Le nerf de la guerre de la Générale

Historien prolifique, H. Bonin publie chez Droz une histoire de la Société générale pendant la Première Guerre mondiale, troisième tome d’une vaste enquête au long cours consacrée à cette banque, qui mérite d’être connue[1]. Certes, un tel sujet pourra paraître bien aride, et pour tout dire peu engageant, ce d’autant plus que la documentation fait souvent défaut et que le propos se limite fréquemment à d’austères tableaux comptables. Mais il n’en demeure pas moins que s’intéresser à la guerre sans prendre en compte ce qui fait son nerf relève d’une démarche dont on parvient rapidement à toucher les limites. Aussi le détour par le système bancaire s’avère constituer une étape impérative pour qui s’intéresse à la Bretagne pendant la séquence 1914-1918, ce d’autant plus que ce terrain d’investigation relève pour l’heure, à l’échelle de la péninsule armoricaine, il faut bien l’avouer, d’un véritable angle mort des connaissances[2].

Si la Société générale constitue un excellent terrain d’enquête pour l’historien, c’est que cette banque sort globalement renforcée des tourments de la séquence 1914-1918. Pourtant, du fait de ses positions en Russie, complètement balayées par la révolution bolchevique et objets d’un passionnant chapitre construit notamment à partir d’intéressants extraits de correspondances d’employés français expatriés et confrontés physiquement aux bouleversements en cours, le pire était sans doute à craindre (p. 183-195). De même, les liens de la banque avec les empires centraux suscitent quelques appréhensions au début du conflit (p. 164). Entrant en guerre en étant confrontée à une vaste crise de réputation héritée des années 1913-1914 (p. 21 et suivantes), elle en réchappe avec une position dominante, même si la sortie du conflit est longue et complexe : si ni la direction générale de l’établissement ni la Banque de France ne signalent de difficultés de trésorerie des agences provinciales en 1919-1920 (p. 206), le passage d’une « économie organisée » (p. 209) à un régime plus libéral ne se fait pas sans heurts puisqu’il coïncide même avec l’interruption, en 1920, d’un projet d’augmentation du capital de l’entreprise (p. 365).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Certes, l’inflation rend périlleuse la lecture des bilans comptables (p. 359), sans compter que ces banquiers connaissent toutes les subtilités d’écriture que permettent les règlements.Néanmoins, parmi les éléments qui permettent d’expliquer ce renversement de situation, il y a notamment les profits générés par les emprunts réalisés pour l’État en faveur de la Défense nationale. En effet, les banques, et donc pour une assez large part le secteur privé, constituent « de puissants leviers du financement de la trésorerie publique, en France comme dans les autres pays belligérants » (p. 95). L’histoire que propose H. Bonin est donc celle, plus ou moins indirectement, des différents emprunts levés pendant le conflit par la France pour financer la guerre. Il est à noter d’ailleurs que dans ces opérations, le risque n’est pas assumé par la banque, qui conserve sa marge de profit, mais par l’État puisque pour séduire les épargnants, ce qui par ailleurs en dit long sur le degré de patriotisme de leurs motivations, les intérêts promis aux souscripteurs sont exonérés d’impôts (p. 103). En revanche, du fait des lacunes de la documentation, il reste difficile d’apprécier le rôle des banques, et donc de la Société générale, dans le financement des entreprises œuvrant au service de l’effort industriel de guerre (p. 129). Tout juste le livre permet-il de montrer que la société est dans ce cadre implantée en Bretagne, comme en témoigne le financement en 1917 d’une usine à Nantes de la Compagnie générale de constructions de locomotives, usine qui emploie 3 500 salariés mais n’ouvre qu’en octobre 1920 (p. 152). C’est d’ailleurs dans ce livre une des rares mentions d’une activité de la banque dans la péninsule armoricaine, avec l’évocation d’une émission en 1920 d’obligations au profit des conserveries Saupiquet, elles aussi nantaises. À lire H. Bonin, la Société générale semble avoir été plus présente, du point de vue de l’accompagnement des entreprises, en Normandie qu’en Bretagne (p. 227).

Du point de vue de la banque de détail, il ne fait en revanche pas de doute que l’entreprise est bien implantée au sein des cinq départements bretons, même si des disparités existent. Les résultats de la souscription levée par la Société générale pour l’emprunt de 1920 donnent à cet égard des informations précieuses et on note avec intérêt que la basse-Bretagne s’y taille la part du lion : les départements les plus engagés dans cette opération sont en effet le Finistère et le Morbihan, celui-ci se hissant même au 28e rang national, devant la Haute-Garonne ou le Var (p. 263). Mieux, H. Bonin évoque l’agence de Quimper parmi celles touchées au cours de l’été 1919 par un vaste mouvement de réclamations d’augmentations de salaires (p. 316).

Souscriptions à l’emprunt national au sein du réseau d’agences de la Société générale. Graphique réalisé d'après BONIN, Hubert, Histoire de la Société générale. Tome III : 1914-1921 La Société générale dans la guerre et l’après-guerre, Genève, Droz, 2023, p. 263.
Souscriptions à l’emprunt national au sein du réseau d’agences de la Société générale. Graphique réalisé d’après BONIN, Hubert, Histoire de la Société générale. Tome III : 1914-1921 La Société générale dans la guerre et l’après-guerre, Genève, Droz, 2023, p. 263.

Avouons tout de même que le livre n’est pas sans susciter sur ce point une petite frustration. En effet, l’approche strictement macro du volume ne permet pas de se plonger dans le quotidien d’une agence : comment se déroule le travail ? En quoi la guerre le modifie-t-il ? Si la question du travail féminin est assez largement abordée dans le volume, on reste un peu sur sa faim faute de variations d’échelles et de décentrements du regard. Aussi sans doute y a-t-il là de l’espace pour de futurs passionnants travaux.

Preuve supplémentaire que le placement de ses économies au service de l’effort de guerre ne va pas nécessairement de soi, ces opérations sont aussi pour la Société générale le moment de « l’apprentissage de la communication de masse », titre du passionnant sixième chapitre de ce volume. Il en reste de fameuses affiches présentes dans les collections de bien des musées et services d’archives mais dont l’intérêt graphique ne doit pas occulter l’étonnante modernité (p. 122-125). C’est ainsi qu’H. Bonin note que pour la Société générale « les frais de publicité des grands emprunts tournent dorénavant entre 1,90 et 9,19% des frais d’émission » (p. 119). La période constitue à cet égard une sorte de préfiguration de la « banque de masse » qui émerge à partir des années 1950-1960 puisque ce sont les économies de toutes les strates de la population, et non plus de la seule bourgeoisie qui a la Belle époque fréquente ces établissements, qui sont désormais dans le viseur de l’État (p. 116, 199).

Le rétablissement spectaculaire de la Société générale constitue une performance d’autant plus remarquable que l’entreprise n’est pas épargnée par le conflit. Dès les premiers jours d’août 1914 de nombreux employés, et même des directeurs d’agence, sont mobilisés (p. 42). Quant aux marchés, ils sont volontairement suspendus, comme à Londres : les guichets de la générale y baissent le rideau à partir du 3 août 1914 quand les cotations de la bourse sont interrompues à partir du 31, ce qui a pour conséquence de considérablement entraver les transactions financières (p. 43). En revanche, il faut avouer que la question des régions envahies, et des problèmes que cette occupation d’agences et de succursales pose à la Générale, laisse le lecteur quelque peu sur sa faim, l’étude d’H. Bonin n’ayant sur ce point pas l’ampleur de celle menée pour la place de Lille par J.-L. Mastin (p. 45-48)[3]. Tout juste pouvons-nous souligner le fait que l’auteur ne fait à cette occasion jamais référence à la Bretagne, comme si la péninsule armoricaine n’était pas concernée par ce repli.

L'agence de Quimper de la Société générale, carte postale. Collections Musée de Bretagne : 989.00.28.213.
L’agence de Quimper de la Société générale, carte postale. Collections Musée de Bretagne : 989.00.28.213.

Il en est de même en ce qui concerne le volet humain, dans une perspective d’histoire sociale, de l’enquête. De manière assez convenue, l’auteur détaille un certain nombre de parcours d’employés de la Société générale mobilisés même si, de son propre aveu, il y a moyen de faire plus, d’aller plus loin (p. 49) pour en savoir plus sur ces milliers de salariés, dont 82 reçoivent la Légion d’honneur et 858 sont cités à l’ordre (p. 55), chiffres à mettre en rapport avec l’effectif global de la compagnie qui s’élève à plus de 14 000 individus en 1913 (p. 66). Intéressant, le propos pêche toutefois par manque de mise en perspective. Qu’en est-il par exemple de la rétribution des employés mobilisés ? H. Bonin cite un procès-verbal du conseil d’administration daté du 19 octobre 1914 expliquant que « le directeur général propose d’accorder le plein traitement aux agents mariés ou veufs avec enfants et la moitié du traitement aux employés célibataires ou veufs sans enfants, sans distinction de grade » (p. 43, évoqué également p. 289). Formulé en pleine Course à la mer, c’est-à-dire au moment de l’apparition du système-tranchées et à l’époque où non seulement il apparaît à chacun que le conflit va durer mais qu’on sort de l’entrée en guerre pour entrer dans la guerre elle-même, ce vœu interroge[4]. Quelle est la genèse d’une telle décision, nécessairement coûteuse, et qu’il serait sans doute irénique d’attribuer au seul sentiment patriotique ? Autrement dit, quelle est la part ici d’incitation de l’État et du politique ? Quelles sont les conséquences de telles mesures sur les trajectoires militaires de ces employés ? En effet, est-ce que la perception d’un traitement de receveur ne constitue pas un frein au désir de monter en grade, la perspective d’une solde supérieure n’étant plus un moteur suffisamment puissant ? En d’autres termes, en quoi les métiers de la Société générale influent et interfèrent sur la culture professionnelle de ces banquiers combattants, mobilisés sous l’uniforme de l’armée française ?[5] La question me semble devoir être posée dans la mesure où le livre met en évidence des injonctions contradictoires entre les besoins de cette institution, en proie depuis l’été 1914 à une grave crise démographique, et ceux d’autres entités : la banque elle-même mais aussi l’État. Tel est par exemple le cas quand, en novembre 1917, 800 agents de la Société générale sont placés en sursis pour la période de l’emprunt (p. 44, 95). On connaît de surcroît la propension des entreprises à vouloir protéger leur personnel, surtout en une période où le marché du travail est tendu[6]. Malheureusement, on aurait aimé en savoir plus sur le profil de ces individus.

De la même manière, il y aurait sans doute eu lieu de s’interroger sur la poursuite des liens, via la correspondance, entre les employés de la Société générale mobilisés et leurs responsables hiérarchiques, restés eux à leur bureau. Le livre atteste certaines de ces relations (p. 53), que l’on sait exister d’ailleurs dans d’autres secteurs d’activité, comme la préfectorale par exemple. Mais que nous disent-elles sur la part de stratégie des acteurs ? Sur leurs rapports aux différents métiers qu’ils exercent, celui du moment, sous l’uniforme, et celui de leur vie « d’avant », civile ? En quoi une élogieuse citation à l’ordre ou un passage dans le rang d’officier peuvent constituer des arguments pouvant être mobilisés à l’appui d’une demande d’avancement au sein de la Société générale ? Comment se combinent ces deux carrières ? L’une peut-elle nourrir l’autre ou non ? De la même manière, dans quelle mesure l’entreprise prend-elle soin de mettre ces salariés valeureux en avant afin d’attester sa conduite patriotique dans la guerre ? Bref, en quoi l’expérience combattante constitue-t-elle un capital pouvant favoriser la carrière au sein de cette entreprise ? Il y a là à l’évidence un vaste chantier à ouvrir. Pareillement, sans doute aurait-il été profitable, dans une optique plus micro-historique dont on a vu qu’elle n’était pas privilégiée par l’auteur, de raisonner en termes de transferts de compétences. Qu’apprend la guerre aux salariés de la Société générale et vice versa ? Il n’est sans doute pas anodin de constater que parmi les leaders des mouvements sociaux qui traversent la banque à la sortie du conflit se trouve Raymond Maurer – individu dont la notice du Maitron pourrait être avantageusement complétée par cet ouvrage. Entré dans l’entreprise en 1910 et titularisé au service de la comptabilité générale l’année suivante, il est mobilisé en août 1914 avant d’être réformé, mutilé de la main droite (p. 323). Or dans quelle mesure, à l’image d’un Georges Voisin par exemple, cette infirmité et la proximité des milieux anciens combattants qui en résulte nécessairement, n’a pas permis le développement d’un savoir-faire en termes de négociation qui est employé lors de cette mobilisation sociale ?

Sur cette carte postale, on peut distinguer l'enseigne d'une agence de la Société générale. Collection particulière.
Sur cette carte postale, on peut distinguer l’enseigne d’une agence de la Société générale. Collection particulière.

Sans recourir au concept de consentement patriotique comme le fait peut-être parfois un peu rapidement l’auteur (p. 69), l’enquête d’Hubert Bonin traduit l’indéniable confiance des ménages envers la Société générale et, plus généralement, le système bancaire français. Lors du premier semestre 1915, alors que l’établissement est confronté à une importante crise de réputation, l’auteur souligne que « les déposants semblent accepter de maintenir leur argent chez elle une fois parvenue l’échéance du dépôt » (p. 33). De la même manière, un rapport de 1916 affirme que « les comptes de chèques, qui passent de 169,074 à 213,401 millions, montrent le sentiment de sécurité croissante avec lequel le public, sans attendre la fin de la guerre, revient en plus grand nombre, ou pour des sommes plus importantes, à ces dépôts » (p. 355). À l’instar des autres grands établissements que sont le Crédit Lyonnais, le Comptoir national d’escompte de Paris, la Banque nationale de Crédit, le Crédit industriel et commercial ou le Crédit commercial de France, la Société générale voit ses dépôts considérablement augmenter sur la période 1914-1920 : de 1 080 à 5 109 millions de francs constants (p. 371).

Or le coût financier de l’effort de guerre aurait pu susciter quelques légitimes craintes chez les épargnants. Que l’on en juge plutôt : les dépenses budgétaires engendrées par le conflit sont estimées à 158,5 milliards de francs, soit trois fois la valeur du Produit national brut pour l’année 1913 (p. 93). Sans doute cette somme aurait-elle pu être de nature à faire craindre un défaut de paiement de la part de la puissance publique, avec les conséquences que l’on imagine sans peine sur le système bancaire privé. Or il n’en a rien été, ce qui dit la confiance qui est celle de la société française d’alors envers l’État d’une part, les entreprises d’autre part. Sans doute faut-il d’ailleurs y voir aussi la marque du paternalisme, du poids du devoir, qui caractérisent les mentalités d’alors. Mais le risque parait toutefois avoir été présent dans la tête d’un certain nombre de décideurs puisque l’État va rapidement privilégier les obligations à long plutôt qu’à court terme pour se garantir contre les « sautes d’humeur des épargnants : en cas de défaites sur le terrain, de déconvenues dans la course aux innovations de l’industrie de guerre, de pertes de territoire sur certains fronts, l’angoisse des citoyens pourrait déboucher sur des crises de panique – et ce d’autant plus qu’on se convainc que la guerre ne pourra se dénouer avant au moins plusieurs semestres » (p. 99). En 1917, année dont on sait combien elle est « trouble », certains porteurs semblent d’ailleurs avoir eu quelques doutes, « comme s’ils prenaient conscience de la dépréciation potentielle de la monnaie, du risque éventuel d’un surendettement d’un État submergé par le financement du conflit ou de l’érosion de la garantie-or de la dette publique » (p. 102)[7]. Aussi le front financier est-il finalement indissociable de celui de l’opinion.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

On le voit, servi par une impressionnante bibliographie, ce riche ouvrage d’H. Bonin ouvre d’intéressantes pistes pour qui s’intéresse à l’histoire de la Bretagne pendant la Première Guerre mondiale et invite à certains prolongements, par le biais d’études micro-historiques centrées sur une agence, ou au mieux sur un département. Certes, du fait de la documentation, de telles enquêtes seront à n’en pas douter très difficiles et nécessiteront certainement une grande inventivité archivistique. Pour autant, à lire ce volume, il semble que la presse, de même que les cartes postales d’ailleurs, puisse constituer une veine d’autant plus prometteuse qu’en ce qui concerne la péninsule armoricaine elle est globalement massivement disponible en ligne. Il y aurait donc tout intérêt à explorer plus profondément cette piste dont la portée heuristique ne doit pas échapper[8]. En effet, ce qui se joue avec l’étude du système bancaire en Bretagne, c’est l’image d’un espace profondément inséré dans les réseaux financiers et nationaux internationaux. C’est donc le tableau de Bretons disposant non seulement de comptes bancaires mais n’hésitant pas à l’occasion à investir leurs plus ou moins maigres économies dans des placements censément rémunérateurs, même si le scandale de Panama, dont on sait par ailleurs les répercussions dans la péninsule et même si on manque encore d’une étude précise à ce sujet, montre que les risques existent. En d’autres termes, ce que met en évidence l’histoire bancaire de la séquence 1914-1918, c’est l’agentivité de Bretons résolument insérés dans la modernité de l’époque : un discours à mille lieues des lubies identitaires indexées sur le paradigme victimaire.


[1] Bonin, Hubert, Histoire de la Société générale. Tome III : 1914-1921 La Société générale dans la guerre et l’après-guerre, Genève, Droz, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Là était d’ailleurs un constat que je dressais déjà à l’été 2016 dans une défunte revue en rendant compte de Cardoni, Fabien (dir.), Les banques françaises et la Grande Guerre, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique / Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016

[3] Mastin, Jean-Luc, Victimes et profiteurs de guerre ? Les patrons du Nord (1914-1923), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[4] Sur l’entrée en guerre, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014. Sur le système-tranchées consulter Ouvrage collectif, Tranchées. Le systèmes-tranchées pendant la Grande Guerre (catalogue de l’exposition présentée au Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux du 26 mars au 15 août 2022), Milan, SilvanaEditoriale, 2022

[5] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[6] Voir par exemple la conduite de Oberthür, Charles (édition présentée et préparée par Corbé, Bernard et Lagadec, Yann), Lettres de guerre (1914-1918), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

[7] Barey, Morgane et Bourcart, Jean (dir.), 1917. L’année trouble, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[8] Sur ce point on pourra renvoyer à Collas, Alain et Le Gall, Erwan (dir.), La Presse comme source. Retours d’expérience et mode d’emploi, Ploemeur, Éditions CODEX, 2023.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 7 novembre). Le nerf de la guerre de la Générale. Ar Brezel. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbrd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.