What the Foch

On ne saurait trop remercier M. Motte d’avoir assuré la réédition critique et commentée de deux textes importants de Ferdinand Foch : Des Principes de la guerre, publié en 1903, et De la Conduite de la guerre, sorti l’année suivante[1]. C’est en effet une manière de rendre beaucoup plus accessible un propos qui, il faut bien l’avouer, ne l’est pas nécessairement sans un éclairage extérieur. Surtout, c’est soumettre à la sagacité du lecteur des pages qui, tirées de cours donnés à l’École de guerre entre 1895 et 1901 (p. 7), peuvent être lues de deux manières, ce qui en creux dit non seulement leur profondeur mais leur aptitude à stimuler la réflexion. De surcroît, et à la différence de ce volume qui n’évoque que les origines tarbaises de Foch, on rappellera que le vainqueur cultive de sérieuses attaches bretonnes. Non seulement il sert à la fin des années 1870 au 10e RAC en garnison à Rennes mais il épouse en 1883, en l’église Saint-Michel de Saint-Brieuc, Julie Bienvenüe, petite cousine de Fulgence Bienvenüe, père du métropolitain parisien. Trois ans plus tard, le couple achète le manoir de Traonfeunteuniou, à Ploujean, près de Morlaix. C’est d’ailleurs là que celui qui est alors commandant du 20e corps d’armée reçoit, à la fin du mois de juillet 1914, l’ordre de regagner en urgence sa garnison[2].

La première manière de lire ces deux archives est à la façon d’une réhabilitation, une approche que revendique d’ailleurs assez largement M. Motte, soucieux de corriger l’injuste mémoire associée au général commandant les forces alliées en 1918, « ce maniaque de l’offensive, ce doctrinaire coupé des réalités dont les élucubrations néo-napoléoniennes ont envoyé des centaines de milliers d’hommes à l’abattoir » (p. 16). De surcroît fervent catholique, ce que ne souligne pas ce volume alors qu’il ne fait pas trop de doute que cela n’a pas dû nécessairement aider son cas, au moins dans certains pans de l’opinion, Foch est notamment érigé en archétype du grand chef défaillant par deux historiens ayant pignon sur rue dans les années 1930, bien que dans des registres savamment différents : Basil Henry Liddell Hart et Marc Bloch. Or, ce que révèle au lecteur attentif ce volume, c’est un Foch beaucoup plus prudent que ce que certains mémorialistes pas nécessairement bien intentionnés veulent dire. Prenant en compte la fatigue des hommes et les fluctuations de leur moral, une idée omniprésente dans le volume même si elle est difficile à employer du point de vue des sciences sociales, il pousse l’analyse jusqu’à interroger l’apport de certaines unités sur le champ de bataille en affirmant que « certaines n’ont bientôt de force que le nom » (p. 83)[3]. Un constat qui parfois n’est pas sans faire songer aux analyses controversées de S. Marshall sur le taux de tir (p. 250) et qui pousse bien entendu à l’économie des troupes, une idée pourtant centrale chez Foch mais négligée par ses contempteurs[4].

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0033.272.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0033.272.

Loin de « l’offensive à outrance » qui lui colle à la peau, le futur commandant des forces alliées en 1918 se montre au contraire, plume à la main, épris de méthode (p. 271) et, en somme, un homme sage (p. 139, repris p. 374) :

« La conduite des troupes ne consiste pas seulement à foncer comme des sangliers sur l’adversaire. Il faut agir en connaissance de cause, proportionner ses visées et ses effets aux moyens dont on dispose. On commence par reconnaître. »

Dans la Conduite de la guerre, et dans une veine d’ailleurs très clausewitzienne (p. 278), Foch rappelle que l’objectif final d’une campagne est le pouvoir politique de l’ennemi (p. 287) :

« En présence d’un gouvernement refusant de traiter, voilà le point où une guerre heureuse approche de son but, le lieu où elle peut enregistrer la ruine d’un pays : l’extrême frontière où tout gouvernement ennemi est supprimé. Mais, ce point, il faut l’atteindre. Moscou n’a pas suffi en 1812. »[5]

Sans doute faut-il voir là une leçon retenue de 1870, de la chute du Second Empire mais également de la poursuite, après le 4 septembre, du combat par la République. D’une certaine manière, c’est une forme de serment d’allégeance à Marianne qui est formulé ici. Mais il y aussi, probablement, autre chose. En effet, dans quelle mesure une telle pensée, que l’on sait pour une assez large part institutionnalisée puisque tirée d’un cours de l’École de guerre (p. 7), et donc partagée par une frange au moins importante du corps social, si ce n’est de l’opinion, n’annonce-t-elle pas l’Union sacrée ? Certes, on sait que celle-ci est par bien des égards un mythe, que cette injonction patriotique, que cette morale de l’époque, ne recouvre que très imparfaitement la réalité des pratiques des acteurs sociaux. Mais dans la mesure où la liaison, intime serait-on tenté d’écrire, entre le politique et le militaire est tenue comme une des conditions sine qua non du succès d’une campagne, n’y a-t-il pas là un élément de discours qui, infusant pendant les années 1900 et une fois porté à ébullition lors de l’été 1914, conduit à l’Union sacrée ?

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 990.0071.61.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 990.0071.61.

En refermant ce volume, le lecteur peu au fait de la littérature stratégique – ce qui est exactement mon cas – a néanmoins acquis la certitude que pour avoir été beaucoup lu après la Grande Guerre, statut de maréchal de France et surtout de Vainqueur de 1918 oblige, il ne l’a pas été forcément bien. C’est, on l’a vu plus haut, le cas de Basil Henry Liddell Hart et de Marc Bloch. Mais c’est aussi probablement le cas de toute une génération d’officiers, brevetés ou aspirant à l’être, qui entrent en guerre en 1914 munis de certitudes abusivement attribuées à Foch car héritées d’une lecture parfois trop hâtive, ou mal digérée. Ce faisant, M. Motte livre avec cet ouvrage un travail qui n’est pas sans faire songer à ce qu’écrit M. Goya à propos du général Louis Loyzeau de Grandmaison[6]. En effet, là aussi, la glorification des forces morales doit sans doute moins être comprise comme une négation des ravages du feu que comme une incitation à l’éthique, à la rectitude, à la « discipline intellectuelle » (p. 142). Pour Foch, en effet, « la paresse de l’esprit mène à l’indiscipline comme l’insubordination » (p. 147). Aussi est-ce à la manière d’un indice de ce que peuvent être les représentations mentales des officiers de l’armée française de 1914 que l’on peut également lire ce livre.

Certes, on dispose à la suite de B. Joly d’une compréhension beaucoup plus nuancée, fine, de l’idée de Revanche[7]. Mais il n’en demeure pas moins que la mémoire de la défaite est en 1914 telle qu’il n’est sans doute pas exagéré de convoquer à ce propos l’idée d’une véritable protoculture de guerre[8]. Aussi sans doute faut-il y voir une réaction épidermique, comme dans un classique mouvement de balancier, au souvenir très vif de 1870, Année terrible dont les stigmates affleurent à chaque page ou presque du volume[9]. À lire Ferdinand Foch, le cadre mental des officiers de l’armée française oscille en permanence entre deux figures napoléoniennes, celle vénérée de Bonaparte (p. 479), l’autre méprisée, vilipendée, de Napoléon III. Or c’est justement en réaction aux manquements du commandement ayant caractérisé l’armée française de 1870 que Foch ne cesse d’alerter le lecteur sur l’absolue nécessité qu’il y a à conserver une capacité de manœuvre. Il en résulte un souci constant de la fluidité qui révèle une pleine intégration des contraintes exercées par les ordres de grandeur des armées de la Belle époque (p. 241) : deux corps d’armée marchant l’un derrière l’autre représentent une colonne de 60 kilomètres de long tandis que leur concentration « est une affaire de près de trois jours » (p. 120). À ce sujet, notons ici la grande communion de point de vue existant entre Foch et Joffre. Si le succès de la concentration des troupes est le plus souvent porté au crédit du second, dont on sait par ailleurs la maîtrise du train et le rôle en tant que directeur de l’Arrière avant de devenir chef d’état-major, cet ouvrage montre que sa politique n’est pas menée à rebours d’un commandement qui continue à ressentir le poids d’un « douloureux passé » (p. 268), celui de la défaite[10].

Autrement dit, ayant bien présent à l’esprit le véritable repoussoir qu’est l’ombre portée de 1870 et de Napoléon III, cette génération d’officiers penche d’autant plus naturellement vers le modèle napoléonien que celui-ci constitue encore la référence absolue. La « bataille décisive » (p. 208 et suivantes notamment) demeure l’objectif vers lequel tendre puisque c’est elle, et elle seule, qui permet que se décide le sort des armes (p. 231). D’où une confusion d’autant plus fréquente entre vitesse et précipitation, ce dont rendent parfaitement compte les premières semaines de la campagne, au cours de l’été 1914. Contrairement à ce que l’on a trop souvent tendance à croire, le chef, même de rang intermédiaire comme c’est le cas des officiers subalternes, dispose d’une large liberté de manœuvre – là encore – parfaitement théorisée dans ces deux textes. Loin de la caricature qui est souvent fait de lui, Foch n’est pas un penseur « en chambre » qui ignorerait les réalités du terrain. À l’opposé de ce qui est souvent affirmé, les ravages de l’artillerie sont pleinement intégrés au raisonnement (p. 184 notamment mais aussi p. 241 : « Les armes ont plus de portée ; elles sont plus meurtrières ; ce qui oblige à prendre les dispositions d’attaque plus loin et plus à l’abri »). C’est du reste pourquoi il développe toute une réflexion insistant sur les difficultés qu’il y a à obéir sur le champ de bataille : dans le feu de l’action, sous l’effet du combat et du danger, la réflexion est nécessairement altérée (p. 143-144 notamment). Aussi oppose-t-il drastiquement « obéissance passive » et « active », celle-ci étant la « conséquence implicite de l’appel constamment adressé à l’initiative » (p. 145). À l’inverse, est dénoncée la « centralisation absolue, purement théorique d’ailleurs, contraire aux besoins de la pratique, déniant à tout inférieur le droit de penser et d’agir sans ordre » car « de là résulte, chez les sous-ordres, une habitude invétérée de la subordination aveugle, inerte, absolue, érigée en loi souveraine ; entraînant l’inactivité, l’inaction, puis l’abandon de l’idée d’offensive, car le subordonné, inerte la plus grande partie de sa carrière, ne peut devenir un chef à décision ». Et d’ajouter, définitif, que « par là sont supprimées encore la personnalité et l’initiative des chefs en sous-ordre » (p. 382). En somme, la discipline « pour produire des résultats heureux exige […] le savoir et le raisonnement » (p. 159).

Carte postale. Collection particuière.
Carte postale. Collection particuière.

Mais cette pensée de la relation d’autorité ne s’attarde pas qu’aux responsabilités de ceux chargés d’obéir[11]. Il y a dans ces pages une attention de chaque instant ou presque aux devoirs des chefs, à qui il incombe notamment d’assurer la recharge morale de ses hommes : « organiser la bataille, c’est donc, pour briser le moral de l’adversaire, surexciter le notre au plus haut point » (p. 214)[12]. Conséquence logique de la prise en compte des ordres de grandeur caractérisant les armées de la Belle Époque, Ferdinand Foch est pleinement conscient de l’allongement de la chaîne du commandement et met en garde le lecteur contre le chef qui « manquant à lui-même, par insuffisance de vue ou de volonté, voudra se substituer à ses subordonnés, penser et décider pour eux ; il faudrait pour qu’il pensât droit et décidât juste, qu’il vît par leurs yeux, du point où ils sont, qu’il pût être à la fois partout » (p. 174).

Plus encore, Foch insiste dans La Conduite de la guerre sur la nécessaire pédagogie de l’ordre, celui-ci devant être nécessairement compris pour pouvoir être bien appliqué (p. 365) :

« Quand on veut s’entendre, on doit se parler ou s’écrire, dans la vie militaire comme dans la vie civile. Le silence, le laconisme ne suffisent au commandement que là où il n’y a rien à demander à l’esprit des subordonnés. »

Là est sans doute l’ironie de l’histoire. Insistant sur la nécessaire pédagogie de l’ordre donné, le professeur de l’École de Guerre Ferdinand Foch paraît en avoir manqué avec ces deux livres à en juger par la manière dont leurs enseignements n’ont pas été suffisamment reçus. Comment en effet ne pas penser aux offensives de l’été 1914, où même au feu roulant du général Nivelle sur le Chemin des Dames, quand on lit dans les Principes de la guerre que « ce n’est que précédée d’obus brisant les obstacles et éteignant le feu des pièces ennemies que l’infanterie pourra cheminer même dans les corridors du terrain faiblement occupés » (p. 248). L’exemple du 47e RI à Charleroi, qui semble un bon indice de l’entrée en guerre de l’armée française de 1914, montre que la leçon n’a pas été retenue quand Foch explique que « aujourd’hui plus que par le passé encore, dans cette période de la marche, l’art consistera à utiliser tous les cheminements défilés et tous les couverts que fournit le terrain »[13]. Plus tard, cette unité se trouve devant la Pompelle, dans les environs de Reims, comme surprise que ce fort tombé aux mains des Allemands lui oppose une telle résistance[14]. N’y a-t-il pas là la preuve manifeste d’un oubli de La Conduite de la guerre et des propos portant sur la ligne Séré de Rivières : « Bien que ces forts aient perdu, depuis l’invention de la mélinite, une grande partie de leur valeur, ils constituent néanmoins des obstacles qui résistent à l’artillerie de campagne et que les troupes doivent cependant briser pour pouvoir continuer leur marche » (p. 315) ? Il en est de même en ce qui concerne l’attention à peu près constante portée à la liaison interarmes, notamment entre l’infanterie et l’artillerie (par exemple p. 255), et qui constitue un sujet tel qu’elle suggère une courbe d’apprentissage très plane de l’armée française entre 1914 et 1918[15]. Cruelle leçon que celle-ci mais que n’ignore nullement l’historiographie de l’éducation, puisque le manuel scolaire ne saurait être confondu avec la réalité du cours, plus encore de ce qu’en retiennent les élèves.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Du point de vue de l’histoire du fait militaire et guerrier, si cette réédition de ces deux célèbres livres de Foch est bienvenue, c’est qu’elle invite à les relire avec des yeux neufs. Là est indéniablement le moyen de nuancer les représentations mentales forgées par une mémoire à la dent dure. Mais là est surtout l’opportunité de pénétrer le cadre mental des officiers français de 1914 en s’interrogeant sur la manière dont ils ont pu mal lire Foch. Ajoutons d’ailleurs que ce constat vaut autant pour les métropolitains que pour les coloniaux, à l’instar de ces quelques lignes qui interrogent nécessairement les débats actuels entourant l’idée d’impérialisme informel (p. 111) : « Que cherchons-nous tous ? Des débouchés à un commerce, à une industrie qui, produisant plus qu’ils ne peuvent écouler, sont constamment étouffés par une concurrence croissante. Et alors ? On leur ouvre ces débouchés nouveaux à coups de canon. »


[1] Foch, Maréchal Ferdinand (Textes présentés et annotés par Motte, Martin), De la Guerre, Paris, Tallandier / Ministère des Armées, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour une biographie de haute tenue consulter Notin, Jean-Christophe, Foch, Paris, Perrin, 2008.

[3] Loez, André, « Pour en finir avec le moral des combattants », in Muracciole, Jean-François et Rousseau, Frédéric (dir), Combats, hommage à Jules Maurin, Paris, Michel Houdiard éditeurs, 2010, p. 106-119.

[4] Marshall, Samuel Lyman Atwood, Men against fire : The problem of Battle command, Norman, University of Oklahoma Press, 2000.

[5] L’actualité d’un tel propos n’échappera bien évidemment pas au lecteur. Sur le sujet, on conseillera l’éclairant Goya, Michel et Lopez, Jean, L’Ours et le renard. Histoire immédiate de la guerre en Ukraine, Paris, Perrin, 2023.

[6] Goya, Michel, La Chair et l’acier, l’invention de la guerre moderne, 1914-1918, Paris, Tallandier, 2004, p. 58-66.

[7] Joly, Bertrand, « La France et la Revanche (1871-1914) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, Tome 46, n°2, avril-juin 1999, p. 325-347.

[8] Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

[9] Sur cette idée Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[10] Sur Joffre lire l’excellent Porte, Rémy, Joffre, Paris, Perrin, 2014.

[11] À propos de la relation d’autorité, on se plongera à profit dans Saint-Fuscien, Emmanuel, À vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 2011.

[12] Pour une illustration concrète de l’application de ce principe pendant la Grande Guerre, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, notamment le chapitre VII, p. 179-204.

[13] Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[14] Pour de plus amples développements, outre Ibid., je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Investir la culture de guerre du premier conflit mondial ? Le 47e régiment d’infanterie au fort de la Pompelle, 13-17 septembre 1914 », Bulletins et mémoires de la Société archéologique & historique d’Ille-et-Vilaine, 2012, p. 261-286.

[15] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ?…, op. cit., notamment le chapitre IV, p. 99-124.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (23 novembre 2023). What the Foch. Ar Brezel. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbrf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.