Les sources de l’historien : les procès et les sources judiciaires

Longtemps façonnée par la dialectique entre la contrainte et le consentement, l’historiographie de la Grande Guerre a non seulement beaucoup employé mais beaucoup réfléchi sur les sources judiciaires, notamment celles des Conseils de guerre. Citons à ce propos, dans des veines fort différentes, les travaux aujourd’hui classiques d’A. Bach ainsi que ceux, particulièrement stimulants, d’E. Saint-Fuscien[1]. Plus récemment encore a paru la grande synthèse d’A. Deperchin consacrée aux gens de justice en Première Guerre mondiale, volume dont il a été rendu compte sur ce carnet de recherche. C’est dire donc si les sources judiciaires sont rapidement incontournables au sein du répertoire d’action de l’historien de la séquence 1914-1918. J’ai d’ailleurs eu le bonheur de m’y confronter dans le cadre de ma thèse et ai pu apprécier, à cette occasion, le regard biaisé mais aussi décalé qu’elles pouvaient apporter, notamment pour rendre compte de l’offensive du 25 septembre 1915 à laquelle participe le 47e RI.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

C’est donc avec grand plaisir que j’ai accepté l’invitation de mon ami Alain Collas à participer à la journée d’études qu’il organisera, le 5 juin 2024, sur le campus d’Arradon de l’Université catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud, événement consacré aux archives judiciaires comme outil de l’historien. Une manifestation qui se place dans le sillage du volume La Presse comme source publié il y a quelques mois avec Alain Collas aux Éditions CODEX et dans la continuité d’une autre journée d’études, tenue en 2023 à Arradon, dédié pour sa part aux sources de la mort.

J’apprécie grandement ces journées qui ont non seulement l’intérêt de faire réfléchir à nos méthodes mais ont l’immense avantage de décloisonner nos pratiques en les confrontant à d’autres champs d’investigation, à d’autres périodes, voire parfois à d’autres terrains disciplinaires. Plus encore, ces temps de réflexion ont l’immense avantage de mélanger des hommes et des femmes que l’on qualifiera pudiquement d’avancés dans leurs parcours de recherches, et d’autres qui n’en sont encore qu’au seuil. Il en résulte des échanges d’autant plus riches qu’ils mettent en lumière la permanence sur le temps longs de bien des questionnements qui, par ricochet, invitent souvent à largement nuancer l’illusion technicienne si présente avec l’irruption du numérique dans notre discipline. Je ne peux donc que conseiller de jeter un œil attentif à cette manifestation qui se déroulera en Morbihan le 5 juin prochain, conseil qui du reste ne s’adresse pas uniquement à celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire du fait militaire et guerrier. Bien au contraire même !

L’assistance à la journée d’études « Les sources de l’historien : les procès et les sources judiciaires » est libre et gratuite mais il est demandé de s’inscrire préalablement via le site de l’Université catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Programme

9 h : Accueil.

9h15 : Ouverture, Alain Collas, agrégé et docteur en histoire, enseignant-chercheur Université catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud.

9h30 – 9h55 : « Démosthéne contre les accusateurs professionnels : le contre Aristogiton », Christophe Mézange, maître de conférences en histoire ancienne à l’Université Catholique de l’Ouest (campus de Laval).

9h55 – 10h20 : « Le procès de canonisation de Saint Louis », Tiphaine Girault, chargée de cours en histoire médiévale à l’Université catholique de l’Ouest (campus de Nantes et de Laval).

10h20 – 10h35 : Échanges.

10h35 – 10 h45 : Pause-café.

10h45 – 11h10 : « Les lettres de rémission, une source judiciaire incontournable de la fin du Moyen Âge, exemple de la grâce royale d’un faux monnayeur bas-manceau dans les années 1460 », Jean René Ladurée, docteur en histoire médiévale, directeur du campus de Laval de l’Université catholique de l’Ouest.

11h10 – 11h35 : « Les sources judiciaires miroir de la société ? Un crime dans le pays de Retz en 1732 », David Audibert, docteur en histoire moderne, Le Mans Université.

11h35 – 12h00 : Échanges.

12h00 – 14 h00 : Pause.

14h00 – 14h25 : « Réprimer la Vendée militaire : les sources d’une justice d’exception (1793-1794), Anne Rolland- Boulestreau, professeur d’histoire moderne à l’Université catholique de l’Ouest Angers.

14h25 – 14h50 : « Les sources de la justice militaire pour saisir l’armée française de la Grande guerre », Erwan Le Gall, docteur en histoire, Professeur référent aux Hautes Études Internationales et Politiques (campus de Rennes).

14h50 – 15h05 : Échanges.

15h05 – 15h20 : Pause.

15h20 – 15h45 : « Arradon à la Libération : entre épuration extrajudiciaire et judiciaire », Joseph Le Normand, étudiant L3 histoire Université catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud.

15h45 – 16h10 : « Quelques remarques à propos du procès de Tokyo (1946-1948) », Alain Collas, agrégé et docteur en histoire, enseignant-chercheur Université catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud.

16h10 – 16h35 : « Du tirage au sort à l’intime conviction », Evelyne Darmanin, enseignante histoire et en licence libraire à l’Université catholique de l’Ouest, campus de Laval.

16h35 – 16h50 :  Échanges.

16h50 – 17h00 : Conclusions, maître Frantz Faivre, avocat au barreau de Lorient, charge d’enseignement à l’Université catholique de l’Ouest – Bretagne- Sud. Maître Faivre sera aussi le modérateur et animateur des échanges.


[1] Bach, André, Fusillés pour l’exemple (1914-1915), Paris, Tallandier, 2003 et Justice militaire 1915-1916, Paris, Vendémiaire, 2013 ; Saint-Fuscien, Emmanuel, À vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 2011.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2024, 22 mars). Les sources de l’historien : les procès et les sources judiciaires. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2p4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.