1916 : et le vainqueur à l’applaudimètre est…

Que la numérisation et la mise en ligne d’archives soit synonyme de possibilités nouvelles pour l’historien n’a pas besoin d’être démontré tant il s’agit là d’une évidence. La presse constitue de ce point de vue un exemple flagrant. Pour autant, un outil tel que la reconnaissance optique de caractères rappelle que le digital n’entraine pas nécessairement une révolution du répertoire d’action disciplinaire tant la tension entre lectures distantes et rapprochées est une constante, mise en évidence du reste depuis des décennies[1]. Dès lors, c’est bien la signification à accorder à certains résultats acquis qui pose question. En effet, si la technologie permet de poser de nouvelles questions, il n’est pas dit que la réponse donnée soit pertinente, surtout quand celle qui ressort des thésaurus n’est pas nécessairement celle qui était attendue. C’est ainsi en préparant une communication pour un colloque que j’en suis venu à me demander qui était le général revenant le plus souvent dans les colonnes de la presse française en 1916. Spontanément, ce sont les noms de Philippe Pétain et Robert Nivelle qui me sont venus à l’esprit, bientôt suivis de celui du généralissime, Joseph Joffre. Pourtant, un outsider est venu causer la surprise : Maurice Sarrail. En effet, la reconnaissance optique de caractères appliquée à la presse en ligne disponible sur le portail Retronews fait apparaître pour la seule année 1916 plus d’occurrences du nom de Sarrail (6 983) que de Pétain (2 975) et Nivelle (2 598) réunis. À dire vrai, cette année-là, seul Joffre fait un meilleur score à l’applaudimètre avec 7 214 occurrences. Quant à d’autres officiers comme Charles Mangin (1 275) ou Fénélon Passaga (355), dont les noms sont pourtant largement associés à la bataille de Verdun, ils évoluent à l’évidence dans une autre catégorie médiatique. Même chose pour Edouard Curières de Castelnau (2 910), Ferdinand Foch (1 247) et Fernand de Langle de Cary (202).

Occurences pour l'année 1916 des noms "Joffre" et Sarrail dans L'Ouest-Eclair, La Croix, L'Action française, Le Petit Parisien et L'Humanité d'après l'OCR de Retronews.
Occurences pour l’année 1916 des noms “Joffre” et Sarrail dans L’Ouest-Eclair, La Croix, L’Action française, Le Petit Parisien et L’Humanité d’après l’OCR de Retronews.

Sans doute faut-il considérer ces résultats avec mesure tant, pour être significative, il est certain qu’une telle opération doit porter sur des termes semblables. Que le thésaurus mette en lumière un plus grand nombre de mentions du général Joffre que de Mangin n’a rien d’étonnant puisque ceux-ci n’ont pas le même niveau dans la hiérarchie : le premier est à la tête du grand quartier général quand le second est jusqu’en juin 1916 commandant d’une division. De la même manière, les 17 mentions du général Joffre que l’on observe en décembre 1916 dans L’Ouest-Éclair renvoient moins au parti qui serait pris par ce journal que par son remplacement par Robert Nivelle, cité pour sa part 22 fois. Là n’est du reste pas une spécificité du quotidien rennais et l’on observe de semblables tendances dans les colonnes de La Croix et de L’Humanité : au début d’année les occurrences de Pétain, à la fin celles du binôme Nivelle-Mangin.

Occurences des noms Pétain, Nivelle, Mangin, Joffre, Sarrail, Foch, Passaga, de Langle de Cary et de Castelnau dans L'Ouest-Eclair au cours de l'année 1916.
Occurences des noms Pétain, Nivelle, Mangin, Joffre, Sarrail, Foch, Passaga, de Langle de Cary et de Castelnau dans L’Ouest-Eclair au cours de l’année 1916.

Ces résultats mettent en lumière, en définitive, la différence entre le cours de l’histoire et l’écho médiatique des acteurs. Que le nom de Philippe Pétain soit associé à la bataille de Verdun ne se discute même pas tant il s’agit-là d’une évidence. Pour autant, son statut de « vainqueur » de la bataille est beaucoup plus discutable, ne serait-ce que parce que celle-ci, en ce qu’elle est censée s’achever en décembre 1916, relève d’une construction pour le moins biaisée[2]. Sur un plan strictement individuel, il ne faut pas oublier que ce n’est pas lui qui succède à Joseph Joffre, mais Robert Nivelle, à la tête du commandement en chef des armées françaises. Mais ce que montre une lecture distante via le corpus de presse numérisée disponible sur Retronews, c’est combien l’étoile médiatique de Pétain suit une courbe radicalement différente de celles de Nivelle et Joffre. Si celle de Joffre pâlit en 1917 et en 1918, après son départ de Chantilly donc, et si celle de Nivelle fait de même en 1918, celle de Pétain gagne au contraire en intensité au fur et à mesure du conflit jusqu’à atteindre son maximum en 1918. À l’échelle d’un journal comme L’Ouest-Éclair, la tendance est encore plus nette et on observe un plus grand nombre d’occurrences du mot Pétain en 1929 (61), année de son élection à l’Académie française, qu’en 1916 (53). Le faire est bel et bien une chose. Le faire savoir, ou le faire croire, en est une autre…

Occurences du mot Pétain dans L'Ouest-Eclair de 1914 à 1938.
Occurences du mot Pétain dans L’Ouest-Eclair de 1914 à 1938.

Rien dans ces données statistiques n’invite à penser que le quotidien catholique rennais privilégie dans son traitement de l’actualité les officiers connus pour leur ferveur religieuse. La présence rare du général Foch en témoigne, de même que celle des généraux de Langle de Cary et de Castelnau. En ce qui concerne le natif de Lorient, la chose est d’autant plus remarquable qu’il commande au début de l’année 1916 le groupe d’armées du Centre et qu’il fait partie ceux qui, avec Castelnau du reste, tentent d’alarmer le Grand quartier général quant au risque d’une attaque sur Verdun[3]. On aurait donc pu très bien imaginer que L’Ouest-Éclair mette en avant après le 21 février ces deux officiers, au nom de la solidarité catholique, face à Joffre, au profil beaucoup plus laïc. Mais il n’en est rien. Non pas que le quotidien rennais soit particulièrement vertueux et respectueux de l’Union sacrée. C’est plutôt, semble-t-il, qu’il ignore tout ou presque de ces dissensions entre officiers généraux.

Etonnamment donc, le général qui apparaît le plus souvent dans L’Ouest-Éclair au cours de l’année 1916 est le très anticlérical Maurice Sarrail. Le journal rennais amplifierait donc la tendance qui s’observe au sein du corpus de presse disponible sur Retronews. Cet officier est également très présent dans les colonnes de La Croix, plus même que Pétain et Nivelle réunis. Faut-il y voir une facétie de la reconnaissance optique de caractères ? La chose n’est pas certaine puisque cette présence importante s’observe également dans les colonnes de L’Humanité, mais dans une proportion différente, Sarrail y faisant jeu égal avec Joffre. Aussi faut-il sans doute y voir pour une certaine part l’importance du théâtre d’opération balkanique dans la presse française de 1916, un constat qui est sans doute de nature, par ricochet, à nuancer l’écho médiatique de la dramaturgie de Verdun. Mais la surreprésentation de Sarrail dans L’Ouest-Éclair n’en constitue pas moins une réelle source d’interrogation : on retrouve en effet trois fois plus d’occurrences le concernant en 1916 que pour Robert Nivelle, qui est le grand vainqueur de cette année puisqu’il parvient à succéder à Joffre à la tête des armées françaises. Faut-il dès lors revenir à une grille de lecture très politique et y voir une séquelle des profondes divisions ayant entaillé la société française autour de la question laïque ? Cette hypothèse n’est pas à exclure mais exigerait toutefois, pour s’en assurer, une lecture beaucoup plus rapprochée de la source.

Occurences des noms Pétain, Nivelle, Mangin, Joffre, Sarrail, Foch, Passaga, de Langle de Cary et de Castelnau dans L'Ouest-Eclair au cours de l'année 1916.
Occurences des noms Pétain, Nivelle, Mangin, Joffre, Sarrail, Foch, Passaga, de Langle de Cary et de Castelnau dans L’Ouest-Eclair au cours de l’année 1916.

Qu’en est-il des survivances de la Séparation dans d’autres journaux, moins favorables à la cause catholique ? Le général Edouard Curières de Castelnau, connu sous le sobriquet de « capucin botté », est à cet égard un révélateur intéressant même si la portée de cet indice doit être appréhendée avec circonspection. Que cet officier soit plus présent dans les colonnes de La Croix et de L’Ouest-Éclair n’a en effet rien d’étonnant eu égard à la ligne éditoriale de ces différents titres. Mais Castelnau apparaît plus au cours de l’année 1916 dans les colonnes du peu clérical Petit parisien que Robert Nivelle et fait presque jeu égal avec Philippe Pétain. Quant à Maurice Sarrail, on le retrouve dans ce titre plus souvent que le commandant en chef. Pour sa part, Joffre apparaît moins dans le quotidien fondé par Jean Jaurès qu’au sein des deux journaux catholiques précédemment cités. Quant à Pétain, qui n’est pourtant pas un modèle de vertu catholique, il est le seul officier général à être au cours de l’année 1916 cité plus de fois dans La Croix que Joffre (en mai, 12 occurrences contre 11).

Occurences du mot Castelnau au cours de l'année 1916 dans La Croix, L'Humanité, L'Action française, Le Petit Parisien et L'Ouest-Eclair.
Occurences du mot Castelnau au cours de l’année 1916 dans La Croix, L’Humanité, L’Action française, Le Petit Parisien et L’Ouest-Eclair.

De ces données, deux conclusions en apparence contradictoires peuvent être tirées. La première invite à ne pas trop idéologiser la presse d’alors. C’est ce que montre Joffre, général tenu pour être proche de la franc-maçonnerie : commandant en chef, il est le plus présent dans les colonnes de la presse française d’alors et L’Ouest-Éclair ne déroge pas à cette réalité qui n’est ni plus ni moins que le reflet de la hiérarchie militaire. Autre exemple, celui du très anticlérical Sarrail dans les colonnes de La Croix. En cumulé, il apparaît plus fréquemment, tout au long de l’année 1916, dans ce journal, que les généraux Pétain et Nivelle. Pour autant, il convient de se garder de conclusions trop hâtives à lecture de ces résultats. Ceux-ci ne signifient en effet pas que les divisions idéologiques sont effacées par le conflit, juste que la hiérarchisation de l’actualité opérée par les lignes éditoriales les fait passer au second plan. Ce qui prime alors est la conduite des opérations, ce qui renvoie nécessairement aux chefs. Il faut de surcroît se méfier d’une lecture uniquement distante de la presse, ce qui reviendrait à faire fi de la sensibilité éditoriale de chacun de ces titres, celle-ci survivant comme on le sait au déclenchement des hostilités. On n’ignore d’ailleurs l’habileté des généraux Joffre, Sarrail, Pétain ou encore Nivelle à user de tel ou tel journal comme autant de caisses de résonnance au service de leurs carrières respectives. Aussi faut-il se méfier du singulier de l’expression « la presse publiée pendant la Première Guerre mondiale », celle-ci étant en définitive beaucoup plus plurielle et diverse que ce que l’on pourrait croire de prime abord. Là est en effet la deuxième conclusion qu’il convient de tirer à partir de ces données. Enfin, on ne peut que rappeler combien la surexposition de Maurice Sarrail renvoie aussi à une guerre vécue, y compris dans un titre de la presse régionale comme L’Ouest-Éclair, de manière décentrée. Si Verdun et la Somme s’affirment en véritables rubriques quotidiennes dans ce journal au fur et à mesure de l’année 1916, ces deux théâtres d’opérations sont loin d’être la porte exclusive d’entrée du champ de bataille puisque les armées d’Orient focalisent aussi grandement l’attention. Ne serait-ce que par leur chef.


[1] Collas, Alain et Le Gall, Erwan, La Presse comme source. Retours d’expérience et mode d’emploi, Ploemeur, Éditions CODEX, 2023.

[2] Cette dimension est particulièrement bien soulignée par Prost, Antoine et Krumeich, Gerd, Verdun 1916. Une histoire franco-allemande de la bataille, Paris, Tallandier, 2015. Pour un aperçu des combats de 1917 je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « 15 juin 1917 : le 47e RI arrive à Verdun. La découverte de la vraie guerre ? », Bulletins de la société d’émulation des Côtes d’Armor, 2017, p. 213-239.  

[3] Bourlet, Michaël, Verdun 1916. La guerre de mouvement dans un mouchoir de poche, Paris, Perrin, 2023, p. 84.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2024, 12 mars). 1916 : et le vainqueur à l’applaudimètre est… Ar Brezel. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w04v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.