Rendez-vous à Nantes pour parler de cette année-là !

J’aurai le plaisir d’intervenir aux côtés des historiens Rémi Fabre et Yves Jaouen, le 18 mars 2024, à l’invitation de l’association Nantes Histoire, lors d’une table-ronde animée par Stanislas Jeannesson, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Nantes et spécialiste des relations internationales. Cette manifestation sera dédiée à deux récentes sorties nantaises de la fameuse collection « Cette année-là » des Éditions Midi-Pyrénéennes. À cette occasion, il sera question de la Première Guerre mondiale, mais aussi de la séquence 1870-1871. À n’en pas douter, seront également évoqués les enjeux liés aux rapports entre histoire et mémoire, entre production savante de connaissances et transmission citoyenne, sans oublier bien entendu les archives. C’est dire donc si la soirée s’annonce riche !

Nantes Histoire a à cœur de proposer à ses adhérents une programmation dense, variée et exigeante, conciliant rigueur scientifique et souci de la diffusion au plus grand nombre. Il était d’une certaine manière logique que cette association d’histoire publique s’intéresse de près à la collection « Cette année-là » des Éditions Midi-Pyrénéennes tant les objectifs poursuivis par ces petits livres sont exactement les mêmes : diffuser les derniers acquis de la recherche au plus large lectorat en proposant une histoire localisée mais qui soit indiciaire, jouant des variations d’échelle pour insérer le récit dans une analyse globale. À mille lieues d’un localisme dont on connaît malheureusement trop souvent les travers identitaires, c’est bien de biopsie historique dont il s’agit.

Avec Rémi Fabre et Yves Jaouen, il sera question de 1870, une guerre à la fois si loin et si proche de Nantes. Quant à moi, j’aurai l’honneur d’évoquer le 1917 que j’ai consacré à la présence américaine en la Cité des Ducs. Autrement dit, ce sont deux périodes assez largement méconnues, sorties des radars, y compris académiques, qui seront l’objet des débats. Certes, la Grande Guerre n’est pas spécialement ce qui correspond le mieux à la définition d’un désert historiographique. En témoigne une bibliographie plus que pléthorique. Mais il n’en demeure pas moins que la présence américaine en France, et plus singulièrement encore en Bretagne, constitue un angle presque mort de cette trame chronologique. D’où un certain nombre de poncifs que véhicule volontiers la vulgate des entrepreneurs de mémoire…

Je n’ai pas encore lu l’ouvrage de Rémi Fabre et Yves Jaouen mais j’ai grandement hâte de le faire tant cette période constitue aujourd’hui un terrain susceptible de maints renouvellements historiographiques. Là était d’ailleurs le sens du dossier des Annales de Bretagne que j’avais co-dirigé en 2021 avec Yann Lagadec et Stéphane Tison. La guerre de 1870 des Bretons reste encore très largement méconnue, la faute notamment à une demande sociale d’histoire n’ayant pas été stimulée aussi intensément qu’elle ne le fut pour les séquences 1914-1918 et 1939-1945. Le poids de la défaite et la concurrence des mémoires résultant de l’empilement des conflits expliquent par bien des égards cette méconnaissance. Président du Conseil général de Loire-Inférieure de 1898 à 1919 et figure politique nantaise, l’ancien officier de mobiles Léon Jamin en est une illustration éclairante. Pourtant, le matériau archivistique existe et l’on sait encore nombreux les témoignages de combattants en attente d’exploitation historienne. Quant à la péninsule armoricaine, et donc la ville de Nantes, elle n’est non seulement pas déconnectée de « l’Année terrible »[1], mais sa situation d’espace de l’arrière appelle indéniablement à de nouvelles analyses profitant des acquis hérités de l’historiographie de 1914-1918. Tant la question équine que celle des prix des denrées alimentaires pratiqués sur les marchés invitent à l’examen de ce qui doit sans doute être appréhendé sous l’angle d’un « front intérieur »[2].

La conférence aura lieu dans l’amphithéâtre Kernéis du Pôle Santé de l’Université de Nantes, rue Bias. Elle débutera à 18.15 mais il est recommandé d’arriver dès 18.00.

L’entrée est gratuite pour les adhérents de l’association Nantes Histoire. Elle limitée au nombre de places disponibles pour les non-adhérents et soumise au paiement de 5 euros (3 pour les membres de l’Université permanente). L’entrée est gratuite pour les étudiants de moins de 25 ans. Informations supplémentaires et contact auprès de l’association Nantes Histoire.


[1] Sur cette idée Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[2] Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2024, 14 mars). Rendez-vous à Nantes pour parler de cette année-là ! Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0ub

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.