Correspondance des Armées de la République (détail). Collections Musée de Bretagne : 982.0001.30.

Robert de Bailly et les pratiques historiennes discrètes

Il y aurait beaucoup à dire sur le fascinant concept de « pratiques discrètes » des historiens forgé par C. Muller et F. Clavert à propos du numérique[1]. On ne dira pas assez combien cette notion renvoyant aux usages quotidiens mais non verbalisés est essentielle en ce qu’elle permet de lever un voile éminemment important sur les conditions de la fabrique de l’histoire. Pour autant, je reste assez sceptique quant à la dissociation entre histoire « numérique » et « physique », la distinction ne me paraissant pas si évidente que cela. C’est d’ailleurs l’objet de ce billet que de tenter d’approfondir ce point en revenant sur une expérience récemment vécue par l’intermédiaire d’un officier que je ne parvenais pas à identifier, un certain lieutenant R. de Bailly commandant la 6/403e RI. En effet, par deux canaux différents, l’un « physique », l’autre « numérique », j’ai obtenu des informations me permettant de reconstituer le parcours de cet individu et me rappelant, en conséquence, combien l’histoire est une pratique où le collectif – numérique ou non – est chose essentielle[2].

Alors que je dépouillais il y a quelques jours, aux Archives départementales du Morbihan, un carton relatif à Alfred Roth, j’ai été abordé par Claire Denjean, étudiante de l’université Rennes 2 – mon alma mater – dont les recherches de master effectuées sous la direction de Pierre Karila-Cohen portent justement sur ce préfet. Il s’en est suivi une conversation absolument passionnante à la machine à café du rez-de-chaussée ; ce qui m’offre l’occasion de souligner combien les salles de lecture sont de plus en plus bruyantes : alors que lorsque j’ai commencé à les fréquenter, il y a désormais plus de deux décennies, le silence le plus strict était imposé. Bref, nous avons parlé avec Claire Denjean d’Alfred Roth et de la préfecture du Morbihan dans les années 1910, puis avons convenu de prolonger cet échange par le biais de courriers électroniques. C’est ainsi grâce à elle que j’ai appris que le fameux lieutenant R. de Bailly commandant la 6/403e RI était en réalité Robert de Bailly, chef de cabinet du préfet du Morbihan Alfred Roth.

Du point de vue des pratiques historiennes discrètes, il me semble important de souligner combien un contact interpersonnel IRL / In real life à partir de sources papier conservées dans un carton parfaitement conventionnel peut être la source d’une recherche se prolongeant sur un site internet. La suite de ce billet le démontera clairement. Mais la physicalité des canaux et des sociabilités historiennes ne doit pas induire en erreur, à la manière d’une illusion technicienne. C’est d’ailleurs ce que vient rappeler Valérie Quevaine, pilier de la communauté 1 Jour 1 Poilu et de manière plus générale du web 14-18. Je ne l’ai jamais rencontrée IRL mais nous échangeons très régulièrement sur twitter, ainsi que par téléphone, et ce maintenant depuis plusieurs années. Par ailleurs, je suis avec grand intérêt les recherches qu’elle mène à l’Université de Rouen Normandie, sous la direction de Rémi Dalisson, sur les instituteurs de Seine-Inférieure dans la Grande Guerre. Là aussi, il s’agit d’un travail remarquable et l’opportunité de voir se développer cette enquête m’est d’un grand profit. Aussi est-ce finalement sans surprise que je la vois m’adresser un message à la suite de la mise en ligne du billet évoquant ce fameux lieutenant R. de Bailly commandant la 6/403e RI. Adressé par messagerie privée sur twitter, celui-ci comportait deux liens : l’un vers le portail Retronews, l’autre – que j’identifie immédiatement comme étant une fiche matricule de recrutement – vers le site des Archives départementales des Yvelines. J’en déduis tout de suite que Valérie est parvenue à identifier formellement cet officier mais, étant pris par un agenda particulièrement contraint, je laisse ce dossier de côté et n’y revient que plus tard, après avoir fait la rencontre de Claire Denjean.

Saint-Cloud, commune de naissance de Robert de Bailly. Carte postale, collection particulière.
Saint-Cloud, commune de naissance de Robert de Bailly. Carte postale, collection particulière.

Du coup, que donnent ces informations collectées via deux réseaux différents, aux matérialités distinctes, et sans aucun lien entre eux ? Je n’insiste pas outre mesure sur l’article de l’édition du 22 janvier 1936 du Petit Provençal consultable via Retronews : celui-ci nous apprend juste que Robert de Bailly, précédemment hors cadre, est nommé secrétaire général de la préfecture de Marne, et qu’accessoirement il survit à la Grande Guerre[3]. Cela pourra paraître relever d’un détail insignifiant mais avant de compulser cette archive, et cela donc grâce à Valérie Quevaine, je l’ignorais complètement.

Conservée aux Archives départementales des Yvelines, la fiche matricule de Robert de Bailly est beaucoup plus riche[4]. Cette source, en la couplant avec son acte de naissance, nous permet de cerner un peu mieux le milieu social d’origine de ce chef de cabinet d’Alfred Roth même si bien des incertitudes subsistent : ayant vu le jour le 13 août 1883 à Saint-Cloud, il est le fils d’un « artiste musicien » de 59 ans et d’une femme répertoriée comme étant son épouse, âgée de 33 ans et sans profession[5]. S’il est difficile, à partir de ces seuls éléments, de déterminer un rang socio-économique, il est en revanche à peu près certain que Robert de Bailly voit le jour dans un foyer doté d’un niveau culturel si ce n’est conséquent, très probablement au-dessus de la moyenne.  

Sans doute est-ce là un élément qui permet d’expliquer, au moins pour partie, c’est-à-dire outre ses facultés propres et son travail, la réussite scolaire de Robert de Bailly puisque l’on sait qu’il déclare exercer la profession d’étudiant en lettres lors de son passage devant le Conseil de révision, mention ultérieurement rayée au profit de celle de « sous-préfet ». C’est d’ailleurs ce statut qui lui permet, moyennant un engagement volontaire, de n’effectuer qu’un an de service militaire, au 24e régiment d’infanterie, unité dont les bataillons tiennent garnison à Paris, au fort d’Aubervilliers ainsi qu’à Bernay, dans l’Eure. C’est du reste dans cette localité que, selon toute vraisemblance, il souscrit à l’impôt du temps. Malheureusement, et comme à l’habitude du reste, la fiche matricule ne permet pas d’en savoir plus quant au service militaire de Robert de Bailly. Tout juste sait-on qu’il l’achève le 19 septembre 1903 avec le grade de caporal et muni de son certificat de bonne conduite. Ajoutons d’ailleurs que ce passage par la caserne ne semble pas perturber outre-mesure ses études puisqu’il obtient sa licence ès-lettres en 1906.

La caserne Turreau du 24e RI où Robert de Bailly effectue son service militaire. Carte postale. Collection particulière.
La caserne Turreau du 24e RI où Robert de Bailly effectue son service militaire. Carte postale. Collection particulière.

Quel est son parcours dans les années qui suivent sa diplomation ? Les archives compulsées ne permettent malheureusement pas de le dire. Un article publié par Le Morbihannais le 24 février 1911 et annonçant son arrivée à Vannes indique que « le nouveau chef de cabinet est parisien, licencié ès-lettres et ancien secrétaire de direction au ministère des colonies »[6]. Mais on n’en sait pas beaucoup plus pour le moment.

En revanche, la fiche matricule de recrutement permet de retracer le fil de la double carrière que mène Robert de Bailly, cette fois-ci dans la réserve[7]. En effet, alors qu’il vient juste d’achever son service militaire, celui qui n’est alors qu’étudiant en licence de Lettres est nommé sergent en 1904 puis, un an après l’obtention de son diplôme, devient sous-lieutenant. Il est alors affecté au 24e RI à Bernay, ce qui nous laisse penser que c’est là qu’il a effectué son temps sous les drapeaux, et non à Paris ou à Aubervilliers. C’est avec cette unité qu’il effectue des périodes de réserve du 17 juillet au 13 août 1905, du 27 juillet au 23 août 1908, du 9 au 16 septembre 1909 et du 29 août au 30 septembre 1910, temps de manœuvres qui doivent manifestement se passer correctement puisqu’il obtient un second galon à la fin de l’année 1911.

En revanche, plus délicates à interpréter sont les informations de la fiche matricule de recrutement relatives à la seconde partie de l’année 1913. En effet, il semble que cette archive fasse état d’une importante période d’exercices entre le 29 août et le 17 décembre 1913, période qui est sanctionnée par la délivrance d’une autorisation « à accomplir un stage à compter du 18 décembre 1913 ». Mais Robert de Bailly accepte-t-il cette opportunité ? Autrement dit, est-il à son poste de chef de cabinet du préfet Alfred Roth à Vannes lorsque sonne le tocsin de la mobilisation ? La fiche matricule de recrutement ne permet pas de le savoir mais ne consigne aucun séjour dans la réserve à partir de 1911 jusqu’à la seconde moitié de l’année 1913, ce qui correspond à ces premiers mois d’activité professionnelle à Vannes. Autrement dit, c’est bien la question de la compatibilité entre ses fonctions de chef de cabinet de préfet et d’officier subalterne de réserve qui ici se pose. S’il semble toujours faire partie de l’organigramme du cabinet d’Alfred Roth, le fait est qu’il n’apparaît jamais dans la presse morbihannaise à l’occasion des activités de représentation qui sont inhérentes à sa fonction et qui lui valent de régulièrement figurer dans les journaux en 1911 et 1912[8]. Bien que lacunaire, son dossier personnel laisse entendre qu’il effectue ce stage mais qu’il n’est pas remplacé dans ses fonctions, comme s’il était appelé à les retrouver une fois celui-ci achevé[9].

Vannes, carte postale expédiée en 1911. On remarquera au premier plan les deux militaires en tenue de jour. Collections Musée de Bretagne : 972.0018.
Vannes, carte postale expédiée en 1911. On remarquera au premier plan les deux militaires en tenue de jour. Collections Musée de Bretagne : 972.0018.

Toujours est-il que c’est bien en tant que lieutenant du 24e RI que Robert de Bailly débute la campagne, le 5 août 1914. Cette information est confirmée par le journal des marches et opérations de cette unité, archive qui nous apprend même qu’il sert au sein de la 12e compagnie[10]. Il y reste un petit peu plus d’un an puisqu’il est transféré, d’après sa fiche matricule de recrutement, le 30 septembre 1915 au 403e RI. En réalité, cette affectation intervient sans doute quelques jours plus tôt puisque Robert de Bailly ne figure déjà plus, à la date du 23 septembre 1915, sur le tableau de constitution du 24e RI[11]. Pour autant, il ne fait pas de doute que cette affectation s’inscrit dans une relation de proximité beaucoup plus grande qu’il pourrait y paraître de prime abord. On a vu en effet que le 24e RI tient pour partie garnison à Bernay. Or c’est également dans l’Eure, aux Andelys, qu’est formé le 403e RI[12]. C’est en réalité une certaine forme de persistance du recrutement régional, ou pour être plus précis de « circuits courts » d’approvisionnement en hommes, qui s’observe ici[13].

C’est donc fraîchement arrivé au 403e RI que Robert de Bailly envoie une rapide carte à son ancien patron, le préfet Alfred Roth. Est-ce le premier courrier qu’il lui adresse sous l’uniforme de cette unité ? Les deux hommes ont-ils eu l’occasion d’échanger à propos de ce transfert ? Se sont-ils vus à l’occasion d’une permission ? Rien dans les archives ne permet, en l’état actuel de mes connaissances, de le savoir. Un point néanmoins frappe en ce qui concerne ce changement d’unité ; c’est combien celui-ci participe, d’une certaine manière, d’une sorte de fausse promotion, la fonction n’équivalent pas le grade. En effet, en août 1914, le lieutenant de Bailly est le second de la 12/24e RI alors qu’un an plus tard, alors que l’on sait les possibilités de promotion importantes du fait des importantes pertes concédées lors des 12 premiers mois de la campagne, tout particulièrement parmi les cadres de contact, il commande la 6/403e RI[14]. Autrement dit, alors qu’il dispose du même grade, et donc de la même solde, il assume des responsabilités autrement plus importantes. Or là n’est pas un cas unique, loin de là. D’ailleurs, en septembre 1915, seules les 3, 9 et 11/24e RI sont aux ordres d’un capitaine, toutes les autres compagnies sont commandées par un lieutenant[15]. Quant au 403e RI, il est difficile d’avoir la moindre certitude du fait du manque de tableau de constitution de l’unité dans le JMO de ce régiment. C’est d’ailleurs l’occasion de souligner combien ceux-ci peuvent être tenus diversement d’une unité à une autre, ce dernier étant par ailleurs très riche en cartes de grande qualité. Mais, comme indiqué dans le billet publié le 18 avril 2023, c’est dans le cadre d’une importante pression démographique sur l’encadrement que doit se comprendre le transfert de Robert de Bailly et la sorte de stagflation qui caractérise cette affectation, les conséquences de l’attaque du 25 septembre 1915 étant ici assez évidentes.

Positions occupées par le 403e RI dans le secteur de Ville-sur-Tourbe, dans la Marne, au moment où arrive Robert de Bailly dans cette unité. SHD-DAT: 766/6, JMO 403e RI.
Positions occupées par le 403e RI dans le secteur de Ville-sur-Tourbe, dans la Marne, au moment où arrive Robert de Bailly dans cette unité. SHD-DAT: 766/6, JMO 403e RI.

Malheureusement pour lui, Robert de Bailly ne reste pas longtemps au 403e RI puisqu’il est évacué sur blessure le 27 novembre 1915. Les archives ne permettent pas d’en savoir beaucoup plus quant aux circonstances qui ont conduit à ce retrait du front. Sans doute s’agit-il d’un combat de nuit où sont échangés plusieurs centaines de grenades et où les hommes du 403e RI « se sont montrés pleins de courage et d’entrain »[16]. Mais faute de documentation plus probante, c’est bien la prudence qui, comme souvent du reste, doit s’imposer.

Robert de Bailly doit néanmoins être assez sérieusement touché puisque ce n’est qu’après 4 mois de convalescence, le 13 mars 1916, qu’on le voit reprendre du service, à l’arrière, au sein de l’état-major du commandement supérieur de la défense du Havre. Outre sa santé manifestement dégradée, même si sa fiche matricule de recrutement ne fait état d’aucun taux de pension, c’est fort probablement son statut de chef de cabinet – fonction qui suppose une grande habitude du travail de bureau et une réelle aptitude à celui d’état-major – qui explique cette nouvelle affectation. Toujours est-il que c’est en Normandie, sur les bords de la Manche, qu’il termine la campagne et est démobilisé, le 30 avril 1919.

La description de son dossier de carrière conservé aux Archives nationales permet de reconstituer le parcours de Robert de Bailly pendant les années 1920. Après avoir refusé un poste de sous-préfet à Vitry-le-François, on le retrouve dans le Lot pour quelques mois puis en Allemagne, au Haut-commissariat de la République française à Coblence, en qualité de Chef de bureau de la circulation des Pays rhénans occupés. Après cinq années passées en Rhénanie, Robert de Bailly, que l’on peut supposer du coup savoir l’allemand, est affecté à l’Office national de l’azote, une appellation qui masque en fait la célèbre usine AZF de Toulouse, avant de reprendre le cours d’une carrière préfectorale sans éclat qui le voit atteindre la retraite en 1939[17].

Carte postale. Collection particulière.

Parallèlement à cette carrière dans la préfectorale, Robert de Bailly continue à servir dans la réserve. Promu capitaine le 31 janvier 1920, il est maintenu dans les cadres dix ans plus tard et effectue même plusieurs périodes d’instruction : du 14 novembre au 1er décembre 1930, du 1er au 15 décembre 1931, enfin du 26 au 28 février 1934. Là encore, on peut déduire qu’il donne toute satisfaction puisqu’il est promu chef de bataillon de réserve le 30 novembre 1934.

Outre ces éléments biographiques, que nous apprend cette fiche matricule de recrutement ? On notera tout d’abord que cette archive permet de produire une géographie détaillée de Robert de Bailly, notamment en ce qui concerne ces affectations préfectorales puisque cet individu informe l’autorité militaire de tous ses déménagements successifs. Si les années 1920 sont plus lacunaires, c’est tout simplement par ce qu’il les passe pour partie en Allemagne. Cet enregistrement relativement scrupuleux des lieux de domiciliation semble dessiner le portrait d’un individu consciencieux, soucieux de se conformer aux réglementations en vigueur. On sait en effet que tous les membres du corps préfectoral n’ont pas cette rigueur, à commencer par Jean Moulin lorsqu’il était en poste dans le Finistère.

Des données de localisation que permettent de compiler cette fiche matricule de recrutement, confrontée à d’autres archives disponibles en ligne comme la presse, il ressort une géographie marquée par une grande mobilité. C’est là, assurément, la marque d’une carrière professionnelle exigeante le conduisant notamment deux fois en Bretagne et, pour tout dire, aux quatre coins de la France, et même au-delà puisqu’il est détaché, on l’a dit, pendant cinq ans en Rhénanie occupée, à Coblence. Mais il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de permanences peuvent être observées dans ce parcours. Né en région parisienne, Robert de Bailly y conserve visiblement des attaches comme paraissent en témoigner ses domiciliations successives au 84, rue d’Amsterdam à Paris, donc entre la gare Saint-Lazare et la place de Clichy. De même, on a vu que sa carrière militaire ne peut se comprendre, notamment pendant la Grande Guerre, sans cet ancrage qu’est le département de l’Eure.

Cette immobilité relative s’observe de la même manière lorsqu’on s’intéresse aux positions sociales. En effet, comment ne pas être frappé par la platitude de la trajectoire de Robert de Bailly, homme qui ne semble pas bénéficier de son statut de chef de cabinet pour gagner des galons supplémentaires, notamment pendant les premiers mois de la Grande Guerre où les opportunités sont les plus fréquentes. Comment expliquer cette stricte étanchéité des sphères militaires et civiles ?

Vue de la rue d'Amsterdam à Paris où est domicilié Robert de Bailly. Carte postale. Collection particulière.
Vue de la rue d’Amsterdam à Paris où est domicilié Robert de Bailly. Carte postale. Collection particulière.

Deux hypothèses viennent spontanément à l’esprit. Du point de vue de la carrière militaire, il est quand même assez intéressant de remarquer que chacun des galons glanés par Robert de Bailly l’est en temps de paix, et non pendant la guerre 1914-1918. Son avancement n’est pas régi par le temps du champ de bataille, celui de la campagne et des actions d’éclat qui valent promotion au feu[18]. Peut-être faut-il voir là la marque de sa proximité avec Alfred Roth, et donc par ricochet avec Georges Clemenceau ? Comme si on n’avait pas voulu prendre le risque de promouvoir dans les premières semaines de la campagne, là où les pertes, donc les besoins en cadres qui sont autant d’opportunités d’élévation en grade, sont les plus importantes, un individu avec un profil si politique, ce qui pourrait être reçu comme une entorse à l’Union sacrée. L’hypothèse est plausible, séduisante même, mais aucune archive ne permet pour l’heure de l’étayer. Pourtant, l’analyse froide de son avancement ne montre aucune irrégularité, bien au contraire. En témoigne un parcours parfaitement linéaire dans sa progressivité puisque cet officier reste quatre ans sous-lieutenant, neuf ans lieutenant et quatorze ans capitaine avant d’accéder au quatrième galon. C’est donc d’une normalité qui fait fi de la Grande Guerre dont il s’ici, chose difficile à comprendre un siècle après les faits tant le poids du deuil continue à nous écraser.

Avancement de Robert de Bailly, officier de réserve. Arch. dép. Yvelines : 1R/RM 344.2690.

Sur le plan de la carrière civile, on observera tout de même que Robert de Bailly devient sous-préfet à la suite de la Grande Guerre. Sans doute est-ce là le bénéfice qu’il tire de son expérience combattante, celle-ci étant d’ailleurs sanctionnée par la délivrance d’une citation élogieuse décernée à l’ordre de la division et portant attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze. En effet, devenu chef de cabinet en 1911, aurait-il pu prétendre, en temps de paix, à une sous-préfecture sans passer préalablement par un secrétariat général ? La trajectoire est donc probablement plus rapide qu’il n’y paraît pour un œil non exercé comme le mien. Mais cela reste néanmoins à démontrer tant il n’est pas certain que l’expérience combattante constitue un accélérateur de carrière préfectorale. De surcroît, ce texte flatteur qu’est la citation à l’ordre qui lui est décernée en 1919 ne doit pas tromper[19]. En effet, celui-ci se rapporte à des actes accomplis cinq ans plus tôt, pendant la bataille des frontières, ce qui interroge bien évidemment quant à l’urgence qu’il y avait à les mettre en valeur :

« Brillante conduite le 22 août 1914 à la bataille de Charleroi. À pris part dans la soirée à une contre-attaque à la baïonnette menée par de faibles fractions de son régiment qui a permis de dégager des éléments encerclés dans le village d’Anverlues. À ensuite couvert la retraite à la tête d’une poignée d’hommes en défendant le terrain pied à pied. »

En gardant bien entendu une prudence qui ne doit en aucun cas être considérée comme un jugement moral porté sur la conduite des acteurs, on observera que si le nom de Robert de Bailly apparait bien sur le JMO du 24e RI au soir du 22 août 1914, les faits d’armes décrits par la citation à l’ordre qui lui est décernée n’apparaissent pas sur cette archive[20]. Là n’est d’ailleurs pas étonnant tant on sait les journaux de marches recomposés, tout particulièrement en ce qui concerne les premières semaines de la campagne puisque les unités confrontées au mouvement sont comme aveugles sur le champ de bataille[21]. Toutefois, il est sans doute assez significatif que cette citation soit décernée à cet officier par l’état-major du Groupe d’armées des Flandres (GAF), élément qui n’a pas grand-chose à voir avec le 24e RI. À dire vrai, tout laisse à penser que la postérité des actes mis ici en lumière est pour le moins relative. Certains iront même jusqu’à évoquer un phénomène de recomposition de mémoire, la décoration militaire constituant peut-être un prérequis pour que puisse s’opérer le mouvement préfectoral. D’ailleurs, il est intéressant de remarquer que si Robert de Bailly est chevalier de la Légion d’honneur, c’est à titre civil, et non militaire[22].

Aussi cette expérience combattante, sanctionnée par une citation à l’ordre et comportant attribution d’une Croix de guerre avec étoile de bronze, constitue-t-elle un capital symbolique d’un poids assez relatif. Elle pèse néanmoins suffisamment pour que Robert de Bailly devienne, on l’a dit, sous-préfet en 1920, ce qui doit également être appréhendé sous l’angle des besoins d’un corps éprouvé par le conflit et donc dans la nécessité de recruter. Mais le fait est que pour progresser dans la préfectorale d’alors, il est indispensable de disposer de soutiens, tant politiques qu’administratifs[23]. Or en 1920, Robert de Bailly ne peut plus compter sur l’influence d’Alfred Roth, son supérieur et l’homme qui le nomme chef de son cabinet en 1911, puisque celui-ci est décédé lors de la bataille de la Somme[24]. Sans doute est-ce là un élément capital pour expliquer la carrière somme toute modeste de l’ancien chef de cabinet du préfet à Vannes. Que l’on en juge plutôt en comparant sa carrière à celle, certes exceptionnelle, de Jean Moulin, nommé préfet de l’Aveyron en 1935 à 37 ans alors que l’âge moyen pour l’accession à cette fonction est alors de 45 ans[25]. À 37 ans, Robert de Bailly retrouve lui tout juste la vie civile et vient d’être nommé sous-préfet, mais sans poste. On notera toutefois un paradoxe étonnant de sa carrière : c’est en effet en 1928, c’est-à-dire deux ans après la réforme Poincaré modifiant profondément la carte des sous-préfectures – en en supprimant un certain nombre – qu’il revient dans le circuit en quittant l’Office national de l’azote pour Barcelonnette. Autrement dit, c’est à un moment où la concurrence est au plus haut pour avoir un poste qu’il est nommé dans les Alpes de Haute-Provence.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

S’intéresser aux pratiques historiennes discrètes, c’est aussi souligner combien la capillarité et le hasard des rencontres – tant IRL que numériques – sont essentielles dans la production des connaissances. C’est de surcroît nuancer l’idée d’une prétendue révolution du numérique en termes d’archives puisqu’au quotidien les usages se révèlent relever d’une hybridité qui, du reste, n’étonnera nullement les historiens des techniques, eux qui savent parfaitement que ni la machine à vapeur, ni le moteur à explosion, n’ont supprimé la traction animale[26]. Ici, tout part d’une carte postale consultée physiquement dans un carton puis confrontée, grâce aux apports décisifs de Claire Denjean et Valérie Quevaine, à un certain nombre d’archives nées non numériques mais aujourd’hui disponibles en ligne. Mais celles-ci ne sont qu’un arbre plus ou moins épais cachant une forêt le plus souvent très dense. Que pourraient en effet nous apprendre de plus le dossier de carrière de Robert de Bailly conservé aux Archives nationales ? De plus, que donnerait un dépouillement méticuleux de la presse, archive qui pourrait nous donner une bonne idée de la réalité du travail de représentation qu’implique le métier de chef de cabinet de préfet au début des années 1910 ? Enfin, on ne peut souligner le fait que, malgré les pistes développées ou entrouvertes ici, la vie personnelle de ce fonctionnaire nous échappe complètement. A-t-il une famille et, surtout, choisit-il la stratégie de combinaison du civil et du militaire de réserve pour grimper dans la hiérarchie préfectorale que l’on a cru déceler ou celle-ci s’impose-t-elle à lui, sans qu’il s’agisse d’une décision mûrement opérée, dessinant là les contours bien connus depuis P. Bourdieu d’une certaine forme d’illusion biographique ?[27]


[1] Notion développée notamment lors de la journée d’études « Travailler en salle de lecture à l’ère numérique » organisée à Rennes 2 le 16 mars 2022 par F. Clavert et C. Muller et à la base du projet « #culturhist » porté par ces deux historiens.

[2] Ce billet, qui n’a aucune prétention, n’existerait pas sans la confiance accordée par Claire Denjean et Valérie Quevaine. Qu’elles en soient toutes deux sincèrement remerciées.

[3] « Le Mouvement administratif », Le Petit provençal, 61e année, n°21530, 22 janvier 1936, p. 9.

[4] Arch. dép. Yvelines : 1R/RM 344.2690. Sauf mention contraire, les informations biographiques de ce billet proviennent de cette source.

[5] Arch. dép. Haut-de-Seine : E_NUM_SCL99 – 1883 1883, acte n°66.

[6] « À la préfecture », Le Morbihannais, 70e année, n°24, 24 février 1911, p. 3.

[7] Il est à noter que la fiche matricule n’est pas également sans poser certains problèmes. C’est ainsi un article du Temps qui permet de déterminer que Robert de Bailly est nommé en 1930 à Lannion, et non à Guingamp. « Mouvement administratif », Le Temps, 70e année, n°25227, 29 mai 1930, p. 3. Cette information est par ailleurs confirmée par son dossier personnel conservé aux Archives nationales.

[8] « Cabinet du préfet », Bulletin de l’Union des syndicats agricoles du Morbihan, 15e année, n°133, 15 décembre 1913, p. 39.

[9] Arch. dép. Morbihan: 2 M 52, dossier individuel.

[10] SHD-DAT : 26 N 599/1, JMO 24e RI, tableau de constitution de l’unité.

[11] SHD-DAT : 26 N 599/4, JMO 24e RI, 23 septembre 1915.

[12] Historique du 403e régiment d’infanterie 1915-1919, Paris, Librairie Henri Defontaine, 1920, p. 3.

[13] Pour de plus amples développements sur cette question je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[14] Ibid.

[15] SHD-DAT : 26 N 599/4, JMO 24e RI, 23 septembre 1915.

[16] SHD-DAT : 26 N 766/6, JMO 403e RI, 27 novembre 1915.

[17] Sa maîtrise de l’allemand est attestée par Arch. dép. Morbihan: 2 M 52, dossier individuel.

[18] Forcade, Olivier, « Le temps militaire à l’époque contemporaine, pratiques et représentations », Bibliothèque de l’école des Chartres, Tome 157, livraison 2, 1999, p. 479-491.

[19] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Les citations à l’ordre. Essai d’analyse dans une perspective régimentaire », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 47-64.

[20] SHD-DAT : 26 N 599/1, JMO 24e RI, 22 août 1914.

[21] Pour une première approche Cochet, François et Le Gall, Erwan [préface de Prost, Antoine], Petit guide pour mener votre propre enquête et retrouver votre ancêtre poilu, Paris, Editions Pierre de Taillac, 2022, p. 19-41.

[22] La base Léonore ne permet pas de consulter ce dossier de légionnaire.

[23] Azema, Jean-Pierre, Jean Moulin, le rebelle, le politique, le résistant, Paris, Perrin, 2003, p. 37-39.

[24] Arch. dép. Morbihan : 2 M 52, Alfred Roth au Président du Conseil, ministre de l’Intérieur, 26 février 1911 (manuscrit).

[25] Ibid., p. 75.

[26]Voir à ce propos Jarrige, François, La Ronde des bêtes. Une histoire des moteurs animés à l’âge industriel, mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherche soutenu le 1er avril 2023 en l’Université Paris-Cité.

[27] Bourdieu, Pierre, « L’Illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, vol. 62, n°1, p. 69-72.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 25 mai). Robert de Bailly et les pratiques historiennes discrètes. Ar Brezel. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.