Marcel Landegren : fantassin et footballeur

Le nom de Marcel Landegren, pour l’état-civil, son patronyme étant usuellement écrit Landgren, n’est pas le plus connu des sportifs bretons. Seuls les plus fins connaisseurs de l’histoire du Stade rennais se rappellent qu’il en est le président en 1938, alors que le club traverse une profonde crise financière et qu’il n’est pas nécessairement l’institution solide et synonyme d’excellence que l’on connait aujourd’hui. Mais, paradoxalement, c’est sous les couleurs d’une autre équipe, beaucoup moins célèbre, que le parcours footballistique de Marcel Landegren nous intéresse, l’Union sportive servannaise. En effet, avec ce maillot, le malouin mène une carrière d’autant plus intéressante qu’elle met en lumière le rôle d’un acteur assez inattendu : l’institution militaire. En effet, on y découvre un acteur d’autant plus surprenant du marché des transferts qu’il est manifestement décisif : le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo.

Marcel Landegren naît le 12 avril 1890 d’une mère répertoriée comme étant sans profession et originaire de Douai, dans le Nord, et d’un père capitaine au long-cours, alors en mer, aux racines suédoises. Détail cocasse, son acte de naissance indique qu’il voit le jour à « dix minutes du matin » ; une jolie manière de dire. Cette même archive fait par la suite, à l’occasion de deux mentions complémentaires, mention de deux mariages. Le premier est célébré en la mairie du 10e arrondissement de Paris le 9 avril 1920, avec une certaine Georgette Louise Toussaint[1]. Le second l’est à Rennes, le 20 décembre 1934 avec une certaine Margueritte, Marie, Jeanne Brunet. Nous ne savons rien de plus quant à ces unions[2]. En revanche, cette archive indique qu’il décède le 26 novembre 1978 à Eaubonne, non loin d’Argenteuil[3].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

La fiche matricule de recrutement est l’autre document permettent de jalonner quelque peu la vie de Marcel Landegren. Également conservée aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, cette source permet d’en savoir un peu plus sur ce sportif émérite, par ailleurs on l’a dit ancien président du Stade rennais. En premier lieu, on apprend que, dès la Belle époque, la vie de cet homme est faite d’allers et retours entre la Côte d’Émeraude et la région parisienne, indice d’une mobilité de la société d’alors beaucoup plus grande que ce qu’une certaine mémoire collective volontiers victimaire suggère trop souvent. Son mariage en 1920 en la mairie du 10e arrondissement n’est donc pas une rupture qui serait induite par la guerre mais bien, au contraire, la poursuite d’un cheminement initié avant 1914. En effet, lors de son passage devant le Conseil de révision, Marcel Landegren déclare être employé de commerce dans le 9e arrondissement de Paris, domiciliation qui semble pourtant provisoire puisqu’il continue à dépendre du bureau de recrutement de Saint-Malo. D’ailleurs, sa fiche matricule de recrutement ne consigne aucune adresse, comme si celle-ci était implicitement locale et son parcours parisien nécessairement transitoire.

Toujours est-il que c’est sur la Côte d’Emeraude, au 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, que Marcel Landegren est incorporé au titre du service militaire, en tant que soldat de 2e classe, le 7 octobre 1911. C’est le prélude d’une vie sous les drapeaux ponctuée par un engagement pour un an à compter du 15 avril 1913 – contrat dont découle trois jours plus tard une sortie du rang et l’obtention des galons de sergent, ce qui correspond du reste peu ou prou au niveau socioculturel qu’il affiche en déclarant exercer la profession d’employé de commerce – mais aussi un départ au feu suite à la mobilisation générale, une grave blessure à la jambe contractée lors de la bataille de Charleroi, une captivité en Allemagne ainsi qu’une libération anticipée pour raisons médicales le 5 décembre 1915[4].

La visualisation de ce que l’on sait des grandes étapes de la vie de Marcel Landegren fait clairement apparaître deux axes de cohérence, l’un en Ille-et-Vilaine, oscillant être Rennes et Saint-Malo, l’autre en région parisienne. Si la Grande Guerre apparaît comme une rupture dans ce parcours biographique, c’est en ce qu’elle le conduit à sortir de ces deux espaces, que cela soit pendant les premières semaines de la campagne, lors de la bataille de Charleroi, ou lors de son internement en Allemagne.

D’origine suédoise, Marcel Landegren porte un patronyme qui, s’il est systématiquement mal orthographié dans la presse, le rend aisément identifiable parmi les nombreuses ressources disponibles en ligne et consultables au moyen d’une solution de reconnaissance optique de caractère. Bien entendu, l’œil du chercheur doit demeurer acéré. L’informatique ne dispense en effet nullement de lire les sources, ne serait-ce que pour traquer les inévitables homonymies qui ne manquent pas d’apparaitre dans de telles enquêtes[5]. Mais il n’en demeure pas moins que, pour qui sait l’utiliser judicieusement, le journal se révèle être une archive précieuse offrant de nombreux chemins détournés.

On a dit plus haut que Marcel Landegren est le fils d’un capitaine au long-cours, d’ailleurs en mer quand il voit le jour. Or ce que permet de saisir cette archive, c’est le degré de notabilité d’Auguste Landegren, son père. En effet, on retrouve son nom à plusieurs reprises dans L’Ouest-Éclair au cours des années 1900. Par exemple, c’est au titre de capitaine au long-cours qu’il siège au tribunal maritime de Saint-Malo, aux côtés du reste du juge Saint-Mleux du tribunal de commerce : une famille qui compte sur la Côte d’Émeraude et dont on sait par ailleurs que plusieurs membres servent sous l’uniforme du 47e RI pendant la Grande Guerre[6]. À partir de 1906, le nom de Landgren apparaît à de nombreuses reprises, que cela soit dans Le Phare de la Loire, mais aussi de La Petite Gironde : à chaque fois il s’agit d’informer le lectorat des escales des navires commandés par un officier portant ce patronyme même s’il n’est pas possible de certifier qu’il s’agisse du même individu. À l’instar du Frank Delmas, le parcours professionnel de ce marin s’inscrit dans un triangle dont les sommets sont les ports de Bordeaux et Nantes, la côte sud de l’Angleterre et le littoral algérien. Mais encore un fois, c’est bien la prudence qui en l’état actuel des connaissances doit prédominer. Néanmoins, notons que si l’identification était exacte, alors la géographie assez étendue de la biographie de Marcel Landegren, entre région parisienne et Ille-et-Vilaine, n’aurait rien d’étonnant au regard du parcours de son père. C’est même d’une certaine forme de perpétuation dont il s’agirait, à la différence près que l’élément maritime en est complètement absent.

Toujours est-il que la célébrité de Marcel Landegren, si elle est bien entendu due à ses exploits sportifs, participe aussi d’une certaine forme de reproduction. En d’autres termes, non seulement cet athlète ne vient pas de « nulle part » mais il est le rejeton d’une famille appartenant à une certaine notabilité, celle d’un officier de marine marchande honorablement connu dans ce milieu professionnel[7]. La chose est d’autant plus certaine qu’un frère d’Auguste Landgren, Philippe, exerce aussi ce métier et assure des commandements pour la Compagnie générale transatlantique, sur la ligne Le Havre-New York[8].

Vue du port de Saint-Malo, le quai Saint-Vincent. Collections Musée de Bretagne : 998.0058.80.2.
Vue du port de Saint-Malo, le quai Saint-Vincent. Collections Musée de Bretagne : 998.0058.80.2.

Mais ce que permet surtout la presse en tant que source, notamment par le biais des solutions de reconnaissance optique de caractère, c’est de mettre en lumière la carrière sportive de Marcel Landegren. Or ce parcours n’est pas sans épouser les contours de sa vie militaire. C’est probablement le 25 septembre 1910 que le nom du malouin apparaît pour la première fois dans la presse, à l’occasion d’une rencontre de football opposant dans la Marne le Racing club de Reims au CASG Paris, équipe dont il porte alors le maillot. Rappelons d’ailleurs que la chose est alors logique puisque l’on sait grâce à sa fiche matricule de recrutement qu’il réside encore pour quelques mois en région parisienne, où il occupe un poste d’employé de commerce. Sur le terrain, il est en revanche attaquant et est semble-t-il d’un bon niveau, si l’on en juge par le fait que trois de ses co-équipiers ont déjà eu l’honneur d’une cape internationale (Barreau, Allemane et Zeiger)[9]. Ajoutons enfin que ce club nous permet de formuler l’hypothèse qu’en région parisienne Marcel Landegren travaille pour la société générale, puisque cette équipe est celle de cette banque. C’est là une idée d’autant plus séduisante qu’elle n’est pas sans faire songer au parcours d’Émile Saint-Mleux, lui aussi un temps employé de cette entreprise avant de s’engager au 47e RI et également footballeur en vue de l’Union sportive servannaise[10].

Néanmoins, il est très difficile de se faire une idée exacte du niveau sportif de Marcel Landegren au regard de cette seul archive. S’il côtoie visiblement de grands joueurs sous le maillot du CASG, relève-t-il de cette catégorie ? La chose n’est pas évidente à en juger par le compte-rendu publié au lendemain du match contre Reims. Si cette équipe est de « première série » et est championne en titre de Paris, la rencontre est un match de début de saison où le niveau des individualités est manifestement décrit comme disparate. Le journaliste de L’Indépendant rémois affirme même que « tous les joueurs et même l’arbitre manquent d’entraînement ». Dans l’équipe de la Société générale, quelques athlètes (Pierre Allemane, Barreau, Debrion, Zeiger, Tremblay, Letailleur, Mathieu) sont décrits comme portant « des noms fameux », mais celui de Landegren ne figure pas dans cette liste. De même, si le score est prolifique, chaque équipe marquant 4 buts, on ne sait pas si le malouin en inscrit un[11]. Il n’est d’ailleurs pas certain qu’il joue beaucoup dans cette formation, et son nom n’apparaît plus que rarement dans la presse, comme le 14 avril 1911 dans L’Auto[12].

S’en suivent quelques semaines de flottement pour l’historien dépourvu d’archives avant qu’on ne retrouve Marcel Landegren sur la Côte d’Émeraude, pour y effectuer son service militaire mais aussi pour y porter le maillot de l’Union sportive servannaise. Dès le mois de novembre 1911, à peine un mois donc après son incorporation en tant que soldat de 2e classe, le lecteur attentif le retrouve dans la rubrique sportive de L’Ouest-Éclair. Le 5 novembre 1911, il est question d’un match joué à Saint-Malo, sur la plage des grèves de Chasles, contre l’US rennaise et Landegren officie cette fois-ci non plus comme attaquant mais comme gardien de but ; une rencontre amicale et pour le moins tranquille dans les cages puisque conclue sur le score de 8 à 0[13]. Or non seulement cet engagement dans un club sportif privé se conjugue avec son statut de conscrit mais il se prolonge sur les terrains puisqu’en plus du maillot de l’USS, le malouin porte celui de l’équipe de football du 47e RI inscrite en championnat militaire. Il en est d’ailleurs un des fers de lance et est répertorié dès le 27 novembre 1911 comme comptant parmi les « très bonnes individualités » de cette formation, aux côtés d’ailleurs d’un certain Simon, sociétaire du Stade rennais[14].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

L’Union sportive servannaise est alors ce qu’il convient d’appeler un bon club, doté d’un riche palmarès, quoi que fondé seulement en 1902. Débutant en « deuxième série », l’équipe accède en division supérieure lors de la saison 1903-1904 et compte alors dans ses rangs 9 joueurs anglais. Déjà la rivalité avec le Stade rennais est manifeste et le club s’empare de ses premiers trophées : champion de Bretagne en 1905, il est néanmoins défait par cette même équipe l’année suivante. Il faut attendre la saison 1909-1910 pour que Saint-Servan remporte une nouvelle fois le championnat de Bretagne, avec une formation cette fois-ci exclusivement française. En 1911, l’USS conserve son titre, mais ne parvient pas à confirmer à l’étape suivante, en championnat de France[15].

Pour autant, la question du niveau sportif de Marcel Landegren reste encore, à ce stade de la démonstration, entière. Quelques articles publiés au mois de décembre 1911 par L’Ouest-Éclair apportent toutefois un faisceau de réponses intéressant. À l’occasion d’un match remporté contre le Stade rennais, manière de derby disputé à Saint-Servan où s’affrontent aussi deux styles bien différents, l’USS étant très portée sur l’attaque, son adversaire sur la défensive, le journal de la rue du Pré-Botté, dithyrambique, rappelle que le gardien des buts ussistes n’a pas à déployer une grande activité lors de cette partie et que, même, il « il gèle dans ses bois ». En effet, la rencontre se déroule dans des conditions climatiques éprouvantes et le reporter en vient même à regretter que le match n’ait pas été reporté :

« L’arbitre aurait dû nous épargner cette pitoyable exhibition de joueurs transis et grelottants dont certains risquaient une fatale congestion. Il y a des limites à l’endurance et à l’énergie humaines qui dimanche furent trop largement dépassées. »

Difficile donc, dans ces conditions, de tirer un bilan fiable mais on notera que L’Ouest-Éclair dit de Marcel Landegren qu’avec « de l’expérience et de l’entraînement, il pourra être un bon goal » même si, lors de ce match, « il a manqué de sang-froid ». Autrement dit, c’est d’un talent prometteur dont il s’agit, jugement qu’il convient de rapporter à sa jeunesse – il n’a alors que 21 ans – et au fait qu’il joue dans une formation de très bon niveau. En effet, l’un de ses membres, Forest, est même considéré comme proche de l’équipe de France[16].

Quelques jours plus tard, à noël, ce qui vient rappeler combien l’on n’a pas attendu le boxing day pour que la trêve des confiseurs ne soit pas celle des champions, l’Union sportive servannaise affronte une sélection de joueurs tchèques, formation dont L’Ouest-Éclair affirme qu’elle est « de premier choix ». Là encore, une telle appréciation est délicate à évaluer. Dans quelle mesure, à la manière de César à propos des Vénètes, n’y a-t-il pas là un procédé rhétorique destiné à magnifier la performance des ussistes, vainqueurs sur le score de 5 à 2 ? Mais à l’inverse, on pourra avancer l’idée qu’il s’agit là d’un match de gala organisé à une date qui n’est pas anodine, et qu’en conséquence l’affiche se doit d’être séduisante pour emporter l’adhésion du public, ce qui suppose donc un certain niveau. Les deux options demeurant ouvertes, la question du niveau reste à trancher. Du compte-rendu du match, en revanche, il ressort deux éléments principaux. En premier lieu, la performance d’un athlète surnommé « petit Gorge » est particulièrement mise en avant, quitte à user d’un ton volontiers polémique : « Pourquoi négliger un tel joueur et lui préférer dans l’équipe de France un Nicol » ? Bien entendu, rien ne nous permet d’évaluer la pertinence d’une telle interrogation. L’historien n’est ni entraîneur, ni journaliste sportif et il n’a aucune compétence en matière technique. Pour autant, il importe de souligner que, quelle que soit l’opinion que l’on puisse avoir à son propos, une telle interrogation semble être un bon indice de la valeur de cette équipe, une formation que l’on peut sans trop de risque d’erreur considérer comme étant de haut niveau et portée par un champion dont on dit qu’il pourrait faire l’objet d’une sélection nationale. Par ricochet, cela paraît en dire long sur le niveau de Marcel Landegren, gardien de but, et c’est le deuxième élément qu’il faut retenir de cet article. En effet, L’Ouest-Éclair explique qu’il est « plusieurs fois obligé de s’employer » au cours de ce match mais que les deux buts qu’il a eu à encaisser « étaient absolument imparables ». D’ailleurs, le quotidien catholique note qu’il effectue au cours de cette rencontre « de bons arrêts »[17]. Une performance qui, rappelons-le, est accomplie dans un match de niveau européen donc.

Une colonne du 47e régiment d'infanterie passe devant la caserne de Rocabey à Saint-Malo. Collections Musée de Bretagne : 975.0041.302.
Une colonne du 47e régiment d’infanterie passe devant la caserne de Rocabey à Saint-Malo. Collections Musée de Bretagne : 975.0041.302.

Encore une fois, il ne faut sans doute pas prendre au pied de la lettre ce que dit le journal de la rue du Pré-Botté. Rappelons que le terrain, en l’absence de retransmission filmée – et quand bien même celles-ci seraient-elles absolument neutres, ce qui reste très largement à prouver – constitue un angle mort absolu des archives, ce qui n’est pas la moindre des gageures quand vient le moment de s’atteler à l’écriture d’une histoire sportive. Nous ne disposons que des discours sur les matchs, par des rencontres elle-même, et c’est bien d’une histoire des représentations dont il s’agit ici, pas d’une analyse cherchant à objectiver le niveau de performance de tel ou tel athlète. Non pas qu’une telle démarche intellectuelle soit infondée ou inappropriée ; c’est juste que par manque d’archives, elle nous est inaccessible. En revanche, et c’est là où la presse en tant que source est une archive précieuse venant savamment enrichir la fiche matricule de recrutement, ces articles nous permettent de certifier que, dès son arrivée au 47e RI, Marcel Landegren est un footballeur considéré à l’époque comme étant de haut niveau. Bien entendu, cette expression n’est pas à considérer au sens propre, dans la mesure où ce n’est que dans la seconde moitié du XXe siècle que ce statut naît en France[18]. En cela, nous suggérons l’idée que le gardien de l’USS n’est pas en octobre 1911 qu’un simple conscrit, soldat de 2e classe du 47 RI ; il est aussi un sportif d’élite, ou tout du moins aspirant à l’être, et suscitant suffisamment d’espoirs pour que l’institution militaire mise sur lui par le biais notamment d’une équipe régimentaire. Ajoutons d’ailleurs que le match de noël 1911 contre une sélection tchèque donne lieu à une revanche, disputée le lendemain. Si celle-ci se solde par un match nul (1-1), L’Ouest-Éclair met encore une fois en exergue la prestation de Marcel Landegren qui effectue, nous dit-on, de beaux arrêts avant d’être replacé en position d’attaquant ! Or ce mouvement surprenant n’empêche pas une appréciation globalement favorable à propos de ce joueur puisque le quotidien rennais affirme que, même s’il « eut rarement le ballon », « cela a cependant suffi pour donner l’impression qu’en fin de saison il sera un excellent goal »[19]

Marcel Landegren paraît confirmer en 1912 les espoirs placés en lui, tout du moins à en croire les colonnes de L’Ouest-Éclair qui ne manquent pas de propos élogieux à son égard. Dès le 2 janvier, rendant compte d’un match disputé contre les parisiens du Gallia Clubvainqueurs en 1905 du championnat de France de l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) – et remporté largement par 6 buts à 0, le quotidien catholique souligne la performance du gardien ussiste, auteur de deux arrêts « excellents »[20]. Quelques semaines plus tard, lors d’une victoire largement acquise en demi-finale du championnat de France contre Orléans – le score est de 13 à 0 – il n’a en revanche pas « l’occasion d’effectuer un arrêt »[21]. Difficile donc dans ces circonstances de jauger sa performance. Même chose du reste en ce qui concerne la défaite concédée, en prolongations, contre l’AS Française. Si L’Ouest-Éclair affirme que le gardien servannais « a fourni une partie honorable », ce jugement demeure en définitive bien vague[22]. En revanche, quelques semaines plus tard, le quotidien rennais le crédite non seulement d’arrêts « superbes » mais prend bien soin de préciser que « le but qu’il laissa passer était imparable »[23]. En novembre 1912, il est alors considéré comme ce qu’il y a de « mieux comme goal en Bretagne »[24]. Placé en position d’attaquant lors d’un match contre Laval en janvier 1913 (victoire 4 à 0), il est jugé « excellent » bien que « trop souvent off side »[25]. Si la saison 1913-1914 est plus difficile, notamment du fait d’un repositionnement dans le champ, il est considéré comme faisant partie des meilleurs joueurs de cette formation[26].

Une équipe du Stade lavallois, sans lieu ni date (Carte postale). Collection particulière.
Une équipe du Stade lavallois, sans lieu ni date (Carte postale). Collection particulière.

Marcel Landegren s’avère donc être en ce début des années 1910 un véritable pilier de l’USS à tel point qu’il lui arrive aussi de jouer en tant que gardien de but… de l’équipe de hockey (selon tout vraisemblance sur gazon) du club[27]. Vainqueur du championnat de Bretagne en 1913 et en 1914, à chaque fois contre le rival du SRUC[28], il continue à porter le maillot de l’équipe du 47e RI, en plus donc de l’uniforme de ce régiment, même si la densité du calendrier sportif n’est pas sans générer un certain nombre de conflits d’agendas. En mars 1912, il est ainsi excusé lors du derby de la 10e région militaire qui, à Villebois-Mareuil, dans les faubourgs est de Rennes, voit s’opposer les équipes des 47e et 41e RI. Retenu à Laval avec l’USS, pour disputer une partie contre Angers, il n’est pas sur le terrain[29]. Cette absence semble du reste suggérer une certaine primauté des championnats civils sur les épreuves militaires mais la chose reste néanmoins à démontrer. Ce d’autant plus que l’on voit bien la place du régiment dans une carrière telle que celle-ci, où le haut-niveau ne se conjugue pas avec professionnalisme. Si un système de primes a pu peut-être exister, il n’en demeure pas moins que c’est bien la solde qui est à la base des émoluments de ce footballeur.

Ces performances peinent toutefois à rendre compte de la notoriété de Marcel Landegren. Si celle-ci est difficile à mesurer avec précision, la presse permet toutefois de jauger de la popularité du football en Ille-et-Vilaine à la Belle époque. En septembre 1913, alors qu’au mois d’avril précédent l’USS a connu une nouvelle désillusion en championnat de France face aux parisiens du CASG, Landegren émet le souhait de quitter ses cages et de rejoindre le champ, sur la ligne d’avants : la nouvelle est largement commentée par L’Ouest-Éclair, dans un article qui n’est pas sans faire songer aux actuelles spéculations inhérentes à toutes les périodes de transferts[30]. Rendant compte de la finale opposant en février 1912 l’USS au SRUC en finale du championnat de Bretagne, Le Phare de la Loire, quotidien publié à Nantes, ce qui en soi est déjà riche de sens, donne une description pour le moins étonnante des conditions de jeu. La rencontre a beau en effet être disputée à La Mabilais, sur un terrain en pente, ce ne sont pas moins de 6 000 personnes qui suivent le match, dont 1 500 supporters venus de « la région malouine ». Or là est justement l’occasion d’un propos où la chronique footbalistique est peut-être le révélateur d’enjeux plus vastes :

« Même à Paris, un match d’association ne ferait pas une aussi belle recette : il serait justement à désirer que quelques pontifes de la Commission Centrale fassent le déplacement pour se rendre compte de visu de l’enthousiasme soulevé par cette rencontre ; ils jugeraient alors l’énorme essor donné à la cause sportive par ce bienfaisant match. Ils apprendraient encor un tas de choses, car il leur faudrait bien avouer que la réputation d’un Gorge, d’un Forest, d’un Potier, d’un Ory, n’est pas surfaite et que si chacun d’eux n’a jamais été appelé à faire partie d’une équipe nationale, c’est parce que l’on n’en veut pas à Paris. »[31]

Preuve s’il en fallait que le binôme sport et politique ne date pas d’aujourd’hui… Mais pour ce qui nous intéresse ici, on se contentera d’insister sur ces 6 000 spectateurs qui se pressent à La Mabilais et qui constituent autant d’indices de la popularité du football, de l’USS et donc de Marcel Landegren. En décembre 1913, un match contre le Stade rennais joué au Parc des sports attire les « 2 000 et quelques centaines de spectateurs qui depuis plusieurs années forment le public des grands jours »[32]. En mars 1912, Le Petit courrier rend compte en première page, photographie à l’appui, de la victoire des ussistes contre l’Angers Université Club, pourtant champion d’Atlantique, sur le score de 5 à 0. Même si disputé à Laval, sur terrain neutre, le match réunit 3 000 spectateurs[33]. En octobre 1912, une rencontre de début de saison disputée sur la grève de Chasles face à Saint-Brieuc, une équipe moins huppée que le rival du SRUC, attire 2 000 spectateurs[34]. Quant au prix des places, il ne paraît pas complètement anecdotique. C’est en tout cas ce que suggèrent les tarifs pratiqués à l’occasion d’un match contre Rennes en février 1913 : 0,50F, sauf pour les scolaires et les militaires qui disposent d’un tarif préférentiel à 0,25F[35]. Des sommes à resituer dans le pouvoir d’achat de l’époque…

L'équipe de l'USS telle qu'elle est présentée aux lecteurs du "Petit Courrier" le 11 mars 1912, à l'occasion d'un match contre le Angers Université Club. D'après ce journal, Marcel Landegren est au troisième rang, au milieu. Gallica / Bibliothèque nationale de France.
L’équipe de l’USS telle qu’elle est présentée aux lecteurs du “Petit Courrier” le 11 mars 1912, à l’occasion d’un match contre le Angers Université Club. D’après ce journal, Marcel Landegren est au troisième rang, au milieu. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Le grand avantage de la presse est qu’elle permet de retrouver le chemin de la carrière sportive de Marcel Landegren après la guerre. Car, malgré les blessures et le taux de pension à 90%, celle-ci continue. Certes, les modalités en sont bien différentes qu’à la Belle époque et il n’est désormais plus question de marquer des buts pour les plus prestigieuses équipes. Le Malouin, s’il porte toujours le maillot de l’USS, est solidement dévolu aux cages, et de surcroît en section vétéran.  C’est désormais à 9 heures le matin qu’il joue, et devant un public que l’on imagine sans mal bien clairsemé[36]. Mais il joue, même si c’est de nouveau dans les cages, ce qui, au regard des blessures contractées à Charleroi n’allait pas nécessairement de soi[37].


[1] L’acte de ce mariage fait partie d’un registre qui n’est pas disponible en ligne et n’a vraisemblablement pas été conservé.

[2] Les registres de mariages de Rennes ne sont consultables en ligne que jusqu’en 1922.

[3] Arch. dép. I&V : 10 NUM 35313 630, acte n°83.

[4] Arch. dép. I&V : 1 R 2083.38.

[5] Pour de plus amples développements je me permets de renvoyer à Collas, Alain et Le Gall, Erwan (dir.), La Presse comme source. Retours d’expérience et mode d’emploi, Ploemeur, Éditions CODEX, 2023.

[6] « Tribunal maritime », L’Ouest-Éclair, 5e année, n°1336, 16 avril 1903 p. 3 ; Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[7] C’est ce que suggère la Médaille de vermeil de la Compagnie générale transatlantique reçue en 1907. « Armement », L’Information financière, économique et politique, 10e année, n°99, édition du soir, 27 avril 1908, p. 3.

[8] « Nos états-majors », L’Ouest-Éclair, 9e année, n°3321, 18 février 1908, p. 5.

[9] « Le match RC Reims CASG de Paris », L’Indépendant rémois, 42e année, n°14246, 25 septembre 1910, p. 3.

[10] Arch. dép. I&V : 1 R 2161.1789 ; « Morts pour la patrie. Renseignements fournis par la famille », Le Salut, n°82, 22-23 octobre 1915, p. 1 ; « L’USS », Le Salut, 35e année, n°92, 14-15 novembre 1916, p. 2.

[11] « Société générale contre Racing-Club de Reims », L’Indépendant rémois, 42e année, n°14247, 27 septembre 1910, p. 2.

[12] « Les Déplacements de Pâques », L’Auto, 12e année, n°3833, 14 avril 1911, p. 5.

[13] L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4669, 5 novembre 1911, p. 3; « US Rennaise – US Servannaise », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4670, 6 novembre 1911, p. 3.

[14] « Les Championnats militaires », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4691, 27 novembre 1911, p. 3.

[15] « L’Historique de l’US Servannaise », L’Ouest-Éclair, 15e année, n°5563, 20 mars 1914, p. 10.

[16] « US Servannaise Stade Rennais », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4706, 12 décembre 1911, p. 3.

[17] « US Servannaise bat les Tchèques par 5 buts à 2 », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4720, 26 décembre 1911, p. 2.

[18] Fleuriel, Sébastien, « L’Invention du sport de haut niveau », Le Sport de haut niveau en France, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2013, p. 25-35.

[19] « Union sportive servannaise et tchèques font match nul : 1 à 1 », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4722, 28 décembre 1911, p. 2.

[20] « US Servannaise bat Gallia Club par 6 buts à 0 », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4727, 2 janvier 1912, p. 3.

[21] « Union sportive servannaise écrase le CASG d’Orléans par 13 buts à 0 », L’Avenir de la Mayenne, 35e année, n°13, 31 mars 1912, p. 2 ; « Union sportive servannaise écrase le CASG d’Orléans par 13 buts à 0 », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4809, 25 mars 1913, p. 3.

[22] « Saint-Servan en est éliminée », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4817, 2 avril 1912, p. 2.

[23] « L’entraînement à l’USS », L’Ouest-Éclair, 14e année, n°5025, 1er octobre 1912, p. 2.

[24] « US Servannaise bat CS Rennais par 4 buts à 1 », L’Ouest-Éclair, 14e année, n°5082, 26 novembre 1912, p. 3.

[25] « US Servannaise bat S. Lavallois par 4 buts à 0 », L’Ouest-Éclair, 14e année, n°5145, 28 janvier 1913, p. 2.

[26] « Le Match Saint-Servan-Caen », L’Ouest-Éclair, 15e année, n°5540, 25 février 1914, p. 9.

[27] « Pâques sportives à Dinard », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4825, 10 avril 1912, p. 3.

[28] « L’US Servannaise triomphe du stade rennais par 3 buts à 0 », L’Ouest-Éclair, 14e année, n°5159, 11 février 1913, p. 2 ; « L’US Servannaise est champion de Bretagne », L’Ouest-Éclair, 15e année, n°5517, 2 février 1914, p. 8.

[29] « 41e contre 47e », L’Ouest-Éclair, 13e année, n°4795, 11 mars 1919, p. 2.

[30] « À l’Union sportive servannaise », L’Ouest-Éclair, 15e année, n°5379, 17 septembre 1913, p. 2.

[31] « Victoire du Stade rennais », Le Phare de la Loire, 98e année, n°25497, 12 février 1912, p. 3.

[32] « Stade rennais bat US Servannaise par 4 buts à 1 », L’Ouest-Éclair, 15e année, n°5461, 8 décembre 1913, p. 2.

[33] « Le Match de Foot-Ball Association de Laval », Le Petit Courrier, 30e année, n°73, 13 mars 1912, p. 3.

[34] « US Servannaise bat Stade Briochin par 3 buts à 0 », L’Ouest-Éclair, 14e année, n°5056, 29 octobre 1912, p. 3.

[35] « US Servannaise – CS Rennais », L’Ouest-Éclair, 14e année, n°5150, 2 février 1913, p. 3.

[36] « Convocations », L’Ouest-Éclair, 28e année, n°9122, 14 octobre 1926, p. 2.

[37] « Match amicaux », L’Ouest-Éclair, 28e année, n°9313, 23 avril 1927, p. 7.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2024, 30 janvier). Marcel Landegren : fantassin et footballeur. Ar Brezel. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpqc

2 réflexions sur « Marcel Landegren : fantassin et footballeur »

  1. Bonjour,
    j’essaie de retracer le parcours de mon grand-père. Fait prisonnier à Maubeuge et captif durant toute la guerre il a travaillé dans au moins une ferme . Avez vous des documents sur ce type de travail?
    Je cherche aussi des documents sur le retour “au pays” (Finistère nord).
    En vous remerciant par avance.

    1. Bonjour,
      Je vous suggère de contacter Davye Cesbron de ma part: pour tout ce qui concerne la captivité, elle est la référence qui va certainement s’imposer dans les années à venir. Voici le lien vers son carnet de recherches: https://prisonniers.hypotheses.org/author/prisonniers
      Pour le retour des prisonniers dans le Finistère nord, le mieux est sans doute d’aller aux Archives départementales, à Quimper. Sachant que les enjeux fonciers de la sortie de guerre restent à mon humble avis encore un agle mort à défricher…
      Erwan LE GALL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.