Maurice Gastelier, combattant de basse-intensité ?

Publiée aux Presses universitaires de Rennes avec une introduction de Yann Lagadec, cette correspondance du paysan briard Maurice Gastellier, que la Grande Guerre trouve sous l’uniforme du 76e RI de Coulommiers en train de faire son service militaire avant d’être affecté à partir de 1916 au 19e RI de Brest, est une archive pour le moins paradoxale[1]. En effet, ici, point de plume détaillant minutieusement le champ de bataille, narrant avec talent la campagne en cours et rendant compte avec une puissance quasiment littéraire du conflit en cours. Ramassées, maladroites, témoignant d’une maîtrise relative de la langue, ces lettres n’offrent strictement aucun plaisir de lecture et n’évoquent d’ailleurs pas tant que cela la guerre. Or c’est justement cela qui les rend intéressantes : en effet, ce sont des archives comme celles-ci, et non les proses de combattants comme Barthas, Maufrais, Jünger ou en encore Barbusse, qui sont à l’évidence représentatives de ce qu’est le poilu moyen, surtout dans l’infanterie, arme non spécialisée dont on sait la propension à recruter dans les rangs de la paysannerie[2]. Il en résulte une portée heuristique qui, par bien des égards, interroge l’aptitude de l’histoire en tant que science sociale à saisir les phénomènes de basse intensité.

Au nombre des concepts les plus stimulants ayant été forgés ces dernières années par la discipline, il y a celui de culture de guerre, notion comprise comme la grille de lecture donnant du sens au réel en cours[3]. Parmi les auteurs ayant largement contribué à l’établir, mentionnons notamment A. Becker et S. Audoin-Rouzeau qui, dans leur fameux 14-18 Retrouver la guerre, se basent sur un certain nombre d’archives attestant de la puissance de la culture de guerre : dénonciations véhémentes de la « barbarie » ennemie, rhétorique virulente de la « civilisation » et du « droit » et même appels à la « croisade »[4]. Or il n’y a rien de tout cela sous la plume de Maurice Gastellier. Dans ces lettres, essentiellement adressées à sa mère et pour une part plus modeste à son frère René, si l’on trouve bien le terme « Boche », il n’y a pas d’allusion à la « barbarie ». Plus intriguant encore, ces courriers ne comportent aucun de ces éléments d’intertextualité attestant l’intériorisation de la grammaire inhérente à la culture de guerre. Est-ce à dire que le paysan briard traverse le conflit sans le comprendre, voire même en le contestant ?

La réponse à cette question est clairement négative et renvoie à la faible intensité idéologique de cette source. S’il est mû comme tous les autres poilus par un patriotisme défensif (p. 285), celui-ci ne s’exprime dans ces courriers que rarement. Certaines remarques, comme à propos de l’entrée dans le conflit de la Roumanie (p. 311), prouvent qu’il suit attentivement le déroulement des hostilités et qu’il est très informé des événements en cours. Mais il n’en parle pas. Aussi sommes-nous donc en présence avec cet ouvrage d’une correspondance de guerre, mais qui n’en parle presque jamais. Il faut du reste avouer que cela peut être frustrant, notamment quand lors de l’attaque du 25 septembre 1915 le 76e RI se trouve à côté du 47e de Saint-Malo. Mais c’est bien en ayant conscience de ce vide, de cette absence si évidente, que cette archive s’apprécie. En revanche, cette source permet de parfaitement comprendre la mécanique de l’appel par ordre d’ancienneté pour un renfort au front (p. 267 et suivantes), manière de dire donc non pas le champ de bataille mais la façon dont on peut provisoirement ne pas y aller.

Enterrement de soldats du 76e RI tués en première ligne, les prières devant la fosse (mars 1916). La Contemporaine : VAL 193/138.
Enterrement de soldats du 76e RI tués en première ligne, les prières devant la fosse (mars 1916). La Contemporaine : VAL 193/138.

Ce que souhaite avant tout ce poilu, c’est la « paix », formulation énoncée à maintes reprises dans cette correspondance mais sans qu’elle ne s’accompagne de dénonciation de l’ennemi. Certes, la guerre est « maudite » (p. 125) mais le propos ne s’accompagne jamais des habituelles véhémences contre un ennemi exécré, mis à part deux fois où les Allemands sont qualifiés de « monstres » (p. 436 et 492). Si Maurice Gastellier demande régulièrement qu’on lui envoi Le Démocrate, le journal de Coulommiers, ce n’est pas pour les pages politiques, ce n’est pas pour lire sur la guerre et l’ennemi qu’il combat, mais c’est parce qu’il « aime bien lire des nouvelles du pays » (p. 256). Là se rappelle en définitive, et comme en écho à ce journal, une fonction essentielle du courrier, celle qui consiste à offrir un espace distopique au poilu lui permettant, pendant quelques lignes, de non seulement se projeter en dehors de la tranchée mais de revivre sa vie « d’avant », sa vie civile, du temps de paix[5].

Dès lors, à partir du moment où Maurice Gastellier combat dans l’active et fréquente quelques-uns des plus rudes champs de bataille de la Grande Guerre, comment expliquer son endurance ? De ce qui transparaît de sa correspondance, ce n’est pas la dimension idéologique du conflit qui le fait tenir. Ceci ne signifie pas que cette dimension ne compte pas pour lui, mais on se doit de souligner que le citoyen-soldat Gastellier est un individu faiblement politisé. La gauche et la droite n’ont pas droit de cité dans ces lettres, pas plus que le « droit » et la « civilisation ». Ceci ne signifie pour autant pas que ces notions ne comptent pas pour lui et rien ne permet d’affirmer à la lecture de cette source que cet individu est apolitique, au sens de dénué d’opinion. Mais tout est question d’intensité : si le paysan briard baigne dans la culture de guerre, celle-ci ne paraît pas suffisamment mobilisée pour qu’elle puisse apparaître comme le principal ressort – et a fortiori unique – de son endurance combattante. Rappelons tout de même que blessé 4 fois, ce poilu revient 4 fois en première ligne[6]. C’est donc qu’il faut trouver d’autres paradigmes pour mieux comprendre cette stupéfiante ténacité.

On pourra bien évidemment avancer le caractère contraignant des armées et leur dimension nécessairement disciplinaire. Il y a là bien évidemment un facteur essentiel et que la correspondance de Maurice Gastellier n’élude d’ailleurs aucunement. La peur de la sanction le fait clairement rester dans les rangs, notamment lors de l’été 1918 quand il passe non loin de chez lui et qu’il se refuse, contrairement à un camarade, à rendre visite à sa mère, ce qui reviendrait à s’absenter illégalement : « ce copain risquait bien, moi je savais que çà y couterait cher » (p. 447). De même, il est probable que la crainte de sanction pèse sur son écriture quand, en septembre 1917, il se trouve avec le 19e RI en Creuse, au camp de la Courtine, pour réprimer la mutinerie de soldats russes (p. 387 et suivantes). Pour autant, si le code de justice militaire parvenait à implacablement maintenir la relation d’autorité, alors il n’y aurait plus ni désertion, ni abandon de poste ni mutinerie[7]. Certes, ces phénomènes restent quantitativement marginaux pendant la Grande Guerre, ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils ne sont pas signifiants[8]. Mais réduire l’indiscipline à ces situations serait passer sous le radar de l’infra-judiciaire et, donc, ne saisir qu’une partie du phénomène.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour saisir les termes de l’endurance de ce combattant, il faut se replacer au cœur de ce qu’est son « ordinaire » en 1914-1918[9]. La correspondance de Maurice Gastellier intéressera ainsi toutes celles et ceux qui travaillent sur l’alimentation pendant la Première Guerre mondiale. En effet, il s’agit d’un thème récurrent sous sa plume et qui, outre la mention de quelques denrées pas si fréquentes dans ce type de sources comme la bière, les artichauds (p. 307 notamment) et même le tabac (p. 154 et 226 notamment), traduit surtout une grande insatisfaction. Passons rapidement sur l’été 1914 où les conditions même de la guerre de mouvements rendant les opérations de ravitaillement très difficiles : le 27 août, il explique savoir « ce que c’est la guerre » depuis 5 jours et ajoute que « l’on ne mangeait pas de la journée » (p. 83)[10]. Le fait est que, à l’en croire, bien souvent et ce même pendant la guerre de positions, l’ordinaire ne suffit pas. Le 19 octobre 1915, il dit à sa mère s’être muni de « plusieurs bricole, beurre fromage et pâté, que l’on paie bien cher, et il le faut pour dans les tranchées car on ne touche pas à manger de trop, comme je te l’ai déjà dit » (p. 232). Et deux jours plus tard d’affirmer que « tout le monde manger sur son bien car on touche à peu près la moitié de ce qu’il nous faut » (p. 233). Or là n’est pas une situation propre au 76e RI. Arrivé au 19e RI, il trouve que « la cuisine est bien faite mais ce n’est pas gros et il faut que j’achète à manger quand j’en trouve » (p. 286).

À en juger parce qu’écrit Maurice Gastellier, la situation du ravitaillement est telle que c’est véritablement de « malbouffe » dont il s’agit ici, au sens où la nourriture fournie par le régiment, si elle n’est peut-être pas de nature à entamer le potentiel combattant, n’est assurément pas en mesure de les fortifier. C’est ainsi que le paysan briard se plaint à de nombreuses reprises dans ces courriers de « coliques » et de « mal de vente » (p. 103 par exemple).  À l’en croire, il n’est d’ailleurs pas un cas isolé et en octobre 1914, 95% des poilus en sont victimes (p. 111), ce qui l’invite à incriminer la monotonie de l’ordinaire (p. 113). Ces mentions sont d’autant plus intéressantes que l’on sait que la correspondance a pour fonction de rassurer le destinataire. Alors certes, le 3 novembre 1914, Maurice Gastellier explique être « engraissé » et « avoir bonne mine », mais c’est pour mieux confesser à sa mère que « il y a un mois, nous étions salement décollés, je te l’assure et nous avions les joux rudement creuses » (p. 119).

Par bien des aspects, la correspondance de Maurice Gastellier est une suite quasi ininterrompue de complaintes alimentaires. Et il est vrai que ce qu’il décrit est peu appétissant. Ainsi, il faut sans doute ne pas trop accorder d’attention à l’ordre des plats, ni encore au laps de temps qui peut s’intercaler entre deux plats (p. 287). Dans un registre assez semblable, le 21 novembre 1914, Maurice Gastellier explique ne pas avoir bu du vin en mangeant depuis trois mois. Mais en octobre 1916, il avance que c’est la froideur de l’eau qu’il ne supporte pas : « ça vous glace le vente et c’est çà qui vous fiche comme j’en ai » (p. 228). Malheureusement pour l’historien, la situation est éminemment fluctuante et il est impossible de quantifier précisément cette malbouffe. Ainsi, le 12 octobre 1914, Maurice Gastellier explique que « en ce moment, nous n’avons pas à nous plaindre, nous mangeons très bien, nous avons de bons cuisiniers, je suis avec des réservistes qui sont arrivés de Rodez, il y a deux jours et qui nous donnent des sardines qui nous ont semblé si bonnes » (p. 106). Pourtant, le système-tranchées ne leur simplifie pas la tâche puisqu’ils sont forcés d’œuvrer en arrière « pour que les feux ne se voient pas », ce qui implique que les poilus doivent manger froid (p. 121-122)[11]. Alors qu’il vient d’intégrer la 27e compagnie du 76e RI, il écrit que la nourriture y est « bien moyen, c’est même médiocre, mais moi, comme je suis pionnier et que je mange sur le chantier, je suis bien nourri et nous touchons un litre de vin pour deux » (p. 257). Le 23 juillet 1916, il affirme que « comme nourriture, on est bien nourrit et je trouve du changement avec les mois passés » (p. 303). Mais le 21 avril 1917, la situation s’est de nouveau dégradée : « Je viens de recevoir ton colis ce qui m’a fait bien plaisir surtout par ici, où l’on ne trouve rien ou c’est trois fois le prix et payer la commission, alors c’est honteux et il nous faut mendier du pain aux territoriaux car on en touche pas toujours » (p. 361). Et dix jours plus tard, il écrit à sa mère : en ce moment, nous sommes un peu mieux nourris » (p. 363). L’historien est à dire vrai bien en peine de trier le bon grain de l’ivraie dans ces récriminations alimentaires, entre baisse temporaire du moral et tendance naturelle à la plainte. Mais certains courriers sont plus détaillés et permettent d’objectiver le phénomène, comme le 14 juillet 1917 : « Nous avons bien mangé ce matin mais ce soir, les cuistots étaient saoults et c’était brulé et dégoutant » (p. 377).

Cuisines roulantes (juillet 1915). La Contemporaine : VAL 524/095.
Cuisines roulantes (juillet 1915). La Contemporaine : VAL 524/095.

Point de langouste donc dans ce régiment brestois, pas plus que dans celui de Coulommiers d’ailleurs, mais au contraire une constante, le constat de l’incapacité de l’institution militaire à satisfaire l’appétit et le palais des poilus. On pourra, certes, avancer l’idée que Maurice Gastellier est peut-être difficile en la matière et là est effectivement un argument qu’il ne faut pas négliger, même si la chose est difficilement mesurable en termes archivistiques. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’il est difficile de passer à côté de ces plaintes répétées et continuelles. Même si le courrier peut assez naturellement servir de réceptacle à de telles récriminations, il n’est pas possible de ne pas les prendre en compte, de les interroger et de les mettre en perspective afin de déterminer leur signification. Autrement dit, ce qui transparaît dans cette correspondance, c’est une institution militaire assez faible, à tel point que les combattants sont éminemment dépendants, du point de vue de leur avitaillement, de l’initiative privée : colis envoyés par les familles et achats faits sur place par des poilus qui doivent aussi être envisagés sous l’angle d’homo economicus[12]. Ajoutons d’ailleurs à ce propos que l’une des singularités de cette source est justement le volet financier : Maurice Gastellier tient une comptabilité scrupuleuse (p. 141 par exemple) et ses lettres permettent justement d’évaluer l’état de sa bourse, compte tenu de ses dépenses mais aussi de sa solde, dont il évoque assez régulièrement la perception.

Autre élément qui atteste sans ambiguïté l’incapacité de l’institution militaire à prendre convenablement en charge les besoins élémentaires du combattant Maurice Gastellier, la pénurie fréquente de supports de correspondance et, plus encore, d’enveloppes. Passons, là-encore, sur les difficultés engendrées par la guerre de mouvements, lors des premières semaines de campagne : le 26 septembre 1914, il dit à sa mère que « c’est ça qu’est embêtant, les lettres sont trop longtemps à parvenir » (p. 90). Mais dès le 2 octobre 1914, il mentionne le manque de papier qui l’empêche d’écrire « plus souvent » (p. 102) et explique six jours plus tard être « accourt » (p. 104). Le 12, il dit à sa mère : « c’est mon reste de papier, je ne peux plus t’écrire en attendant que tu m’envoie » (p. 106). Ce n’est finalement qu’à la fin du mois d’octobre qu’il parvient à en trouver suffisamment (p. 117). Le papier est certes une chose, les enveloppes en sont une autre et qui, visiblement, préoccupe vivement le poilu briard. Le 11 novembre 1914, il dit ainsi ne pas pouvoir en acheter (p. 122), ce qui paraît devoir suggérer une forte demande et ce n’est finalement qu’à la fin du mois de décembre qu’il parvient à en trouver (p. 144). Le 19 décembre 1916, il explique à sa mère : « c’est des enveloppes qu’il me faut et pas de papier, car on ne trouve rien à acheter dans ces pays dévastés » (p. 341). La quête d’enveloppe pourra paraître anecdotique, or elle me paraît traduire un besoin de vie privée, un nécessaire retour à la vie familiale et « d’avant » qu’est la correspondance. Paysan à l’orthographe et la syntaxe frustre (ce qui reflète un niveau scolaire qui explique selon toute vraisemblance qu’il ne monde jamais en grade – p. 31), Maurice Gastellier n’en est pas moins un homme en recherche d’intimité. Car qu’on ne s’y trompe pas : s’il y a tant besoin de soustraire la correspondance au regard de tout à chacun, ce n’est pas parce que ces lettres contiennent des propos subversifs, dénonçant avec vigueur la guerre en cours, le commandement ou la politique du gouvernement. C’est que le poilu briard juge que ce qu’il écrit à sa mère ne regarde que sa sphère familiale, et personne d’autre.

Vaguemestres triant le courrier (14 juiin 1918). La Contemporaine : VAL 088/127.
Vaguemestres triant le courrier (14 juiin 1918). La Contemporaine : VAL 088/127.

Dès lors, c’est avec une insistance renouvelée que se pose la question de la ténacité d’un poilu comme celui-ci, individu mobilisé dans un environnement non seulement éminemment dangereux (le champ de bataille) mais au sein d’une institution militaire incapable de subvenir convenablement à ses besoins primaires en termes de faim et d’intimité. Dans ces conditions, comment expliquer que Maurice Gastellier endure ce conflit avec autant d’abnégation ? Force est de constater qu’il l’envisage, à l’instar de la plupart de ses contemporains d’ailleurs, comme un travail, travail qu’il n’a pas choisi, travail qui lui est imposé par les circonstances mais travail qu’il faut bien faire, entre sens du devoir et habitude de l’obéissance. Dans cette correspondance, le champ lexical du travail est fort présent et nombreuses sont les références au « métier militaire », conformément à une expression fréquemment en vigueur à l’époque. Ajoutons d’ailleurs que cette manière d’appréhender le temps sous l’uniforme ne débute pas avec la guerre mais s’observe également pendant le service militaire. Le 25 juin 1914, le paysan briard explique avoir dû se lever « à 1 heure et ½ du matin » ce qui, à l’en croire, est un peu tôt « pour un dimanche » (p. 66) : une remarque qui dit combien il a intériorisé le rythme hebdomadaire, celui-ci étant par ailleurs indissociable des normes alors en vigueur en ce qui concerne le temps du travail. Pour lui, soldat est une « place » qui n’est pas à envier (p. 203) comme on pourrait le dire ou presque de tel métier dangereux et mal rémunéré. Et le 24 août, il explique à sa mère, comme il pourrait le faire à propos d’un emploi dans le civil : « Pour le moment je suis en ligne, je n’ai pas le poste que je croyais, je veille au créneaux, mais çà ne bombarde pas de trop pour le moment » (p. 309). 

Sans surprise, ses rapports avec la hiérarchie varient, comme cela peut s’observer à propos de n’importe quelle situation professionnelle. Si, le 26 septembre 1915, il explique s’être arrangé pour être affecté à une compagnie bien particulière du 76e RI parce qu’elle est commandée par un « bon officier » (p. 224), il dit un mois plus tard toute la défiance que la qualité du ravitaillement lui inspire envers l’institution : « Ils font des économies, ils nous en donne que dans les tranchées et dans les tranchées, c’est pareille car avec la ration qui nous donne c’est pas conséquent » (p. 237). Même chose quand il s’estime victime de retard dans la solde (p. 252), situation qui l’incite à écrire à son « sergent-major car je n’ai pas reçu mes 6 f. 75 que l’on me devait à la 11e » compagnie (p. 258). 10 jours plus tard, n’ayant toujours pas obtenu satisfaction, il affirme qu’il écrira au « commandant de compagnie » (p. 260). À l’en croire, ce retard de paye est d’ailleurs très révélateur : « Enfin, tu vois que quand ils nous donneront plus cher par jour, ils nous nourrissent moins, alors c’est pareille » (p. 260). De l’officier au patron, il y a presqu’un pas…

Paiement de la solde journalière aux démobilisés, 12 février 1919. La Contemporaine : VAL 381/030.
Paiement de la solde journalière aux démobilisés, 12 février 1919. La Contemporaine : VAL 381/030.

Il serait néanmoins faux d’affirmer que pour ce poilu la guerre est un travail comme un autre puisque, précisément, c’est bien d’une vie de « sauvage » (p. 180) dont il s’agit. Mais il n’en demeure pas moins que Maurice Gastellier n’hésite pas à mettre en parallèle des situations qui, à l’arrière et au front, n’ont a priori pas grand-chose à voir si ce n’est qu’elles relèvent d’un même habitus diversement rétribué. Ainsi, à propos d’individus affectés à des travaux dans les champs, il écrit : « c’est honteux de voir ça, de donner 16 sous de l’heure à faire des tranchées à ces hommes là et dire que moi, j’en fais tous les jours et dans les balles, coucher à quatre pattes et que je gagne un sous par jour » (p. 184). Tout travail mérite salaire, fusse-t-il celui du citoyen soldat, ce qui invite à examiner la question, pour l’heure en jachère, de la solde des combattants. De même, certains transferts entre le temps militaire et la vie professionnelle civile sont possibles, comme le 5 février 1916 (p. 261) :

« Hier, par ce vent là, j’ai été voir une expérience agricole, il y avait un monde fou, on ne se croirait pas en guerre ici. C’était des labours à vapeur et je t’assure que çà faisait du bon travail, mais la terre allait bien et on a donné une permission de la journée pour les cultivateurs qui voulaient aller le voir. »

Pour Maurice Gastellier, le travail est une valeur centrale qui non seulement lui offre un cadre de compréhension du monde mais l’amène à une rare dénonciation explicite de la guerre en cours : « c’est un malheur de prendre tout le monde [NDA : aux armées]comme ça, et de laisser ceux qui ont le moins de force pour travailler [NDA : à l’arrière], ah ! quelle civilisation, c’est le 20e siècle encore, on nous dit encore que les Allemands crèvent de faim depuis ce mois d’octobre, ils commencent à radotter » (p. 207).

C’est donc bien au prisme d’une culture professionnelle des combattants qu’il faut appréhender la correspondance de Maurice Gastellier. Envisager la campagne sous l’angle du travail, c’est aussi parer d’une apparence de normalité une situation qui ne l’est pas et ainsi mieux la supporter puisque, de son propre aveu, « aujourd’hui on croit que c’est ordinaire de se tuer et que c’est pour toujours » (p. 124). Dès lors, c’est bien l’habitus professionnel, intériorisation de normes d’obéissance et d’un sens du « devoir », qui permet d’expliquer cette endurance malgré les manques d’une institution qui nourrit mal, parvient difficilement à assurer l’intimité des relations épistolaires et peine même à vêtir les soldats (p. 154 notamment), mais procure un capital réputationnel dont il ne faut pas négliger l’importance au moyen de citations à l’ordre conférant le droit au port de différentes médailles, dont la Croix de guerre. Certes, les modalités d’attribution ne sont pas sans susciter quelques récriminations mais il n’en demeure pas moins que Maurice Gastellier est fier des siennes, à tel point qu’il les fait encadrer, qu’il porte ses médailles ainsi que la fourragère attribuée au 19e RI… Il est vrai que l’enjeu autour de ces distinctions est pour ce poilu de taille (p. 489) :

« Le pire, avec mes bong sang de citations, c’est qu’elles sont toujours faites au nom de René, déjà la dernière, comprends y quelque chose. Alors plus tard, je ne pourrai rien dire à mes petits enfants, ils diront ; penses tu, c’est mon oncle René. Alors, tu vois, lui qui n’a jamais été au front, c’est lui qui a les citations. »

Mais ce dont témoigne aussi cette source, c’est d’une certaine forme de sensibilité militaire qui continue de subsister, malgré les horreurs de la guerre. D’ailleurs, dès qu’il est affecté au 19e RI, le Briard se réjouit puisqu’à ses yeux se régiment est « au moins aussi beau » que le 76e et « plus plaisant comme dépôt » (p. 277).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En définitive, les Presses universitaires de Rennes font encore une fois œuvre éminemment utile en offrant à la connaissance du public une source d’un grand intérêt. Si l’on peut regretter un appareil critique par bien des égards indigne de l’excellence académique à laquelle nous a habitué cette prestigieuse maison d’édition, il n’en demeure pas moins qu’il y a là une archive qui mérite d’être connue. Ne serait-ce aussi que parce qu’elle en dit beaucoup sur les rapports qu’entretiennent les paysans de la France de 1914-1918 avec les chevaux. En témoigne Bijou, un personnage récurent de cette correspondance, même s’il n’en pas été question dans cette succincte recension, et qui dit cette grande proximité de l’homme et de l’animal.


[1] Thierry, Joël (Lagadec, Yann, introduction de), « Je t’écris dans le fond d’un trou. Lettres de guerre de Maurice Gastellier (1913-1919), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Sur le recrutement non spécialisé de l’infanterie et la propension de cette arme à incorporer des paysans, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[3] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317. Cabanes, Bruno « Une histoire de la guerre », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 10 reprend la notion en la définissant comme le système de représentation donnant leur sens profond aux conflits.

[4] Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000.

[5]  Prochasson, Christophe, 14-18, retours d’expériences, Paris, Tallandier, 2008, p. 220-223.

[6] Arch. dép. Seine-et-Marne : 1 R 1398.1103.

[7] Saint-Fuscien, Emmanuel, A vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 2011.

[8] Loez, André, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Gallimard, 2010.

[9] Buton, François, Loez, André, Mariot, Nicolas et Olivera, Philippe (numéro coordonné par), « L’ordinaire de la guerre », Agone. Histoire, politique & sociologie, n°53, 2014.

[10] Sur ce point, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[11] Ouvrage collectif, Tranchées. Le systèmes-tranchées pendant la Grande Guerre (catalogue de l’exposition présentée au Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux du 26 mars au 15 août 2022), Milan, SilvanaEditoriale, 2022.

[12] Là n’est pas un cas unique comme le montre l’exemple du 47e RI. Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ?…, op. cit.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 10 octobre). Maurice Gastelier, combattant de basse-intensité ? Ar Brezel. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbr7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.