L’autre Dunkerque

Publiée chez Passés Composés, cette histoire de la poche de Dunkerque pendant la Seconde Guerre mondiale proposée par M. Geagea est un livre stimulant et offrant bien des perspectives de prolongement[1]. Bien entendu, pour qui s’intéresse à l’histoire du fait militaire et guerrier en Bretagne, les comparaisons avec Lorient et Saint-Nazaire s’imposent naturellement. Mais d’autres pistes viennent rapidement à l’esprit, notamment en ce qui concerne les approches environnementales, grilles de lecture qui viennent considérablement dilater la chronologie des conflits. C’est dire s’il s’agit là d’un livre riche, dont la lecture est d’autant plus nécessaire qu’elle renvoie à des événements par bien des égards oubliés : en effet, dans la mémoire collective, Dunkerque renvoie plus au repli britannique de 1940 qu’à la résistance allemande de 1944-1945 (p. 13).

Pourtant, les poches de la fin de la Seconde Guerre mondiale sont de mieux en mieux connues et, en 2019, l’ouvrage collectif publié sous la direction de M. Catala aux Presses universitaires de Rennes a permis de produire un précieux état de l’historiographie[2]. Aussi, en lisant M. Geagea, on identifie rapidement les spécificités les plus saillantes de Dunkerque. Tout d’abord, du point de vue allemand, cet espace dépend du Militärbefehlshaber in Belgien und Bordfrankreich (MBB) à Bruxelles et non in Frankreich (MBF) à Paris (p. 14)[3]. Trop proche de l’Angleterre, le port n’abrite aucun grand bâtiment de la Kriegsmarine, et ne sert pas plus de base de départ de U-boot (p. 15), ce qui constitue une différence majeure avec Saint-Nazaire et Lorient, ainsi que Brest, dont la base navale est désormais bien connue grâce aux travaux de l’historien allemand L. Hellwinkel[4]. En revanche, cette proximité de l’Angleterre explique par bien des égards que la poche Dunkerque soit plus frappée par les bombardements aériens que celles de Lorient et Saint-Nazaire : elle est en effet durant l’hiver 1945 une secondary target, cible secondaire permettant à des escadrilles revenant d’Allemagne sans avoir pu larguer leur cargaison de bombes de le faire sur des objectifs ennemis plutôt qu’en pleine mer » (p. 191). À la fin du mois de février 1945, les alertes deviennent quotidiennes et Dunkerque devient pour « de jeunes pilotes britanniques peu aguerris » une sorte « d’entrainement avant d’être envoyés sur le front principal » (p. 205). Pour autant, ne perdant jamais le sens de la mesure, M. Geagea s’empresse de nuancer le propos en rappelant que les dégâts causés sont « minimes » (p. 206) et que (p. 191) :

« Il faut relativiser néanmoins la multitude de ces bombardements, car ils avaient majoritairement lieu lorsqu’il y avait des éclaircies et une vue dégagée. Or de janvier à mars, c’est loin d’être souvent le cas. »

Autrement dit, si la poche de Dunkerque n’est pas celle de Lorient ou de Saint-Nazaire, ce n’est pas non plus Coventry ou Dresde. Or l’optique comparatiste est d’autant plus nécessaire ici que ces différents théâtres d’opérations ne sont pas sans interagir les uns les autres. C’est ainsi que la résistance des ports de Brest, Saint-Malo et Cherbourg, eux-aussi érigés en Festungen par les Allemands, influent sur l’analyse du général Bernard Montgomey (p. 55).

La gare maritime de Dunkerque en 1945. Carte postale. Collection particulière.
La gare maritime de Dunkerque en 1945. Carte postale. Collection particulière.

En revanche, comme ailleurs, l’exemple de cette poche montre comment la réduction en forteresse est indissociable d’une imprégnation idéologique qui dit l’ampleur de la nazification de l’Allemagne d’alors[5]. Dans le Nord, ce point est d’autant plus intéressant à souligner que la poche est largement liée à la figure du vice-amiral Friedrich Frisius, véritable « seigneur de Dunkerque » (p. 135) et dont l’antisémitisme se conjugue à une vision clairement apocalyptique du conflit – ce qui par bien des égards explique aussi la durée du siège. Menant un combat contre la « juiverie » (p. 235), il se voit en défenseur de l’Occident même s’il n’a visiblement « jamais réservé un traitement particulier à ses prisonniers de guerre tchèques de confession juive » (p. 246). Néanmoins, c’est bien l’image d’une Kriegsmarine prétendument apolitique et épargnée par les vents mauvais ayant contaminé la Wehrmacht, comme si la guerre sur mer était plus « propre » que celle sur terre, qui est encore une fois balayée. Toutefois, il convient de signaler que jamais le vice-amiral Frisius n’utilise les civils restés empochés comme boucliers humains (p. 106), réalité qui renvoie sans doute moins à un endoctrinement qui serait moins profond qu’à la totalisation non aboutie de ce front.

Ce faisant, ce que montre cet officier, c’est l’ampleur des dissensions au sein de l’armée allemande, et plus particulièrement entre éléments de la Kriegsmarine et de la Wehrmacht (p. 66). En réalité, les troupes allemandes de la poche de Dunkerque sont non seulement hétéroclites mais loin d’être « aguerries », comportant notamment des unités défaites du front de l’est regroupant des malgré-nous alsaciens ainsi que quelques Polonais et Russes ne maîtrisant même pas la langue de Goethe (p. 134). Il en résulte, là encore, un portrait très largement différent de ce que peut postuler à tort la vulgate mémorielle puisqu’en dernier ressort, c’est bien le portrait d’une armée assez faible qui est dressé ici. Ce sont par exemple 19 pièces d’artillerie orientées vers la mer et laissées intactes, donc abandonnées aux Alliés, lors de l’évacuation de la pointe du Clipon (p. 53). Ce sont aussi, et peut-être même surtout, les désertions qui, quotidiennement ou presque, viennent ponctionner les rangs sous les ordres de Friedrich Frisius (p. 192). Ce sont, enfin, ces cinq parachutistes allemands capturés le 27 décembre 1944 et d’autant plus aisément repérables qu’ils sont grimés en Américains, alors que largués en territoire tenu par les Britanniques et les Canadiens (p. 166).

Sans doute est-ce cela qui, conjugué à la situation stratégique conduisant naturellement les Alliés vers l’est, et Berlin, permet d’expliquer l’intensité relativement faible du front de la poche de Dunkerque (p. 75). Plutôt que d’attaquer, les Britanniques préfèrent assiéger tandis que les Allemands n’ont finalement pas les moyens de sortir de la nasse dans laquelle ils sont tenus, malgré leur baroud d’honneur du mois d’avril 1945 (p. 222 et suivantes). Aussi, comme à Lorient et Saint-Nazaire, on observe, notamment au début du siège, de nombreux franchissements de ligne par des éléments FFI (p. 57), constat qui conduit l’auteur à souligner la « grande vulnérabilité du front » en octobre 1944 (p. 89). Évoquant la présence de passeurs, dûment rétribués en espèces sonnantes et trébuchantes » (p. 90), M. Geagea dit les accords tacites qui semblent régir ce qui s’apparente par certains aspects  plus à une ligne de contact qu’à un front et sans doute y aurait-il sur ce point beaucoup à gagner en s’inspirant des analyses de T. Ashworth sur le Live and Let Live System pendant la Première Guerre mondiale[6].

Vue aérienne de Dunkerque en 1945. Carte postale. Collection particulière.
Vue aérienne de Dunkerque en 1945. Carte postale. Collection particulière.

Ajoutons d’ailleurs que ces éléments FFI [à peine un millier d’hommes en septembre 1944, plus de 4 300 en mai 1945 (p. 130)], là comme ailleurs du reste, sont manifestement d’une valeur militaire assez relative. Issus des rangs de la clandestinité, ils doivent être transformés en troupes régulières, ce qui suppose une instruction assez longue. Ces « francs-tireurs » ont « certes brillé par leur audace, leur combativité, leur mépris du danger » mais malgré leur « foi » et leur « idéal », ils « ne sont absolument pas préparés à des opérations de campagne et encore moins à la servitude et à la discipline de troupes régulières » (p. 76). Ce d’autant plus qu’ils doivent faire face à des conditions matérielles, tant du point de vue du ravitaillement que de l’équipement, très délicates (p. 79). Dans ces conditions, comment s’étonner que certains individus prennent des libertés avec le règlement, comme en ce 28 janvier 1945 où une compagnie entière, soit 200 hommes, déserte, certains FFI étant même retrouvés à Lille ? (p. 197) Quant à l’audace que permet la perspective de libérer son pays, n’est-elle pas aussi à double tranchant ? Pour M. Geagea, la réponse est évidente : « Dénués de tout, méprisés par les Alliés, il ne leur restait, pour s’imposer, qu’à s’exposer volontairement au feu, avec panache, ce qui ne fit que conforter les Canadiens dans leur impression d’avoir à leur côté de redoutables irresponsables » (p. 79). Ajoutons de surcroît que les réalités de l’après-guerre sont déjà bien sensibles et que l’état-major FFI se méfie grandement des nombreux communistes issus des rangs de la Résistance (p. 197).

Néanmoins, il ressort de la lecture de ce volume que l’ampleur des destructions préventives opérées par les Allemands, afin notamment de constituer la poche, sont plus importantes à Dunkerque qu’à Lorient ou Saint-Nazaire. Il en est ainsi par exemple des Chantiers de France, entreprise dunkerquoise de construction navale entièrement détruite au début du mois de septembre 1944 (p. 52) ou encore du beffroi de Bergues, dynamité pour qu’il ne puisse servir de poste d’observation (p. 58). De même en ce qui concerne certains quartiers de Rosendaël, entièrement détruits pour dégager le champ de tir de certaines batteries allemandes (p. 80). Pour autant, les assiégés ont beau mettre en place un système de défense en profondeur sur trois lignes successives (p. 123), celui-ci peine à masquer la réalité de l’intensité des combats de la poche de Dunkerque faits avant tout d’escarmouches, de coups de main et de tirs d’artillerie (p. 133). À dire vrai, d’un strict point de vue matériel, c’est sans doute la préparation du champ de bataille plus que la réalité des opérations conduites sur ce théâtre qui engendre le plus de destructions.

Vue du port de Dunkerque par un soldat canadien, William Redver Stark, réalisée entre le 19 juin et le 24 juillet 1917. Bibliothèque et Archives Canada : e008315447.
Vue du port de Dunkerque par un soldat canadien, William Redver Stark, réalisée entre le 19 juin et le 24 juillet 1917. Bibliothèque et Archives Canada : e008315447.

Il faut dire que les conditions météorologiques qui règnent pendant l’hiver 1944-1945 n’aident pas. Le brouillard, très présent, empêche la moindre offensive (p. 160) et décrit un front qui, finalement, reste très largement conditionné par les aléas climatiques. Mais, les Allemands, eux, « se félicitent de ce manque de visibilité qui leur permet, sans risque d’être observés par les Alliés, de poursuivre le renforcement de leurs défenses, tel que l’élargissement d’un fossé qui deviendra infranchissable par un char ennemi, ou encore la réalisation de tranchées » (p. 161).

La poche de Dunkerque est indissociable de l’inondation d’un grand nombre de terres invitant à une approche environnementale malheureusement insuffisamment privilégiée par l’auteur, malgré les nombreux détails qu’il donne à ce propos. Que l’on en juge plutôt. À la fin du mois de juin 1944, « plus de 14 000 hectares de terre sont inondés dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, que ce soit en eau douce, en eau saumâtre, ou en eau de mer » (p. 34). Dans les cantons de Dunkerque ouest et de Gravelines, ce ne sont pas moins de 1 100 hectares qui sont sous l’eau (p. 34). Les conséquences de cette stratégie de défense allemande sont doubles. D’abord, sur le temps court des opérations, elles contribuent à encore plus sérieusement compliquer la problématique du ravitaillement des assiégés. Soulignons d’ailleurs à ce propos que quelques-uns des passages les plus originaux de cet ouvrage sont consacrés aux travaux agricoles, mais aussi à la pêche, pratiqués par les Allemands pour améliorer leur ordinaire (p. 138-140 notamment). Dans ces conditions, on comprend aisément que l’hippophagie puisse constituer un palliatif à la pénurie (p. 50 et 58 notamment). Sur un temps plus long, excédant très largement celui de la perspective de la Libération, ce sont les atteintes à l’environnement et la difficile remise en culture de ces terres pour partie souillées par de l’eau de mer qui se fait jour.

Après la Libération, vue de la place de la République à Dunkerque. Carte postale. Collection particulière.
Après la Libération, vue de la place de la République à Dunkerque. Carte postale. Collection particulière.

Le déminage permet de prendre la mesure de cet étirement du conflit. Ce sont ainsi plus de 200 000 munitions qu’il faut neutraliser et dans un champ de 8 kilomètres sur 2 situé à l’est de Dunkerque, ce ne sont pas moins de 25 000 mines qu’il faut retirer (p. 274). À cet effet, les troupes allemandes sont employées par les Alliés mais sans pour autant disposer du statut de prisonnier de guerre, une telle activité contrevenant à la convention de La Haye. D’où des situations parfois complexes, qu’il aurait d’ailleurs été profitable d’éclairer avec les travaux en cours de P. Marion (p. 275)[7] :

« Dans les premières semaines qui suivirent la libération de la poche, bien des Dunkerquois furent surpris de voir des prisonniers de guerre allemands déambuler librement dans la ville. À part le casque et les armes, ils avaient conservé tous leurs équipements et, en apparence, ils ne différaient pas beaucoup de ce qu’ils avaient été sous l’Occupation. Preuve en est, des groupes se rendant sur quelques chantiers marchaient au pas et chantaient dans les rues, comme ils le faisaient précédemment, autant pour se galvaniser que par orgueil, afin de ne rien laisser paraître de leur situation sanitaire. »

Si une approche environnementale de la poche de Dunkerque est aussi stimulante, c’est non seulement parce qu’elle permet de raisonner sur le temps long mais aussi d’appréhender l’événement sous l’angle d’une occupation enjambant les chronologies pour être non plus seulement celle des Allemands mais aussi celle des « amis », et donc de la guerre. Certes, une telle grille de lecture contribue à perdre de vue la dimension idéologique – et celle-ci est absolument essentielle, comme je viens de le souligner plus haut – du conflit. Mais il n’en demeure pas moins qu’elle permet de rendre compte du ressenti de populations civiles qui continuent à souffrir des affres de la guerre, et de la présence des armées, bien après le 9 mai 1945. Caractéristiques sont à cet égard les mesures prises par les Libérateurs et qui, d’après M. Geagea, « n’étaient pas sans rappeler celles qui régissaient leur existence sous l’occupation de 1940 à 1944 » (p. 211). On pense en premier lieu aux multiples réquisitions et à tout ce qui est de nature à réduire la sensibilité militaire mais aussi aux champs inondés évoqués précédemment[8]. Et l’auteur de préciser (p. 214) :

« Dans l’ensemble, inutile d’indiquer que les habitants de cette vaste zone d’opération avaient imaginé tout autrement les premiers mois suivant leur libération. Certes, ils ne vivent plus sous le joug nazi, mais les servitudes, somme toute liberticides, qu’ils doivent observer à la lettre, y ressemblent à s’y méprendre. »

Ici, la perspective diachronique est essentielle dans la mesure où plus la situation dure, plus l’hostilité des populations civiles est importante : « En ce début d’année 1945, en effet, les troupes alliées, aux yeux des populations civiles demeurant dans la périphérie de Dunkerque, ne sont plus considérées comme les forces libératrices de 1944, mais davantage comme de nouveaux occupants » (p. 215).

Vue de l'hôtel de ville de Dunkerque après la Libération. Carte postale. Collection particulière.
Vue de l’hôtel de ville de Dunkerque après la Libération. Carte postale. Collection particulière.

Ne tombant jamais dans le piège du localisme et n’hésitant pas à varier les échelles pour resituer son objet dans la trame plus large de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale (p. 20), M. Geagea propose avec cette poche de Dunkerque une belle histoire-bataille que l’on ne saurait trop conseiller. Le lecteur regrettera toutefois que l’ouvrage ne comporte aucune carte, ce qui aurait été précieux pour mieux suivre les opérations décrites au fil de ces passionnantes pages.


[1] Geagea, Mathieu, Dunkerque. La dernière forteresse nazie 1944-1945, Paris, Passés Composés, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Catala, Michel (dir.), Les Poches de l’Atlantique 1944-1945 Le Dernier acte de la Seconde Guerre mondiale en France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019

[3] Eismann, Gaël, Hôtel Majestic : ordre et sécurité en France occupée, 1940-1944, Paris, Tallandier, 2010.

[4] Hellwinkel, Lars, La Base navale allemande de Brest, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[5] Sur ce point, lire notamment les analyses stimulantes de Andrieu, Claire, Tombés du ciel. Le Sort des pilotes abattus en Europe 1939-1945, Paris, Tallandier, 2021.

[6] Ashworth, Tony, Trench Warfare 1914-1918. The Live and Let Live System, London, Pan Books, 2000.

[7] Marion, Philippe, Déminer la Bretagne à la Libération (1944-1947). Pour une histoire sociale du déminage et des démineurs, thèse en cours sous la direction de Bergère, Marc, Rennes, Université Rennes 2.

[8] Sur l’idée de sensibilité militaire voir la définition qu’en donne Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 1 juin). L’autre Dunkerque. Ar Brezel. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.