10 ans » et qu’il « sera large sur les formes et les membres, pourvu que le cheval puisse faire un bon service de guerre immédiat »[9]. Cette réalité se retrouve en 1914 et, lors de la mobilisation générale, les corps d’armées sont essentiellement hippomobiles, à l’exception de quelques services destinés au ravitaillement en viande fraîche ou au « Trésor et Postes »[10]. Cette configuration technique contribue amplement au prolongement de l’association de la chose équestre à l’ethos de l’officier. Le 26 janvier 1911, c’est donc à cheval que le général Lyautey fait son entrée à Rennes, siège du 10e corps d’armée dont il vient de prendre le commandement. Certes, signe des temps, c’est en voiture qu’il se rend à la préfecture. Mais la symbolique n’est est pas moins révélatrice : si le moteur est le véhicule de la soumission au pouvoir civil, le noble destrier demeure l’attribut du chef militaire. Et ceci, visiblement tant en Bretagne qu’au Maroc puisque c’est manifestement peu ou prou le même cérémonial que l’on retrouve à partir de l’année suivante dans ce protectorat. Sauf en ce qui concerne l’automobile, mais comme il n’est alors pas question de se soumettre à qui que ce soit…


[1] D’Andurain, Julie, Le Général Gouraud. Un destin hors du commun, de l’Afrique au Levant, Paris, Perrin, 2022, p. 208

[2] « Entrée du général Lyautey », L’Ouest-Éclair, 12e année, n°4388, 27 janvier 1911, p. 3.

[3] Incognito, « Lyautey », L’Ouest-Éclair, 12e année, n°4386, 25 janvier 1911, p. 1.

[4] Mariot, Nicolas, Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 2002.

[5] « Prise de commandement », La Dépêche d’Eure-et-Loir, 13e année, n°3436, 27 janvier 1911, p. 1.

[6] « Le Général Lyautey ne songe pas à nous quitter », L’Ouest-Éclair, 12e année, n°4391, 30 janvier 1911, p. 2.

[7] Incognito, « Lyautey », L’Ouest-Éclair, 12e année, n°4386, 25 janvier 1911, p. 1.

[8] « Nouvelles militaires », Le Phare de la Loire, 7e année, n°25 114, 25 janvier 1911, p. 3.

[9] « Intérêts et faits locaux », Courrier de Bretagne, 11e année, n°58, 20 juillet 1870, p. 3.

[10] SHD-DAT : 24 N 394, ordre général d’opération pour la journée du 17 août 1914.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2024, 3 mai). L’entrée équestre d’Hubert Lyautey dans Rennes en 1911. Ar Brezel. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sw4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.