Le général Marceau : d’un Verdun à un autre

Né à Chartres, en Eure-et-Loir, le 1er mars 1769, le général Marceau n’est sans doute pas le plus connu des officiers des armées de la République. Si sa mémoire reste savamment entretenue en Beauce, tel n’est pas nécessairement le cas en Bretagne. Certes, une rue est dénommée en son honneur à Rennes, mais ce n’est en qu’en 1923. Et encore ne s’agit-il que d’une artère de taille modeste, située alors en périphérie de ville, et terminant en impasse ; une configuration qui ne peut pas rivaliser une seule seconde avec la très centrale place Hoche ou avec l’imposant boulevard de La Tour d’Auvergne[1]. Aussi l’œil de l’historien ne peut-il être que stimulé quand son nom apparaît le 6 mars 1916, certes en deuxième page mais sur deux colonnes, dans le quotidien rennais L’Ouest-Éclair. Une évocation qui n’a rien d’anodine[2].

Il n’est sans doute pas excessif de qualifier François Séverin Marceau d’idole chartraine tant son souvenir est célébré dans sa ville natale. Dès 1801, donc cinq ans seulement après sa mort, une colonne est érigée en son honneur sur la place qui porte aujourd’hui encore son nom. Bénéficiant de la vague de statuomanie du XIXe siècle, le général révolutionnaire est représenté par un bronze d’Auguste Préault qui trône depuis 1851 sur la place des Épars, l’une des principales artères du chef-lieu du département d’Eure-et-Loir. Plus tard, le lycée de la ville prend son nom, et le porte toujours du reste. Pendant la Seconde Guerre mondiale, un groupe FTP est également dénommé d’après lui dans le secteur de Maintenon, ville située à quelques kilomètres à l’est de Chartres. C’est dire si sa mémoire est vive dans le secteur. Pour autant, rien ne justifie a priori que sa naissance soit commémorée avec un tel faste en 1916, année de 147e anniversaire. La mémoire aime les comptes ronds et, en toute logique, c’est en 1919 que des manifestations d’ampleur auraient dû avoir lieu. De surcroît, on saisit mal pourquoi le journal rennais L’Ouest-Éclair s’empare de cette commémoration alors que la presse locale beauceronne est plutôt discrète sur le sujet. La participation de Louis Barthou à la manifestation chartraine, par l’intermédiaire d’une conférence donnée au théâtre municipal, justifie-t-elle à elle seule cette attention ? Mais Paul Deschanel, alors président de l’Assemblée nationale et dont le fief électoral se situe dans le département, puisqu’il est député d’Eure-et-Loir depuis 1885, n’a lui pas jugé nécessaire de faire le déplacement[3].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Evidemment une telle commémoration a un sens politique et doit être comprise en tant que réactivation du mythe de l’an II et de la République en armes. C’est en effet au prisme de la culture de guerre, définie comme grille de lecture du réel en cours, et d’une concordance assumée des temps qu’il faut l’appréhender[4]. Selon toute vraisemblance, cette manifestation est en effet programmée de longue date, rituel d’anniversaire oblige. Mais tout porte à croire que c’est le déclanchement le 21 février 1916 de la bataille de Verdun qui lui confère cette ampleur particulière. Pas là, il ne s’agit pas de suggérer que sa signification intrinsèque change mais, au contraire, qu’elle devient du fait de l’offensive allemande un support permettant aux « définisseurs primaires » d’agir afin de tenter d’influer sur l’opinion publique en délivrant les messages que le contexte politique né de la situation militaire, à leurs yeux, requiert[5]. La Dépêche d’Eure-et-Loir n’occulte d’ailleurs nullement la fonction idéologique du souvenir du général, la vie du révolutionnaire constituant pour Louis Barthou, et par extension l’ensemble de la population, une véritable inspiration où « puiser de fortes leçons de foi, d’espérance et de confiance dans les destinées de la Patrie ». D’ailleurs, l’ancien président du Conseil intitule sa conférence « Marceau et la guerre actuelle ». Encore et toujours, la mémoire se révèle être l’outil politique du temps présent et le quotidien beauceron n’hésite pas à affirmer, en revenant sur cette manifestation patriotique et sur la petite cérémonie organisée devant le monument aux morts de la guerre de 1870 de la Butte des Charbonniers : « Les pensées étaient faites de tristesse et d’espérance, et en admirant Marceau, la population chartraine voyait là-bas couchés sur la terre blanche de neige, d’autres héros, dignes enfants du grand général et qui comme lui sont morts en faisant leur devoir ». L’injonction au consentement patriotique par l’intermédiaire du souvenir ne saurait être plus claire.

Comme en Eure-et-Loir, si l’anniversaire de la naissance de Marceau s’impose en 1916 dans les colonnes du journal rennais, c’est en raison de l’actualité.La commémoration revêt on l’a dit une signification d’autant plus importante que la bataille de Verdun est déclenchée depuis quelques jours et qu’elle focalise (presque) toutes les attentions. C’est ainsi que le rédacteur de cet article, un certain Maurice Lasnier dont on ne sait rien, débute son propos en affirmant que « À l’heure où nous écrivons, la ville de Chartres commémore le 147e anniversaire de son illustre enfant, le général Marceau, et les événements actuels ajoutent encore du prix à cette glorification ». Le parallèle est clairement assumé et, en définitive, il n’est pas difficile de distinguer derrière le portrait de l’officier révolutionnaire, présenté comme « le type du chef », d’autres figures plus contemporaines : « Amour de la France, bravoure, vaillance, discipline, science militaire, esprit de sacrifice, d’abnégation, bonté, générosité, telles sont les principales qualités du soldat et du chef : Marceau les possédait toutes au plus haut degré ».

Encore une fois donc, la mémoire est l’outil politique du temps présent et se révèle constituer une trame substantielle pour la culture de guerre. Néanmoins, si ce constat n’a rien d’inédit, on remarquera que le message est suffisamment subtil pour qu’il puisse être apprécié par une large partie de la population. Le parcours de Marceau permet en effet un vaste panel d’identifications puisque, volontaire sorti du rang, il peut être assimilé tant au simple poilu de 2e classe qu’à l’officier général. En d’autres termes, il est un bon vecteur pour fabriquer du commun. Mais on s’empressera d’ajouter que ce qui est valable pendant la Grande Guerre l’est tout autant à la Belle époque et qu’en définitive, plus que de rupture, c’est de continuité dont il s’agit ici. D’ailleurs, Maurice Lasnier n’hésite pas à brouiller les chronologies et à insister sur cette persistance rétinienne : « L’âme de Marceau revit, n’est-il pas vrai en ces jeunes hommes de 1916, en ces enfants, en ces Bleuets qui brûlaient du désir de se joindre à leurs aînés et trouvaient que l’appel de la patrie se faisait un peu attendre ». Puis d’ajouter, sans craindre de tomber dans le piège de la confusion : « La bravoure de Marceau est connue, Fleurus, Deuren, Sulzbach, Verdun, etc, sont là pour la proclamer, et souvent sa bravoure, il la poussait, dit un de ses historiens, jusqu’à la témérité ». Au passage, on observera que la scientificité de la discipline historique, celle du traitement méthodique par les historiens positivistes d’alors, est déjà convoquée en guise de caution… Sans doute y a-t-il là matière à expliquer « l’esprit de Strasbourg » énoncé par Lucien Febvre, tout en nuançant la portée de cette célèbre leçon inaugurale prononcée en 1919 dans une université redevenue française puisque c’est précisément à cette même fonction qu’est encore trop souvent assigné l’histoire[6].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour autant, l’analyse ne saurait se limiter à ces seules considérations, finalement assez superficielles. En effet, si Maurice Lasnier s’empare de cet anniversaire de Marceau, c’est qu’en ce début du mois de mars 1916, comme pendant la Révolution, l’heure est grave – et évoque sans doute, même si la référence n’est pas mentionnée, le souvenir de 1870. Aussi le recours à cette figure historique doit-il se comprendre dans une démarche indissociable d’une certaine quête d’efficacité : « Jamais plus opportunément qu’aujourd’hui, son nom peut servir de mot d’ordre, de ralliement à nos héroïques troupes de Verdun, de Verdun qu’il contribua, il y a un siècle, à défendre contre l’ennemi, et les aider à vaincre ». Dans une magistrale synthèse récemment publiée, l’historien M. Bourlet a bien montré combien l’attaque allemande du 21 février 1916 met en lumière l’aveuglement du général Joffre, commandant en chef qui jusqu’à la fin de sa vie restera persuadé qu’il ne s’agissait là que d’une manœuvre de diversion, préambule d’une plus vaste opération devant être menée sur une autre portion du front. Pourtant, un certain nombre de sonnettes d’alarme avaient été auparavant tirées, tant au sein du commandement que du parlement. Le journal du député de Paris Henri Galli constitue à cet égard une source précieuse, convoquée du reste par M. Bourlet. Aussi, ce qui est en jeu lors de ces premiers jours de mars 1916 n’est ni plus ni moins que la cohésion entre le politique et le militaire, le législatif et l’exécutif serait-on tenté de dire. Alors que Joffre dispose quasiment des pleins pouvoirs en 1914, il est vrai aussi à la faveur du départ du gouvernement pour Bordeaux, c’est le président du Conseil, Aristide Briand, qui le 22 février lui demande de ne pas céder de terrain et de tout mettre en œuvre pour défendre Verdun. On mesure dès lors le rééquilibrage à l’œuvre dans le processus de décision stratégique, réalité qui fait dire à M. Bourlet que la décision de tenir cette ville « relève d’un choix politique, et non d’une option strictement militaire ». La situation est du reste d’autant plus grave que le fort de Douaumont tombe le 26 février, de surcroît sans combat et ce malgré les récits sensationnels donnés à l’époque. Or ce fait d’armes a pour conséquence d’affaiblir encore un peu plus Joffre et le Grande Quartier Général, et donc mécaniquement de renforcer ses contempteurs, à commencer par Georges Clemenceau[7].

On comprend dès lors mieux un certain nombre de passages de l’article de Maurice Lasnier publié par L’Ouest-Éclair, même si la formulation peut paraître de prime abord assez absconse : « La toge devra comprendre que l’épée qui a sauvé la patrie compromise parfois par la toge du rhéteur politique doit marcher tout au moins de pair avec elle ». Marceau dès lors n’est plus tant l’objet du propos que le support d’une démonstration qui pour être pleinement saisie doit être intégralement recontextualisée. Mais la métaphore a ses limites et l’article sait désigner nommément sa cible, et décocher une frappe chirurgicalement ajustée : « Un Clemenceau lui-même comprendra que, désormais, marchander sa place à l’officier, au général dans les cortèges officiels commémoratifs de la victoire, ce serait humilier tout à la fois et le chef et le soldat, c’est-à-dire la nation tout entière ». De là à ériger le Tigre en figure de l’ennemi intérieur, il y a un pas qui n’est pas loin d’être franchi et qui dit, plus que toute autre chose, combien l’heure est alors jugée grave, ce qui par bien des égards permet d’expliquer l’intensité de la conflictualité politique qui s’observe alors. On comprend du reste mieux pourquoi une telle attaque, pourtant parfaitement contraire aux attendus de la concorde nationale portés par l’Union sacrée, n’est pas censurée.

En d’autres termes, plaider pour la symbiose entre le politique et le militaire, c’est opter pour une solution de modération vis-à-vis de Chantilly, optique qui est d’ailleurs bien dans la ligne de conduite du conciliateur réformiste qu’est Aristide Briand. Loin de l’apolitisme que l’on décrit trop souvent, le propos l’est en réalité éminemment puisqu’il constitue une attaque frontale contre Georges Clemenceau, du reste nommément évoqué par Maurice Lasnier. Quand on connaît d’ailleurs la popularité de ce Tigre qui n’est pas encore le Père la Victoire, dans les milieux catholiques français du début des années 1910, on réalise aisément qu’il y a là une ligne éditoriale qui, encore une fois, relève d’une certaine forme de continuité, celle d’un journal catholique, plutôt conservateur et soucieux de la préservation de l’ordre établi. Parmi ces valeurs, on trouve bien entendu l’autorité, notion centrale quand vient l’heure d’aborder la chose militaire et que Joffre incarne en ce moment précis. Le préserver des attaques de Clemenceau, c’est dès lors réaffirmer le prestige et l’autorité du commandement pour aussi revenir sur un certain nombre de débats qui, à la Belle époque, ont pu être perçus comme attentatoires à l’institution. C’est ce que suggère Maurice Lasnier quand il affirme que « avant la guerre, l’officier a parfois été diminué à l’avantage du soldat ». Si cette foi en la verticalité est sans doute aujourd’hui difficilement intelligible, elle n’en est pas moins consubstantielle à ce XXe siècle qui est celui des chefs[8]. Dès lors, l’Union sacrée inhérente à l’idée la guerre « totale » n’est pas uniquement entre le politique et le militaire mais au sein même de l’armée, entité dont il n’est pas difficile de percevoir dans une perspective holiste qu’elle peut être tenue pour une société française en réduction, puisque les femmes, exemptes du droit de vote, sont alors exclues de la communauté civique : « En ce moment en Argonne, en Artois, dans les Vosges, l’officier et le soldat ne font qu’un, et représentent l’un comme l’autre, l’armée nationale ».

Il reste que pour L’Ouest-Éclair, relayer le message que porte ce 147e anniversaire de la naissance de Marceau, c’est non seulement diffuser un serment patriotique d’allégeance aux autorités civiles et militaires mais réaffirmer un credo républicain qui est une constante de la ligne éditoriale de ce journal jusqu’en 1940[9]. La mémoire est aussi organisation de l’oubli et il est intéressant de remarquer qu’en Morbihan des titres peu suspects de sympathies pour Marianne comme Le Courrier des campagnes ou Le Morbihannais ne relaient ni cette commémoration, ni le discours de Louis Barthou. Non point que ces titres ne soient pas patriotes ou investis dans l’effort de guerre ; L’Action française, également silencieuse à propos de ce 147e anniversaire, n’est-elle pas l’organe du « nationalisme intégral » ? C’est le répertoire d’action au sein de la fabrique de la culture de guerre qui varie. Or, un rapide coup d’œil au sein des corpus numérisés disponibles en ligne sur le portail Retronews montre que la ligne éditoriale de L’Ouest-Éclair n’est en aucun cas exceptionnelle, bien au contraire. Mais le quotidien catholique breton compte parmi les titres où l’information est la mieux relayée, tant du point de vue de la pagination que de l’espace qui lui est accordée.

En revanche, on notera que La Libre parole d’Édouard Drumont n’est pas insensible au discours de Louis Barthou prononcé au théâtre de Chartes et salue à cette occasion « une parole d’homme d’État ». Mais cette ligne éditoriale est moins une manifestation de l’Union sacrée – ardemment réclamée par ce journal ! – qu’un blâme adressé à La Dépêche de Toulouse et à la rumeur infâme[10]… De même, il est intéressant de remarquer que le propos de Maurice Lasnier amplifie, mais dans une optique rigoureusement semblable quoi que moins détaillée, celui de Louis Barthou. En effet, à Chartres, celui-ci rappelle :

« Le peuple de France ne fut jamais plus grand que dans cette tragique épreuve où se joue sa destinée. Ceux-là s’abaisseraient à un rôle odieux qui, opposant des classes, des confessions ou des opinions les unes aux autres, tenteraient de diviser des Français que le péril commun auquel ils ont tous fait face d’un même élan et la gloire commune ont fraternellement unis. »

Non seulement l’appel à l’Union sacrée est une posture défensive mais on voit aussi combien cette rhétorique est à la fois un appel à la totalisation du conflit et un aveu de faiblesse, puisque résultant de propos attestant sa nullité[11]. Plus subtil que L’Ouest-Éclair, La Dépêche d’Eure-et-Loir ne s’y trompe d’ailleurs pas. En effet, si Louis Barthou reste assez allusif dans son propos, un intertitre placé par la rédaction vient guider le lecteur et lui désigner la cause de la désunion : le contrôle parlementaire de l’action militaire. L’ancien président du Conseil a beau ériger le gouvernement d’alors en « véritable comité de salut public », il n’en demeure pas moins partisan d’une pleine liberté de manœuvre pour Joffre : « Le contrôle s’appellerait d’un autre nom et il commettrait une usurpation dangereuse s’il prétendait s’immiscer, sous une forme ou sous une autre, dans la direction même des affaires publiques ou des opérations militaires ».

Carte postale. Wikicommons.
Carte postale. Wikicommons.

Encore une fois, l’Union sacrée est invoquée pour mieux accuser des adversaires politiques de la menacer, ou de la rompre. Si cette rhétorique n’est pas sans faire songer au mécanisme de patriotisme défensif jadis mis en évidence à propos de l’été 1914 par l’historien J.-J. Becker, il n’en trompe pour autant pas l’observateur attentif[12]. Plus que d’une attitude de concorde politique et patriotique, c’est d’une injonction morale, indissociable de la culture de guerre, dont il s’agit ici. Par bien des égards, un tel constat découle d’une sociologie fonctionnaliste de ce 147e anniversaire et produit une analyse mettant en évidence le sens de cette manifestation et de ces divers échos médiatiques. Mais tout cela dit finalement peu de la fabrique de ce message. En d’autres termes, il reste à revenir sur les « définisseurs primaires » évoqués plus haut, c’est-à-dire sur les personnes et instances à l’origine de ce discours, moins simple conférence commémorative donnée dans un théâtre que véritable campagne de communication. Qui est à la manœuvre et quel est le degré de verticalité de la procédure ? Qui identifie l’opportunité que constitue cette commémoration et qui décide de l’exploiter ? Et quelle est la marge de manœuvre de la presse d’alors, ce qui pose la question de son consentement à l’effort de guerre et, d’une certaine manière, celle de « l’opinion publique » ?


[1] Sur ce dernier voir Le Bloas, Alain, La gloire de La Tour d’Auvergne. Une histoire de l’admiration au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[2] « Rien ne rompra l’union des Français », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6110, 6 mars 1916, p. 2.

[3] « 147e anniversaire de Marceau », Journal de Chartres, 79e année, n°29, 8 mars 1916, p. 2. Voir aussi « 147e anniversaire de la naissance du Général Marceau », La Dépêche d’Eure-et-Loir, 18e année, n°4991, 5 mars 1916, p. 3. Malheureusement, le numéro 4992 du 6 mars 1916 est manquant sur le site des Archives départementales d’Eure-et-Loir tandis que ce titre n’est pas consultable via Gallica. Il faut passer par la plateforme Retronews pour consulter « Le 147e anniversaire de la naissance de Marceau », La Dépêche d’Eure-et-Loir, 18e année, n°4992, 6 mars 1916, p. 2-3. C’est dans ce titre que  le discours de Louis Barthou est semble-t-il le plus fidèlement retranscrit et c’est en tout cas sur celui-ci que se base le propos de ce billet.

[4] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317.

[5] Frinault, Thomas, Karila-Cohen, Pierre et Neveu, Érik, Qu’est-ce que l’opinion publique, Paris, Gallimard, 2023, p. 303.

[6] Febvre, Lucien, « L’histoire dans le monde en ruines : Leçon d’ouverture du cours d’histoire moderne à l’Université de Strasbourg », Revue de synthèse historique, Tome XXX-IV, n°88, février 1920, p. 1-15.

[7] Bourlet, Michaël, Verdun 1916. La guerre de mouvement dans un mouchoir de poche, Paris, Perrin, 2023, p. 111-140.

[8] Cohen, Yves, Le Siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Editions Amsterdam, 2013.

[9] Lagree, Michel, Harismendy, Patrick, Denis, Michel (dir.), L’Ouest-Eclair. Naissance et essor d’un grand quotidien régional, 1899-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

[10] « Une Parole d’homme d’État », La Libre parole, 25e année, n°8711, 6 mars 1916, p. 1.

[11] Sur le processus inachevé de la totalisation de la Grande Guerre et sur donc les limites de l’idée de « guerre totale » je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[12] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (12 février 2024). Le général Marceau : d’un Verdun à un autre. Ar Brezel. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsyw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.