Carte postale. Collection particulière.

S’assurer sur la vie… en temps de guerre ?

En parcourant le recueil des actes administratifs de la préfecture du Morbihan pour l’année 1914, mon œil a été attiré par une communication du préfet Alfred Roth datée du 29 août 1914, jour de la bataille de Guise et donc période pour le moins critique pour les armées françaises, relative aux « assurances sur la vie »[1]. Le premier paragraphe de ce texte dit tout l’enjeu des mesures prises par le gouvernement et dont se fait écho le représentant de l’État dans ce département : « Presque toutes les polices d’assurances sur la vie stipulent que si l’assuré est appelé à prendre part à une guerre contre une puissance étrangère, l’assurance est suspendue de plein droit du jour où le titulaire est entré en campagne, non seulement pendant toute la durée de la guerre mais encore pendant un délai de huit mois à compter de la cessation définitive des hostilités ». Il n’est dès lors pas difficile de déceler l’injonction contradictoire qui pèserait sur les individus concernés par de tels contrats, pris qu’ils seraient entre ce que leur dicte d’une part leurs polices d’assurance, d’autre part leur devoirs de citoyen. Pour autant, là encore, les acquis de J.-J. Becker ne semblent pas devoir être bouleversés par cette situation : non seulement la guerre apparaît très clairement identifiée, et ce dès les premiers jours, comme étant un risque potentiellement mortel, d’où le mythe d’un départ en campagne « la fleur au fusil », mais le consentement patriotique semble avoir primé sur bien des intérêts particuliers[2]. On ne connaît en effet pas de cas d’insoumission motivée par les dispositions d’un contrat d’assurance sur la vie… Mais il n’en demeure pas moins qu’il y a là, de toute évidence, un sujet.

Ces quelques lignes ont en effet de suite éveillé mon attention et j’ai immédiatement vu là un potentiel terrain d’histoire sociale, que j’ai par ailleurs immédiatement identifié comme étant assez proche des testaments de poilus (j’y reviendrai). Après quelques instants de réflexion, il est difficile de ne pas voir dans ces mesures prises par le gouvernement une intervention certes légitime, car au bénéfice des assurés, mais qui contraste singulièrement avec le laisser-faire économique prévalant au XIXe siècle : dès août 1914, l’effort de guerre conduit à revenir sur la doxa libérale du temps de paix et il n’est pas difficile de voir là les prémices de l’État Moloch, évoqué notamment par G.-H. Soutou[3]. Ainsi, pour l’Excelsior, « le ministre du Travail [Maurice Couyba, qui est également chargé de la Prévoyance sociale NDR] a obtenu des compagnies d’assurances qu’elles acceptent les polices de guerre » ; une formulation qui dit bien la contrainte ayant pu être exercée sur ces entreprises par la puissance publique[4].

Buvard publicitaire, collection particulière.
Buvard publicitaire, collection particulière.

Dès lors, quelques réflexions s’imposent. En premier lieu, tout porte à croire que les pouvoirs publics prennent rapidement la mesure d’une situation qui est potentiellement de nature à nuire au consentement à l’impôt du sang. L’assurance vie est en effet un placement dont le bénéfice est destiné aux survivants : une épouse ou un enfant. Or c’est précisément pour eux que les combattants acceptent de monter en ligne : pour la « civilisation » et pour le « droit » mais aussi, et peut-être même surtout, pour vaincre définitivement un ennemi dont on pense qu’il est un obstacle à la paix et pour que les générations à venir n’aient pas à s’en charger. C’est une dimension qui revient fréquemment dans les correspondantes combattantes et on ne peut pas comprendre l’héroïsme du poilu sans cet arrière-plan sacrificiel.

En second lieu, il n’est pas exclu que ces compagnies d’assurance agissent à la manière des syndicats au sens où, n’ayant finalement pas d’autre choix que de rallier l’Union sacrée, elles préfèrent tenter de préserver au mieux leurs intérêts au sein de ce cadre plutôt qu’à l’extérieur, ce qui supposerait d’entrer frontalement en conflit avec l’État[5]. On sait d’ailleurs que ces entreprises n’hésitent pas, pendant la guerre, à rejeter sur l’autorité militaire la responsabilité juridique d’accidents du travail survenus à des ouvriers mobilisés à l’arrière dans des usines travaillant à l’effort de guerre[6]. Il n’est du reste pas dit que ces nouvelles dispositions adoptées en août 1914 l’aient été sans mal. C’est en tout cas que ce suggère la réponse adressée par Maurice Couyba au sénateur de Seine-Inférieure, et maire de Rouen, Auguste Leblond, élu qui avait écrit au ministre « pour lui signaler la situation des assurés sur la vie qui ont négligé de comprendre dans leur assurance le risque de guerre » :

« J’ai l’honneur de vous informer que mon administration ne peut rien imposer à cet égard aux sociétés ; mais il résulte des renseignements qui m’ont été fournis que celles-ci ont déjà pris des mesures pour faciliter, autant que possible, l’assurance du risque de guerre par le prélèvement de la surprime sur la réserve mathématique du contrat, en utilisant le procédé habituel des prêts sur polices. »[7]

Le contraste avec le ton employé quelques jours plus tard, beaucoup plus affirmatif et régulateur vis-à-vis du secteur privé, est manifeste. Mais dans le même temps, Le Nouvelliste du Morbihan, reprenant une information du Journal, montre combien le marché de l’assurance devient aussi un front de la Grande Guerre puisque, d’après ces périodiques, « les assureurs maritimes ont décidé de refuser toute assurance à la marine marchande allemande »[8].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En troisième lieu, on rappellera que c’est, au sein du gouvernement, Maurice Couyba, au nom on l’a dit de la Prévoyance sociale mais également du Travail, puisqu’il est en charge de ce portefeuille, qui est ici à la manœuvre. Là est donc une preuve supplémentaire des liens que la guerre et le travail entretiennent, constat qui fonde une analyse recourant à la culture professionnelle des combattants pour interroger l’endurance des sociétés belligérantes[9]. C’est en effet un des trais saillants de l’historiographie dite sociale de la Grande Guerre que de ne jamais, ou presque, envisager le poilu comme un acteur économique. Si S. Le Bras a récemment produit des travaux très neufs visant à l’appréhender sous l’angle d’un consommateur, on ne sait rien ou presque de son niveau de ressources : quelle est sa solde et est-elle ou non cumulée avec un traitement civil ?[10] En d’autres termes, la campagne est-elle une affaire rentable ? Si un tel questionnement peut de prime abord paraître obscène, eu égard au drame humain qu’est la Grande Guerre, force est néanmoins de constater que la réponse à cette interrogation est également de nature à expliquer le consentement patriotique qui, quoi qu’on en dise, prévaut globalement en France entre 1914 et 1918.

D’ailleurs, on notera que l’État, en faisant pression sur ces entreprises, tente de se présenter en protecteur des citoyens alors que dans le même temps, au nom de l’exercice de la violence légitime, il les envoie sur le champ de bataille. Tel est en tout cas ce que suggère la formule de cet article publié le 24 août 1914 dans Le Journal, texte que l’on retrouve à la lettre près dans maints périodiques parisiens et de province : « Préoccupé de la situation dans laquelle se trouvaient un grand nombre de mobilisés titulaires de contrats d’assurance sur la vie, le gouvernement vient d’obtenir des compagnies d’assurances sur la vie de notables modifications à leurs polices en ce qui concerne l’assurance du risque de guerre »[11]. Preuve que l’encyclique Rerum Novarum est entrée dans les mœurs et que les catholiques sont définitivement convertis aux choses de l’argent, cette communication gouvernementale est également relayée par des titres proches de l’Église tels que La Croix et ses déclinaisons locales telles que La Croix de Saintonge et d’Aunis, ou en Bretagne L’Ouest-Éclair. D’ailleurs, à en croire La Libre parole, le pape Pie X mort au même moment a lui-même « consenti à contracter une assurance sur la vie de quelques dizaines de mille francs en faveur de ses sœurs »[12].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

À ma connaissance, personne n’a encore travaillé sur ces contrats d’assurance sur la vie. Je ne sais d’ailleurs même pas si les archives afférantes ont été conservées et dans l’affirmative où, et sous quelles conditions, elles peuvent être consultées. C’est donc bien, sous bénéfice d’inventaire, d’une terra incognita dont il s’agit ici. Ceci n’a du reste pas grand-chose d’étonnant. Outre que ces documents ne sont pas faciles d’accès, leur technicité les rend encore moins évidents à compulser : le langage des polices d’assurance n’est pas nécessairement le plus évident à pénétrer et on imagine sans peine les difficultés que ces questions de forme pourraient poser à des étudiants mobilisés sur de tels sources pour leur mémoire. Sans compter que de tels corpus renvoient au moins pour partie à une histoire économique et financière qui n’est plus vraiment en vogue aujourd’hui, ce qui est encore une fois éminemment regrettable. Pour autant, quelle est l’ampleur exacte de cette terra incognita ? Est-elle, selon la formule consacrée, vaste ?

Là est une question sensible dont la réponse risque de singulièrement nuancer la portée des découvertes que promettent à n’en pas douter ces archives. Car si ces dossiers d’assurance sur la vie viendront assurément ajouter à notre compréhension de la séquence 1914-1918, ils concernent très probablement une fraction de la population à peu près comparable à celle que l’on peut toucher par l’intermédiaire des testaments de poilus. Dans une réclame parue le 1er août 1914, la Compagnie d’assurances générales fait état de 984 millions de capitaux assurés en cours sur la vie. Au 31 décembre 1913, les 16 entreprises se partageant en France ce marché disposeraient de 4 436 millions de francs de capitaux assurés[13]. Des chiffres certes impressionnants mais qui ne renseignent pas quant au nombre de titulaires de polices et encore moins quant à leur profil socio-culturel. Mais la presse permet de prendre la mesure de la publicité accordée à ces concessions obtenues par le Gouvernement et montre que la question de l’assurance-vie n’est pas circonscrite à Paris, loin de là. En témoigne par exemple Le Phare de la Loire, qui en rend compte dès le 24 août, c’est-à-dire à une date où le désastre du 11e corps d’armée à Charleroi n’est pas encore connu[14]. Ou encore L’Écho du Morbihan qui, dans son édition du 10 août 1914, publie une publicité vantant les mérites des services offerts par un agent lorientais – un certain M. Dieulafé sis 27, rue Fénélon : « LE RISQUE DE GUERRE en assurances sur la Vie est entièrement couvert sans aucune surprime spéciale par la police dite ʽAssurance complèteʼ de la Compagnie française Le Phénix qui s’engage même en cas de non paiement des primes par l’assuré durant les hostilités, à en faire d’office l’avance »[15].

Il y a toutefois un monde entre la place Graslin et le fond de la Brière, ou entre Vannes et le canton de Plouay, et c’est au prisme d’une géographie sociale très marquée qu’il faut selon toute vraisemblance lire ces éléments. Autrement dit, sources par excellence d’une histoire sociale, ces dossiers relèvent d’une assiette, pour employer des termes qu’un fiscaliste ne renierait probablement pas, fort restreinte. Tout porte en effet à croire que ces contrats concernent une minorité d’individus, recrutés parmi les couches les mieux dotées en capitaux culturels et économiques. Il faut non seulement disposer d’un certain montant de ressources permettant d’avoir recours à une telle épargne mais en avoir l’idée, ce qui en creux permet de dessiner le contour d’une culture assurantielle, comme T. Ozanne parle de culture testamentaire[16]. Preuve s’il en fallait qu’il s’agit d’une pratique sociale de niche, pour ne pas dire élitaire, je n’ai connaissance d’aucune compagnie d’assurance dont la situation financière aurait été mise à mal par les terribles pertes de l’été 1914, ou les trois premiers mois de la campagne que l’on sait les plus meurtriers, voire même pendant l’année 1915, puisqu’elle celle où le bilan humain est le plus lourd[17].

Buvard publicitaire, collection particulière.
Buvard publicitaire, collection particulière.

De surcroît, il faut aussi se poser la question des répercussions de cette mesure. En effet, que le Gouvernement ait pu contraindre les compagnies d’assurance à de telles dispositions est une chose, que les individus ayant souscrit tels contrats soient au courant de ces nouvelles mesures en est une autre. Dans son édition du 26 août 1914, L’Information financière, économique et politique, rendant compte de cette « circulaire relative aux Assurances sur la vie souscrites par des Militaires ou assimilés » indique que « les chefs de corps ou de service, tant dans la zone des armées qu’à l’intérieur, prendront les dispositions nécessaires pour faire porter d’urgence à la connaissance de tout le personnel militaire ou civil sous leurs ordres » ces nouvelles règles contractuelles[18]. Quiconque connaît a minima la réalité des premières semaines de la campagne, pendant la guerre de mouvements, peut mesurer combien de telles préconisations relèvent avant tout autre chose d’une anticipation de la guerre à mille lieues du feu moderne s’abattant sur les champs de bataille européens lors de l’été 1914[19]. Il n’en demeure pas moins qu’il y a là un sujet qui reste à travailler.


[1] Arch. dép. Morbihan : 3 K 70, Recueil des actes administratifs de la Préfecture du Morbihan. Année 1914, Vannes, Imprimerie-librairie Commelin-Grébus, 1915, p. 61-62.

[2] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

[3] Soutou, Georges-Henri, « L’Héritage de la Grande Guerre : États souverains, mondialisation et régionalisme », Politique étrangère, 2014-1, p. 41-54.

[4] « Les Mobilisés pourront s’assurer sur la vie », Excelsior, 5e année, n°1376, 22 août 1914, p. 6.

[5] Robert, Jean-Louis (dir. en collaboration avec Chaurand, David), Le Syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

[6] Viet, Vincent, « Le Droit du travail s’en va-t-en guerre (1914-1918), Revue française des affaires sociales, 2002/1, p. 159.

[7] « L’Assurance sur la vie et les risques de guerre », Le Rentier, 48e année, 23-27 août 1914, p. 3.

[8] « Les Assureurs refusent toute assurance pour la Marine allemande », Le Nouvelliste du Morbihan, non numéroté, non daté (il s’agit probablement de l’édition du soir), 6 août 1914, p. 2.

[9] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[10] Le Bras, Stéphane, « Business as usual? Société de consommation et Grande Guerre. L’expérience des camions-bazars dans l’armée française », Histoire, économie & société, 37e année, 2018/3, p. 96-117.

[11] « L’Assurance du risque de guerre », Le Journal, n°8002, 24 août 1914, p. 2. On retrouve par exemple ce texte dans l’édition du même jour de L’Humanité et L’Ouest-Éclair ou encore du Petit Marseillais. L’Action française de ce jour indique qu’il s’agit d’un « communiqué à la pressé » daté de la veille, à 14 h 45.

[12] « La Vie d’un apôtre, la mort d’un saint », Le Libre parole, 23e année, n°8157, 21 août 1914, p. 1.

[13] L’Economiste français, 42e année, n°31, 1er août 1914, p. 196 et 170.

[14] « Les Assurances sur la Vie », Le Phare de la Loire, 100e année, n°26410, 24 août 1914, p. 2.

[15] L’Écho du Morbihan, 23e année, n°32, 10 août 1914, p. 2.

[16]  Ozanne, Terry, Préparer sa mort et sa succession avant de combattre. Les testaments des soldats franciliens pendant la Première Guerre mondiale, mémoire de master 1 recherche sous la direction de Lescure, Jean-Claude, Cergy, Université Cergy Paris, 2021.

[17] Cochet, François, « Mourir au front et à l’arrière front », in Homer, Isabelle et Penicaut, Emmanuel (dir.), Le Soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 27-40.

[18] « Circulaire relative aux Assurances sur la vie souscrites par des Militaires ou assimilés », L’Information financière, économique et politique, 16e année, n°226, 26 août 1914, p. 2.

[19] Par exemple Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (6 juin 2023). S’assurer sur la vie… en temps de guerre ? Ar Brezel. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqx


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.