Dick May, l’Orphelinat des armées et l’Union sacrée

C’est une curieuse diatribe que publie le 10 juin 1915, alors que l’armée française est engagée dans de grandes offensives en Artois et Champagne, L’Écho de Paris. Dans une tribune incisive, Maurice Barrès, homme de lettres, parlementaire, antidreyfusard engagé notamment à la Ligue des Patriotes, attaque de front l’Orphelinat des armées, œuvre destinée à venir aux enfants de poilus morts au champ d’honneur et fondée par une femme résolument engagée dans le combat social et l’éducation populaire, Dick May. L’académicien l’accuse en effet d’avoir réussi à convaincre les autorités de faire en sorte que les fonds récoltés à l’occasion de la Journée des orphelins qui doit se tenir 10 jours plus tard soient versés au bénéfice exclusif de son association, et ce au détriment d’autres œuvres comme celle « de la rue des Bons-Enfants » soutenue par l’archevêque de Paris. L’attaque frappe tant elle est particulièrement vive. Ainsi, l’Orphelinat des armées est décrit comme étant une œuvre partisane : elle « n’a pu s’entendre ni avec l’archevêque de Paris ni avec les représentants des organisations socialistes » et est à l’en croire « un groupement radical ». Or, pour Barrès, « il faut maintenir l’union sacrée autour des orphelins de la guerre, et les soustraire à la politique »[1]. Pour autant, si la posture résolument défensive est assurément un habile élément rhétorique destiné à emporter l’adhésion de l’opinion publique, celle-ci peut-elle vraiment être résumée à deux camps opposés : d’une part les partisans, d’autres part les adversaires de Dick May et de cette organisation de bienfaisance ? Autrement dit, chacun perçoit-il les logiques qui se cachent derrière cette défense (de la veuve et) de l’orphelin ? Car, si la presse est une source d’autant plus utile à l’historien qu’elle est de plus en plus aisément accessible, l’archive n’en demeure pas moins biaisée et impose, en conséquence, un certain nombre de précautions d’emploi[2]. En d’autres termes, l’erreur consisterait à faire du journal, et en l’occurrence de L’Écho de Paris, le miroir exact de la société française d’alors, comme si aucun phénomène déformant – la fameuse bulle médiatique – n’opérait, comme s’il n’existait de surcroît aucune disparité territoriale entre la capitale d’une part, la péninsule armoricaine d’une autre. Or la réalité apparaît beaucoup plus complexe, ne serait-ce que parce que la presse dite parisienne est lue en Bretagne, mais dans une proportion qu’il est toutefois difficile d’apprécier tant les archives sont elliptiques à ce propos. Il serait donc tout aussi absurde de postuler deux espaces publics hermétiques, sans sujets communs. Dès lors, s’intéresser à la polémique lancée par Maurice Barrès en juin 1915 contre Dick May, c’est d’une certaine manière tenter d’apprécier la géographie de cette désunion sacrée qui par bien des égards caractérise la société française de 1914-1918, population mue par l’impératif catégorique de défense de la patrie même si cette morale ne saurait arraser toutes les lignes de fractures et empêcher les acteurs de continuer à protéger, voire maximiser, leurs intérêts propres[3].

Or cette question se pose avec d’autant plus d’insistance que Dick May, si elle est aujourd’hui largement sortie des mémoires, est loin d’être inconnue en Bretagne quand éclate la Première Guerre mondiale. Née Jeanne Weill au mitan du Second Empire, cette femme est difficilement classable : intellectuelle fermement engagée dans le combat dreyfusard, elle est une militante de l’éducation populaire dont l’action ne saurait toutefois être confondue avec celle des socialistes (bien qu’elle soit une cousine de Karl Marx), ni des féministes du reste. Femme de lettres à la bibliographie abondante, pierre angulaire du Collège libre des sciences sociales en 1895, puis cinq ans plus tard de l’École libre des hautes études sociales, elle est à l’origine de la première école de journalisme en France. Retracé minutieusement dans une stimulante biographie par l’historienne M. Fabre, son réseau est au croisement des champs intellectuels et politiques mais aussi syndicaux et artistiques[4]. En conséquence, il n’ignore nullement la Bretagne comme en témoignent les figures de Victor Basch, Aristide Briand ou encore Saint-Pol-Roux. Mais on pourrait également citer l’historien Charles Seignobos, villégiateur régulier dans les Côtes-du-Nord, à Sorbonne-Plage, ou encore Augustin Hamon, avec qui les relations sont d’ailleurs assez fraîches[5].

Ajoutons de surcroît que Dick May compte parmi les fondateurs de la Société des amis de Lamennais, ce qui de fait la connecte directement avec la Bretagne tant l’ombre de ce théologien et homme politique plane sur la péninsule armoricaine, par l’intermédiaire notamment de personnes comme François Duine[6]. En revanche, et bien que dreyfusarde, on ne sait à lire M. Fabre si elle est du voyage en Ille-et-Vilaine pour le procès en révision. Si elle connaît Séverine, elle ne semble pas avoir de liens avec Louise Bodin, la « bolchevique aux bijoux » rennaise. Mais on sait qu’elle ouvre en 1916, au Pouliguen, une colonie de vacances de l’Orphelinat des armées[7]. Cet emplacement est-il lié à ses attaches avec Marcel Schwobb, fils de Georges, le fondateur du Phare de la Loire, quotidien repris à sa mort par son fils – donc le frère de Marcel – Maurice ? En l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas possible de répondre à cette interrogation. Pour autant, il est certain que c’est bien cette parenté qui permet d’expliquer la présence, même si elle en fin de compte assez sporadique, de Dick May dans les pages du quotidien nantais. En 1911, ce journal donne en première page une critique pour le moins élogieuse de sa pièce « Mère », jouée une dizaine de fois seulement sur la scène de l’Odéon, à Paris, et sans avoir rencontré le succès du public[8]. Le 18 août 1925, ce même journal publie une nécrologie de 13 lignes de Dick May, décédée trois jours plus tard lors d’une randonnée en montagne ; soit 4 fois plus que pour Gustave Delory, ancien député socialiste et maire de Lille mort la veille[9].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Sans doute ces entrefilets ne permettent-ils pas d’avancer que chacun sait en Bretagne qui est Dick May et, plus encore, quelle est son œuvre. Cela est d’autant plus vrai que les mentions de la fondatrice de l’École libre des hautes études sociales sont encore plus rares dans les pages de L’Ouest-Éclair, du Nouvelliste du Morbihan, du Moniteur des Côtes-du-Nord ou encore de La Dépêche de Brest. On pourra toujours arguer de ce que le laïcisme ferme de Dick May ne la destine sans doute pas à faire la « une » de ces journaux. Certes. Mais le fait qu’elle n’y apparaît que rarement, même pour être décriée. Ce processus d’invisibilisation est sensible dans l’article que publie en juin 1897 L’Avenir de Bretagne, journal républicain paraissant à Lorient. En effet, si le nom de Dick May est mentionné dans cette véhémente diatribe entendant dénoncer « la science socialiste », c’est parce qu’elle y co-fonde « à Paris un collège libre des sciences sociales ». Non seulement elle ne constitue en aucun cas le cœur de l’argumentation mais elle n’est, en définitive, qu’un personnage annexe de ce récit, second rôle dont la fonction n’est finalement que de rappeler la genèse du cadre dans lequel s’exprime cette honnie « science socialiste »[10].

Néanmoins, ce n’est pas parce que le nom de Dick May n’apparaît pas dans la presse publiée en Bretagne à la suite de la polémique orchestrée par Maurice Barrès que l’Orphelinat des armées, lui, n’y défraye pas la chronique. En effet, on recense, entre 1914 et 1919, plus de 250 mentions de cette institution en ne considérant que Le Phare de la Loire et l’édition rennaise de L’Ouest-Éclair. À Rennes, le journal de la rue du Pré Botté diffuse le 16 juin 1915, vraisemblablement à la demande du Ministère de l’Intérieur qui a la haute main sur Anastasie, un communiqué « contrôlé » destiné manifestement à « déminer » la polémique initiée par Maurice Barrès[11]. Le même jour, Le Phare de la Loire publie une mise au point d’Eugène Doceul, plume régulière du journal nantais, réaffirmant la raison sociale de cette œuvre, et martelant que « l’Orphelinat des Armées n’a pas d’autre aspiration » ; une formulation qui pour être rassurante n’en atteste pas moins que la polémique a atteint la Cité des Ducs. Ou tout du moins que cette contagion est redoutée[12]. Le doute n’est en revanche plus permis en ce qui concerne Brest, ville dont l’importance n’est plus à rappeler sur le plan militaire tant la Royale y occupe une place prépondérante, et où le Brest-Télégramme s’indigne, dans son édition du 18 juin 1915, de ce que « l’attribution de la journée du dimanche 20 juin donne lieu dans la presse parisienne à des débats regrettables » et persifle : « Sur le terrain de la protection des orphelins plus que sur tout autre, l’union devrait être sacrée pour tous »[13]. À quelques kilomètres de là, à Quimper, Le Progrès du Finistère va encore plus loin et écrit de l’Orphelinat des armées, en revendiquant d’ailleurs d’emprunter le sillage de Maurice Barrès, « qu’il s’agit là d’un groupement radical, d’un groupement de parti, d’une tentative, par conséquent, de confiscation de l’enfance pauvre que l’on élèvera dans un certain sens, sans se soucier de l’opinion et des convictions des familles ». Mais cela n’empêche pas ce journal de préciser, dans ce même article, en post-scriptum, ce qui laisse penser à un ajout destiné à s’octroyer la mansuétude de la censure, que « les fonds provenant de la Journée du 20 juin, organisée au profit des Orphelins de la Guerre, seront répartis, par les soins du Secours National, entre toutes les œuvres et organisations créées dans ce but »[14]. Le 20 juin 1915, on peut lire pourtant dans Le Réveil des Côtes-du-Nord :

« Des malentendus se sont produits […] que l’Orphelinat des Armées tient à dissiper. Profondément sympathique à toute organisation professionnelle, l’Orphelinat des Armées est tout prêt à donner, à tous les Orphelins des Armées recueillis par les Orphelinats corporatifs, des avantages égaux à ceux dont jouiront les enfants qui lui seront directement adressés, dans la mesure de ses ressources, dont le produit de la Journée du 20 juin formera le point de départ. »[15]

L’organisation de la Journée des orphelins, initialement prévue le 20 juin 1915 et reportée à la semaine suivante, ce qui du reste semble attester un certain flottement, ne marque visiblement pas l’arrêt des craintes des autorités. Plus l’événement approche, et plus la communication est dense ; pour en assurer la promotion bien entendu mais aussi, sans doute, pour étouffer la crise politique qui couve, crise politique dont l’épicentre se trouve à Paris mais dont les répliques, à l’évidence, n’épargnent pas la péninsule armoricaine. En témoignent toute une série d’articles publiés dans la presse bretonne et destinés à rassurer l’opinion quant à la concorde censée régner entre les œuvres philanthropiques venant en aide aux orphelins de guerre. Le 26 juin 1915, Le Phare de la Loire, dont on connait encore une fois les liens avec Dick May, annonce la création d’un Comité d’attribution des fonds recueillis à l’occasion de la Journée nationale des Orphelins de la guerre »[16]. Le même jour, à Saint-Brieuc, Le Moniteur des Côtes-du-Nord est encore plus explicite, même si c’est au travers d’un entrefilet publié en deuxième page : « Il est bien entendu que l’argent récolté dans les quêtes ira à toutes les œuvres de bienfaisance s’occupant des orphelins, quelle que soit leur couleur politique ou leur confession »[17]. L’Union malouine & dinannaise explique pour sa part à ses lecteurs « qu’un accord complet existe entre les divers groupements sans distinction d’opinions » et ajoute : « C’est ce qu’il fallait, aussi sommes-nous certains que tous concitoyens répondront à l’appel qui leur est adressé en faveur des enfants dont les pères sont morts pour la Patrie »[18]. À Quimperlé, L’Union agricole et maritime, considérant que « l’entente ayant été faite », conseille à ses lecteurs de prendre part à la collecte du 27 juin « sans arrière-pensée »[19].

Insigne pour la Journée de l'Orphelinat des Armées (1915, recto). Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.3627.
Insigne pour la Journée de l’Orphelinat des Armées (1915, recto). Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.3627.

Avec le mois de juillet, en revanche, les articles se font plus rares, comme si la polémique était éteinte et l’actualité passée à autre chose. Si l’Orphelinat des armées est encore présent dans les journaux, c’est pour rappeler les montants importants récoltés lors de la journée du 27 juin. Mais il n’est plus fait mention de l’attribution de ces sommes, comme si tel n’était plus là le sujet.

À dire vrai, à lire ces différents textes, l’interrogation qui prédomine, c’est de savoir comment l’éditorial de Maurice Barrès dans L’Écho de Paris a pu passer à travers les ciseaux de la censure… Car encore une fois, la chronologie a ici toute son importance pour saisir la gravité d’une crise qui met aussi en évidence l’interdépendance des espaces pourtant distincts que sont le front et l’arrière. Si le communiqué publié la veille, et reproduit le 16 juin 1915 en première page de L’Ouest-Éclair, est particulièrement elliptique, le lectorat n’est selon toute vraisemblance pas dupe[20]. Certes, les familles ne sont sans doute qu’imparfaitement au courant des opérations que mène au même moment, et depuis le mois de mai 1915, le 10e corps d’armée, celui de Rennes, dans les environs d’Arras[21]. Mais elles ne sont pas sans ignorer que « quelque chose » se passe, ne serait-ce que parce que l’acheminement du courrier est interrompu du fait des opérations afin d’en préserver le secret, une procédure avec laquelle chacun commence à être familiarisé[22]. C’est dire donc si cette polémique tombe au plus mauvais moment pour les autorités, c’est-à-dire à une heure où une vaste offensive est menée pour, espère-t-on, emporter la victoire, mais une vaste offensive dont chacun pressent en même temps qu’elle se soldera par un bilan humain effroyable. D’ailleurs, si des récits des attaques menées au cours du mois du mai commencent à poindre dans la presse bretonne, à l’instar de l’article que publie Le Moniteur des Côtes-du-Nord le 12 juin 1915, le propos, particulièrement lénifiant, ne pourra que mettre la puce à l’oreille de quiconque a alors accès à la parole des poilus[23]. Et la semaine suivante, le même hebdomadaire d’affirmer que « la victoire s’élabore à pas lents mais sûrs et [que], cette semaine, chacune des armées unies pour le triomphe de la Justice et du Droit, s’est signalée par des succès »[24].

Ce mois de juin 1915 est celui d’une grande tension pour une société française confrontée à l’absence – dans bien des cas définitive – des poilus. Beaucoup sont mobilisés depuis août 1914, soit 10 mois, mais certains, que la guerre trouve sous les drapeaux en train d’effectuer leur service militaire, sont absents depuis encore plus longtemps. L’instauration de permissions, effectives à partir de l’été 1915, est justement une réponse concrète à cette séparation, gestion pragmatique des besoins affectifs des familles destinée à permettre la recharge du consentement à l’impôt du sang[25]. C’est aussi à cette époque qu’est promulguée la loi Dalbiez censée assurer « la juste répartition et une meilleure utilisation des hommes mobilisés ou mobilisables », ce qui en creux dit combien la question de l’égalité devant l’impôt du sang devient de plus en aigue…

Insigne pour la Joiurnée de l'Orphelinat des Armées (1915, recto). Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.8708.
Insigne pour la Joiurnée de l’Orphelinat des Armées (1915, recto). Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.8708.

Pour autant, quiconque lit la presse publiée en Ille-et-Vilaine est frappé par une impression étrange, celle d’une moindre intensité qu’à Paris des conflits idéologiques entourant l’Orphelinat aux armées. En témoigne par exemple le lycée de jeunes filles de Rennes, où l’on sait le rôle prépondérant exercé par la duchesse de Rohan, veuve et mère de députés du Morbihan plus proches de Maurice Barrès que de Dick May, et qui pourtant n’hésite pas à collecter des fonds en faveur de cette œuvre[26]. Or, plutôt que de postuler une ferveur patriotique plus importante en Ille-et-Vilaine que dans la capitale, comme si le consentement au conflit y était plus intensément éprouvé, faisant ainsi fi des conflits du passé, c’est sans doute à une grille de lecture reposant sur la classique dialectique de la périphérie et du centre qu’il faut recourir[27]. Dans ce département, les enjeux idéologiques entourant l’Orphelinat aux armées sont sans doute moins clairs et si Maurice Barrès et Dick May sont assurément, tout du moins pour le premier, des acteurs politiques bien identifiés, la conflictualité qui se noue autour de cette institution par leur intermédiaire n’est selon toute vraisemblance pas ressentie avec la même intensité[28].

Aussi le coût symbolique, social, réputationnel d’un engagement en faveur de cette œuvre n’est-il pas le même à Paris et à Rennes, ce qui peut probablement expliquer certaines conduites pouvant de prime abord apparaître peu rationnelles. En effet, la presse n’hésite pas à publier le nom des membres de l’institution, qualité s’obtenant moyennant de substantielles prodigalités financières[29]. La logique qui opère ici est moins celle de la gratuité que du don contre don. L’argent donné à l’association ne l’est pas gratuitement mais en contrepartie de la délivrance d’un brevet de conformité à la morale patriotique du moment. Car affirmer l’apolitisme de l’Orphelinat aux armées en province n’aurait pas plus de sens que de postuler une Union sacrée surplombant tout. À Rennes, la section d’Ille-et-Vilaine est dirigée par Georges Dottin, premier adjoint, doyen de la Faculté et dreyfusard historique aux côtés de Victor Basch, lui-même universitaire et enseignant au sein de l’École libre des hautes études sociales : c’est dire si la toile de l’Orphelinat recouvre le réseau tissé par Dick May[30]. Quant aux instances de l’institution, elles reposent pour une assez large part sur des personnalités dont les sensibilités de gauche, pour l’essentiel radicale et radicale-socialiste, sont connues : les députés Robert Surcouf et Charles Guernier, le maire de Rennes Jean Janvier, l’architecte Emmanuel Leray mais aussi l’historien Armand Rébilllon. Le contraste est évident avec la manière, fort neutre, dont cette association se présente : « Elle est une filiale de l’Orphelinat des Armées placé à Paris sous le haut patronage de M. le Président de la République, de M. Antonin Dubost Président du Sénat, et de M. Paul Deschanel Président de la Chambre des Députés »[31]. À Saint-Brieuc, l’œuvre bénéficie du soutien actif du Réveil des Côtes-du-Nord qui lui consacre, dans son édition du 6 juin 1915, un long article détaillé[32]. Or ce titre se présente comme étant un « journal républicain socialiste ». L’identité fermement républicaine de l’Orphelinat des Armées ne fait de ce point de vue guère de doute.

Mais comment expliquer cela ? Sans doute la géographie partisane a-t-elle ici toute son importance. L’impression de modération qui émane de la presse publiée en Ille-et-Vilaine n’est-elle pas, finalement, le reflet de ce trait de caractère politique qu’observe sur le temps long l’historienne J. Sainclivier dans ce département ?[33] Sans doute. Mais il est aussi probable qu’il ne faille il pas trop forcer le trait et négliger d’autres logiques, interpersonnelles notamment. C’est ce qui pourrait par exemple expliquer la présence au sein de cette section départementale du député René Brice, élu en 1914 sous l’étiquette de la Fédération républicaine et dont la carrière parlementaire, débuté en 1871, l’amène à voter régulièrement avec la droite : sa fille Germaine est en effet l’épouse de Paul Deschanel, alors président de la Chambre[34]. Quand on se place du point de vue de l’Orphelinat, une telle adhésion, outre qu’elle notabilise, et donc crédibilise, la section, permet d’en affirmer l’œcuménisme. Une stratégie employée d’ailleurs de longue date par Dick May : c’est en effet sous le signe d’une démarche scientifique, pratique, appliquée mais non partisane qu’elle entend placer son activisme en faveur de l’éducation populaire, ce qui ne signifie pour autant pas que celui-ci ne soit pas conçu comme une entreprise politique, dans le sens le plus élevé du terme[35]. Le parallèle avec l’Orphelinat des armés et le rapport bien particulier à l’Union sacrée devient dès lors évident, tout du moins pour ce qui concerne l’Ille-et-Vilaine. Car dans le Finistère, l’opposition idéologique est manifestement plus marquée et il n’est à cet égard probablement pas étonnant de lire, le 18 juin 1915, dans le conservateur Courrier du Finistère, ces propos qui reprennent l’argumentaire développé par Maurice Barrès quelques jours plus tôt dans L’Écho de Paris :

« Il existe quantité d’orphelinats disposés à venir en aide aux malheureux enfants que cette guerre privera de leur soutien naturel. Il eut été convenable de partager entre eux tous le produit de la générosité publique. Mais non, un seul recueillera l’argent ; et cette décision, que nous ne pouvons que désapprouver, nous fait craindre que l’on veuille imposer aux orphelins une éducation donnée, sans se soucier des préférences des familles, comme on ne l’a déjà que trop fait pour les pupilles de l’assistance publique. »[36]

Et une semaine plus tard, ce journal d’affirmer que « la journée des orphelins de guerre, qui devait avoir lieu dimanche dernier, a été remise à la suite des protestations motivées par la prétention de l’Orphelinat des Armées de se réserver tout le produit de la générosité publique »[37]. Et Le Cri du Peuple, l’organe de la fédération finistérienne de la SFIO, d’ironiser le même jour sur le positionnement des catholiques[38]. À n’en pas douter, les stigmates de la Séparation sont encore bien présents et La Résistance, déclinaison morlaisienne de La Croix, fait mine de se réjouir, toujours le 26 juin 1915 : « Enfin ! la question des orphelins est tranchée de façon très heureuse et l’Union Sacrée ne sera pas rompue au profit d’on ne savait quelle coterie »[39]. Ce faisant, là est bien la preuve que les fractures idéologiques d’antan ne sauraient avoir disparu malgré le mince vernis qu’est l’injonction à l’Union sacrée. Toutefois, que pèsent-elles réellement ? En absence d’éléments solides concernant le tirage et le lectorat de ces différents journaux, c’est bien la prudence qui doit s’imposer…

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour le dire autrement, la notoriété de Dick May en Bretagne, que cela soit par le biais de la presse parisienne achetée et lue dans la péninsule armoricaine ou par celui de titres publiés localement, ne fait guère de doute. On peut même postuler une certaine forme de notabilité, à l’instar des résultats de la tombola de l’Orphelinat des Armées publiés le 20 novembre 1916 par L’Ouest-Éclair : on y apprend en effet que c’est une certaine Odette Garault, résidant square Chateaubriant à Saint-Malo, qui « gagne le tableau d’art offert par Mlle Dick May » [40]. Mais de là à avancer que la fondatrice de l’École libre des hautes études sociales est clairement identifiée, que son action est précisément située sur l’arc idéologique, il y a là une limite qui paraît hasardeux de franchir suivant le capital culturel des populations considérées. Autrement dit, la géographie de la polémique lancée par Maurice Barrès vient non pas nuancer l’idée d’Union sacrée mais préciser l’intensité et la diffusion de cette conflictualité politique. Pour autant, le caractère mythologique de cette union ne fait, lui, toujours pas de doute. Révélatrice est à cet égard la dépêche de l’agence Havas relayée en juin 1915 par le Courrier breton pour annoncer l’organisation, le 27 de ce mois, d’une Journée des orphelins : « Dans une réunion, tenue le mardi soir 22 juin, les divers groupements dont les noms suivent ; Orphelinats corporatifs et mutualistes, Orphelinats catholiques et confessionnels, Orphelinat des armées, Secours national, se sont mis d’accord sur les points suivants »[41]. On a vu plus haut combien ce type de texte répond au souci des autorités de déminer la crise politique née de la tribune de Maurice Barrès, au moment où l’armée français prononce une double offensive en Artois et en Champagne censée ramener les troupes sur la voie du combat en terrain ouvert mais dont nul n’ignore qu’elle se soldera aussi par un très lourd bilan. Si la formulation insiste sur l’accord trouvé, le lecteur attentif ne manquera pas de noter que celui-ci est obtenu en dépit de désaccords qui sont structurants, comme en témoigne d’ailleurs la multiplicité de ces institutions. Autrement dit, si le positionnement idéologique de chacune de ces œuvres n’est pas explicité dans cette dépêche, les divergences ne font, elles, pas de doute, même si elles restent insaisissables à qui n’est pas familier du champ philanthropique. C’est du reste ce que rappelle à sa mesure la figure de Dick May. En effet, à l’échelle de la presse publiée en Bretagne pendant la Première Guerre mondiale, la fondatrice de l’École libre des hautes études sociales se révèle constituer un argument inefficace dans une polémique initiée par Maurice Barrès sur les bases d’une conflictualité politique héritée de la Belle époque. Or, si ce nom ne porte pas, ou tout du moins dans une très faible mesure, ce n’est pas parce que lectorat serait traversé par un consentement patriotique plus fort qu’ailleurs et annihilant toute forme d’opposition interne à la société bretonne d’alors. C’est tout simplement que ce nom n’est idéologiquement pas assez identifié, ce qui semble avant tout être la marque d’une notoriété confinée à certains cercles académiques, intellectuels et politiques parisiens.


[1] Barrès, Maurice, « Les Enfants sacrés », L’Écho de Paris, 32e année, n°11256, 10 juin 1915, p. 1.

[2] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Collas, Alain et Le Gall, Erwan (dir.), La Presse comme source. Retours d’expérience et mode d’emploi, Ploemeur, Éditions CODEX, 2023.

[3] C’est bien cette idée qui invite à nuancer le concept de « guerre totale ». Sur le sujet, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[4] Fabre, Mélanie (préface de Duclert, Vincent), Dick May, une femme à l’avant-garde d’un nouveau siècle 1859-1925, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019 ; Goulet, Vincent, « Transformer la société par l’enseignement social. La trajectoire de Dick May entre littérature, sociologie et journalisme », Revue d’histoire des sciences humaines, n°19, 2008-2, p. 117-142.

[5] A ce propos, consulter le récent Prigent, François, « Augustin Hamon et ses correspondants militants au front. Regards d’un intellectuel socialiste breton sur la Première Guerre mondiale », Cahiers Jaurès, n°245-246, 2022/3-4, p. 27-46.

[6] Parmi une riche bibliographie je me permets de signaler Duine, François (édition critique et annotée par Le Gall, Erwan), Lettres et notes de la Grande Guerre, Pabu, À l’Ombre des mots, 2023.

[7] « Orphelinat des armées », L’Humanité, 13e année, n°4461, 4 juillet 1916, p. 2.

[8] « Le Théâtre à Paris », Le Phare de la Loire, 97e année, n°25 155, 7 mars 1911, p. 1 ; Goulet, Vincent, « Transformer la société par l’enseignement social… », art. cit., p. 120 et 138.

[9] « Nécrologie », Le Phare de la Loire, n°37928, 18 août 1925, p. 2.

[10] « La Science socialiste », L’Avenir de Bretagne, 13e année, n°25, 20 juin 1897, p. 1.

[11] « L’Orphelinat des armées à la Chambre », L’Ouest-Éclair, 16e année, n°5783, 16 juin 1915, p. 2. Sur la censure, Forcade, Olivier, La Censure en France pendant la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2016.

[12] « L’Orphelinat des Armés », Le Phare de la Loire, 100e année, n°31130, 16 juin 1915, p. 3.

[13] « Les Orphelins de guerre », Brest-Télégramme, 2e année, n°313, 18 juin 1915, p. 2.

[14] « Les Orphelins de la guerre », Le Progrès du Finistère, 9e année, n°436, 19 juin 1915, p. 1.

[15] « La Journée de l’Orphelinat des armées », Le Réveil des Côtes-du-Nord, 17e année, n°15, 20 juin 1915, p. 3.

[16] « La Journée des Orphelins de la Guerre », Le Phare de la Loire, 100e année, n°31140, 26 juin 1915, p. 3.

[17] « Journée des Orphelins de la Guerre », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 45e année, n°26, 26 juin 1915, p. 2.

[18] « Pour les Orphelins de la guerre », L’Union malouine & dinannaise, 64e année, n°26, 26-27 juin 1915, p. 2.

[19] « La Journée des Orphelins », L’Union agricole et maritime, 32e année, n°26, 27 juin 1915, p. 2.

[20] « Le Communiqué officiel de l’après-midi », L’Ouest-Éclair, 16e année, n°5783, 16 juin 1915, p. 1.

[21] Sur le sujet je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, Éditions CODEX, 2014, notamment p. 139-152.

[22] On lit dans « Le retard venant des lettres du front », L’Union malouine & dinannaise, 64e année, n°26, 26-27 juin 1915, p. 1 : « On s’est étonné de l’accroissement du retard que subissent parfois les correspondances civils ou militaires venant de la zone des opérations. Il est indispensable que le commandant en chef puisse dans certaines circonstances faire retenir pour un délai de quelques jours les lettres expédiées au front afin de conserver le secret absolu des opérations. Il convient donc de ne pas attribuer cette mesure à des lenteurs résultant du fonctionnement du service postal. Ce retard voulu est une nécessité de défense nationale et que le patriotisme de tous les Français saura comprendre ».

[23] « Nos sapeurs à la bataille d’Arras (Officiel) », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 45e année, n°24, 12 juin 1915, p. 2.

[24] « La Situation », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 45e année, n°25, 19 juin 1915, p. 1.

[25] Cronier, Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013.

[26] Goujon, Bertrand, Je Maintiendrai. Femmes, nobles et Françaises 1914-1919, Paris Vendémiaire, 2022, p. 447 ; « Orphelinat des armés », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6023, 10 décembre 1915, p. 3.

[27] Dans son édition du 3 décembre 1915, l’édition rennaise de L’Ouest-Éclair publie un courrier de la directrice de ce lycée qui explique que « après avoir entendu leurs professeurs parler du devoir qui s’imposait à chacun de contribuer à la défense nationale en participant à l’emprunt de guerre, [les élèves] décidèrent que chaque classe souscrirait pour un titre de rente et l’offrirait de ensuite à la section rennaise de l’Orphelinat des Armées ». « Le Lycée de jeunes filles et l’Orphelinat des Armées », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°6016, 3 décembre 1915, p. 3.

[28] D’une certaine manière, on retrouve là le paradigme des cercles concentriques observé par Aglan, Alya, La Résistance sacrifiée. Le mouvement « Libération-Nord », Paris, Flammarion, 1999.

[29] « Orphelinat des armés », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°5999, 15 novembre 1915, p. 3.

[30] « Orphelinat des armées. Section d’Ille-et-Vilaine », L’Ouest-Éclair, 17e année, n°5920, 2 octobre 1915, p. 3 ; Arch. dép. I&V : 1 M 273, arrêté du préfet d’Ille-et-Vilaine, 18 juin 1916.

[31] Arch. dép. I&V : 1 M 273, le président de la section d’Ille-et-Vilaine de l’Orphelinat aux Armées au préfet, 31 janvier 1916.

[32] « L’Orphelinat des armées », Le Réveil des Côtes-du-Nord, 17e année, n°23, 6 juin 1915, p. 2.

[33] Sainclivier, Jacqueline, L’Ille-et-Vilaine. 1918-1958, Vie politique et sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996.

[34] Arch. dép. I&V : 1 M 273, prospectus de présentation de la section d’Ille-et-Vilaine de l’Orphelinat des Armées. « Le Mariage d M. Paul Deschanel et de Mlle Bric », L’Ouest-Éclair, 3e année, n°555, 14 février 1901, p. 2.

[35] Fabre, Mélanie (préface de Duclert, Vincent), Dick May, op. cit.

[36] « Ce qui se passe », Le Courrier du Finistère, 36e année, n°1847, 19 juin 1915, p. 1.

[37] « La Journée des orphelins de guerre », Le Courrier du Finistère, 36e année, n°1848, 26 juin 1917, p. 1.

[38] « La Journée du 20 juin », Le Cri du Peuple, 7e année, n°373, 26 juin 1915, p. 1.

[39] « La Journée des Orphelins », La Résistance, 31e année, n°26, 26 juin 1915, p. 1.

[40] « Tombola de l’orphelinat des armées », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6319, 20 novembre 1916, p. 4.

[41] « La Journée des orphelins », Courrier breton, 40e année, n°26, 27 juin 1915, p. 1.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 24 septembre). Dick May, l’Orphelinat des armées et l’Union sacrée. Ar Brezel. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbr5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.