17 novembre 1914 : un Te Deum pour sacrer l’Union ?

Le Te Deum qui a lieu le 17 novembre 1914 en la cathédrale de Vannes, et qui est doublé d’un service donné le même jour dans toutes les églises du diocèse pour les « victimes de la guerre », est organisé à la demande de l’évêque, Mgr Alcime Gouraud. D’une certaine manière, il n’est pas impossible d’appréhender une telle cérémonie comme une sorte de redite, d’écho, de perpétuation de celles données pendant la guerre de 1870-1871[1]. Mais on sait aussi par un certain nombre de sources conservées aux archives départementales et diocésaines du Morbihan que cette cérémonie est à l’origine d’un net regain de tension entre le prélat et le préfet, ce dernier reprochant notamment au premier d’avoir contrevenu à la Séparation des Églises et de l’État en y ayant invité un certain nombre de fonctionnaires. Sans doute y avait-il en effet là de la part de Mgr Gouraud l’opportunité d’une démonstration de force appréciable, et l’on connaît du reste l’aptitude en la matière du titulaire du trône de Saint Patern[2]. D’ailleurs, la Semaine religieuse n’oublie pas, quelques jours après la cérémonie, d’égrener le nom des personnalités civiles, politiques et militaires présentes à cette occasion[3]. C’est donc bien à la lumière d’un répertoire d’action très politique qu’il faut appréhender cette journée de prières, celle-ci ne pouvant être déconnectée d’un contexte idéologique que le conflit n’atténue nullement. Déjà, la semaine précédente, en l’église Saint-Louis de Lorient, le prélat avait discouru sur « l’âme française », ce qui revenait à affirmer que celle-ci est intrinsèquement catholique[4]. Où l’on en revient à la « fille aînée de l’Église » et à une ligne de fracture structurante du champ politique morbihannais tout au long du XIXe siècle…

Pourtant, cette dimension est étonnamment absente des journaux départementaux. Dans la presse, les réactions sont très positives et les commentaires bien souvent élogieux. Comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement alors qu’il s’agit d’honorer les « victimes de la guerre » ? Émettre la moindre critique ne reviendrait-il pas à nuancer, nier, l’héroïsme des combattants, en d’autres termes à briser l’Union sacrée et à se placer, de fait, en dehors de la communauté nationale, comme une sorte d’ennemi de l’intérieur ? À Vannes, le Courrier des campagnes, toujours bienveillant à l’égard des autorités ecclésiastiques, note que « la cathédrale était archibondée » et que « la maîtrise exécuta à la perfection l’office des morts »[5]. À Lorient, Le Nouvelliste du Morbihan ne consacre que quelques lignes à la cérémonie. Mais il est vrai que le journal dirigé par Alexandre Cathrine n’est alors imprimé que sur une seule page recto-verso et que c’est bien à l’aulne de cette surface réduite, pour cause de pénurie de papier, qu’il faut analyser cet entrefilet pour le moins favorable. Or non seulement il est précisé qu’à cette occasion la « cathédrale était plus que remplie » mais que « Mgr Gouraud, évêque de Vannes, entouré d’un nombreux clergé, a officié et donné l’absoute autour d’un superbe catafalque surmonté du drapeau français et de ceux des nations alliées »[6].

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 970.0049.13906.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 970.0049.13906.

Néanmoins, quand on connaît la vigueur, tout au long de la Belle époque, de la conflictualité politique autour de la question religieuse en Morbihan, vigueur dont la presse départementale rend parfaitement compte, on est en droit de se demander si les journaux locaux ont bien saisi la réelle portée de ce Te Deum. Si l’on pense que oui, alors la revue de presse tendrait à rendre compte d’une certaine forme d’Union sacrée, même si l’on sait que dans les faits cette notion est pour le moins superficielle, pour ne pas dire fragile. Si, en revanche, on incline à une réponse négative, alors c’est que non seulement cette idée est caduque mais que cette cérémonie organisée en la cathédrale de Vannes le 17 novembre 1914 doit être analysée au miroir d’un autre répertoire d’action, non plus patriotique mais bel et bien politique, partisan. Dans ce cadre, Alcime Gouraud ne serait plus un simple évêque mais un entrepreneur de morale – cette culture d’une guerre pour la « civilisation » et le « droit » contre la « barbarie » – dont la manœuvre serait moins dirigée, en fin de compte, contre Guillaume II que contre le préfet, Alfred Roth[7]. Là ne serait en définitive que la poursuite d’un combat débuté en 1909, au moment de l’arrivée de ce protégé de Clemenceau à Vannes. Et ceci pourrait du reste expliquer que certains journaux ne disent rien de ce Te Deum, même s’il est dédié aux « victimes de la guerre ». Je pense notamment au Progrès du Morbihan, journal qui revendique d’être « l’organe de la Fédération des comités républicains en Morbihan ». Un mutisme qui en dit sans doute long sur la persistance de la conflictualité politique d’avant-guerre même s’il est vrai qu’il s’agit là d’une source qui n’est pas évidente à analyser : faire parler le silence est toujours chose périlleuse.

Un point doit toutefois attirer l’attention pour saisir au mieux l’intransigeance préfectorale. Celle-ci doit-elle être interprétée dans la continuité des pratiques de la Belle époque, comme une sorte de réflexe d’autant plus conditionné que le préfet reçoit des instructions en ce sens du gouvernement pourtant replié à Bordeaux ? Ou faut-il prendre en compte le deuil d’Alfred Roth, le haut fonctionnaire perdant son frère Frédéric, officier d’artillerie, en septembre 1914 ?

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

On ne sait que peu de choses sur ce militaire si ce n’est que c’est sous l’uniforme du 50e régiment d’artillerie de campagne, unité tenant garnison à Rennes, et avec le grade de lieutenant, qu’il trouve la mort, « tué à l’ennemi » le 7 septembre 1914, en pleine bataille de la Marne donc. Dans un excellent mémoire récemment soutenu, C. Denjean donne de cet homme un portrait assez sévère, en se basant notamment sur son dossier personnel conservé à Vincennes, au Service historique de la Défense. Polytechnicien, il ne serait pas « un élève très brillant », et sort d’ailleurs de cette école dans les derniers. Noté durement en début de carrière, il quitte l’armée en 1907 mais continue de servir dans la réserve, étant affecté à l’état-major de l’artillerie du 10e corps d’armée en 1912[8]. Son entrée en campagne reste néanmoins pour le moins nébuleuse puisque le nom de Frédéric Roth ne figure ni au sein du journal de marches de l’artillerie du 10e corps, ni dans celui du 50e RAC du reste, ni même au sein de l’historique officiel de ce régiment. Par ailleurs, ce dernier document ne comportant pas de liste obituaire, on est bien obligé de croire ce qu’affirme le fichier des titulaires de la mention « mort pour la France », archive que l’on sait pourtant non dénuée d’erreurs.

Ce silence des sources n’aide pas à reconstituer le deuil qu’a pu être celui de son frère, Alfred. Ainsi, quand le préfet du Morbihan a-t-il appris la mort de Frédéric ? La documentation ne permet pas de le savoir mais tout porte à croire qu’il est très rapidement au courant, probablement pendant la visite en son département du ministre de la Marine Victor Augagneur. La physionomie des combats laisse en effet supposer que jamais Frédéric Roth n’est porté disparu et que sa dépouille a été rapidement retrouvée. Plus encore, un certain nombre de journaux morbihannais annoncent à la fin du mois de septembre le deuil qui frappe le préfet : Le Courrier des campagnes, L’Écho du Morbihan, Le Morbihannais, Le Progrès du Morbihan, Le Nouvelliste du Morbihan[9]. La plupart du temps, on peut lire un seulement et même texte, comme s’il s’était agi d’une sorte de communiqué, dupliqué dans une succession de titres qui donnent un bon aperçu de la pluralité de la presse morbihannaise. Aussi, si Union sacrée il doit y avoir, c’est sans doute là et seulement là, face à la mort, qu’elle réside. Et encore la prudence doit-elle ici rester de mise puisque certains journaux, selon une géographie idéologique assez limpide, sont plus chaleureux que d’autres dans la manière de rendre compte de ce décès[10]. Toujours est-il que, dans une approche plus psychologisante qui pour être délicate n’en paraît pas moins ici importante, il y a sans doute le moyen d’expliquer la rigueur du préfet par le deuil, le chagrin d’Alfred Roth, homme qui ne souhaite pas que la mort de son frère soit récupérée par le prélat, adversaire politique qu’il combat depuis des années et dont on sait qu’il a n’a pas hésité à porter des coups assez bas. Malheureusement, les sources manquent pour statuer mais il y a, à l’évidence, là une hypothèse qui mérite d’être prise en compte.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 981.0004.167.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 981.0004.167.

On pourra toujours arguer que l’assimilation de la culture de guerre à une morale produite par des entrepreneurs est invalide dans la mesure où cette grille de lecture du réel en cours ne donne pas lieu à la production de normes qu’il s’agirait d’appliquer, sous peine de sanctions. Cela serait à mon sens se méprendre sur un certain nombre de contraintes – terme éminemment connoté sur le plan historiographique et que je ne choisis pas au hasard[11] – qui s’exercent sur la société française de 1914-1918. Parmi celles-ci, je pense notamment à la censure dont on n’ignore pas le rôle, notamment grâce aux travaux de l’historien O. Forcade[12]. Or rien ne dit, comme dans une sorte de serpent qui se mordrait la queue, qu’Anastasie n’influe pas sur la manière dont la presse morbihannaise rend compte ce Te Deum… Néanmoins, on remarquera que les journaux d’alors ne présentent aucun stigmate, aucune colonne ou paragraphe vierge et attestant par la même une opération de caviardage. Une preuve que ces titres n’ont pas pu rendre compte du conflit politique en cours ? Ou qu’ils n’ont pas su le voir ?


[1] Là est la grille de lecture, au demeurant fort classique, partagée par Blenner-Michel, Séverine et Lalouette, Jacqueline, « Le Clergé catholique et l’arrière (1870-1871 et 1914-1918 », in Baechler, Jean et Ramel, Frédéric (dir.), L’Arrière, Paris, Hermann, 2017, p. 135-154.

[2] Le Gall, Erwan, « Le culte d’un saint comme outil politique du temps présent : la Grande Guerre de Vincent Ferrier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°129-2, 2022, p. 127-147.

[3] « Service pour les victimes de la guerre », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 48e année, n°47, 21 novembre 1914, p. 844.

[4] Gouraud, Monseigneur Évêque de Vannes, « L’Âme française. Discours prononcé en l’église Saint-Louis de Lorient au service pour les victimes de la guerre le 10 novembre 1914 », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 48e année, n°47, 21 novembre 1914, p. 834-844. P. 840, l’évêque affirme ainsi que « le soldat français sait se battre pour une idée et non des intérêts. Ce n’est pas lui qui croit au droit de la force. Il n’a pas vu dans la guerre actuelle un monde à conquérir, encore moins un peuple à opprimer ; il n’a pas vu une domination à exercer sur le reste de l’univers pour le façonner à notre mentalité. Mais il a vu un monde entier convoité par l’orgueil allemand, désireux de lui imposer toutes ses doctrines, et il s’est fait le champion de la civilisation chrétienne ; il a vu la France injustement menacée dans sa vie nationale, et il s’est voué à sa défense. Il n’a pas pu supporter un instant la pensée de voir profaner cette France que Dieu a faite si belle, si grande et si bienfaisante ; et il a juré de défendre jusqu’à la mort son honneur sa vie ». P. 843, il affirme : « Pour Dieu et pour son pays. Voilà l’idéal de l’âme française ».

[5] « À la mémoire des morts pour la patrie », Le Courrier des Campagnes, 89e année, n°47, 22 novembre 1914, p. 2.

[6] « Pour les victimes de la guerre », Le Nouvelliste du Morbihan, 28e année, n°181, 19 novembre 1914, p. 2.

[7] Becker, Howard S. (traduit par Briand, Jean-Pierre et Chapoulie, Jean-Michel), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métaillé, 2020. Notamment le chapitre 8 : « Les Entrepreneurs de morale », p. 171-188.

[8] Denjean, Claire, Un « préfet de combat ». Alfred Roth, préfet du Morbihan 1909-1915, Mémoire de Master 2 d’histoire sous la direction de Karila-Cohen, Pierre, Rennes, Université Rennes 2, 2023 ; Arch. Paris : D4R1 1137.

[9] « Le Lieutenant Roth », Le Courrier des campagnes, 89e année, n°39, 27 septembre 1914, p. 2 ; « Le Lieutenant Roth », L’Écho du Morbihan, 25e année, n°39, 27 septembre 1914, p. 2 ; « Le Lieutenant Roth », Le Morbihannais, 89e année, n°39, 25 septembre 1914, p. 2 ; « La Mort de deux braves », Le Progrès du Morbihan, 31e année, n°39, 26 septembre 1914, p. 3 ; « Mort au champ d’honneur », Le Nouvelliste du Morbihan, 28e année, n°132, 22 septembre 1914, p. 2.

[10] « La Mort de deux braves », Le Progrès du Morbihan, 31e année, n°39, 26 septembre 1914, p. 3.

[11] Voir par exemple Rousseau, Frédéric, La guerre censurée, une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 1999.

[12] Forcade, Olivier, La Censure en France pendant la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2016.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 17 novembre). 17 novembre 1914 : un Te Deum pour sacrer l’Union ? Ar Brezel. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.