Permanences et ruptures de la géographie d’Eugène Perrussel en Grande Guerre

Eugène Perrussel vient au monde le 25 juillet 1894 à Feins, commune du nord de Rennes, en Ille-et-Vilaine, située entre Combourg et Fougères[1]. Son acte de naissance nous indique qu’il est le fils d’un couple d’agriculteurs âgés respectivement de 28 et 25 ans. Les deux témoins mentionnés sur l’acte sont un menuisier âgé de 45 ans ainsi que l’instituteur de la commune : Pierre Hillion[2]. À la vue de cette seule source, il est difficile d’en savoir plus. Quant aux recensements et autres archives généalogiques, elles ne renseignent qu’à la marge. Tout juste pouvons-nous supposer que la vie de cette famille nombreuse – Eugène a 9 frères et sœurs tandis que sa mère Marie accouche de 4 enfants supplémentaires mort-nés (une de ses sœurs, Anna, décède décède alors qu’âgée de dix mois) – est relativement modeste et qu’elle s’inscrit pour une certaine part dans une aire restreinte, centrée sur Feins, petit bourg d’environ 1 100 habitants et où chacun se connaît peu ou prou. La preuve en est que les époux Perrussel sont répertoriés sur l’acte de naissance d’Eugène comme vivant à « La Lande », comme s’il n’était pas besoin d’en dire plus. Un siècle plus tard, tel n’est plus le cas et le cadastre distingue La Lande Perrine de La Lande Amaury, dénominations qui font à l’évidence référence à des propriétaires différents. Pour autant, il convient d’être prudent en la matière : la Bretagne de 1914, encore plus que celle de 1870-1871, est un espace connecté au monde : par le train et l’automobile balbutiante, par le télégraphe et même le téléphone, par la presse bien entendu… Rien ne permet donc de certifier que l’horizon d’attente du jeune Eugène Perrussel se limite à Feins. Pour autant, au regard du parcours qui est le sien pendant la Première Guerre mondiale, et qui nous est essentiellement connu par sa fiche matricule de recrutement, tout porte à croire que la séquence 1914-1918 se traduit toutefois pour lui par un vaste éclatement des frontières, par une extension assez phénoménale de sa géographie biographique.

Mais, en préambule de cette rapide démonstration, on se permettra de mettre en lumière un détail qui n’en n’est assurément pas un même s’il concerne moins la fiche matricule d’Eugène Perrussel que ses modalités d’accès. En effet, en tentant de consulter le document par le Grand Mémorial, on ne peut bénéficier que d’une seule vue du document. Or celui-ci comporte plusieurs rabats masquant des informations précieuses, informations qui ont justement nécessité la réalisation de plusieurs vues lors de la numérisation de l’archive. Pour y avoir accès, il est donc impératif de passer par l’application THOT des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine : c’est, certes, plus fastidieux mais seule cette méthode permet de garantir l’accès à l’intégralité des informations disponibles.

Comme un symbole, cette extension géographique se manifeste le 7 septembre 1914 par l’incorporation d’Eugène Perrussel à Pontivy, au 2e régiment de chasseurs à cheval. Faut-il mettre cette affectation sur le compte de la profession agricole qu’il déclare lors de son passage de révision – « domestique-cultivateur » – et d’une certaine proximité avec l’élément équin ? Sans doute pas tant, à dire vrai, ce type de profil est fréquent. De plus, on sait que l’arme qui est habituellement dévolue aux conscrits sans qualification, à mille lieues de cette artillerie que l’on dit « savante », c’est l’infanterie[3]. Remarquons juste que, compte tenu de ce que l’on suppose du milieu social d’origine d’Eugène Perrussel, une telle décision invite sans doute à de nouvelles monographies régimentaires mettant en perspective l’image d’élitisme traditionnellement associée à la cavalerie. Néanmoins, là encore, c’est la prudence qui doit s’imposer. En effet, force est de constater que le jeune conscrit de Feins ne reste que quelques semaines à Pontivy, puisqu’il est versé le 9 octobre 1914 à Lorient, au 62e régiment d’infanterie. Faut-il dès lors voir ce passage au 2e chasseurs comme une étape préliminaire à son versement dans l’infanterie, que l’on sait grande consommatrice d’hommes, comme si cette trajectoire était prévue dès le départ ? L’hypothèse n’est pas à négliger car Eugène Perrussel fait partie de cette classe 1914 incorporée avec quelques jours d’avance pour combler les rangs des unités décimées par les premières semaines de la campagne, dont il faut rappeler qu’elles sont les plus meurtrières de la guerre[4]. C’est donc bien au prisme de la politique de récupération qu’il faut appréhender ce parcours, politique de récupération qui procède d’une urgence absolue à renforcer les unités tenant les tranchées et qui explique que l’institution militaire sorte de l’organisation régionale du recrutement découlant de la réforme de 1873[5]. En effet, le 2e chasseurs, de même que le 62e RI, est une unité de la 11e région alors que, natif de Feins et ayant visiblement passé le Conseil de révision dans le secteur, Eugène Perrussel dépend de la subdivision de Rennes, chef-lieu de la 10e région militaire. Or, c’est bien dans l’infanterie que les besoins en hommes sont les plus conséquents, pas dans la cavalerie.

Après quelques semaines d’instruction, le jeune mobilisé est envoyé, le 19 décembre 1914, au 72e régiment d’infanterie, unité tenant garnison habituellement à Amiens et Péronne mais dont le dépôt est replié en Finistère, notamment à Morlaix, du fait de l’avancée allemande. Autrement dit, et malgré ce que suggèrent les apparences, ce transfert doit se comprendre dans une sorte de permanence du cadre que constitue la 11e région militaire. Mais seule une prosopographie plus détaillée, à l’échelle de ce régiment ou des conscrits du Finistère, pourrait nous donner une idée plus précise de la représentativité statistique d’un tel parcours. Toujours est-il que ce mouvement correspond à un départ pour la zone des armées, alors que le 72e RI vient d’être relevé par le 128e et cantonne à Chaudefontaine (I et II.72e RI) et Moiremont (III et EM/72e RI), deux localités situées à quelques encablures au nord de Sainte-Menehould[6]. Pour autant, le journal des marches et des opérations de l’unité ne mentionne pas l’arrivée de ce renfort et on ne peut, en l’état actuel des éléments dont on dispose, en donner l’ampleur.

Chaudefontaine (Marne), tombes de soldats morts à l'ambulance du châteaux de Vaux (mai 1916). La Contemporaine: VAL 528/030.
Chaudefontaine (Marne), tombes de soldats morts à l’ambulance du châteaux de Vaux (mai 1916). La Contemporaine: VAL 528/030.

En revanche, ce qui est certain, c’est qu’Eugène Perrussel est caractéristique de ces individus de la classe 1914 astreints à des classes extrêmement courtes du fait de l’impérieuse nécessité qu’il y a regarnir les rangs considérablement éprouvés par les premiers mois de la campagne. Ce n’est en effet qu’après 4 mois d’instruction que le mobilisé de Feins est envoyé en tranchées. Or, il résulte de la base de données réalisée à l’échelle du 47e RI à l’occasion de ma thèse que ce type de profil est caractérisé par d’importants taux de pertes[7]. Pour autant, il faut prendre garde à la surinterprétation. En effet, l’analyse ne peut, du fait de la réalité statistique, que se limiter à une corrélation statistique et à une observation basique : là où l’on considère à la Belle époque qu’il faut 2 ans pour former un fantassin, 3 ans à partir de l’adoption de la loi éponyme en 1913, Eugène Perrussel ne fait que 4 mois de classes. C’est donc presque sans surprise qu’on apprend, avec sa fiche matricule de recrutement, qu’il est grièvement blessé trois mois après son arrivée au front, le 22 février 1915, frappé par un éclat d’obus lui ayant causé une fracture de l’humérus. Le régiment occupe alors des positions dans le secteur de Mesnil-les-Hurlus, où il vient juste de relever le 8e RI, et prononce une attaque qui se solde par un bilan qui, s’il n’est pas chiffré par le rédacteur du journal des marches et des opérations, se concrétise par des pertes qualifiées de « sensibles »[8]. Pour autant, pour être saisie à sa juste mesure, cette attaque doit être appréhendée à la lumière de l’intégralité de la campagne 1914-1918 que mène le 72e RI ; or force est de constater que l’historique officiel de l’unité, publié en 1920, ne l’évoque qu’à peine[9]. De surcroît, et dans la mesure où c’est lors d’un assaut qu’Eugène Perrussel est blessé, il est difficile de corréler cet éclat d’obus à la durée de ses classes. C’est donc, encore une fois, la prudence qui doit être de mise.

Toujours est-il que, pour le poilu de Feins, débute alors un assez impressionnant tour de France sanitaire qui l’inscrit, indéniablement, dans une géographie beaucoup plus vaste. En effet, le fantassin du 72e RI est d’abord hospitalisé pendant plusieurs mois à Pau, en l’hôpital complémentaire n°11 situé en l’École normale de Jeunes filles avant d’être transféré à Garlan, dans le Finistère, le 15 novembre 1915. Ce séjour pourra paraître étrange dans la mesure où, le 26 février 1916, soit un petit peu plus d’un an après sa blessure, Eugène Perrussel est renvoyé à Pau, cette fois-ci dans un dépôt de convalescents. Il ne s’agit en fait que des conséquences de l’immense machine administrative qu’est aussi l’armée française de 1914-1918 : Garlan est en effet un petit village d’à peine un millier d’habitants situé à quelques kilomètres seulement de Morlaix, où le 72e RI a replié son dépôt. Quant à ce retour à Pau, il n’est de quelques jours et doit selon toute vraisemblance se comprendre dans la continuité du long séjour en l’hôpital complémentaire n° 11. Ce sont donc bien, au-delà des apparences, deux continuité administratives – celle du Service de santé des armées d’une part, du bureau de recrutement et de la région militaire d’autre part – qui se font ici front, même si d’un strict point de vue ferroviaire, un tel voyage peut bien évidemment apparaître comme représentant un grand gâchis. Gageons toutefois qu’il n’en a probablement pas été ainsi pour Eugène Perrussel : aussi longs et pénibles soient-ils, ces voyages valent assurément mieux que n’importe quel séjour en tranchées. Signalons enfin que ce long périple médical s’achève le 2 mars 1916 par une permission de convalescence de 3 mois, qu’il passe le plus vraisemblablement en famille, à Feins.

Carte postale. Archives et bibliothèques Pau Béarn Pyrénées, 8FI445-4-00108.
Carte postale. Archives et bibliothèques Pau Béarn Pyrénées, 8FI445-4-00108.

Le mois de juin 1916, date du retour au dépôt du 72e RI d’Eugène Perrussel, autorise une réflexion sur l’efficacité du Service de santé des armées et, plus globalement, sur la prise en charge des blessés de guerre[10]. Certes, en l’absence de dossier médical, et de formation en médecine qui elle seule permettrait de lire correctement ces informations[11], il faut une nouvelle fois rester prudent. Mais le fait est qu’après seulement deux mois passés à la caserne, le poilu de Feins est de nouveau hospitalisé, à partir du 3 août 1916, cette fois-ci en l’hôpital complémentaire n°40 à Morlaix et ce jusqu’au 3 octobre suivant. Déjà, quinze jours plus tôt, le 13 juillet 1916, il avait bénéficié d’une inaptitude de deux mois prononcée par la Commission spéciale de réforme de Morlaix. Cette santé pour le moins précaire ne peut qu’interroger et amener à se demander s’il a été bien soigné à Pau. Une telle question n’est pas sans intérêt mais, faute de documentation, et encore une fois de formation médicale, il n’est pas possible pour l’historien du fait militaire et guerrier d’y répondre. En revanche, ce que l’on sait, c’est que le Service de santé des armées est, pendant la Première Guerre mondiale, pris au cœur d’injonctions contradictoires qu’il n’est peut-être pas inutile de rappeler. D’un côté il faut prendre convenablement en charge ces blessés et tout mettre en œuvre pour les soigner convenablement tandis que d’un autre côté, du fait de la pénurie démographique et de la nécessité de renforcer les rangs, la tentation est grande de hâter au maximum le retour aux tranchées. De là à penser que celui d’Eugène Perrussel a été précipité, il n’y a qu’un pas qu’il est, à dire vrai, tentant de franchir.

On pourra néanmoins objecter que, touché au bras, ce poilu n’est peut-être pas trop affecté et qu’il s’accommode probablement fort bien de ce qui paraît pouvoir être assimilé à une « fine blessure », celle qui éloigne durablement du champ de bataille sans pour autant handicaper trop lourdement. Là encore, affirmer cela faute d’archive serait sans douter aller un peu vite en besogne. Ne serait-ce parce qu’on ignore s’il est droitier ou gaucher, ce qui n’est pas un élément négligeable, loin de là. Mais le fait est qu’après-guerre, il déclare travailler dans l’agriculture puis exercer la profession de « manœuvre »[12], soit autant de professions qui jusque dans leur étymologie impliquent l’usage des mains… Un autre facteur doit être pris en compte, celui de représentations mentales qui évoluent moins vite que l’environnement technique[13]. Dès lors, c’est moins à la lumière de ce que l’on peut savoir de l’expérience combattante au sein du système-tranchées que de la manière dont on envisage le fantassin avant le conflit, à la Belle époque, qu’il faut raisonner[14]. Autrement dit, ce qui définit le cahier des charges autorisant un retour dans la zone des armées est moins l’ethos du combattant recroquevillé dans un trou d’obus que l’image d’un homme marchant droit et capable d’endurer des marches de plusieurs dizaines de kilomètres sac au dos[15]. Or, blessé à l’humérus, Eugène Perrussel est probablement gêné à l’épaule, douleur qui est certainement peu compatible avec le port d’Azor pendant de longues étapes…

Mais toute « bonne » chose a une fin et, le 3 octobre 1916, le fantassin de Feins est de retour au dépôt, à Morlaix. S’en suivent quelques semaines classiquement peu documentées et le plus vraisemblablement passées à des exercices de ré-instruction avant de repartir dans la zone des armées, mais cette fois-ci avec une unité de réserve, le 272e RI. Là encore, cette affectation est riche de sens en ce qu’elle témoigne à la fois d’une permanence géographique, puisque ce mouvement met en évidence une persistance du cadre qu’est le dépôt du 72e RI, et d’un arasement de la frontière du temps de paix entre armée d’active et de réserve : c’est là indéniablement une conséquence des importantes pertes concédées sur le champ de bataille et de l’impérieuse nécessité qu’il y a à regarnir de quelque façon que ce soit les rangs.

Eléments du 272e RI défilant devant le général Hirschauer lors d'une revue, 11 septembre 1918. La Contemporaine : VAL 215/153.
Eléments du 272e RI défilant devant le général Hirschauer lors d’une revue, 11 septembre 1918. La Contemporaine : VAL 215/153.

C’est au bout de 6 semaines de ré-instruction, terme dont il convient d’ailleurs de se méfier quand on veut bien se rappeler la durée de ses classes, qu’Eugène Perrussel retourne dans la zone des armées. Il fait en effet partie d’un renfort parti le 15 novembre 1916 de Bretagne, alors que le 272e RI est dans la Somme, en réserve de corps d’armée, dans le secteur de Belloy-en-Santerre. Là, il est probablement confronté pour la première fois à des soldats du corps expéditionnaire britannique et à des combattants provenant des 4 coins de l’Empire sur lequel règne Georges V : des Canadiens, des Indiens mais aussi des Néo-Zélandais et des Australiens[16]. À cet égard, il n’est sans doute pas insensé d’avancer l’idée que c’est peut-être à ce moment qu’Eugène Perrussel entre en guerre « mondiale ». Le conflit dure alors depuis 28 mois mais, contrairement à ce que ce chiffre laisse penser, le fantassin de Feins est un poilu encore assez peu expérimenté : à peine deux mois de front du fait de ses blessures, alors que le seuil retenu en 1926 pour l’obtention de qualité de combattant est de 90 jours de présence dans une unité considérée comme telle (carte dont il fait d’ailleurs la demande le 11 mai 1933). Il est difficile de dire si cette relative « verdeur » est la conséquence de son évacuation rapide, le 30 novembre 1916. Mais le fait est qu’après seulement 15 jours en tranchées, il est envoyé à l’arrière, dans une ambulance située à Cayeux, petite station balnéaire de la baie de Somme où, pour l’anecdote, le grand historien Jean-Jacques Becker décédé au cours de l’été 2023 passe une partie de ses vacances alors qu’enfant[17]. À en croire sa fiche matricule, c’est bien sa « fracture ancienne » au bras gauche qui est en cause. Sa situation est, du reste, jugée suffisamment préoccupante pour qu’Eugène Perrussel soit transféré à l’hôpital temporaire n° 67 de Pamiers, puis en l’hôpital n°2 de Foix, soit autant d’établissements qui contribuent une nouvelle fois à considérablement élargir le rayon d’action de sa géographie biographique. Là, son état de santé s’améliore et, prélude à un retour sur les drapeaux, il bénéficie d’une permission de convalescence d’une semaine, qu’il passe vraisemblablement chez lui à Feins, du 1er au 9 janvier 1917.

Son humérus est alors visiblement définitivement considéré comme le rendant inapte à l’infanterie – ce qui paraît là encore devoir mettre en évidence la persistance en temps de guerre de certaines représentations mentales héritées d’avant le conflit – et Eugène Perrussel est transféré au 29e régiment d’artillerie de campagne, une unité de la 2e région militaire mais dont le dépôt est du fait de la ligne de front, replié à Lorient. Même s’il change pour une deuxième fois d’arme au cours du conflit, ce qui n’est pas fréquent, le poilu de Feins continue à s’inscrire du point de vue du recrutement dans une logique très territorialisée, en l’occurrence celle de la 11e région militaire. De surcroît, précisons que le 29e RAC et le 272e RI sont des unités qui se connaissent bien puisque la seconde soutient la première lors d’une attaque prononcée en septembre 1916[18].

C’est le 29 janvier 1917, c’est-à-dire en même temps que son départ dans la zone des armées, qu’Eugène Perrussel rejoint le 29e RAC, alors que cette unité est au repos dans le secteur de Toul avant de participer à l’offensive lancée sur le Chemin des Dames, le 16 avril 1917, puis à de rudes combats dans le secteur de Verdun[19]. C’est sous l’uniforme de cette unité que le poilu breton acquiert la majeure partie de son expérience combattante. D’une certaine manière, il n’est donc pas exagéré de le considérer plus comme un artilleur que comme un fantassin. Si l’artillerie est une arme qui est plus en retrait sur le champ de bataille que l’infanterie, ceci ne signifie pas pour autant que celle-ci est sans danger. En témoigne la conséquente liste obituaire des « officiers, sous-officiers, brigadiers et canonniers tombés au champ d’honneur » publiée à la fin de l’historique officiel de ce régiment. En témoigne aussi Eugène Perrussel, frappé grièvement à la tête le 15 octobre 1917 par un éclat d’obus alors qu’il était en position sur la redoutable Côte du Poivre, en train de procéder « à un ravitaillement en munitions ».

Encore une fois, les archives ne permettent pas de connaître avec précision la gravité de cette blessure. Sa fiche matricule évoque néanmoins à la fois une plaie en séton et une trépanation, ce qui dans un cas comme dans l’autre suggère que cela est loin d’être anodin. Ce qui est certain, en revanche, c’est que là est le point de départ d’un nouveau, et long, parcours hospitalier qui débute par une ambulance de l’arrière-front jusqu’au 7 novembre 1917 pour se prolonger en Auvergne, d’abord à Clermont-Ferrand, puis à Moulins et enfin à Riom, jusqu’au 25 janvier 1918. Allant manifestement mieux, Eugène Perrussel bénéficie d’une permission de convalescence de 45 jours qu’il passe selon toute vraisemblance à Feins, chez lui, avant de revenir au dépôt du 29e RAC, à Lorient, le 11 mars 1918. Mais, même si la guerre est alors très loin d’être finie, il sait alors qu’il ne repartira plus jamais en première ligne. En effet, il est déclaré le 22 janvier 1918 inapte définitivement au service actif et est versé, de ce fait, dans le service auxiliaire.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Ceci ne signifie pas pour autant qu’il en a fini avec ses obligations militaires. La preuve en est qu’il réintègre sa région militaire d’origine en étant transféré, le 18 mars 1918, au 41e RI de Rennes. Que s’est-il alors passé ? La proximité du domicile familial a-t-elle constituée une tentation contre laquelle il n’était pas possible de lutter ? Les séquelles de cette grave blessure à la tête ont-elles entraîné une perte momentanée de jugement, une altération temporaire de ses facultés intellectuelles ? Le poids de la guerre, de la mobilisation, des obligations militaires, était-il alors trop lourd ? En absence d’archives, il est impossible de répondre. Mais le fait est que, le 12 mai 1918, Eugène Perrussel est déclaré comme manquant à l’appel et, de ce fait, comme déserteur. Certes, ceci ne dure pas longtemps et, trois jours plus tard, le soldat de Feins est de retour à la caserne, soit le 15 mai 1918. Mais Thémis aux armées doit passer. La moindre entorse au droit ne peut être tolérée en temps de guerre. Aussi Eugène Perrussel est-il incarcéré, le plus vraisemblablement à la prison militaire de la 10e région, rue Saint-Hélier, dès le 16 mai 1918, et ce en attente de son passage devant le Conseil de guerre. Mais, pour une raison que la fiche matricule ne mentionne pas, l’affaire ne va pas plus loin du fait d’un refus d’informer.

Toutefois, cette archive fait état d’une seconde désertion, constatée le 18 août 1918 et ayant duré cette fois-ci un peu plus longtemps, jusqu’au 5 septembre 1918. Contrairement à la fois précédente, l’affaire va jusqu’au bout et, le 12 novembre 1918, soit le lendemain de l’Armistice, Eugène Perrussel est condamné à un an de prison avec sursis par le Conseil de guerre de la 10e région militaire. Faute de source, il n’est pas possible de savoir ce qui a motivé un tel jugement. Mentionnons toutefois deux éléments. En premier lieu, il paraît important de préciser que, d’après ce qu’affirme sa fiche matricule de recrutement, Eugène Perrussel bénéficie de circonstances atténuantes. C’est là un élément à ne pas négliger même si on n’en connait pas la nature exacte. En second lieu, il est intéressant de noter que parmi les affaires jugées par le Conseil de Guerre de la 10e région le 12 novembre 1918 et dont rend compte le quotidien catholique rennais L’Ouest-Éclair, celle d’Eugène Perrussel ne figure pas. Ce jour-là, il est question de cinq cas dont quatre comportent une situation de désertion. Mais à chaque fois, ce sont des peines fermes qui sont prononcées. Tout se passe en réalité comme si celle d’Eugène Perrussel était moins grave, donc moins « sensationnelle » et susceptible d’intéresser le lectorat[20]. C’est du reste ce qui pourrait expliquer les circonstances atténuantes, même si l’état de récidive joue à l’évidence contre l’accusé. Aussi nous autorisera-t-on à formuler une hypothèse, celle d’un délit de proximité commis au cours d’une Grande Guerre qui a pour effet de considérablement élargir la géographie biographique de ce poilu : sans doute aura-t-il pris quelques libertés avec la fin d’une permission qui lui aura été accordée et sera-t-il arrivé en retard à la caserne. Les faits incriminés se produisent par ailleurs entre le 18 août et le 5 septembre 1918, une période où l’on sait l’activité intense dans les campagnes et les besoins en main d’œuvre importants. Alors la peine pourra certes paraître très lourde. Elle doit néanmoins être reçue à la lumière de l’exigence d’égalité de traitement que réclament les poilus, tout sentiment d’injustice étant en ce qui concerne les permissions extrêmement mal vécu et de nature à menacer le consentement de la troupe à l’effort de guerre[21].

A l'angle des rues Saint-Hélier et Duhamel, l'entre du Conseil de guerre de la 10e région militaire où est jugé Eugène Perrussel le 12 novembre 1918. Collections Musée de Bretagne : 973.0008.90.
A l’angle des rues Saint-Hélier et Duhamel, l’entre du Conseil de guerre de la 10e région militaire où est jugé Eugène Perrussel le 12 novembre 1918. Collections Musée de Bretagne : 973.0008.90.

Eugène Perrussel est transféré le 13 novembre 1918, au lendemain de ce procès donc, au 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, unité avec laquelle il est selon toute vraisemblance démobilisé mais à une date qui n’est pas précisée par la source. Tout porte à croire qu’il retourne alors à Feins, dans le domicile familial, mais on n’en sait pas beaucoup plus. Il n’en a pour autant pas complètement fini avec l’institution militaire puisque son classement dans le service auxiliaire est confirmé en février 1919 par une décision de la Commission de réforme de Dinan. S’en suivent au cours des années 1920 et 1930 toute une série d’examens devant la Commission de réforme pour constater l’évolution des séquelles de ses blessures et réviser en conséquence son taux de pension. Nous y reviendrons.

La fiche matricule de recrutement d’Eugène Perrussel ne permet pas de suivre efficacement sa sortie de guerre, processus que l’on sait par ailleurs long et complexe. Son parcours professionnel reste ainsi pour le moins flou. Une mention présente sur son acte de naissance doit néanmoins attirer l’attention, celle d’un mariage contracté le 10 septembre 1919 en la mairie de Sens-de-Bretagne – commune voisine de 8 kilomètres de Feins, ce qui renvoie là encore à une géographie assez circonscrite, pour ne pas dire étriquée – avec une certaine Amélie Valllée, fruit des amours d’un couple de cultivateurs de cette commune. Ici, l’endogamie est autant sociale que géographique même si, encore une fois, il est difficile d’en savoir plus. Parmi les quatre témoins qui assistent à cette cérémonie, on dénombre trois cultivateurs, dont le frère cadet d’Eugène Perrussel. Seul Emmanuel Lebel, un « ami des époux », fait figure d’exception en se déclarant « voyageur de commerce » ; une profession qui par ailleurs semble témoigner d’une géographie biographique plus étendue qu’auparavant, même si en la matière tout reste relatif.

Collections Musée de Bretagne : 970.0049.2820.
Collections Musée de Bretagne : 970.0049.2820.

Comment les deux époux se rencontrent-ils ? Se connaissent-ils, voire se fréquentent-ils, avant la guerre ou cette union est-elle juste décidée en 1919 ? Dans la mesure où, lors de son passage devant le Conseil de révision, le futur poilu déclare résider à Sens-de-Bretagne, la première hypothèse est vraisemblable mais, encore une fois, l’état de la documentation ne permet pas d’avoir la moindre certitude. D’ailleurs, est-ce dans cette commune qu’il passe ses permissions de convalescence ou est-ce chez ses parents, à Feins ? Et lors de ses deux désertions ? Où se trouve-t-il ? À Sens ou à Feins ? En l’absence d’archives, on ne peut le dire. En tout cas, ce qui est certain, c’est que la condamnation d’Eugène Perrussel par le Conseil de guerre ne constitue pas une infamie de nature à remettre en cause cette union, dont sont par ailleurs issus 4 enfants, dont une prénomée Odette est décédée à la naissance : Amélie née en 1920 et décédée en 2015, Germaine venue au monde l’année suivante et disparue en 2011, Eugène enfin qui voit le jour en 1922 et meurt en 2006. Certes, les pertes de la Première Guerre mondiale ont pour effet de restructurer le marché matrimonial à l’avantage des garçons. Mais, même si en la matière une certaine pénurie se fait ressentir, quand on connaît le poids de l’opprobre qui pèse au cours des années 1920-1930 sur les « profiteurs de guerre » et autres « embusqués », sans doute y a-t-il là matière à une rupture de fiançailles. De surcroît, il convient de souligner que le poilu de Feins peut aussi justifier d’un certain nombre de brevets d’honorabilité. Outre ses deux blessures contractées au front, il y a une citation à l’ordre du 29e RAC décernée le 8 novembre 1917 : « Bon et brave conducteur, a été blessé grièvement le 15 octobre 1917 au cours d’un ravitaillement en munitions, déjà blessé en février 1915 ». Et que dire de la Médaille militaire qui lui est décernée le 29 octobre 1933 ?

On l’a dit, le parcours professionnel d’Eugène Perrussel après la Première Guerre mondiale est pour le moins flou. Lors de son mariage, il déclare exercer le métier de cultivateur, ce qui est d’une certaine manière logique quand on veut bien se rappeler de ce qui est inscrit sur sa fiche matricule de recrutement. Il est par ailleurs fort probable que cette profession corresponde à celle qu’il exerce quand, en 1926, il signale à l’autorité militaire son changement de domiciliation : sans doute est-il parvenu à obtenir un fermage à Gahard, petite commune située à 5 kilomètres de Sens-de-Bretagne, le village dont est originaire son épouse. Tout porte donc à croire que son état de santé lui permet encore de travailler la terre, labeur que l’on sait d’autant plus éprouvant que les campagnes bretonnes ne sont pas mécanisées et que la vie y est encore rude. D’ailleurs, en 1926, Eugène et sa femme ont la douleur de perdre une fille à la naissance, et prénommé Odette. Mais qu’en est-il plus tard quand il déclare cette fois-ci s’être établi à Rennes, au 99 rue de Saint-Malo, un faubourg que l’on sait très populaire et où viennent s’entasser dans des logements parfois très insalubres de nombreuses populations rurales venues « à la ville » conquérir une vie meilleure ? À quelle activité renvoie exactement le métier de « manouvre » qu’il déclare alors exercer ?

Sans doute est-ce à ce moment de la démonstration qu’il faut insister sur un élément notable de la fiche matricule de recrutement d’Eugène Perrussel. À la suite de son passage devant le Conseil de révision, son degré d’instruction est déterminé par le chiffre 0. Or celui-ci caractérise autant les « illettrés » que les « anormaux de toutes catégories »[22], ce qui suggère un éventail relativement important de possibilités. Malgré tout, je dois confesser ne pas croire à la première hypothèse. Non seulement l’école est gratuite et obligatoire, en Bretagne comme partout ailleurs en France, depuis les années 1880 mais rien dans les archives ne permet de dégager le moindre élément qui permettrait d’expliquer une telle soustraction à l’obligation scolaire. De plus, bien des correspondances de poilus pendant la Première Guerre mondiale attestent d’une maîtrise pour le moins relative de l’orthographe et de la syntaxe mais qui n’empêche pour autant pas d’être gratifié d’un « 3 », autrement dit « sait lire, écrire et compter », lors du Conseil de révision. Tel est par exemple le cas de Maurice Gastellier, dont les lettres adressées à sa mère viennent d’être publiées[23]. Aussi est-ce donc moins une incapacité scolaire qui est jugé avec ce « 0 » qu’une certaine forme de marginalité sociale, marginalité qu’il n’est malheureusement pas possible de circonscrire plus précisément mais qui pourrait expliquer bien des choses. Je pense notamment à un capital de négociation très faible qui l’empêcherait d’obtenir un taux de pension plein, taux qui ne paraît pas incongru au regard des blessures dont il souffre : une « brèche crânienne de 7 cm2 » sur la région temporale droite en 1919, une brèche osseuse dans le crâne de la taille d’une pièce d’un franc en 1921, une « impotence fonctionnelle marquée » du bras gauche en 1928… Je pense aussi à une certaine forme d’incapacité à se défendre, ou tout du moins à se faire entendre des jurés d’un Conseil de guerre qui, du même coup, renverrait à une certaine forme de justice de classe criminalisant moins des conduites que des milieux sociaux, plus encore des marges. N’oublions en effet pas qu’un an après la condamnation d’Eugène Perrussel, les élections législatives accouchent certes d’une chambre dite bleu-horizon, en référence au nombre d’anciens poilus qui y siègent, mais qui penche nettement à droite, en faveur de « l’ordre » contre le risque révolutionnaire. Ajoutons de surcroît que le 12 novembre 1918 ne saurait aucunement être confondu avec la paix : celle-ci n’intervient qu’avec la signature du traité de Versailles, le 18 juin 1919. L’Armistice, elle, n’est qu’une suspension provisoire des combats, ce qui explique aussi l’impératif du maintien d’une stricte discipline. Enfin, et même s’il convient d’être prudent tant la documentation à notre disposition apparaît lacunaire, cette appartenance aux marges pourrait expliquer son incapacité à prendre l’ascenseur social, comme si cette origine était trop lourde à porter. Quittant la campagne pour tenter sa chance à la ville, il se retrouve dans un de ces logements du peu salubre faubourg de Saint-Malo, dans une ville dont le sous-dimensionnement en termes d’offres de logement est une constante jusqu’aux années 1960.

Vue du faubourg de Saint-Malo, à Rennes, où Eugène Perrussel achève sa vie. Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 975.0072.6.
Vue du faubourg de Saint-Malo, à Rennes, où Eugène Perrussel achève sa vie. Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 975.0072.6.

On le voit, la Grande Guerre est indéniablement pour Eugène Perrussel un moment d’élargissement des horizons, les séjours dans les hôpitaux pyrénéens et auvergnats jouant ici un rôle notable même si, du point de vue du fonctionnement de la gigantesque administration qu’est l’armée française de 1914-1918, bien des permanences s’observent, et ce malgré les apparences. De même, il est intéressant de constater que cette géographie fluctuante, qui témoigne de grands bouleversements, contraste singulièrement avec une situation sociale toujours pour le moins modeste, et peut-être même aux marges. Du point de vue des archives, le paradoxe est sans doute que c’est finalement sa vie bretonne, et notamment dans son village natal de Feins, qui nous est la plus difficile d’accès. Un détail permet de s’en convaincre. C’est le 22 mai 1921 que le monument aux morts de Fein, commune où il réside alors, est inauguré. Comme souvent, l’affaire n’est pas allé sans mal et le Musée de Bretagne conserve la trace d’un projet de réfection auquel contribuent la célèbre famille de mosaïste d’origine italienne Odorico ainsi que l’entrepreneur en bâtiment François Château, futur maire de Rennes. Mais le poilu en bronze qui se trouvait à l’origine, et qui est très clairement perceptible sur les cartes postales d’époque, a aujourd’hui disparu. Pour autant, Eugène Perrussel, qui a certainement connu plusieurs des défunts dont le nom est inscrit sur le monument, assiste-t-il à l’inauguration ? Sa marginalité sociale lui permet-elle d’être convié, malgré ses états de service, à cette commémoration ? Prend-il part à une association d’anciens combattants et plus encore à celle de son village ? On sait qu’il effectue une demande de carte en 1933 mais il réside alors à Rennes. Sa condamnation par le Conseil de guerre est-elle connue ou relève-t-elle du lourd secret de famille… ?


[1] Arch. Dép. I&V: 1 R 2157.2785.

[2] Arch. dép. I&V : 10 NUM 35110 494.

[3] Sur ce point et pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[4] Pour une mise au point lumineuse Cochet, François, « Mourir au front et à l’arrière front », in Homer, Isabelle et Penicaut, Emmanuel (dir.), Le Soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 27-40.

[5] Parmi de nombreuses références, consulter notamment Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[6] SHD-DAT : 26 N 659/9, JMO 72e RI, 11-22 décembre 1914.

[7] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ?…, op. cit.

[8] SHD-DAT : 26 N 659/10, JMO 72e RI, 22 février 1915.

[9] Historique du 72e régiment d’infanterie pendant la campagne 1914-1918, Paris, Henri Charles-Lavauzelle, 1920, p. 6.

[10] Sur la question, lire le désormais classique Viet, Vincent, La Santé en guerre 1914-1918. Une politique pionnière en univers incertain, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2015.

[11] À ce propos, se référer aux réflexions pleines de sagesse de Le Bras, Anatole, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914), Paris, CNRS Editions, 2018.

[12] Arch. dép. I&V : 3 Q 29 2930, table des successions et absences.

[13] Prost, Antoine, « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°41, janvier-mars 1994, p. 23-31.

[14] Ouvrage collectif, Tranchées. Le systèmes-tranchées pendant la Grande Guerre (catalogue de l’exposition présentée au Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux du 26 mars au 15 août 2022), Milan, SilvanaEditoriale, 2022.

[15] Parmi de nombreuses références je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[16] Pour une approche originale de cette question, se reporter notamment à Dhennin-Lalart, Chantal, Ravages et héritages de la Grande Guerre. 1900-2020. Un secteur de la zone rouge, d’Armentières à Lens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.

[17] Becker, Jean-Jacques, Un soir de l’été 1942… Souvenirs d’un historien, Paris, Larousse, 2009.

[18] Historique du 29e régiment d’artillerie de campagne pendant la guerre 1914-1918, Paris, Berger-Levrault, sans date, p. 9.

[19] SHD-DAT : 26 N 957/2, JMO 29e RAC, 29 janvier 1917.

[20] « Au Conseil de guerre », L’Ouest-Eclair, 19e année, n°7044, 13 novembre 1918, p. 3.

[21] Sur ce point Cronier, Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013.

[22] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 47.

[23] Thierry, Joël (Lagadec, Yann, introduction de), « Je t’écris dans le fond d’un trou. Lettres de guerre de Maurice Gastellier (1913-1919), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023. Ce volume fera prochainement l’objet d’une recension détaillée sur ce carnet de recherche.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 8 août). Permanences et ruptures de la géographie d’Eugène Perrussel en Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.