Rencontres bretonnes en Asie sous le Second Empire

Fruit de longs et patients travaux menés sous l’égide du Congrès international des sciences historiques, ce riche volume collectif publié sous la direction de D. Barjot et J.-F. Klein est de ceux qu’il faut connaître tant il offre un panorama de l’état de l’art relatif aux relations franco-asiatiques pendant le Second Empire[1]. Ce livre s’imposera à n’en pas douter comme un usuel à connaître, ouvrage indispensable à quiconque étant amené à aborder ces rivages lointains, de la Chine au Japon en passant par Hong-Kong et Sumatra. Ce faisant, et sans que cela ne soit le but recherché par les contributeurs de cette somme, il y a là une réflexion globale qui, dans le détail, n’est pas sans inviter à de nouveaux questionnements relatifs à l’histoire du fait militaire et guerrier, et plus précisément encore colonial, à l’échelle de la Bretagne.

Avec cet ouvrage riche de 33 contributions, D. Barjot et J.-F. Klein proposent un vaste panorama, pays par pays, de la présence française en Asie pendant le Second Empire. Il en résulte une approche dynamique, examinée à la mesure du processus de mondialisation qui s’observe alors et qui aboutit à l’obtention d’un « balcon sur le Pacifique » (p. 47) qui ne doit pas donner lieu à une exagération cocardière : c’est semble-t-il plus d’une « diplomatie de la carte de visite » dont il s’agit-ici, à la manière de ce que pratiqueront les Allemands dans le Pacifique jusqu’en 1914, que d’une présence de nature à réellement peser sur les enjeux stratégiques de la région. La politique de Napoléon III, elle, répond à quelques principes simples, bien exposés par É. Anceau : « au premier chef la défense de l’intérêt supérieur de la France dans le cadre d’une émulation avec l’autre grande puissance européenne du temps, la Grande-Bretagne, secondairement la volonté d’assurer le prestige de la dynastie, de satisfaire l’amour-propre de l’opinion et de soutenir les intérêts catholiques, en particulier par la protection des missions, ainsi que les intérêts économiques par la sollicitude accordée aux entreprises françaises » (p. 53). C’est ainsi que pour M-.F. Berneron-Couvehnes (p. 154)

« L’enjeu est donc de créer un service comparable au service britannique, non seulement pour capter le marché des soies, mais aussi pour créer des débouchés à l’industrie nationale. Il s’agit de ne pas laisser les productions nationales dans une situation d’infériorité, de les abandonner, pour leur transport, à un monopole étranger, et de leur frayer un accès à tous les marchés ouverts aux intérêts britanniques. Il importe de mener une politique commerciale offensive. »

Là se dessine d’ailleurs un paradoxe, celui d’une préoccupation diplomatique globalement périphérique (p. 60) mais qui contraste avec le « goût pour la Chine, ses décors, ses soieries, sa porcelaine, ses laques et ses objets de Jade » hérité de l’Ancien régime (p. 61). Si les Français présents à Hong-Kong en août 1863 ne sont pas plus de 39 (p. 414), ce qui rappelle combien cette histoire sociale est celle d’effectifs globalement réduits, J.-F. Klein montre que la filière lyonnaise de la soie est un acteur déterminant de ces relations, dessinant ainsi une véritable « route maritime française des soies asiatiques » (p. 105-121) qui se prolonge naturellement en Bretagne : maints costumes traditionnels inventés justement au XIXe siècle en témoignent.

En-tête de facture (détail). Collection Musée de Bretagne : 2002.0068.6.
En-tête de facture (détail). Collection Musée de Bretagne : 2002.0068.6.

Les retombées métropolitaines de cette présence française en Asie ne sont toutefois pas uniquement commerciales et ne peuvent se limiter à une série de produits devant être appréhendés par le prisme de la sociologie bourdieusienne de la distinction. C’est ainsi que B. Pouget met en lumière le retour d’expérience opéré à la suite des opérations que mène le corps expéditionnaire français en Chine en 1859-1861, démarche procédant d’une véritable « nosopolitique » foucaldienne. Ce faisant, c’est une « médicalisation de la guerre » qui commence à se mettre en œuvre à partir de ces milieux à la pathogénicité élevée (p. 231-244). Il en résulte un développement de la prophylaxie militaire, notamment par l’intermédiaire de la nourriture dont on commence à percevoir toute l’importance, qui d’après cet historien renforce « certainement les capacités des armées à agir loin de leurs bases nationales » (p. 244) et dessine une tendance dont on commencera à voir les effets pendant la guerre de 1870 et plus encore en 1914-1918.

Pour autant, l’expansion française en Asie ne se fait pas nécessairement aisément et le grand mérite de cet ouvrage est de réunir des contributions nuançant considérablement une mémoire dont on sait qu’elle peut être volontiers oublieuse. C’est ainsi que pour S. Le Galloudec, « si l’expédition de Cochinchine s’est bien soldée par l’implantation d’une colonie faisant de la France une puissance en Extrême-Orient, l’affaire de Tourane [la prise de l’actuelle ville de Da Nang au Vietnam, de 1858 à 1860] permet de rappeler que celle-ci a débuté par une impasse, par un échec politique, militaire, stratégique, logistique mais aussi médical reflétant l’impréparation du gouvernement impérial » (p. 260). De même, F. Chabaille-Wang note qu’en Chine « contrairement aux représentants britanniques qui mènent une politique de la canonnière [définie comme l’application des traités par l’exercice de pressions sur les autorités locales en s’appuyant sur la menace militaire de forces navales placées en des points stratégiques] plus mesurée, le chargé d’Affaires de France multiplie les incursions dans les affaires locales de différentes provinces pour défendre les missionnaires persécutés dont il s’érige comme le premier défenseur » (p. 268). Sans surprise, les mécontentements ne tardent pas apparaître et aboutissent au fameux massacre de Tianjin. Perpétré en juin 1870, au moment donc de l’affaire de la dépêche d’Ems et de la déclaration de guerre à la Prusse, celui-ci semble d’après cette historienne devoir être analysée « davantage comme un mouvement anti-français que comme une émeute anti-missionnaire » (p. 274), appréciation qui dit bien l’efficacité très relative de la politique du Second Empire sur place. De même en ce qui concerne le « rendez-vous manqué » avec le Siam, pays où la France se fait doubler par l’Angleterre puis, au tournant du siècle, par l’Allemagne (p. 343).

Carte postale, collection particulière.
Carte postale, collection particulière.

Il est néanmoins frappant de voir combien l’Asie relève par bien des égards d’un choix par défaut, d’une solution de repli, ce qui confirme son caractère périphérique dans la politique coloniale de la France. Pour le port de Rochefort, il s’agit de compenser la perte des liaisons avec la Nouvelle-France et les Antilles (p. 77-87) tandis que pour la maison Denis frères, c’est « une série de mauvaises affaires en Amérique latine » qui conduit ces Bordelais à se replier sur la Cochinchine (p. 138). Notons toutefois que la géographie joue ici un rôle déterminant dans l’assignation des rôles. C’est en effet sa situation sur la route reliant Suez à Lyon qui désigne tout naturellement Marseille pour être le port des Messageries impériales vers l’Asie (p. 155 et 181), de la même manière que Brest est choisi pour accueillir en 1867 le Great Eastern et la liaison, avec le succès que l’on sait, avec New York.

Ce volume collectif dirigé par D. Barjot et J.-F. Klein offre en définitive une belle illustration des variations spatiales d’intensité des conflictualités dans les relations internationales : si les relations entre Napoléon III et la reine Victoria semblent préfigurer une entente cordiale entre les deux pays, dans les marges impériales, c’est au contraire l’émulation et la concurrence qui prévaut.D’ailleurs, du fait de la prépondérance des enjeux économiques dans cette histoire, on accordera peu de crédit à l’hypothèse d’un libéralisme commercial comme facteur de régulation des relations internationales : cela serait faire bien peu de cas des violences inhérentes aux dominations coloniales et, du point de vue de la compétition avec Londres, c’est sans doute Clausewitz qu’il faut ici convoquer[2]. Car M.-F. Berneron-Couvehnes rappelle à propos des Messageries impériales qu’il ne faut pas se méprendre et ne pas oublier la pertinence d’une lecture réaliste de cette véritable course à l’Asie : « tout l’enjeu d’une ligne régulière à destination des ports de l’Extrême-Orient réside dans le fait de transformer la présence de la France dans ces contrées, en influence (s), c’est-à-dire en une capacité d’action politique et économique » (p. 152).

La "Guienne", bâtiment de la Compagnie des Messageries impériales assurant la ligne de Bordeaux au Brésil. Carte postale, collection particulière.
La “Guienne”, bâtiment de la Compagnie des Messageries impériales assurant la ligne de Bordeaux au Brésil. Carte postale, collection particulière.

Mais, dans le même temps, empruntant par certains égards des chemins foulés par D. Todd, l’ouvrage décrit, comme ici avec J.-F. Klein, un « Empire de l’empire [qui] se fait informel » (p. 121)[3]. Si cette histoire est pour une large part navale, elle ne peut se résumer à la Royale tant la symbolique associée aux paquebots est alors forte, ceux-ci faisant même figure de « porte-drapeaux de la puissance nationale » (p. 162). Là encore, le dossier ne paraît pas clos et il y a sans doute de la place pour d’autres enquêtes.

Pouvant faire fonction de manuel, ce riche ouvrage permet donc de faire le point moins sur la politique asiatique de Napoléon III que sur les contacts opérés dans cet espace entre français et asiatiques. Il en résulte une approche moins stato-centrée, se réclamant des Imperial Studies (p. 26) et prenant en compte les éléments économiques et religieux, sans pour autant les surévaluer. Certes, les appréciations varient et pour C. Wu « la religion occupe ainsi une place centrale dans l’articulation de la politique de la France à la Chine à partir de 1844 » (p. 208). Quant à M. Raibaud, elle affirme que la question missionnaire est à l’origine d’un « véritable groupe de pression qui s’est ainsi constitué, soutenu par la très pieuse Eugénie de Montijo, épouse de l’Empereur », lobby qui ne cessera pas son influence après le 4 septembre 1870 puisque la République poursuit globalement cette politique au motif que, pour reprendre la formule cynique de Léon Gambetta, « l’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation » (p. 441). Mais, dans une brillante mise au point sur la funeste expédition de Corée de 1866 (p. 443-456), qualifiée à cette occasion de « fiasco total » (p. 443), P.-E. Roux relègue la protection des missionnaires au rang de « prétextes moraux et spirituels » (p. 446) et affirme que « la pêche à la baleine fut en tout cas le seul objectif économique clairement défini et poursuivi par les instances de notre pays, et elle montre que les premiers contacts inaugurés par la France avec la Corée ne sauraient graviter autour de la seule question missionnaire » (p. 450).

Massacre de missionnairs en Chine. Collections Musée de Bretagne : 888.0032.11.
Massacre de missionnairs en Chine. Collections Musée de Bretagne : 888.0032.11.

Ce faisant, est avancé là un argument qui, je dois l’avouer, est assez inattendu mais qui intéresse au plus haut point l’Histoire en Bretagne. En effet, si la présence française en Asie pendant le Second Empire ne doit pas être appréhendée au moyen d’une approche trop stato-centrée, il n’en demeure pas moins que le fait militaire, et notamment la Royale, y joue un rôle éminent. É. Anceau rappelle que « le fait de confier la gestion des colonies au Ministère de la Marine apparaît alors évident », les deux éléments composant un nœud gordien, dont la solidité constituera d’ailleurs pour longtemps un obstacle de taille à l’exercice du pouvoir parlementaire[4] : « Il est en effet impossible d’avoir une marine sans colonies et des colonies sans marine, d’autant plus qu’il s’agit désormais d’une marine à vapeur grosse consommatrice de charbon » (p. 53).  D’où la politique dite « des points d’appui » lancée par François Guizot sous la Monarchie de Juillet et visant à doter la Royale de toute une série de ports de ravitaillements (p. 247).

Mais fonder des colonies en Asie ne va pas de soi. Attaquant Louis-Philippe, Louis-Napoléon Bonaparte ne manque ainsi pas d’avancer que « ces possessions lointaines, onéreuses en temps de paix, désastreuses en temps de guerre, sont une cause d’affaiblissement au lieu d’être un germe de prospérité » (p. 51). Or, si les deux ministres de la Marine et des colonies Prosper de Chasseloup-Laubat et Charles Rigault de Genouilly parviennent à engager le Second Empire dans cette voie en Extrême-Orient, c’est que « l’un comme l’autre pensent que seul un processus de colonisation pourra rendre l’établissement rentable » (p. 94), raisonnement qui souligne l’influence que peut exercer le saint-simonisme sur l’époque. En effet, J.-F. Klein note à propos des soyeux lyonnais que (p. 120)

« de la Monarchie de Juillet jusqu’au Second Empire, pour ces hommes, le verbe coloniser se conjugue au sens saint-simonien, c’est-à-dire en échangeant afin de favoriser l’enrichissement commun. Le tout se traduisant par la volonté symbolique de marier l’Occident à l’Orient, dont le canal de Suez – véritable lit nuptial de ces idées – traduit concrètement l’esprit. »

Toujours est-il que c’est bel et bien la marine qui est appelée à jouer un rôle central dans cette expansion impériale (p. 312). Or, qui dit Royale, dit bretons, mêmes si c’est là dans une proportion que l’on ne sait pas encore mesurer avec précision, ce qui par ailleurs invite à de nouveaux travaux. C’est ainsi que l’on trouve au gré de ces pages quelques figures plus ou moins connues : l’ingénieur lorientais Dupuy de Lôme (p. 90), l’amiral briochin Léonard Charner (p. 139, 278 et 294 notamment) mais aussi le lorientais Prosper Gicquel, directeur de l’arsenal de Fou-Tchéou et dont T. Claeys et W. Wen mettent bien en évidence l’attachement à la Bretagne malgré sa brillante carrière ultra-marine. Issu d’un milieu relativement modeste, son parcours asiatique l’amène à amasser une importante fortune (p. 427), ce qui ne semble néanmoins pas l’empêcher de témoigner de certaines préoccupations sociales. En effet, il est un pionnier des échanges estudiantins franco-chinois, puisqu’il demande dès les années 1870 qu’un certain nombre de Chinois « vinssent en Europe pour y poursuivre des études d’ingénieurs, de marins et de chefs de travaux » (p. 425). S’il réside à Paris et décède à Cannes en 1886, il n’en est pas moins propriétaire de La Maltière près de Rennes, ainsi que d’une métairie de 20 hectares à Bédée (p. 427). Si les liens de Prosper Gicquel avec son Morbihan natal paraissent distendus, ses attaches bretonnes semblent, elles, perdurer.

Le manoir de La Maltière, en Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. Gravure de Désiré Fenaut (sans date). Collection Musée de Bretagne : 2017.0000.1835.
Le manoir de La Maltière, en Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. Gravure de Désiré Fenaut (sans date). Collection Musée de Bretagne : 2017.0000.1835.

Loin d’être anecdotiques, ces figures revêtent une indéniable portée épistémologique en ce qu’elles invitent à une histoire connectée, résolument transnationale, attentive aux circulations, aux échanges et aux contacts. À l’heure actuelle, un tel plaidoyer pourra paraître banal. Mais je souhaite ici avancer l’idée qu’au contraire, en ce qui concerne la Bretagne, il ne l’est pas tant que cela et confine même, par certains égards, à l’aporie. Loin de moi l’idée de faire le procès du régionalisme mais je pense qu’il serait bon de se pencher sur l’influence de ce courant d’idée sur l’historiographie de la péninsule armoricaine produite lors du dernier tiers du XXe siècle. Que cette sensibilité ait en effet incité un certain nombre d’éminents chercheurs, compagnons plus ou moins de route de l’Union démocratique bretonne, à se pencher sur l’histoire de cet espace ne fait en effet pas trop de doute, même si cette influence n’est pas encore connue avec précision et mériterait de plus amples investigations. Il en a d’ailleurs résulté quantité de travaux remarquables, dont les résultats sont toujours valides. Mais, rappelons tout de même que de Jean-Yves Guiomar à Jean-Christophe Cassard en passant par Jean-Yves Veillard, le père du Musée de Bretagne, plusieurs figures de l’historiographie bretonne des années 1970-2000 ont eu un temps leur carte dans ce parti. Or il n’est sans doute pas anodin de rappeler que celui-ci diffuse une rhétorique visant à assimiler la France en Bretagne à un état colonial, et donc la péninsule armoricaine à un espace colonisé par un « état caserne » voulant ériger la péninsule armoricaine « en camp militaire ». S’il ne m’appartient pas de juger de la pertinence de ce propos, il est toutefois difficile de ne pas constater que les travaux portant sur la place des Bretons dans le fait colonial sont peu nombreux. Mieux, ce rôle semble relever de l’impensé, comme si ceux-ci ne pouvaient pas être de ce côté de la barrière. Là n’est pas émettre un jugement de valeur mais prendre acte des œillères historiographiques qui caractérisent chaque génération, celle-ci comme les autres. Et en toute honnêteté, il y a de quoi ! Comment penser des acteurs sociaux dans un espace donné en colonisateur quand, dans le même temps, sévit une rhétorique politique suggérant que ce même espace est sous domination coloniale ? Les historiens ne vivent pas dans un bocal et sont eux aussi soumis aux contraintes de leur temps.

C’est précisément là, en suggérant de surcroît un stimulant transfert mémoriel, que l’ouvrage coordonné par D. Barjot et J.-F. Klein offre des perspectives particulièrement stimulantes. En effet, on apprend grâce à C. Coicaud, doctorant à l’Université de Bretagne-Sud, que Nantes, et dans une encore plus large mesure Le Havre, réorientent leurs activités vers l’industrie baleinière à la suite de « l’étiolement progressif de la traite négrière » (p. 167). Autrement dit, la Cité des Ducs passe d’un crime contre l’humanité, aujourd’hui bien documenté et du reste mis en mémoire, à un « cétacide » (p. 167), où la Bretagne a donc manifestement toute sa part. En témoigne par exemple le baleinier Ville de Rennes présent dès septembre 1843 dans les eaux du Pacifique Nord (p. 167) mais aussi le Winslow, autre navire destiné à cette sinistre pêche et lancé à Paimboeuf en 1852 (p. 174). Jaugeant 600 tonneaux, il est le plus grand à battre pavillon français et est du reste le dernier à rester en activité en ne rentrant définitivement au port qu’en 1868, après une campagne de 1 300 jours (p. 176).

Prise d'une baleine échouée le 19 juin 1850 sur la presqu'île de Gâvres, d'après un croquis de M. Ducouret. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.2640.
Prise d’une baleine échouée le 19 juin 1850 sur la presqu’île de Gâvres, d’après un croquis de M. Ducouret. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.2640.

On comprend qu’à l’heure où la crise écologique contraint les organisations politiques à verdir leur programme, cette histoire fasse tâche dans un récit plus ou moins conçu comme un roman, sans que l’on sache au juste s’il est régional, fédéral ou national. Toujours est-il que l’on manque grandement de travaux portant sur la participation des Bretons à l’expansion coloniale française. Or sans doute y a-t-il là une histoire qui, dans sa dimension asiatique qui elle seule nous concerne ici, est peu propice à offrir un socle pour une telle narration. Mais toujours est-il que ce sont des nouveaux chantiers qui s’offrent à celles et ceux qui travaillent à l’échelle de la péninsule armoricaine, à l’image du commerce des Coolies évoqué par É. Guerassimoff et qui s’apparente à une « traite déguisée » ou un « nouvel esclavage » (p. 190). Semblable remarque pourrait d’ailleurs être formulée à propos du commerce de l’opium, activité résultant d’un projet longuement mûri et visant à « générer un marché à partir du néant » pour, sur la base des racistes présupposés penchants des Chinois pour cette drogue, engranger de vastes rentrées financières (p. 321-331). Du point de vue de la mémoire, l’enjeu est de taille : ne plus circonscrire à la seule figure d’Auguste Pavie les exactions bretonnes en Asie. De quoi inviter à considérablement nuancer l’idée de rencontre qui sert à intituler cet ouvrage.


[1] Barjot, Dominique et Klein, Jean-François (dir.), Rencontres impériales : l’Asie et la France. Le « moment Second Empire », Paris, Maisonneuve & Larose Hémisphères éditions, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour une approche de ces notions Jeangène Vilmer, Jean-Baptiste, Théories des relations internationales, Paris, Presses universitaires de France, 2020.

[3] Todd, David, Un Empire de velours. L’impérialisme informel français au XIXe siècle, Paris, La Découverte, 2021.

[4] Sur ce sujet Nofficial, Sébastien, Le Parlement et la marine 1871-1914. Une histoire politique de la marine militaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 19 septembre). Rencontres bretonnes en Asie sous le Second Empire. Ar Brezel. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbr4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.