Les préfets dans la Première Guerre mondiale

L’affiche du colloque « Les préfets dans la Première Guerre mondiale France/Europe 1914-1918 » qui se tiendra à Toulouse les 14 et 15 décembre 2023 figure un beau portrait d’Alfred Roth, en poste à Vannes depuis 1909, et précise qu’il tombe au combat, en juillet 1916, pendant la bataille de la Somme. Sans doute faut-il y voir une certaine forme d’hommage de la part de l’Institut des hautes études du ministère de l’Intérieur qui organise cette manifestation. Pour autant, il est difficile de ne pas remarquer combien ce choix est aussi un excellent révélateur de l’état de notre mémoire, en l’occurrence particulièrement oublieuse. Car en se focalisant sur le décès de Roth, et donc sur son engagement volontaire pour le front, on passe sous silence ce que furent les 18 premiers mois de sa guerre, à savoir celle d’un préfet à son poste, dans le Morbihan. Là n’est du reste pas un cas unique puisque la fonction préfectorale reste aujourd’hui dans l’angle mort des connaissances produites par la discipline historique sur la Première Guerre mondiale, alors que celle-ci, et là n’est pas le moindre des paradoxes, n’a pas rechigné à puiser dans nombre de rapports produits par ces hauts fonctionnaires.

Encore très largement méconnus en ce qui concerne la période 1914-1918, alors qu’ils ont pour des raisons très largement compréhensibles et sur lesquelles il n’est pas nécessaire de revenir, très vite focalisé l’attention à propos de la séquence 1939-1945, les préfets constituent en effet un objet historique à contre-temps. Alors que l’historiographie s’est d’abord intéressée aux opérations militaires, et notamment aux chefs, il faut attendre le tournant d’une histoire parfois schizophrène, où approches sociales et culturelles sont artificiellement opposées, pour que l’arrière stimule la recherche[1]. Mais la focale du bottom up ne permet pas d’englober ces serviteurs de l’État, trop élevés dans la hiérarchie administrative pour attirer le regard d’une histoire centrée sur « l’ordinaire de la guerre » et trop subalternes pour avoir le droit de cité dans une approche centrée sur les élites politiques[2]. Quant à l’histoire culturelle, sa mire étant plus réglée sur les discours que sur les acteurs sociaux, elle ne peut légitimement que passer à côté d’un tel objet. On mesure donc là tout l’intérêt du colloque qui se déroulera les 14 et 15 décembre 2023 à Toulouse et dont plusieurs communications auront par ailleurs l’intérêt de porter sur la péninsule armoricaine.

Jeudi 14 décembre

Préfecture de Haute-Garonne

13h30 : Accueil en Préfecture de Haute-Garonne, Salle Alain Bidou.

14h00 : Mots de bienvenue.

Pierre-André Durand, préfet de la région Occitanie, préfet de Haute-Garonne.

Pierre Karila-Cohen, président du comité scientifique du département d’histoire de l’IHEMI.

14h15 : Introduction scientifique.

Laure Machu, Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société (IDHES UMR 8533 Paris Nanterre).

Gildas Tanguy, Laboratoire des Sciences Sociales du Politique (LaSSP – Sciences Po Toulouse).

14h45 : Les préfets dans la Grande Guerre – Sources et méthodes

Violaine Challéat-Fonck et Alice de Brémond d’Ars, Archives nationales – département de la Justice et de l’Intérieur « Tout le monde s’apprête à faire son devoir : les sources relatives aux préfets dans la Grande Guerre disponibles aux Archives nationales ».

15h30 – 15h45 : Pause

15h45 – 18h00 : Session 1. Administrer en temps de guerre.

Jean-Michel Bricault, Centre de recherches droit et territoire(s) (CRDT EA 3312 – Université de Reims Champagne – Ardennes) : « La décision publique en temps de guerre (1914 – 1918). Entre pragmatisme et innovation »

Alain Chatriot, Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP – EA 113) : « Les préfets face au ravitaillement alimentaire. Une adaptation permanente ».

Ronan Richard, chercheur associé Tempora Université Rennes 2 : « De l’union des cœurs au front du refus : préfets et autorités municipales au défi de l’exode des réfugiés durant la Première Guerre mondiale ».

Vendredi 15 décembre

Sciences Po Toulouse

9h00 : Accueil des participants à Sciences Po Toulouse, salle MB 403 bâtiment B.

Mots de bienvenue : Éric Darras, directeur de Sciences Po Toulouse, Benjamin Gourisse, directeur du Laboratoire des Sciences Sociales du Politique (LaSSP – Sciences Po Toulouse).

9h45 – 11h00 : Session 2. « Au front ».

Magali Domain, Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHIS) – Université de Lille : « Fidèle à son poste sous les bombardements : Léon Briens, le préfet indéracinable d’Arras ».

Philippe Diest, Centre d’histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits (CHSSC EA 4289), Université catholique de Lille : « Seul contre tous ? Les rapports complexes du préfet Trépont avec les autorités politiques et militaires lilloises dans les premiers mois de la guerre ».

11h00 – 11h15 : Pause

11h15 – 12h15

François-Xavier Martischang, chercheur associé Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH) – Université de Lorraine : « Une autorité en mutation ? Entrée en guerre et transformations de l’autorité préfectorale dans le département de la Meuse en 1914 ».

Pierre Allorant, Centre de recherche juridique Pothier (CRJP EA 1212) – Université d’Orléans : « Les carnets de guerre et la correspondance du sous-préfet Jozon. Un réseau familial entre administration et politique ».

13h45 – 15h15 : Session 3. « Loin du front ».

Claire Denjean, M2 Histoire, Université Rennes 2 : « La mise en guerre de l’État en Bretagne vue à travers les recueils d’actes administratifs ».

Erwan Le Gall, chercheur associé CRBC, Université de Bretagne Occidentale : « Un préfet pour imposer l’Union sacrée : Alfred Roth en Morbihan »

15h15 – 15h30 Pause

15h30 – 17h00

Majid Embarech, chercheur associé Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC UPR 1193), Université Côte d’Azur : « La Grande Guerre au sud-ouest d’Alger. La situation en Algérie vue par le sous-préfet de Médéa (1914-1918) ».

Andrea Azzarelli, Istituto per la storia del Risorgimento italiano di Roma et Andrea Podini, Université de Trieste : « La préfecture de Milan face aux grèves dans l’industrie de l’armement »

17h00 : Conclusion scientifique des débatsPierre Karila-Cohen, Université Rennes 2 / Institut des hautes études du ministère de l’Intérieur (IHEMI).


[1] Pour une mise au point relative à l’historiographie des arrières en Grande Guerre, Cronier, Emmanuelle et Le Bras, Stéphane, « Les fronts intérieurs européens. Une autre approche de la Grande Guerre », in Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 10-16.  

[2] Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, 2004 ; Buton, François, Loez, André, Mariot, Nicolas et Olivera, Philippe (numéro coordonné par), « L’ordinaire de la guerre », Agone Histoire, politique & sociologie, n°53, 2014.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 30 novembre). Les préfets dans la Première Guerre mondiale. Ar Brezel. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbrg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.