Cette année-là : les enjeux américains de 1917 à Nantes

Même si cela fait désormais plus de 10 ans que je publie des livres, le calendrier éditorial continue à me réserver des surprises et, pour tout dire, à demeurer pour moi un grand mystère ! Comment est-ce que des projets n’ayant rien en commun, initiés dans des conditions fort différentes et, de surcroît à des dates parfaitement distinctes, peuvent-ils aboutir en même temps ? Toujours est-il que quelques jours seulement après que le volume collectif La Presse comme source, que j’ai co-dirigé avec mon ami Alain Collas, soit disponible dans le commerce, et alors que la publication d’un texte inédit de François Duine annoté et critiqué par mes soins est imminente, les Éditions Midi-Pyrénéennes ont sorti, dans leur excellente collection « Cette année-là » le petit livre que j’ai consacré à 1917 et à l’arrivée des Américains à Nantes[1]. Prolongement de mes travaux sur Saint-Nazaire, ce texte m’est particulièrement cher, et ce pour plusieurs raisons[2].

En premier lieu, il y a bien entendu le sujet : la présence américaine en Bretagne, et en l’occurrence dans la Cité des Ducs, pendant la Première Guerre mondiale. Aussi méconnue que fantasmée, dans un lien presque mécanique de cause à effet que les commémorations du centenaire ont bien mis en évidence, cette page d’histoire est absolument passionnante et constitue un terrain d’investigation encore très neuf, avec sans doute beaucoup de nouvelles archives à dépouiller et de perspectives inédites à explorer[3]. Être sollicité pour ce projet éditorial par les directeurs du volet nantais de la collection « Cette année-là », P. Josserand et D. Plouviez, était non seulement un honneur mais, à la vérité, une invitation que je ne pouvais pas refuser tant, malheureusement, les sollicitations sur ce sujet sont rares.

Il faut d’ailleurs rendre ici hommage à D. Foucault, directeur national de la collection et qui préside à une destinée éditoriale aussi originale que nécessaire : proposer à un prix abordable de petits livres, sans verbiage ni jargon et accessibles au plus large public mais offrant les derniers acquis de la recherche dans une perspective de micro-histoire. Cette véritable démarche d’éducation populaire, dans laquelle je me reconnais pleinement et qui pendant longtemps a constitué l’essentiel de mon parcours professionnel, peut être résumée en quelques principes : une date, une ville et un texte de 60 000 signes et trois parties contextualisant cette histoire dans un savant jeu d’échelles alliant analyses micro et macro. Bref, tout ce que j’aime !

Ajoutons que développée par les Éditions Midi-Pyrénéennes, dirigées de main de maître par B. Seiden, cette collection grandit de belle manière et propose aujourd’hui des titres portant donc sur Nantes mais aussi Toulouse, Bordeaux, Strasbourg et Clermont-Ferrand. Pour cela, elle a su séduire bon nombre d’auteurs de grand talent parmi lesquels R. Pech, P. Cabanel, C. Zytnicki, G. Saupin, K. Gualdé, B. Lachaise mais aussi M. Boisdron, P. Bourdin, A. Wahl et même A. Lafon. Accepter de participer à cette aventure éditoriale, c’était aussi m’inscrire dans une lignée prestigieuse d’historiens et d’historiennes que je lis depuis longtemps et que j’admire.

Je suis par ailleurs d’autant plus heureux de prendre part à ce projet éditorial que celui-ci se trouve au cœur d’enjeux non seulement passionnants mais particulièrement prégnants. Alors que le discours ambiant ne cesse de valoriser les « territoires », publier des livres d’histoire s’incarnant dans des dates et des villes pourrait tomber sous le sens. Pourtant, tel n’est pas le cas. L’histoire dit locale a en effet mauvaise presse. Pratique archaïque relevant au mieux d’une érudition obsolète, au pire d’une essentialisation faisant le jeu des discours identitaires, l’exercice n’est pas sans danger. C’est d’ailleurs pour cela que les ouvrages de la collection « Cette année-là » des Éditions midi-pyrénéennes se présentent comme des volumes moins destinés à rendre compte d’une histoire locale que d’une histoire localisée, soucieuse des connections, des échanges et des variations d’échelle. Cette histoire résolument publique est donc à la croisée des chemins : ceux de l’éducation populaire et du partage au plus grand nombre des derniers acquis de la connaissance, mais aussi d’un combat pour une histoire exempte de récupérations politiques.

J’ajoute enfin, sur un plan plus personnel, que ce projet est arrivé à une période difficile de ma vie où, confronté à de sérieux ennuis de santé, j’ai dû lever pendant quelques semaines le pied. P. Josserand et D. Plouviez, de même que B. Seiden, auraient pu légitimement prendre peur et confier cette commande à quelqu’un d’autre. Ils ne l’ont pas fait et leur confiance m’a non seulement profondément touché mais sans doute permis de remettre un petit peu plus rapidement le pied à l’étrier. À l’aventure intellectuelle s’est adjointe une dimension humaine qui fait que ce livre m’est particulièrement cher. Puisse-t-il rencontrer son public et lui plaire.

 


[1] Collas, Alain et Le Gall, Erwan (dir.), La Presse comme source. Retours d’expérience et mode d’emploi, Ploemeur, Éditions CODEX, 2023 ; Le Gall, Erwan, 1917. Les Américains arrivent, Portet-sur-Garonne, Editions Midi-Pyrénéennes, 2023.

[2] Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Éditions CODEX, 2018.

[3] Sur ce point, je me permets de renvoyer à « Les USA, la Grande Guerre et la Bretagne : bilan d’un centenaire et perspectives », in Guével, Zélie, Hellegouarc’h, Anne, Le Corre, Gaëlle & Le Disez, Jean-Yves (dir.), Bretagne / Amérique du Nord : Échanges transatlantiques, Brest, Éditions du CRBC, 2023, p. 185-205.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 23 octobre). Cette année-là : les enjeux américains de 1917 à Nantes. Ar Brezel. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.