La justice en Grande Guerre au prisme de la culture professionnelle

La Justice à l’épreuve de la Guerre est de ces volumes qu’il faut impérativement connaître tant il s’impose au lecteur par sa densité[1]. Avec cet ouvrage, la juriste A. Deperchin propose plus qu’une enquête fouillée sur un aspect paradoxalement méconnu de la séquence 1914-1918, car trop souvent réduit à la seule justice militaire et plus encore aux conseils de guerre (p. 18). C’est en réalité de la synthèse de décennies de travaux, milliers de cartons d’archives dépouillés à travers toute la France, y compris au sein de nombreux barreaux, et au moins autant de livres, articles, thèses et autres mémoires constituant la littérature juridique sur la période, dont il s’agit ici. On se plongera donc avec d’autant plus d’intérêt dans cet ouvrage que la Bretagne n’en est pas absente – on y retrouve par exemple le commandant Jean Appleton, avocat que l’on sait aux premières loges américaines à Saint-Nazaire à partir du 26 juin 1917 (p. 74) – et que l’approche nationale permet, justement, de mettre en perspective ce qui s’observe à l’échelle de la péninsule armoricaine. Pour autant, il convient de formuler ici une mise en garde à quiconque souhaiterait se plonger dans ces pages dans l’espoir d’y trouver une prosopographie fine des groupes sociaux-professionnels spécifiques que sont les avocats (7 400 individus, stagiaires compris en 1914) et les magistrats (6 000 en 1914, juges de paix et suppléants compris, p. 16). En effet, ce n’est pas à cet exercice que se livre A. Deperchin mais à une réflexion plus globale sur l’institution judiciaire en Grande Guerre, analyse fort stimulante qui doit bien entendu énormément aux acquis de l’histoire culturelle et qui invite à maints prolongements, notamment en termes de cultures professionnelles et de limites du processus de totalisation du conflit[2].

Les gens de justice sont largement touchés par la mobilisation, quoique différemment suivant qu’ils soient avocats ou magistrats pour des questions d’âge (p. 30), et l’autrice avance que « la recherche de la conformité au modèle construit par les attentes de l’arrière a pu forger bien des comportements » (p. 42). En d’autres termes, l’effort de guerre et la pratique du métier se mêlent dans une même culture professionnelle, sans pour autant jamais cesser de disparaître. Mobilisés, les avocats ne cessent de l’être sous l’uniforme (p. 47) et entretiennent ainsi de nombreuses relations épistolaires avec leurs bâtonniers (p. 42-43), selon un modèle que l’on a pu observer par exemple dans l’administration préfectorale. C’est bien d’une culture de guerre dont il s’agit au sens où elle est une grille de lecture du réel en cours, puisque pour eux le conflit « s’analyse en un procès : le procès de la barbarie, dont la victoire sera le jugement, le tribunal étant celui du monde » (p 50)[3].

Le tribunal de Fougères, situé sur la place d'Armes, ce qui montre combien la Justice est avec l'Armée un pilier essentiel de la République et une des manifestations visibles de l'Etat dans la société bretonne d'alors (carte postale). Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.593.
Le tribunal de Fougères, situé sur la place d’Armes, ce qui montre combien la Justice est avec l’Armée un pilier essentiel de la République et une des manifestations visibles de l’Etat dans la société bretonne d’alors (carte postale). Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.593.

Cette permanence du métier civil dans le monde militaire les conduit naturellement à exercer pour Thémis aux armées et notamment au sein des Conseils de guerre (p. 56), plus encore au fur et à mesure que le conflit s’éternise (p. 58). Aussi convient-il de ne pas dresser une cloison trop étanche entre mondes civil et militaire. Ces deux justices en réalité s’hybrident par l’intermédiaire d’individus exerçant dans les deux sphères (p. 243-245). A. Deperchin montre par ailleurs qu’un certain nombre d’avocats mobilisés à l’arrière parviennent à exercer leur profession parallèlement à leurs obligations militaires (p. 83). D’autres « se précipitent à la barre dès qu’ils bénéficient d’une permission », sur le modèle de l’industriel Charles Oberthür dont on sait qu’il use de ces périodes pour réunir son conseil d’administration, ou de nombreux paysans qui emploient ces jours de congés aux travaux des champs[4].

Un certain nombre de gens de justice demeurés dans la vie civile vivent leur métier à la manière d’un combat, dans une forme de mobilisation juridique pour l’effort de guerre. Ceci n’est d’ailleurs pas une manière spécifiquement masculine de penser, comme le rappelle Agathe Dyvrande, du barreau de Paris, qui « compare sa robe noire à celle de l’infirmière lorsqu’elle plaide devant les conseils de guerre tant elle estime qu’elle panse ainsi les blessures du soldat accusé » (p. 130). De même, cette manière de penser est particulièrement sensible du point de vue des relations commerciales avec l’ennemi, question qui par bien des égards dessine un véritable front judiciaire devant se comprendre dans le cadre de la guerre économique (p. 298 et suivantes).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Mais là est aussi la porte ouverte à des agissements bien éloignés de l’éthique du temps de paix. C’est ainsi que les principes déontologiques que sont les droits de la défense et le secret professionnel sont menacés dès que l’accusé est d’une nationalité ennemie (p. 329 et suivantes). Suivant les individus, les consciences professionnelles peuvent varier à telle enseigne que certains magistrats sont érigés en véritables « juges politiques », à l’instar de Pierre Bouchardon et André Mornet, en charge de l’instruction des affaires Mata Hari et Bolo Pacha, ainsi que de celle du Bonnet rouge. Pour A. Deperchin, ces « deux hommes, qui sont liés par l’amitié, vont former le tandem dont Clemenceau a besoin pour lutter contre le défaitisme en instrumentalisant la justice » (p. 72). Et d’ajouter :

« Certains de servir le pays, les deux magistrats n’ont aucun état d’âme à instruire exclusivement à charge pour l’un, à requérir avec acharnement la mort pour l’autre. Mornet confiera plus tard qu’il n’y avait pourtant pas de quoi fouetter un chat dans le dossier Mata Hari et Bouchardon évoquera le dossier Bolo comme étant plat comme une galette. »

Mais si cette culture professionnelle que l’on qualifiera ici de judiciaire, autant pour faire simple que par méconnaissance tant il est certain que magistrats et avocats ne peuvent pas être fondus, malgré les discours qui affirment l’inverse, dans une même « famille », intéresse tant l’historien, c’est qu’elle participe aussi, dans un mouvement radicalement antagonique à ce qui a été décrit plus haut, à une limite claire du processus de totalisation de la guerre en cours. Le prolongement du conflit au-delà de tout ce qui avait été initialement anticipé et la pression démographique permanente qui s’exerce sur les rangs de l’armée française du fait des pertes contribue à une véritable « chasse aux embusqués », incarnée notamment par les lois Dalbiez puis Mourier[5]. Or, si celles-ci ont pour objet de fabriquer, au moins momentanément, un certain consensus au sein de l’opinion, ces textes, et de manière générale la récupération plus ou moins systématique des individus ayant dans un premier temps échappé au front, contribuent à mettre en concurrence des espaces non plus géographiques mais sociaux. C’est par exemple le Premier président de la Cour d’appel de Rennes qui, au printemps 1915, s’oppose à la mobilisation d’un juge d’instruction de Pontivy arguant de ce que celle- y menacerait le fonctionnement de ce tribunal, celui-ci ayant été déjà largement dépeuplé par la mobilisation (p. 26).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

L’exercice même de la fonction d’avocat pendant le conflit, au sein des armées, ne va pas nécessairement de soi. En effet, que sont avant tout ces hommes de droit mobilisés lorsqu’ils plaident une affaire ? Sont-ils d’abord des avocats ou quand même des soldats, ce qui suppose un devoir d’obéissance ? Derrière cette dualité, c’est en réalité la question de la discipline, valeur cardinale des armées, qui se trouve en jeu (p. 67).

Pour bien d’autres individus, c’est celle du tableau d’avancement qui prime et d’une mobilisation sous les drapeaux d’autant plus coûteuse sur le plan professionnel que l’on n’en voit pas la fin (p. 94 et suivantes). Encore une fois, l’impératif patriotique ne prime pas tout, et notamment l’agentivité des acteurs mus par la préservation de leurs intérêts particuliers. Il en va de même pour les commissions d’office. À ce propos, A. Deperchin note que « l’immense surcharge de travail gratuit n’est pas acceptée facilement et le conseil de l’Ordre doit sanctionner les avocats commis qui, oubliant la vertu du désintéressement, réclament des honoraires ou ne se rendent pas aux audiences de ces affaires pécuniairement peu intéressantes » (p. 229-230).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Sans doute pourra-t-on formuler çà et là certaines objections à l’endroit de cet ouvrage. Il est par exemple intéressant de noter que jamais A. Deperchin ne mentionne les fiches matricules de recrutement parmi les archives qui permettent d’écrire l’histoire de ces gens de justice pendant le conflit et tout porte à croire qu’il y a effectivement matière à bien d’autres études de cas, à spectre resserré. Mais il n’en demeure pas moins que l’on ne pourra, dans ce cadre, faire l’économie de ce volume qui, et c’est là la rançon des ouvrages stimulants, invite à de nombreux prolongements.


[1] Deperchin, Annie, La Justice à l’épreuve de la Guerre. Magistrats et avocats pendant le premier conflit mondial, Paris, L’Harmattan, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Sur ces deux éléments, et pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022 ainsi que Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Éditions CODEX, 2018.

[3] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317. Cabanes, Bruno, « Une histoire de la guerre », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 10 reprend la notion en la définissant comme « le système de représentation donnant leur sens profond aux conflits ».

[4] Oberthür, Charles (édition présentée et préparée par Corbé, Bernard et Lagadec, Yann), Lettres de guerre (1914-1918), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 343 et 385 notamment. Voir aussi Cronier, Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013.

[5] Ridel, Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 10 décembre). La justice en Grande Guerre au prisme de la culture professionnelle. Ar Brezel. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbrh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.