LOUIS, Désiré, Souvenirs d’un Prisonnier de Guerre en Allemagne (1870-1871), Paris, F. Juven, Editeur, 1898. Cliché Erwan Le Gall.

Désiré Louis : 1870 en germination

Publiés en 1898, ces « Souvenirs d’un prisonnier de guerre en Allemagne » dénommé Désiré Louis constituent un véritable défi pour l’historien[1]. En effet, ce texte paraît non seulement plus de 25 ans après la guerre de 1870-1871 mais, de surcroît, en pleine cœur de cette affaire Dreyfus dont on connaît la propension à revivifier le sentiment de Revanche. Dès lors, Gustave Geoffroy aura beau insister dans la préface de l’ouvrage sur le souci de réalisme manifesté par l’auteur, c’est au contraire en tant que fragment d’un discours renseignant moins sur « l’Année terrible »[2] que sur le rapport de cette société française de la Belle époque au fait militaire, à l’idée de guerre et à la question allemande, qu’il nous semble opportun d’appréhender cet ouvrage.

                Germination

En effet, ce qui frappe dans ce volume c’est de voir combien sont déjà en place, 20 ans avant l’Armistice du 11 novembre 1918, les éléments de langage qui, pendant plus de 50 mois, scanderont la Première Guerre mondiale. Déjà, il est question de la « crainte d’être fait prisonnier, tant étaient redoutables les cruautés du vainqueur, ses représailles indignes » (p. 23). Celle-ci semble renforcée alors que les captifs arrivent en Prusse, où ont lieu à l’en croire des exécutions sommaires de prisonniers (p. 57).

Image patriotique. Collection particulière.
Image patriotique. Collection particulière.

Jeune – il a 19 ans en 1870 (p. 63) – Désiré Louis relève visiblement d’un profil socio-culturel plutôt élevé et ses « souvenirs » trahissent un certain nombre de représentations mentales particulièrement intéressantes. Ainsi, par exemple, la dichotomie entre le Prussien – nécessairement brutal et peu instruit – et l’Allemand, plus respectable, surtout lorsqu’il est incarné par une jeune femme – Grimhilde puis Mlle Lisbeth – ne doit pas tromper : le texte n’est en effet pas composé sur le vif et renvoie à des représentations qui à l’évidence ont plus à voir avec celles de la bourgeoisie des années 1900 qu’avec l’ethos du soldat du IInd Empire. Il en est ainsi du contrôle de soi, même face aux pulsions des sens, et à l’assignation absolue que constitue alors le patriotisme. Rappelons que le livre est publié en 1898, ce qui n’est pas neutre. En revanche, le viol en tant qu’arme apparaît bien comme une réalité anthropologique de l’homme en guerre (p. 143).

De la même manière, il y a tout lieu de se demander si un certain nombre de difficultés relatives au retour des Alsaciens-Lorrains dans le giron français après la victoire de 1918 ne sont pas déjà en germe dans cet ouvrage. Fondamentalement, celui-ci est construit autour d’un binôme opposant les prisonniers français – associés à des vaincus et des mourants (p. 48) – à leurs geôliers prussiens, nécessairement cruels, pour ne pas dire barbare (terme que l’on retrouve p. 65 et 110). On l’a dit, quelques civils – et notamment des femmes – viennent adoucir cette opposition en apportant un peu de nuance avec la figure, plus modérée, de l’Allemand. Mais il en est une autre, double et fourbe, qui au contraire vient brouiller les pistes, c’est celle de l’Alsacien. Ces Alsaciens qui n’hésitent pas à se mettre au service des gardiens, à trahir les prisonniers français en dénonçant leurs tentatives d’évasion ou en déchiffrant leurs courriers. Ces Alsaciens qui, enfin, alors qu’il ne fait nul doute pour Désiré Louis que l’Alsace et la Lorraine sont françaises, décident d’abjurer leur nationalité pour s’établir en Allemagne et y épouser une locale. Il y a, semble-t-il, dans ces quelques pages, tous les éléments de cette « identité d’entre-deux »[3] qui apparaît comme synthétisée dans la figure du sergent Hartmann, ce « renégat » qui donne son nom au chapitre V du volume et qui, en définitive, incarne le « mauvais alsacien » (p. 89).

Bien entendu, se livrer une telle analyse ne peut se faire que sur le fil du rasoir tant est imminent le piège de la lecture téléologique des sources. Pour autant, de la même manière que nous avons érigé en d’autres pages la guerre de 1870 en protoculture de la Première Guerre mondiale en partant du principe qu’une telle grille de lecture ne pouvait apparaître ex-nihilo[4], il nous semble nécessaire de remonter la généalogie de ce discours donnant du sens au réel en cours[5]. C’est dans ce cadre, comme dans une sorte d’archéologie rhétorique, que ces « Souvenirs d’un prisonnier de guerre » nous semblent particulièrement intéressants. Quoi qu’on en dise, publiés en 1898, ils sont lorsque rapportés sur une trame chronologique plus proches de Rethondes que de Sedan. De surcroît, ce livre est, on l’a dit, publié au début de l’Affaire Dreyfus, séquence que l’on sait particulièrement propice à l’exacerbation du sentiment de Revanche. Or il serait naïf de croire que ce contexte n’influe pas sur l’écriture de Désiré Louis. Ainsi, lorsqu’il rapporte, peu de temps après sa capture, les propos de ce général Allemand qui affirme : « Il y a longtemps que nous nous préparions » (p. 50). Comment ne pas voir dans ces quelques mots autre chose qu’une référence, peut-être inconsciente mais néanmoins appuyée, à l’actualité du moment ?

                De quels chefs parle-t-on ?

Les « souvenirs » que publie Désiré Louis participent d’une classique mais néanmoins subtile rhétorique visant à glorifier le soldat français alors que la guerre de 1870-1871 ne tourne pas vraiment à la faveur des armées tricolores. Dès lors, se multiplient les dénonciations de l’incompétence des « grands chefs » avec, en figure de proue, Bazaine, général honni qui concentre l’essentiel des attaques. Il est « le traitre », celui qui par « l’infamie de sa conduite » conduit Metz à capituler (p. 34).

Comparution du maréchal Bazaine devant le Conseil de guerre de Metz suite à sa reddition lors de la guerre de 1870. Musée de Bretagne: 2013.0000.573.
Comparution du maréchal Bazaine devant le Conseil de guerre de Metz suite à sa reddition lors de la guerre de 1870. Musée de Bretagne: 2013.0000.573.

Ce discours est sans doute beaucoup plus complexe que ce que l’on pourrait croire de prime abord. Tout d’abord, il importe de préciser que ce sont les « grands chefs », ceux de « l’état-major », qui sont incriminés et non les officiers de contact. Dans cette dénonciation du commandement, tout est question de limite, de frontière. Bien entendu, il y a là pour l’auteur un moyen de mettre en valeur l’homme du rang, héritier du soldat de l’an II et du grognard napoléonien qui, quelque part, est aussi une incarnation de cette « France éternelle » mutilée par la perte de l’Alsace et de la Lorraine. C’est aussi, à l’évidence, une manière de se mettre en avant – nous y reviendrons – mais aussi de se justifier. Ainsi, si le bataillon de Désiré Louis – donc par une sorte de métonymie inversée l’auteur lui-même – se trouve en fâcheuse posture, c’est que les autres bataillons qui se trouvaient à ses côtés « ont battu en retraite », naturellement sans prévenir (p. 28). Les prisonniers de l’armée du Rhin sont ainsi « 180 000 hommes d’excellentes troupes livrées contre leur volonté » (p. 38).

Mais il y a plus dans cette vindicte. Car en dénonçant l’inconduite de l’Empereur et de Bazaine, Désiré Louis rappelle au final combien un commandement solide et efficace lui semble nécessaire. Là est bien le début de ce « siècle des chefs » étudié par l’historien Y. Cohen[6]. Or plus qu’une position philosophique, il y a aussi, à l’évidence, une dimension politique dans ce propos. De telles attaques constituent en effet, et sans surprise du reste, une critique à peine voilée du IInd Empire et donc, par ricochet, un plaidoyer pro-républicain. Là est d’ailleurs une dimension que l’on retrouve dans bien d’autres témoignages d’anciens combattants de la guerre de 1870.

                Un récit réaliste ?

Mais ce qui est plus étonnant, en revanche, est de voir combien ce discours se double d’une déréalisation du champ de bataille et du fait guerrier. En effet, le témoin se trouve à chaque fois au point crucial où se déroule l’action « historique ». Ainsi, à Gravelotte, il voit l’Empereur fuir « au grand galop dans une calèche escortée par la cavalerie » (p. 3) tandis que quelques heures plus tard il voit arriver « à cheval les maréchaux Bazaine et Le Bœuf avec leur état-major » (p. 9), ce qui lui donne l’occasion d’une nouvelle charge au vitriol, à défaut de baïonnette serait-on tenté d’écrire :

« Tous regardaient du côté de l’ennemi. Bazaine, petit, épais, le cou rentré dans les épaules, la figure quelconque, à l’aspect d’indifférence calme, un peu lourde, d’homme qui s’éveille d’un long sommeil ou qui sort de faire un bon déjeuner. Il écoute à peine le maréchal Le Bœuf qui lui indique les points sur une carte. […] »

Non seulement Désiré Louis est à chaque fois placé « là où il faut » mais il semble doué de pouvoirs quasi divinatoires qui lui permettent, devant la ferme de Moscou, de comprendre qu’une « action allait peut-être s’engager aujourd’hui » alors que « l’état-major semblait l’ignorer » (p. 5).

Carte postale allemande rappelant le souvenir de la bataille de Gravelotte. Collection particulière.
Carte postale allemande rappelant le souvenir de la bataille de Gravelotte. Collection particulière.

Mais ceci ne l’empêche pas de se plaindre, à la page suivante, « de l’ignorance quasi absolue où nous vivions » (p. 6) : or cette ignorance des opérations est, du point de vue de l’homme du rang, une constante du fait guerrier. Dès lors, comment s’étonner de cette scène où l’auteur décrit un capitaine à cheval passer outre « une pluie de balles » allemandes au moyen d’une ruse digne du far-west : faire croire qu’il est touché pour, d’un seul bond, mieux repartir en selle et accomplir sa mission ? De telles lignes décrivent bien entendu moins la réalité du champ de bataille de 1870 que la prégnance, dans les consciences de la fin des années 1890, de la force du choc sur celle du feu. Le paradoxe est que Désiré Louis n’hésite pas à rappeler que sous les balles ennemies, « il faut se cacher ou risquer d’être morto » (p. 16) ce qui, d’une certaine manière, n’est pas sans préfigurer le vide du champ de bataille introduit par l’emploi de la mitrailleuse. Il n’en demeure pas moins que les graines de la dramatique entrée en guerre de 1914 semblent, à la lecture de ce volume, résolument en germe dès 1898…


[1] Louis, Désiré, Souvenirs d’un Prisonnier de Guerre en Allemagne (1870-1871), Paris, F. Juven, Editeur, 1898. Ce texte peut également être consulté via Gallica. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Sur cette idée Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3] Plyer, Ségolène, Georges, Raphaël et Grandhomme, Jean-Noël (dir.), Soldats d’entre-deux. Identités nationales et loyautés d’après les témoignages produits dans les Empires centraux pendant la Première Guerre mondiale, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2019.

[4] Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

[5] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317. 

[6] Cohen, Yves, Le Siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Editions Amsterdam, 2013.


1 réflexion sur « Désiré Louis : 1870 en germination »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.