La chanteuse Fély Clement, de l'opéra de Boston, drapée dans la bannière étoilée. Library of Congress: LC-B25546.

Les Consuls des États-Unis en Bretagne pendant la Grande Guerre

L’historien Y.-H. Nouailhat a montré combien les autorités présentes le 26 juin 1917 pour accueillir les premiers éléments du corps expéditionnaire américain débarquant en France sont réduites à la portion congrue : le secrétaire général de la préfecture de Loire-Inférieure, le sous-préfet de Saint-Nazaire et un officier de Marine[1]. Le secret entourant cette opération, qui est imposé par la guerre sous-marine « à outrance » décrétée par les Allemands, explique à bien des égards la modestie de cette délégation. Mais on reste toutefois étonné par l’absence d’autorités consulaires en ce jour marquant la véritable entrée des États-Unis dans la dimension militaire du conflit[2]. On pourra toujours rétorquer que la représentation américaine fait défaut dans le port de l’estuaire de la Loire. Il faut en effet attendre le 12 septembre 1917 pour que le Département d’État installe à Saint-Nazaire un consulat, tenu par deux hommes précédemment en poste à Nantes, le consul de VIIe catégorie Milton Beckwith Kirk et son adjoint le vice-consul Arthur L.V. Hutt, un sujet britannique[3]. Quelques semaines plus tard, le 30 novembre 1917, le consul de VIIIe catégorie Sample B. Forbus arrive pour sa part à Brest, où il prend la suite d’un agent consulaire de nationalité française, mais ayant officié aussi pour le compte de l’Italie, Alfred Pitel[4]. S’il est faux de dire que l’implication militaire des États-Unis est sans conséquence sur les représentations consulaires américaines en Bretagne, alors que la péninsule armoricaine constitue une porte d’accès essentielle des Doughboys au théâtre européen des opérations, le fait est que l’influence du conflit sur ce réseau diplomatique est sans commune mesure avec l’effort de guerre fourni par l’Oncle Sam : plus de 4 millions de mobilisés, dont 2 sont projetés sur le Vieux continent, et 114 000 morts, dont la moitié au combat[5]. Il n’est dès lors pas étonnant que les consuls soient les grands absents de l’historiographie de la présence américaine en Bretagne, même si l’histoire de ces diplomates méconnus a déjà été abordée sur ce carnet de recherche.

Quelque part en France, à un date inconnue, une cérémonie avec l drapeau américain. Photographie prise par la SPCA. National Archives at College Park: 165-WW-167C-16.
Quelque part en France, à un date inconnue, une cérémonie avec l drapeau américain. Photographie prise par la SPCA. National Archives at College Park: 165-WW-167C-16.

Il est vrai que travailler sur ces individus n’est pas chose simple. Les archives des représentations consulaires américaines n’ont, à ma connaissance, pas été conservées, et ces instances n’apparaissent qu’à la portion congrue dans les sources, tant américaines que françaises du reste. Pister ces diplomates au service de la Bannière étoilée dans la péninsule armoricaine, c’est de surcroît se livrer à un décentrement du regard qui ne simplifie pas les choses. En effet si P. Rochefort évoque régulièrement les autorités consulaires dans la thèse de doctorat qu’il consacre à la Chambre de commerce américaine en France, c’est du consulat général à Paris dont il s’agit la plupart du temps[6]. Pourtant, en se basant sur les annuaires du Département d’État, il est possible d’établir une prosopographie fine de ce personnel officiant en Bretagne. Quant à la presse, elle permet d’avoir un aperçu de ses activités les plus visibles. Dès lors il s’agira, pour cette séance du séminaire « Consulats et consuls étrangers en France au XXe siècle », de dresser le portrait collectif de ces consuls officiant pour le compte des États-Unis dans la péninsule armoricaine au cours de la Grande Guerre, diplomates qui subissent une double concurrence : celle, somme toute classique en temps de guerre, de l’autorité militaire, mais aussi celle, interne au Département d’État celle-là, de l’ambassade à Paris. Ce faisant, c’est aussi d’une relation franco-américaine bien moins dense que postulée par la culture de guerre, puis la mémoire, dont il s’agira.

Portrait de groupe

Pour qui travaille de France, les sources relatives aux consuls américains en Bretagne pendant la Première Guerre mondiale sont loin d’être pléthoriques. Mais grâce à de vastes plans de numérisation et de mise en ligne, elles sont néanmoins plus nombreuses qu’aux temps pionniers d’un Y.-H. Nouilhat. Deux archives tout particulièrement doivent être signalées. En premier lieu, mentionnons les annuaires publiés par le département d’État qui permettent d’obtenir quelques renseignements biographiques autorisant la pause des bases d’une prosopographie. En second lieu la presse, tant américaine que française, qui permet d’enrichir ces parcours, quand toutefois la reconnaissance optique de caractères est disponible. Tel n’est ainsi pas forcément le cas pour James Lee Murphy, nommé vice-consul à Brest le 21 avril 1920 en provenance de Kingston, en Jamaïque. Très communs, ces noms et prénoms génèrent un tel « bruit numérique » qu’il n’est pas possible de retracer plus finement le parcours de ce diplomate au moyen de cette source. Ajoutons par ailleurs que les dimensions tentaculaires de cette archive apparentent volontiers cette démarche au mythe de Sisyphe…

Au final, on dispose donc d’une base de données comportant 24 entrées – tous des hommes mais est-il réellement nécessaire de la préciser ?[7] –  soit 20 individus nommés en Bretagne entre avril 1910 et décembre 1921 et se répartissant en trois affectations : d’abord Nantes et Brest pour toute la période, puis à partir de septembre 1917, Saint-Nazaire. Quatre éléments occupent successivement plusieurs postes au sein de l’espace qui nous intéresse ici : Arthur L.V. Hutt est d’abord nommé en 1914 à Nantes avant d’être affecté en septembre 1917 à Saint-Nazaire, tout comme Milton Beckwith Kirk est en poste dans la Cité des Ducs avant d’officier à Saint-Nazaire, également à partir de septembre 1917. Ils sont rejoints deux mois plus tard par Gabriel Bie Ravndal, en provenance lui de Paris mais qui ne tardera pas à faire le chemin inverse, vers le chef-lieu de la 11e région militaire. Quant à James Lee Murphy, il est d’abord vice-consul à Brest puis en poste à Paris avant de revenir, en tant que vice-consul de IIIe catégorie, en Bretagne et d’exercer à Nantes. Là est d’ailleurs un premier élément qu’il faut bien avoir à l’esprit. Ce que révèle cette base de données, c’est avant tout la grande réactivité de ce réseau consulaire américain dans la péninsule armoricaine qui évolue au rythme de la Grande Guerre de l’Oncle Sam, à savoir la montée en puissance à partir du 26 juin 1917 du corps expéditionnaire qu’il projette en Europe. L’ouverture, le 12 septembre 1917, du poste de Saint-Nazaire par deux hommes d’expérience ayant une connaissance concrète du département de Loire-Inférieure, à savoir Arthur L.V. Hutt et Milton Beckwith Kirk, bientôt rejoints par Gabriel Bie Ravndal, constitue on l’a dit un exemple convaincant. Même chose en ce qui concerne l’élévation, en janvier 1918, du poste de Nantes au rang de consulat général[8].

Transports de troupes américaines entre les États-Unis et la France, 1917-1919. Source: Ayres, Leonard P., The War with Germany. A Statistical Summary, Washington, Government Printing Office, 1919, p. 37.
Transports de troupes américaines entre les États-Unis et la France, 1917-1919. Source: Ayres, Leonard P., The War with Germany. A Statistical Summary, Washington, Government Printing Office, 1919, p. 37.

Les 20 individus de la base de données ont en moyenne 32 ans au moment de l’entrée en guerre, en avril 1917, des États-Unis. Si Frank Howard Rediker, né le 13 avril 1901 à Concord, dans le Minnesota, est le plus jeune, Gabriel Bie Ravndal, qui voit le jour le 27 juin 1865, est non seulement l’aîné mais le plus capé. Il est en effet le seul consul général du corpus et poursuit son parcours professionnel à Paris quand il quitte, le 2 janvier 1918, Saint-Nazaire. Poste par poste, la moyenne d’âge est un petit peu plus élevée à Brest qu’à Nantes et Saint-Nazaire, sans pour autant que la différence soit significative. Mais c’est dans une dynamique globale qu’il faut comprendre leur recrutement, ce qui explique le nombre relativement important d’individus exerçant avant leur prise de poste en dehors de la carrière : 8, soit plus du tiers du corpus. De même, 6 individus de la base de données entrent dans la carrière consulaire après le débarquement des premiers éléments du corps expéditionnaire à Saint-Nazaire, le 26 juin 1917. À n’en pas douter, la carrière consulaire à laquelle ces individus ne sont pas nécessairement prédestinés s’offre à eux comme une opportunité permis par le conflit, et qu’ils savent saisir.

Sans surprise, la prosopographie, bien que succincte, fait apparaître un certain nombre de profils richement dotés en capitaux socio-culturels. C’est donc bien dans le cadre d’un véritable cursus honorum qu’il faut comprendre ces carrières, ce qui explique qu’un certain nombre de ces diplomates soient parés de titres universitaires. Après avoir effectué une partie de ses études à Berlin, Walter H. Shultz est diplômé de l’université George Washington, situé dans le district de Columbia. Walter S. Ruffner étudie quant à lui un an – trop peu donc pour décrocher son diplôme – à la fameuse Law School de Georgetown University. C’est pour sa part d’une expérience sur l’estrade que peut se prévaloir George Wadsworth puisque ce vice-consul en poste à Nantes enseigne un temps au Syrian Protestant College de Beyrouth, au Liban. Mais, en revanche, on ne retrouve dans ce personnel aucun alumni des prestigieuses universités de l’Ivy League que sont Harvard, Cornell ou encore Princeton. Seule exception à ce tableau d’ensemble, Milton B. Kirk, passé par Yale. Ajoutons qu’en l’état actuel des connaissances, rien ne permet de certifier que tous les individus de cette base de données maîtrisent le français. La chose est probable et paraît même vraisemblable, mais aucune archive ne vient à notre connaissance l’attester[9]. De la même manière, aucune des biographies que nous avons pu établir suggère un profil d’ancien émigrant, alors que l’on sait cette pratique fréquente au sein du Département d’État tout au long du XIXe siècle[10].

La provenance de ces hommes est également intéressante en ce qu’elle dessine une carte qui ne doit pas tromper. 8 de ces 20 individus, soit 40%, débutent leur carrière consulaire en Bretagne, ce qui peut s’interpréter de deux manières, non exclusives l’une de l’autre du reste. Soit on peut considérer que la péninsule armoricaine est un espace d’importance stratégique relative pour le réseau consulaire américain, ce qui justifie ce recours assez massif à ces profils par définition inexpérimentés. Soit on estime que le débarquement du 26 juin 1917 puis la montée en puissance du corps expéditionnaire génère de tels besoins que le Département d’État en vient à considérablement abaisser les critères de sélection. Un rapide examen des postes précédemment occupés par les membres de l’administration consulaire américaine en Bretagne pendant la Grande Guerre confirme cette double analyse. Si l’on excepte Constantinople et Paris, il ne s’agit que de localités de moindre importance. Et il est en est de même en ce qui concerne les postes occupés après avoir exercé dans la péninsule. Si Charles Edward Allen est affecté le 4 mars 1919 à Constantinople, ce mouvement peine en réalité à masquer une trajectoire très plane puisque c’est là qu’il officiait jusqu’en juillet 1918, avant d’arriver à Nantes. Même chose du reste en ce qui concerne Gabriel Bie Ravnal puisqu’avant d’être affecté à Paris, du fait de la rupture des relations diplomatiques entre la Turquie et les États-Unis le 18 avril 1917, c’est en cette ville qu’il officiait, et qu’il retourne dès le printemps 1919 après un passage de quelques mois dans la capitale française[11]. Quant à Clarence Carrigan, s’il est nommé à Londres, ce n’est qu’après un passage de quelques mois seulement en 1915 sur les bords de la Loire et il n’est pas certain que son séjour breton ait pu constituer un quelconque accélérateur de carrière. D’ailleurs, s’il est consul en France, il est rétrogradé vice-consul en Grande-Bretagne. En réalité, ce qui se dégage de cette géographie, ce sont des profils de second plan puisque, destinations assez exotiques, Valparaiso, Kingston ou encore Aden ne sont pas des localités connues pour être des haut-lieux de la fabrique de l’élite consulaire américaine. Avant de prendre son poste le 8 juillet 1916 à Nantes, Milton Beckwith Kirk est affecté à Orillia, une petite ville de l’Ontario comptant moins de 7 000 habitants en 1911.

Certes, on n’a pas d’idée précise de la nature des bâtiments occupés par ces représentations consulaires. J’ignore d’ailleurs l’adresse précise de ces représentations. On ne sait pas dans quels locaux ces diplomates travaillent, s’ils sont suffisamment spacieux pour recevoir et si oui dans quelles conditions. Mais le profil de ces représentants ne laisse pas non plus apparaître de gigantesques fortunes et c’est sans doute d’un modèle finalement assez républicain, sur ce qu’a pu montrer à propos des ambassadeurs français I. Dasque, dont selon toute vraisemblance il s’agit[12]. Les annuaires publiés par le Département d’État donnent pour 4 des 24 individus de la base de données des informations relatives au salaire, celui-ci oscillant entre 549,50$ (Alfred Pitel à Brest, agent consulaire) et 3 500,00$ (Sample B. Forbus, consul de VIIIe catégorie à Brest). Il s’agit donc là d’éléments d’autant plus parcellaires que ces rémunérations relèvent à l’évidence d’un calcul où interviennent, dans une mesure que l’on ne sait du reste pas appréhender avec exactitude, de nombreux facteurs : le statut et le grade dans la carrière, sans doute l’ancienneté ainsi que l’importance du poste occupé. Pour autant, il apparaît que le traitement d’un Sample B. Forbus à Brest équivaut peu ou prou à celui d’un capitaine du corps des Marines justifiant de 15 ans d’ancienneté et affecté à l’étranger (3 342, 00$) ou d’un major (commandant) de ce même corps fraîchement promu (3 300, 00$)[13]. En fonction dans le port du Ponant, dont il n’est pas utile de rappeler l’importance pour le corps expéditionnaire déployé par Washington, il dispose donc d’émoluments qui l’apparentent au sommet de la hiérarchie des officiers subalternes, mais au bas de celle des officiers supérieurs. Certes, il est probable que Milton Beckwith Kirk, consul de VIIe catégorie à Saint-Nazaire, gagne un peu plus mais on sait en revanche que son traitement est de 2 500$ de juillet 1916 à septembre 1917, quand il est simple consul en poste à Nantes (soit autant qu’un sous-lieutenant des Marines avec 15 ans d’ancienneté). Fred Douglas Fisher et Maxwell Kennedy Moorhead, tous deux en poste à Nantes, sont eux respectivement consuls de IIIe et Ve catégorie, mais il est peu vraisemblable que ce rang leur permette de se hisser à celui d’un lieutenant-colonel avec une quinzaine d’années d’ancienneté. Quant à Gabriel Bie Ravndal, consul général de classe 2, il est peu probable qu’il soit, du point de vue du traitement, assimilable à un officier général. Sans doute est-ce là, aussi, un bon indice de la subordination de l’autorité consulaire au pouvoir militaire, du Département d’État tenu par Robert Lansing au ministère de la Guerre de Newton D. Baker. Néanmoins, il faut pouvoir comparer ce qui peut l’être et ne pas oublier que certains individus du corpus sont très jeunes : Raoul Eugene Mouton, qui est originaire de Louisiane et possède peut-être quelques ascendances cajuns, est âgé de seulement 20 ans quand il est nommé le 15 septembre 1919 vice-consul à Nantes, ce qui est aussi son entrée dans la carrière. Aussi ses perspectives sont-elles fondamentalement différentes de celles d’un Herbert Oswald Williams, nommé consul à Brest en décembre 1921 alors qu’âge de 48 ans, et à une époque où c’est bien l’amertume d’un âge d’or franco-américain évanoui qui prévaut sur les quais du port du Ponant ».

On notera toutefois que cette géographie montre la souplesse, l’adaptabilité du réseau consulaire américain. Néanmoins, force est de constater qu’en ce qui concerne les États-Unis, la tendance est sans doute très différente de la Roumanie dont nous a parlé Elinor Popescu le 13 novembre dernier puisque les consulats de Nantes-Saint-Nazaire et Brest sont fondés respectivement en 1921 et 1922 (1930 pour Cherbourg, port situé sur le territoire de la 10e région militaire). On a donc là une Première Guerre mondiale génératrice de liens, ce qui n’est pas nécessairement le cas, sur le temps long, pour les États-Unis. Mieux, le développement de la carte consulaire semble suggérer un rapide retour aux anciennes places fortes. En témoignent par exemple l’aller-retour de Charles Edward Allen à Constantinople, où l’affectation dans cette même ville de Gabriel Brie Ravndal en mars 1919. Quant aux rêves bretons de faire de Brest et Nantes/Saint-Nazaire des ports transatlantiques, premières fenêtres sur les États-Unis détournant la classique route maritime vers l’Europe centrale empruntant le chemin des ports allemands de la mer du Nord, à commencer par Hambourg, ils font long feu. Si la nomination à Nantes de Maxwell Kennedy Moorhead, auparavant en poste à Swansea, a du sens tant les liens avec l’estuaire de la Loire et le Pays de Galles sont riches du fait du commerce du charbon et des piliers de mines, les affectations de Joseph McGurk à Dunkerque et Walter Stanton Ruffner à Gand suggèrent à leur manière le naufrage du grandiose projet de Suisse-Océan[14]. 10 ans après la signature du Traité de Versailles, la tendance est encore plus nette. Non seulement Saint-Nazaire et Brest ont disparu de la carte des consulats américains en Bretagne, puisque seul le chef-lieu de Loire-Inférieure subsiste, mais d’autres ports, qui sont autant de concurrents sur les lignes transatlantiques, ont pu conserver leur représentation : Bordeaux et Le Havre bien entendu mais aussi Cherbourg, Calais et Boulogne-sur-Mer, Biarritz devant à l’évidence sa présence dans cette liste à l’attrait touristique que cette station réputée exerce[15]. La réforme de 1924, évoquée lors de la dernière séance de séminaire par Nancy L. Green a beau participer d’une professionnalisation de la fonction consulaire, de manière à faire en sorte que ces professionnels aient moins d’intérêts personnels dans les affaires qu’ils gèrent, il n’est pas certain que celle-ci ait de grandes répercussions sur la péninsule armoricaine tant celle-ci est, en fin de compte, marginale aux yeux de l’Oncle Sam.Autrement dit, cette géographie consulaire est aussi celle des désillusions bretonnes.

Consuls de temps de guerre

C’est à ce moment qu’il faut rappeler que l’institution consulaire renvoie à une histoire de la relation franco-américaine pendant la Grand Guerre qui non seulement n’intéresse pas (une thèse pendant le centenaire, celle de L. Pichard, une actuellement en cours sur la philanthropie par l’excellente C. Pastourel et qui porte sur une période allant de 1914 à 1930) mais renvoie à une histoire par le bas, dont il n’est pas certain qu’elle soit l’approche la plus en vogue, et la plus porteuse par les temps qui courent. Autrement dit, saisir l’activité du réseau consulaire en Bretagne pendant le conflit est chose d’autant plus ardue que la dimension américaine de la période n’intéresse (presque) pas. Ajoutons de surcroît que les sources consultables de France n’aident pas. Bien entendu, on trouve maintes traces de la péninsule armoricaine parmi les archives du Département d’État disponibles en ligne. Mais celles-ci ne font quasiment jamais apparaître l’échelon consulaire et ne permettent en tout cas pas d’en saisir l’activité précise. En avril 1916, si l’ambassadeur en Allemagne mentionne à Washington Saint-Nazaire, c’est du fait de la découverte sur un vapeur américain d’un feldwebel échappé d’un camp de prisonniers situé sur le port de l’estuaire de la Loire, et où l’on sait que ces détenus sont affectés à des travaux de manutention en remplacement des dockers français mobilisés[16].

Prisonniers de guerre allemands détenus à Saint-Nazaire, 5 juillet 1919. National Archives at College Park: 111-SC-157997.
Prisonniers de guerre allemands détenus à Saint-Nazaire, 5 juillet 1919. National Archives at College Park: 111-SC-157997.

Sauf exception et en l’état actuel des connaissances, c’est la presse qui se révèle le plus précieux recours. Ainsi, à en juger par certains télégrammes que l’ambassade à Paris envoie au Département d’État, les services consulaires sont chargés de collecter et de faire remonter les informations relatives à la guerre sous-marine et aux pertes américaines. C’est ainsi que l’agent en poste à Brest informe en mars 1917 du torpillage d’un vapeur norvégien, le Ronald, transportant du charbon et sur lequel se trouve un marin né à Portland, en Oregon[17]. On retrouve ainsi la trace de plusieurs de ces signalements au printemps 1917, période que l’on sait intense du point de vue de la guerre sous-marine à outrance[18]. Pour autant, l’importance de ces renseignements doit être doublement nuancée : non seulement leur fiabilité n’est nullement attestée mais ils doivent être resituée dans une chaine beaucoup plus vaste de production et de diffusion d’informations qui en diminue nécessairement la portée. De surcroît, ils sont assurément un moyen efficace pour Alfred Pitel de justifier son activité… et donc la perception de son traitement.

Car à en juger par la parcimonie avec laquelle la presse mentionne l’institution consulaire américaine en Bretagne, l’activité de ces diplomates paraît pour le moins discrète, pour ne pas dire confidentielle. C’est ainsi la plupart du temps dans le cadre de missions de représentation que le nom de ces hommes apparait dans les journaux. Tel est par exemple de Gabriel Brie Ravndal que l’on retrouve à plusieurs reprises en 1918 dans les colonnes du grand quotidien nantais Le Phare de la Loire. Le 12 février 1918, alors que de grandes festivités franco-américaines sont organisées à Nantes à l’occasion de la célébration du 109e anniversaire de la naissance d’Abraham Lincoln, le consul général prononce – devant une assemblée fournie où l’on distingue également Arthur L.V. Hutt et Georges Wadsworth, vice-consuls – un discours exaltant l’amitié entre ces deux pays et témoignant d’une parfaite maîtrise de la grammaire imposée par la culture de guerre[19]. Mais ce propos n’a pour l’heure pas attiré l’attention des historiens, ceux-ci étant plus intéressés par la présence de James Reese Europe et une performance musicale encore trop souvent assimilée au débarquement du jazz en Europe. En septembre 1918, c’est à l’occasion d’une manifestation dédiée à la rééducation professionnelle des mutilés qu’on retrouve Gabriel Bie Ravndal en compagnie de diverses autorités civiles et militaires : le maire Paul Bellamy, le président du Conseil général Léon Jamin ou encore le général Coutanceau commandant la 11e région[20].

Bien évidemment, plus on descend dans la hiérarchie consulaire – à l’exception on le verra plus tard d’Alfred Pitel – et plus il est difficile de retrouver la trace de ces diplomates. Au lendemain des célébrations organisées pour la fête nationale américaine, le 4 juillet 1917, c’est Milton Beckwith Kirk, consul de VIIe catégorie en poste à Nantes depuis un an qui prend la plume dans Le Phare de la Loire pour remercier le maire « du merveilleux accueil fait à mes compatriotes à cette occasion »[21]. Mais des diplomates de rang moins élevé officiant dans ce poste, il n’est jamais question.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Nommé le 12 septembre 1917 à Saint-Nazaire, alors qu’il occupait précédemment un poste en Ontario, le consul de VIIe catégorie Milton Beckwith Kirk se marie le 30 novembre 1917 dans cette même commune[22]. Preuve d’une certaine forme de notabilité, la cérémonie est célébrée par le maire, Louis Brichaux, et fait l’objet d’un entrefilet dans Le Phare de la Loire[23]. Si bien des aspects de cette union nous échappent, l’acte de mariage en revanche témoigne d’une franche insertion dans les milieux économiques locaux. L’heureuse élue est en effet décrite comme la fille d’un « transitaire », Achille Samyn, résidant dans l’une de ces cossues villas du Boulevard de l’Océan. Étant alors mineure – elle est née le 19 mai 1900 à Tourcoing – elle n’en est pas moins pourvue, à en juger par ses témoins de mariage, d’un capital relationnel certain : un agent maritime rochelais ainsi qu’un négociant nazairien. Quant à l’édile qui procède à ce mariage, il est emblématique de ces trajectoires qui associent relations politiques et économiques. Louis Brichaux est en effet un chef d’entreprise accompli, ayant fait ses preuves dans l’importation de charbon et présidant même aux destinées du port de commerce[24]. C’est dire donc si le consul est aux prises avec le tissu économique local. Dès lors, il ne fait que peu de doute que les missions de représentation inhérentes à la fonction consulaire, et que la presse permet de bien cerner, ne constituent que la partie immergée d’un iceberg dont les contours exacts continuent, par bien des égards, à nous échapper.

Mais, là où l’œil du XXIe siècle est sans doute prompt à suspecter des conflits d’intérêts, probablement faut-il au contraire voire dans cette proximité avec les milieux d’affaire la source d’une diplomatie particulièrement efficace. L’interview que donne le Consul général Ravndal au Phare de la Loire le 6 février 1918 au sujet des futures relations entre l’axe Nantes-Saint-Nazaire et les États-Unis constitue à cet égard une archive particulièrement stimulante. À lire cet entretien, publié à un moment où la tension sociale est à son comble dans le secteur, c’est bel et bien un « âge d’or transatlantique » qui attend la « région de la Loire » : « Saint-Nazaire doit, dans un temps rapproché, devenir le principal port de France tant pour les passagers et les courriers que pour les colis réclamant une livraison immédiate, et Nantes, un des centres les plus importants pour l’importation des matériaux bruts et leur transformation en produits manufacturés nécessitant une agglomération de plusieurs centaines de milles d’habitants »[25]. Certes, on pourra reprocher au consul général de relayer sans distance aucune les desideratas des responsables politiques et des milieux économiques locaux, procès d’autant plus facile à intenter que l’on sait que l’institution consulaire en est proche. D’ailleurs, peut-être Gabriel Bie Ravndal est-il alors parfaitement sincère et rien n’interdit de penser qu’il ne prend pas, lui aussi, ses désirs pour des réalités. Mais il n’en demeure pas moins que, pour chimérique qu’il soit, ce discours est précisément celui dont l’opinion a alors besoin, en un début d’année 1918 qui en réalité doit être compris comme la poursuite d’un « long 1917 » marqué par les séquelles de l’échec sur le Chemin des Dames, les affres de la Révolution russe et la montée en puissance bien lente du corps expéditionnaire.

En 1923, alors que consul-général à Constantinople, Gabriel Bie Ravndal (à gauche) regarde vers la rive asiatique du Bosphore (détail). Library of Congress : LC-USZ62-131130.
En 1923, alors que consul-général à Constantinople, Gabriel Bie Ravndal (à gauche) regarde vers la rive asiatique du Bosphore (détail). Library of Congress : LC-USZ62-131130.

Néanmoins, ces prises de position ne doivent pas tromper et éluder le caractère, à en juger par les archives à notre disposition, relativement subalterne de l’institution consulaire. Dès qu’il y a quelque chose de véritablement sensible, c’est soit l’autorité militaire, soit l’ambassade qui s’en charge. Ainsi, Sample B. Forbus ne paraît pas être plus impliqué que cela dans les différents passages du président Wilson à Brest. L’affaire est, il est vrai, d’importance et à en juger par les travaux de D. Poupon, c’est l’ambassade des Etats-Unis à Paris qui prend le dossier en main[26]. Quant aux consuls, leur priorité absolue est de faciliter les relations franco-américaines, et donc d’éviter la moindre vague. Alors que l’on sait par exemple les grèves fréquentes dans l’estuaire de la Loire en février 1918, on ne connaît pas la moindre trace d’une prise de parole consulaire à ce propos. Même chose en ce qui concerne l’application concrète de l’état de siège, dispositif juridique pourtant réactivé avec l’arrivée du corps expéditionnaire. Même après la guerre, les services consulaires restent, à l’évidence, subordonnés à l’autorité militaire. Ainsi, à l’occasion du Memorial day 1920, alors qu’à Nantes un certain « major Haig » remercie les autorités civiles et militaires françaises dépêchées pour l’occasion, « M. Moorhead exprima sa gratitude pour la belle décoration du cimetière et le pieux entretien des tombes »[27]. Subtil, l’ordre de préséance n’en est pas moins clairement palpable, reléguant selon l’expression consacrée la fonction consulaire à l’inauguration des chrysanthèmes. 

Un révélateur de la relation franco-américaine

Il est à cet égard assez symptomatique de constater que la bibliographie consacrée à la fonction consulaire ne comporte, en ce qui concerne la représentation américaine, aucune référence se rapportant à la France de la première partie de la IIIe République. De ce point de vue, la Bretagne ne fait donc, pour qui opterait pour une échelle strictement hexagonale, aucunement figure d’exception par rapport à d’autres hauts-lieux du débarquement des Doughboys entre 1917 et 1919, comme les estuaires de la Garonne ou de la Seine[28]. Si l’on connaît les souvenirs publiés par Robert Tomes en 1867, il n’existe à notre connaissance aucun source analogue relative Nantes[29]. Tout invite d’ailleurs à penser que c’est parce que la péninsule armoricaine est, du point de vue du Département d’État, un espace de faible importance commerciale, diplomatique et donc géostratégique, que la littérature sur le sujet est si lacunaire. Rappelons d’ailleurs que pour les diplomates de l’Oncle Sam, la Bretagne n’existe pas en tant qu’entité territoriale homogène puisque l’Ille-et-Vilaine dépend de la représentation consulaire non pas basé dans la Cité des Ducs mais au Havre, en Normandie.

Clarence Carrigan lors d'une conférence donnée dans un amphithéâtre de l'Université de Lyon le 4 avril 1919, vraisemblablement à l'attention d'étudiants membres du corps expéditionnaire américain. Clarence Carrigan est en poste pendant quelques semaines en 1915 à Nantes. National Archives at College Park: 111-SC-161010.
Clarence Carrigan lors d’une conférence donnée dans un amphithéâtre de l’Université de Lyon le 4 avril 1919, vraisemblablement à l’attention d’étudiants membres du corps expéditionnaire américain. Clarence Carrigan est en poste pendant quelques semaines en 1915 à Nantes. National Archives at College Park: 111-SC-161010.

Le déclenchement du conflit en 1914 ne modifie visiblement qu’à la marge cette réalité. La carte consulaire alors en vigueur date de 1906 et résulte d’une réforme motivée d’abord par les relations commerciales et une volonté de professionnalisation de la filière[30]. Dans ce cadre, Le Havre, comme Lyon, dispose d’un consulat de 3e catégorie – comme Belfast ou Pretoria – tandis que Bordeaux est en 5e – à égalité Bombay, Dublin, Stuttgart ou Vancouver – et Nantes en 7e – à l’instar de Florence et Fribourg mais aussi Newcastle, Port-au-Prince, Séville, Swansea ou encore Sidney. En France métropolitaine, seules les villes de La Rochelle, Nice, Reims, Roubaix, Saint-Étienne (8e catégorie), Grenoble, Limoges et Rouen (9e catégories) sont moins bien loties[31]. Certes installé à Nantes depuis 1790, le consulat n’en est pas moins le reflet d’une cruelle réalité : en 1913, les relations commerciales franco-américaines ne comptent que pour 1,3% des marchandises déchargées sur les quais de ce port[32]. R. Porte a par ailleurs bien montré que la décision de débarquer à Saint-Nazaire plutôt qu’ailleurs le 26 juin 1917 est moins le fait de Washington que de Paris, soucieux notamment de soustraire au maximum le nouvel allié à l’influence amie mais néanmoins concurrente de Londres[33].

Parmi les personnels consulaires que nous avons pu identifier, c’est à n’en pas douter Alfred Pitel, citoyen français faisant fonction à partir d’avril 1910 d’agent à Brest, qui incarne le mieux cette réalité. Né le 15 janvier 1878 dans le port du Ponant, il décède le 9 mai 1948 à Crozon et est un homme dont, fondamentalement, on sait peu de choses[34]. Selon toute vraisemblance, il voit le jour dans une famille de commerçants renvoyant à une bourgeoisie dont le niveau d’aisance est toutefois difficile à appréhender avec exactitude. Sur son acte de naissance, son père – Paul, Aristide Pitel – déclare exercer la profession de négociant. Quant aux deux témoins convoqués pour l’occasion, à savoir un grand-père et un grand-oncle d’Alfred Pitel, tous deux déclarent être propriétaires. 32 ans plus tard, le 29 avril 1910, c’est en la mairie du très chic 6e arrondissement de Paris qu’il se marie, avec pour témoin un de ses oncles, capitaine de vaisseau domicilié à Lorient[35]. Mais tout porte à croire que la trajectoire d’Alfred Pitel reproduit en grande partie celle de son père, Aristide, lui aussi négociant et justifiant d’états de service diplomatiques. En juin 1895, on le retrouve ainsi en première ligne lors de l’escale à Brest de l’escadre autrichienne puisqu’exerçant dans le port finistérien les fonctions de vice-consul d’Autriche-Hongrie[36]. En avril 1910, le carnet mondain du Figaro prend bien soin de préciser qu’en épousant Madeleine-Marie-Louise Cor, il s’unit à la fille d’un « ministre plénipotentiaire en retraite »[37]. Née à Manheim, en Allemagne, elle est en effet la fille d’un diplomate né à Péra, en Turquie, et ayant notamment exercé les fonctions de Consul général de France à Hambourg[38]. C’est donc aussi par l’intermédiaire d’une certaine perpétuation de sociabilités transnationales qu’il faut donc envisager le parcours d’Alfred Pitel, même s’il est pour l’heure difficile d’en savoir plus. En revanche, ce qui est certain, c’est qu’au soir de sa vie, il est un homme doté de certains moyens et à même d’acheter une des plus belles demeures de Morgat, sur la presqu’île de Crozon, en cette station balnéaire fondée à la Belle époque par la famille Peugeot. En 1937, il devient en effet le propriétaire de la villa Ker Maria, construite une trentaine d’années plus tôt pour un conservateur de bibliothèques parisien. Mais, là encore, c’est plutôt de continuité dont il s’agit puisque l’on sait Aristide Pitel propriétaire de La Ville d’Is, un cotre assurant la liaison entre Douarnenez et Morgat, la station balnéaire de son ami Armand Peugeot…

Villa achetée en 1937 par Alfred Pitel, ancien agent consulaire des Etats-Unis à Brest. Carte postale, collection particulière.
Villa achetée en 1937 par Alfred Pitel, ancien agent consulaire des Etats-Unis à Brest. Carte postale, collection particulière.

Il est néanmoins difficile de déterminer le poids de la Grande Guerre, et des activités diplomatiques d’Alfred Pitel, dans la réussite de l’ancien agent consulaire. Précisons d’ailleurs que sa carrière, pour modeste qu’elle soit, ne commence pas avec le service de l’Oncle Sam et, surtout, que cette relation avec Washington n’est nullement exclusive. En mai 1910, il devient agent consulaire pour l’Italie avant de recevoir l’exequatur des États-Unis le mois suivant puis de devenir, en septembre 1910, vice-consul d’Autriche-Hongrie à Brest et de reprendre donc le flambeau paternel[39]. Le 7 septembre 1910, Alfred Pitel fait insérer dans La Dépêche de Brest le message suivant : « Ayant lu ce matin dans votre journal que j’avais obtenu l’exequatur comme vice-consul d’Autriche-Hongrie, je vous serais reconnaissant de vouloir bien informer également vos lecteurs que l’exequatur m’a été accordée comme agent consulaire des États-Unis d’Amérique et agent consulaire d’Italie »[40]. Ces mandants multiples appellent dès lors deux observations. En premier lieu, tout porte à croire que ces fonctions renvoient à des charges de travail modestes, en tout cas compatibles avec des emplois d’agent pour la Compagnie générale transatlantique et pour la société d’assurances Norwich Union, ainsi qu’avec des activités de négociant et d’industriel dont la presse finistérienne fait régulièrement état même s’il est difficile d’avoir une vue exacte sur son parcours entrepreneurial. En second lieu, ce portefeuille varié de représentations consulaires semble indiquer que les questions politiques ne relèvent pas de son domaine de compétences. Ville périphérique, Brest n’est sans doute pas une ville stratégique de ce point de vue et, quand une affaire importante ou sensible se présente, ce sont probablement les services de l’Ambassade qui prennent les choses en main.

Toutefois, il est intéressant de remarquer que quand la guerre éclate, au cours de l’été 1914, il n’est plus question dans la presse des activités consulaires d’Alfred Pitel au service de l’Autriche-Hongrie et de l’Italie, pourtant entrée dans le conflit en 1915 aux côtés des alliés. Non seulement celles-ci ne sont plus d’actualité, puisqu’il est remplacé au printemps 1913 pour ces deux pays par un certain Désiré L’Hermitte, mais elles ne paraissent pas avoir laissé de traces dans la mémoire collective[41]. Dès lors, quelles sont les implications de la dimension idéologique de la Grande Guerre, le conflit n’étant pas sans répercussions sur la vie personnelle de cet homme, une dimension qui n’est pas sans rappeler les ruptures qui s’observent dans bon nombre de lignages aristocratiques ? On se rappelle en effet que sa femme, née en Allemagne, dispose d’attaches paternelles en Turquie ; soit autant de pays de la Triplice. En février 1915 puis en décembre 1916, celle-ci compte parmi les souscriptrices du Paquet du prisonnier, une œuvre patriotique dont la publicité constitue aussi un brevet de conformité avec la morale patriotique du moment[42]. Mais Alfred Pitel, lui, bien qu’âgé de 36 ans en 1914 et donc théoriquement mobilisable, reste à Brest. Ajournée en 1899, il est versé dans les services auxiliaires l’année suivante du fait d’une myopie supérieure à 6 dioptries. Récupéré à l’automne 1914, il est classé service armé le 7 novembre 1914 pour bénéficier quelques jours plus tard d’un sursis illimité[43]. Sans doute pourra-t-on parler à ce propos d’embusquage et certains n’hésiteront pas à mettre cet évitement des tranchées en rapport avec le statut social de l’intéressé. Il est vrai qu’on connaît au 47e RI le cas d’individus souffrant de myopies égales ou plus importantes qu’Alfred Pitel et qui, récupérés, sont classés services armés et envoyés au front, où ils meurent du reste rapidement. Mais on pourra objecter à l’inverse que malgré la pression démographique qui pèse alors sur les rangs de l’armée française, il n’est pas certain que l’incorporation d’un homme approchant de la quarantaine, sans aucune instruction militaire préalable, et de surcroît à la vue basse, constitue un réel renfort. Sans doute l’aura-t-on jugé assez rapidement plus utile à l’extérieur de la caserne qu’à l’intérieur, ce que suggère d’ailleurs son placement en sursis à la Compagnie générale transatlantique, dans le port du Ponant, à partir de septembre 1916[44]. Mais on observera que rien ne laisse suggérer dans cet évitement du feu une quelconque influence de sa carrière diplomatique. Pire, celle-ci semble à dire vrai avoir été sans effet sur l’autorité militaire.

Les Etats-Unis via la Compagnie générale transatlantique: un vieux rêve brestois (affiche de 1867). Gallica / Bibliothèque national de France: ENTIC-1-FT6.
Les Etats-Unis via la Compagnie générale transatlantique: un vieux rêve brestois (affiche de 1867). Gallica / Bibliothèque national de France: ENTIC-1-FT6.

Rétrospectivement, on peut bien entendu trouver des éléments de cohérence entre la carrière diplomatique d’Alfred Pitel au service des États-Unis et ses fonctions d’agent de la Compagnie générale transatlantique. On sait en effet les liens de cette entreprise avec Saint-Nazaire, premier port de débarquement des Doughboys en juin 1917, et l’on n’ignore pas les velléités – contrariées – américaines de Brest depuis le Second Empire. Mais ceci ne dit finalement pas grand-chose tant, de surcroît, Brest est un port relativement secondaire de la relation franco-américaine, notamment en comparaison du Havre. Or, on a dit plus haut que c’est aussi cela que révèle la géographie consulaire.

Néanmoins, au regard de la configuration historiographique qui prévaut depuis les années 2000, envisageant les États-Unis non plus au regard d’une neutralité mais d’une non-belligérance, les enjeux entourant les fonctions d’Alfred Pitel sont importants. Que disent-elles de la politique américaine à l’égard de la France et permettent-elles d’en saisir quelques retombées à l’échelle de la Bretagne ? Faute de pouvoir accéder aux archives consulaires, c’est encore la presse, et tout particulièrement la Dépêche de Brest, qui se révèle être la source la plus précieuse. Or force est de constater que celle-ci se révèle être particulièrement taiseuse. C’est semble-t-il presque par inadvertance qu’Alfred Pitel se trouve sous les feux de l’actualité au printemps 1915 lorsque le Dacia est arraisonné et conduit à Brest. Ce vapeur battant officiellement pavillon américain et dont les cales sont pleines de balles de coton est en effet soupçonné par les autorités britannique et française de pouvoir être rétrocédé à l’Allemagne, ce qui constituerait de fait un contournement du blocus[45]. Mais l’agent consulaire n’a véritablement aucun rôle dans cette affaire diplomatique, comme l’explique La Dépêche de Brest le 5 mars 1915 :

« L’équipage du Dacia devait quitter Brest, hier après-midi, et rejoindre immédiatement Le Havre, où il serait embarqué pour New-York. Mais M. Pietl, consul des États-Unis dans notre ville, n’a encore reçu aucun ordre de l’ambassade américaine, à Paris, au sujet des frais de voyage, et ce départ a été ajourné. »[46]

D’ailleurs, dans le télégramme qu’envoie l’ambassadeur William Sharp en poste à Paris pour prévenir le département d’État de l’arraisonnement du Dacia et de son escale forcée dans le port du Ponant, il n’est pas question de l’agent consulaire en poste à Brest[47]. Certes, ce media est par définition concis. Mais il n’en demeure pas moins que ce silence est significatif. En novembre 1917, alors donc que Washington est entré militairement dans le conflit mais que le corps expéditionnaire projeté en France tarde à monter en puissance, on retrouve Alfred Pitel parmi les personnalités mentionnées lors d’un concert donné par le YMCA à Brest[48].

Aussi, on est face à ces quelques articles en droit de se demander si ses activités au service des États-Unis changent fondamentalement avec le déclanchement du conflit, puis l’entrée officielle de Washington dans les hostilités. De quoi s’agit-il réellement ? De représentation et d’aide aux quelques ressortissants américains faisant escale dans le port du Ponant ? Ou s’agit-il avant tout d’affaires commerciales dont le caractère nécessairement confidentiel échappe fatalement aux archives dont nous disposons ? En l’état actuel de nos connaissances, et en l’absence d’une grande enquête d’histoire économique et financière portant sur la Bretagne en Grande Guerre, et permettant de mesurer la part prise par l’Oncle Sam, il est impossible de répondre à cette question. Mais quelques éléments nous invitent à penser que jusqu’à son remplacement au début de l’année 1918, l’activité d’Alfred Pitel en tant qu’agent consulaire est sensiblement la même pendant le conflit qu’avant. En 1910, alors que des troupes américaines font escale à Brest, c’est lui qui est chargé de récupérer les militaires ayant manqué le rembarquement et par conséquent restés à quai ; une tâche qui somme toute renvoie au devoir de protection « physique, morale, culturelle » envers les ressortissants de l’Oncle Sam à l’étranger[49]. C’est lui, par exemple, qui se charge de loger au port de commerce deux matelots du navire-atelier Hector ayant raté l’appareillage[50]. C’est également Alfred Pitel qui est chargé de diffuser, par voix de presse, les modalités de visite des bâtiments de l’escadre américaine relâchant pour quelques jours dans le port du Ponant, jouant en quelque sorte le rôle d’interface entre l’US Navy et le public français[51]. Mais en revanche rien ne dit qu’il est chargé de venir en aide aux survivants de l’Aztec, vapeur américain torpillé en avril 1917 et dont les survivants sont pris en charge par un patrouilleur français et débarqués à Brest[52]. La chronologie a ici tout son sens… En avril 1912, il représente officiellement les États-Unis lors d’un service donné en l’église en Saint-Louis en mémoire des victimes du naufrage du Titanic, ce qui n’est pas sans rappeler le rôle qui est le sien lors du concert du YMCA évoqué plus haut[53]. À la réflexion, on en vient à même se demander si ce n’est pas l’escale de cette escadre américaine à l’automne 1910 qui justifie la nomination d’un agent consulaire à Brest, le poste n’étant auparavant pas pourvu…

Vue du Dacia battant pavillon américain en 1916. University of North Texas Libraries: Private Collection of Fritz Dietrich.
Vue du Dacia battant pavillon américain en 1916. University of North Texas Libraries: Private Collection of Fritz Dietrich.

Ce que révèle la prosopographie des membres de la filière consulaire américain exerçant dans la péninsule armoricaine pendant la Première Guerre mondiale, c’est une représentation réactive et évoluant en fonction des respirations du conflit. Si la période de non-belligérance de l’Oncle Sam jusqu’au printemps 1917 ne se fait pas ressentir, l’entrée effective dans la mêlée symbolisée par le débarquement du 26 juin, puis la montée en puissance du corps expéditionnaire levé par Washington, l’est en revanche clairement. De même, ce déploiement diplomatique est à la mesure des espoirs fous suscités par l’arrivée des Américains, et des illusions rapidement déçues par une paix beaucoup moins transatlantique qu’espérée. En réalité, ce que révèlent les consuls de l’Oncle Sam, c’est une relation franco-américaine d’autant plus fantasmée qu’elle est en réalité ténue, pour ne pas dire pauvre. Mais il n’en demeure pas moins que l’essentiel de l’histoire de ces consuls américains en Bretagne reste à écrire, bien loin des clichés qui ont continué à être propagés par la vulgate mémorielle pendant le centenaire[54]. Pour ce faire, il faudrait pouvoir se rendre aux États-Unis et, après les avoir localisées, consulter, sans doute pendant plusieurs mois, les archives de ces consuls et consulats en Bretagne pendant la Première Guerre mondiale. Or ceci pose non seulement la question des financements inhérents à une telle recherche mais souligne le formidable paradoxe d’une période qui survalorise l’histoire transnationale mais n’octroie qu’à la portion congrue les financements pour ce faire. Les quelques contrats doctoraux et bourses accordés ne sont en réalité que des arbustes cachant mal une gigantesque forêt, forêt de warstudies qui s’intéressent finalement peu à l’effort américain en France pendant la Grande Guerre, forêt d’une histoire des relations internationales qui ne s’intéresse pas beaucoup à ces acteurs subalternes (même si le présent séminaire constitue une exception notable), forêt d’une histoire de la Bretagne trop largement centrée sur cet espace et insuffisamment ouverte aux circulations, aux connections et aux échanges, quand bien même ceux-ci seraient minimes.


[1] Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, Paris, Les Belles Lettres, 1972, p. 29.

[2] S’il a longtemps été question de la « neutralité » américaine entre 1914 et 1917, Tucker, Robert W., Woodrow Wilson and the Great War : Reconsidering America’s Neutrality, 1914-1917, Charlottesville, University of Virginia Press, 2007 et Doenecke, Justus, Nothing less than War. A New History of America’s Entry into World War I, Lexington, University Press of Kentucky, 2011 conduisent aujourd’hui à parler de « non-belligérance » pour cette période en insistant notamment sur le déséquilibre, en faveur de Londres, Saint-Pétersbourg et Paris, des balances du crédit et du commerce de Washington. Pour autant, sur un plan strictement militaire, l’entrée en guerre des États-Unis est un processus long et le corps expéditionnaire ne pourra véritablement donner sa pleine mesure qu’un an après ce débarquement du 26 juin 1917. Sur ce point, voir par exemple Bourlet, Michaël, L’Armée américaine dans la Grande Guerre 1917-1919, Rennes, Éditions Ouest-France, 2017.

[3] Register of the Departement of State, Washington, Government Printing Office, 1918, p. 130 et 125.

[4] Register of the Departement of State, Washington, Government Printing Office, 1918, p. 110 ; « Consulats », La Dépêche de Brest, 24e année,  n°9 134, 7 septembre 1910, p. 2

[5] Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, Paris, Gallimard / Ministère de la Défense, 2017, p. 12 rappelle que les mois de septembre et octobre 1918 sont les plus meurtriers de l’histoire militaire américaine « même en tenant compte des pertes mensuelles de la guerre de Sécession ou de la Seconde Guerre mondiale. »

[6] Rochefort, Philippe, La Chambre de Commerce américaine en France et les filiales américaines (1890-1990) : cohérences et dissonances, thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Griset, Pascal, Paris, Université Paris IV, 2013.

[7] Il faut attendre les années 1920 pour que les femmes puissent intégrer la filière consulaire aux États-Unis. D’après ce que l’on peut savoir, aucun afro-américain ne figure dans le corpus.

[8] « Création d’un Consulat général des États-Unis à Nantes », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32 074, p. 4.

[9] À l’inverse, aucune archive de notre connaissance ne permet de certifier le niveau d’anglais d’Alfred Pitel.

[10] Kennedy, Charles Stuart, The American Consul. A History of the United States Consular Service, 1776-1914, New York, Greenwood Press, 1990, p. 214.

[11] « Création d’un Consulat général des États-Unis à Nantes », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32 074, p. 4.

[12] Voir notamment Dasque, Isabelle, « Une Élite en mutation : les diplomates de la République (1871-1914) », Histoire, économie & société, 26e année, 2007-4, p. 81-98 et « La Diplomatie française au lendemain de la Grande Guerre. Bastion d’une aristocratie au service de l’État ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°99, 2008-3, p. 33-49.

[13] « Rates of pay of officers of the Marine Corps on duty in the United States and elsewhere », Hearings before the Committee on Ways and Means on Several Bills Providing Beneficial Legislation for Soldiers and Sailors in the World War, Washington, Government Printing Office, 1920, p. 775.

[14] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[15] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1929, p. 50-51.

[16] US Department of State : File No. 351.622a/53, The Ambassador in Germany ( Gerard ) to the Secretary of State [telegram], April 13, 1916, 2 p. m.

[17] US Department of State : File No. 857.857/105, The Ambassador in France ( Sharp) to the Secretary of State [Telegram], March 23, 1917, 3 a. m.

[18] US Department of State : File No. 857.857/112, The Ambassador in France ( Sharp) to the Secretary of State [Telegram], March 24, 1917, Received 6 p. m.

[19] « France-États-Unis. L’Anniversaire du Président Lincoln », Le Phare de la Loire, 103 année, n°33001, 13 février 1918, p. 2.

[20] « La Rééducation professionnelle des Mutilés de la Guerre », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32317, 14 septembre 1918, p. 2-3. Sur la question, on pourra consulter à profit la thèse de C. Collard soutenue le 6 janvier 2023.

[21] « Une Lettre du consul d’Amérique », Le Phare de la Loire, 102e année, n°31887, 6 juillet 1917, p. 2.

[22] Arch. dép. Loire-Atl. : 3 E 184/81, acte n°246.

[23]  « Un mariage », Le Phare de la Loire, 102e année, n°32026, 1er décembre 1917, p. 3.

[24] Pour de plus amples renseignements je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale…, op. cit.

[25] « Nantes et les États-Unis », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32094, 6 février 1918, p. 2.

[26] Poupon, Dimitri, « Les visites du président des Etats-Unis Woodrow Wilson à Brest, 1918-1918 », in Coativy, Yves et Daniel, Tanguy (dir.), 1914-1918 Le Finistère dans la Grande Guerre, Quimper, Société archéologique du Finistère, 2018, p. 283-316.

[27] « Le Memorial Day », Le Phare de la Loire, 105e année, n°32934, 31 mai 1920, p. 2.

[28] Ulbert, Jörg (avec le concours de Manke, Matthias et Fryksén, Gustaf), « L’Histoire de la fonction consulaire jusqu’au début de la Première Guerre mondiale : une bibliographie », Cahiers de la Méditerranée, n°93, 2026, p. 150-170.

[29] Tomes, Robert, The Champagne Country, New York, Hurd & Houghton, 1867.

[30] Kennedy, Charles Stuart, The American Consul…, op. cit., p. 209-226.

[31] US Department of State : Papers Relating to the Foreign Relations of the United States, with the Annual Message of the President Transmitted to Congress, December 3, 1906, (In Two Parts), Part I.

[32] Le Gall, Erwan, 1917. Les Américains arrivent, Portet-sur-Garonne, Editions Midi-Pyrénéennes, 2023, p. 23.

[33] Porte, Rémy, Les Etats-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française, Saint-Cloud, SOTECA, 2017.

[34] Arch. mun. Brest : 1E179, acte n°55.

[35] Arch. Paris : 6 M 211.

[36] « L’Escadre autrichienne à Brest », La Dépêche de Brest, 9e année, n°3031, 6 juin 1895, p. 1.javascript:;

[37] « Avis de mariage », Le Figaro, 56e année, 3e série, n°101, 11 avril 1910, p. 6.

[38] Arch. nat : LH//587/26. Eugène Cor est lui-même fils d’un diplomate né à Saint-Malo, sa mère voyant en revanche le jour à Constantinople.

[39] « À l’Officiel », Le Soleil, 37e année, n°123, 3 mai 1910, p. 4 ; « À l’Officiel », Le Soleil, 37e année, n°159, 8 juin 1910, p. 4 ; « À l’Officiel », Le Soleil, 37e année, n°249, 6 septembre 1910, p. 4.

[40] « Consulats », La Dépêche de Brest, 24e année, n°9134, 7 septembre 1910, p. 2.

[41] « Exposition de l’Ouest de la France », La Dépêche de Brest, 27e année, n°10119, 18 avril 1913, p. 2.

[42] « Le Paquet du prisonnier », La Dépêche de Brest, 29e année, n°10 784, 4 février 1915, p. 2 ; « Le Paquet du prisonnier », La Dépêche de Brest, 31e année, n°11474, 30 décembre 1916, p. 2.

[43] Arch. dép. Finistère : Classe 1898, feuillet 1347.

[44] Arch. dép. Finistère : Classe 1898, feuillet 1347.

[45] « L’Angleterre & les États-Unis », Journal des débats politiques et littéraires, 127e année, n°19, 19 janvier 1915, p. 2 : « L’Affaire du Dacia », L’Économiste européen, 47e volume, n°1200, 5 mars 1916, p. 14.

[46] « Le Dacia », La Dépêche de Brest, 29e année, n°10812, 5 mars 1915, p. 3.

[47] US Department of State : File No. 451.11B74, The Ambassador in France (Sharp) to the Secretary of State, February 28, 1915, 5.10 p. m.

[48] « Le Concert des troupes alliées », La Dépêche de Brest, 32e année, n°11805, 30 novembre 1917, p. 2.

[49] « Les Américains à Brest », L’Ouest-Éclair, 12e année, n°4339, 9 décembre 1910, p. 4 ; « Les Américains à Brest », L’Ouest-Éclair, 12e année, n°4347, 17 décembre 1910, p. 4.

[50] « Départ du navire-atelier », La Dépêche de Brest, 12e année, n°9229, 9 décembre 1910, p. 2.

[51] « L’Escadre américaine », La Dépêche de Brest, 12e année, n°9223, 3 décembre 1910, p. 2.

[52] US Department of State : File No. 300.115Az7/1, The Ambassador in France (Sharp) to the Secretary of State

[Telegram], April 2, 1915, 5 p. m. et File No. 300.115Az7/7, The Ambassador in France (Sharp) to the Secretary of State [Telegram], April 4, 1917, Received April 5, 8 a. m.

[53] « À la mémoire des victimes du Titanic », La Dépêche de Brest, 26 année, n°9743, 27 avril 1912, p. 2.

[54] Sur ce point et pour un retour d’expérience critique, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Les USA, la Grande Guerre et la Bretagne : bilan d’un centenaire et perspectives », in Guevel, Zélie, Hellegouarc’h, Anne, Le Corre, Gaëlle & Le Disez, Jean-Yves (dir.), Bretagne / Amérique du Nord : Échanges transatlantiques, Brest, Éditions du CRBC, 2023, p. 185-205.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2024, 12 janvier). Les Consuls des États-Unis en Bretagne pendant la Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vknj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.