La République : une identité civile ?

Le volume que la grande historienne de la laïcité J. Lalouette consacre à « l’identité républicaine de la France » intéressera à n’en pas douter quiconque travaille sur l’histoire du fait militaire et guerrier en Bretagne de 1860 à 1962, même si le lien avec cette période peut ne pas paraître évident[1]. En effet, cette expression apparaît dans les années 1980. L’autrice souligne d’ailleurs combien celle-ci conduit à une nécessaire réflexion quant à l’unicité et l’indivisibilité de la République, réflexion qui permet d’historiciser les questions identitaires. D’une certaine manière, c’est de la mémoire de la Révolution et des stigmates de ce que certains historiens ont même qualifié de guerre civile de basse intensité dont il est question avec cette identité affirmée, ou au contraire combattue[2]. Mais ce que dit certainement le plus ce livre, c’est l’avancée du processus de civilianisation de la France du tournant du XXIe siècle. Il est en effet difficile de ne pas remarquer combien cette identité républicaine est conçue en dehors de l’uniforme et de la caserne : un comble quand on songe aux générations du feu qui, de 1870 à 1962, ont servi – exception faite de Vichy et des collaborateurs partis combattre pour le IIIe Reich – les armées de la République.

Tout histoire est nécessairement contemporaine et ce volume n’échappe pas à ce constat. Il faut donc l’historiciser, ce qui implique de prendre la mesure d’une époque caractérisée par la faillite des grandes idéologies mais aussi par – la nature, et en l’occurrence la foi des acteurs, ayant horreur du vide – le dogme des identités. Ou plus précisément des discours s’appuyant sur ces dernières. J. Lalouette rappelle en effet, à la suite des travaux du politiste V. Martigny, que c’est le Parti socialiste qui, en 1981, crée le concept d’identité nationale (p. 12, 41, 43), comme s’il y avait là un stigmate supplémentaire des difficiles mémoires socialistes des guerres du XXe siècle[3]. Certes, l’idée n’est pas complètement nouvelle. Mais là où auparavant on aurait invoqué « l’âme », le « génie » ou encore « l’esprit » de la République, c’est désormais « l’identité » qui est convoquée (p. 19). Dans L’Armée nouvelle, Jean Jaurès explique ainsi que « l’âme d’une grande nation doit se renouveler sans cesse et non point se pétrifier » (cité p. 23). Et l’autrice d’affirmer par la suite, preuve que cette idée a alors quelque chose à voir avec le fait militaire, que « cette âme de la France fut à l’honneur durant la Première Guerre mondiale pour louer l’héroïsme et l’abnégation des Français et des Françaises et opposer la chevaleresque âme française à l’âme veule des Allemands (qui en avaient autant au service de la France) » (p. 23). On ajoutera d’ailleurs que c’est bien le temps passé dans les tranchées qui rend caduque la question institutionnelle : ayant servi Marianne au front dans les dures conditions que l’on sait, seuls les plus catholiques des poilus anciens combattants sont réceptifs aux discours réclamant, par exemple, l’abrogation de la Séparation[4]. De même sans doute y aurait-il ici matière à de stimulantes réflexions à propos de la guerre de 1870. Si on a beaucoup parlé à la suite de S. Audoin-Rouzeau de consentement patriotique, il y aurait probablement lieu de procéder à une histoire sociale de cette donnée culturelle, démarche qui ne peut passer sans interroger la République, certes, mais également l’État[5]. Le cours des denrées alimentaires pendant « l’année terrible » pourra sans doute paraître anecdotique au regard des enjeux mobilisés par la période[6]. Il n’en demeure pas moins qu’il a pu certifier aux yeux de bon nombre de contemporains, et particulièrement des milieux populaires, l’aptitude de ce régime pourtant fort décrié à préserver le pouvoir d’achat. Autrement dit, l’âme est tout de même difficilement dissociable de l’estomac.

Carte publicitaire. Collections Musée de Bretagne : 980.0051.750.
Carte publicitaire. Collections Musée de Bretagne : 980.0051.750.

L’idée de « génie français » est, elle, souvent liée à la langue, ce qui par ricochet n’est pas sans intérêt pour qui s’intéresse aux identités régionales. Tout comme le breton s’oppose au français, celui-ci s’est imposé face au latin (p. 180). Il est d’ailleurs à cet égard assez savoureux de voir J. Lalouette citer la définition qu’en donne… Olivier Mordrel. Pour l’architecte devenu figure de proue de Breiz Atao, le génie de la France est en 1981 « la permanence de ses traits à travers son histoire et les productions les plus élevées de son industrie » (p. 27). Propos certes convenu, mais qui rappelle combien il n’y là rien d’original : l’idée d’un « génie des Nations » est en effet très en vogue au XIXe siècle, en France comme ailleurs (p. 27). C’est pour autant à partir de la fin des années 1970 que le registre de l’identité va muter pour passer des minorités – y compris celles donnant lieu à des discours de type nationalitaire – aux États-nations. Citer Olivier Mordrel permet donc à J. Lalouette de mettre en lumière ce jeu de miroirs entre discours identitaires, dynamique d’ailleurs bien décrite par A. Rousseau à propos de la Bretagne[7]. Là comme ailleurs, ce sont les questions culturelles qui cristallisent les enjeux, sur fond en France d’une peur de « l’américanisation » (p. 41). De McDonald’s à Euro Disney en passant par la chanson « française » et « l’exception culturelle », l’ennemi est à chaque fois le même : « l’impérialisme ». Seul, en réalité, change son drapeau suivant la perspective adoptée et il y aurait sans doute, dans cette approche, matière à interroger la manière dont est mobilisée l’idée de « patrimoine » (p. 45).

Mais face à l’ogre qu’est l’identité nationale, l’identité républicaine fait figure de petit poucet, tant à gauche qu’à droite du reste (p. 72). Il n’y a qu’à comparer les occurrences lexicales dans les discours des membres du personnel politique pour s’en convaincre (p. 60, 80). Là est tout l’intérêt du volume que propose J. Lalouette : faire l’histoire d’une idée évidente alors qu’elle est loin de l’être tant que cela. D’ailleurs, on en viendrait presque à se demander si la France n’est pas, au fond, plus nationale que républicaine… La naissance, assez tardive du reste, de l’identité républicaine peut d’ailleurs être clairement datée (1989) et répond à une fonction précise : proposer une définition qui ne soit ni ethnique ni religieuse mais politique de la nation française (p. 63). Mais, encore une fois, seule l’expression est nouvelle puisque cette dialectique renvoie pour beaucoup aux modèles des récits nationaux observés au XIXe siècle : allemand d’une part, celui-ci accordant une place primordiale à la langue, français d’une autre. D’un côté une thèse dite « organiciste » ou « historiciste », dont par ailleurs on voit combien elle imprègne les bretonistes, d’un autre une approche dite « démocratique » fondée sur le « sentiment d’appartenance » et le fameux « plébiscite de tous les jours » décrit par Ernest Renan[8]. Comme le résume justement J. Lalouette, « tout dépend de la conception de la nation, tantôt citoyenne, tantôt tirée vers une dimension ethnique » (p. 255).

Enveloppe destinée à contenir un bulletin de vote. Collections Musée de Bretagne : 956.0002.387.
Enveloppe destinée à contenir un bulletin de vote. Collections Musée de Bretagne : 956.0002.387.

On voit tout de suite vers où penche l’identité républicaine même si, chose assez paradoxale, elle est aussi le fruit d’une certaine forme de confrontation au réel du pouvoir. Peu avant le « tournant de la rigueur », Jean-Pierre Chevènement prend en effet acte « que le socialisme ne pourrait pas être atteint dans l’immédiat et qu’il fallait d’abord passer par l’établissement d’une République moderne, concept antérieurement vanté par Pierre Mendès-France (p. 12). J. Lalouette souligne également l’importance de l’historien Claude Nicolet, proche du maire de Belfort, dans la maturation de l’idée « d’identité républicaine » : son Idée républicaine, publiée en 1982, constitua une influence réelle (p. 56). Quant à A. Rousseau, il remarque que les socialistes s’emparent de « l’idéologie bretonne » quand ils font l’expérience de leur propre impuissance – malgré les slogans – à « changer la vie » : « L’identité occupe en quelque sorte, dans le discours des socialistes bretons, la place et la fonction de la classe ouvrière dans la tradition socialiste (des élus nordistes par exemple) ou celle du prolétariat pour les élus communistes (notamment ceux de la ceinture rouge de Paris). »[9] En d’autres termes, c’est aussi de la compatibilité de discours difficilement compatibles mais – car ? – profondément comparables dont il s’agit.

Pour autant, sans doute le livre pâtit-il d’un détour insuffisant par la chose et militaire et, tout particulièrement, par la caserne. Il est certes difficile de ne pas être emporté par les démonstrations érudites de J. Lalouette quant à la mémoire de la Révolution et des Lumières, et plus encore quant à leurs usages politiques. De même, la manière dont l’autrice nuance les conclusions de S. Citron est fort intéressante (p. 149). Mais il n’en demeure pas moins qu’une telle démonstration laisse de côté un moment important – tant en positif qu’en négatif du reste – de la vie de bien des Français : le service militaire. Si, sous les drapeaux, il est question d’instruction militaire, l’éducation civique a aussi une part prépondérante. La chose est bien connue pour la Belle époque mais ne cesse nullement durant les années 1920-1930, et ce du reste jusqu’à l’abolition de la conscription[10]. Mais quelle est la place de la République, et par conséquent de l’identité républicaine, dans ce moment longtemps jugé déterminant de la construction du lien, qui est « armée-nation » et non « armée-république », devant unir chaque citoyen à son pays ? Comment Marianne est-elle inculquée dans les manuels qui servent aux appelés ? Quelle est sa place dans les historiques régimentaires publiés notamment après la Première Guerre mondiale et qui sont autant d’artefacts souvent pieusement conservés dans bien des familles, parfois même totémisés, même si leur sens est aujourd’hui assez largement perdu ? Et qu’en est-il dans les années qui suivent la guerre d’Algérie, quand commence à arriver au pouvoir une nouvelle génération de responsables politiques qui témoignent d’un rapport autrement plus distant au fait militaire et guerrier que leurs aînés ?[11]

Vignette de conscrit imprimée à Nantes. Collections Musée de Bretagne : 2013.0000.28.
Vignette de conscrit imprimée à Nantes. Collections Musée de Bretagne : 2013.0000.28.

Dans un ouvrage programmatique paru en 1980, Georges Marchais, dont on connaît par ailleurs le parcours pendant la Seconde Guerre mondiale, n’hésite pas à recourir à « l’identité française » pour insuffler « l’espoir au présent ». Mais ceci ne peut s’envisager sans un rappel dont il n’est pas difficile de mesurer l’importance aux yeux du Secrétaire général du Parti communiste :

« La politique militaire de la France doit être démocratique. Cela entraîne notre opposition à tout type d’armée de métier. S’il est nécessaire que notre armée dispose d’un important noyau de cadres et de spécialistes professionnels liés par contrat à l’État, la base du recrutement doit être la conscription. »[12]

Mais de cela, il n’est jamais question dans le livre de J. Lalouette. D’une certaine manière, cette absence est révélatrice d’une conception de la citoyenneté qui est aujourd’hui assez largement circonscrite à des considérations liées au suffrage, même si de temps à autres la question fiscale paraît poindre, le plus souvent à la faveur de telle ou telle personnalité ayant été épinglée par le fisc pour quelques manquements à ses obligations. Mais là est oublier que le vote n’a pas toujours eu le poids qu’il a aujourd’hui. Qu’il faut attendre 1913 pour que l’isoloir soit imposé en France et qu’alors, être citoyen, est moins être électeur que soldat – soldat de la République, rappelons-le – dans le cadre d’un mécanisme de patriotisme défensif : là est du reste ce qui explique la mobilisation réussie de 1914[13]. J. Lalouette rappelle d’ailleurs que pour Ernest Lavisse « si l’écolier n’a point appris ce qu’il a coûté de sang et d’efforts pour faire l’unité de notre patrie, et dégager ensuite du chaos de nos institutions vieillies les lois sacrées qui nous ont faites ; s’il ne devient pas un citoyen pénétré de ses devoirs et un soldat qui aime son drapeau, l’instituteur aura perdu son temps » (p. 136). C’est aussi, sans doute, au prisme du devoir de mémoire, notion cousine tant elle a à voir, elle aussi, avec les années 1980 et l’expérience de guerre, qu’il faut appréhender cette identité républicaine de la France : comment les commémorations, mais aussi les épreuves scolaires telles que le Concours national de la Résistance et de la Déportation, ou les innombrables expositions, brochures et documentaires produits le plus souvent à l’intention de la jeunesse, véhiculent cette idée ?[14] On remarquera enfin que c’est dans le contexte d’une mort programmée de la conscription, et donc d’une civilianisation quasi achevée de la société, qu’émerge cette identité républicaine.


[1] Lalouette, Jacqueline, L’Identité républicaine de la France. Une expression, une mémoire, des principes, Paris, Fayard, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Rolland-Boulestreau, Anne et Michon, Bernard, Des Guerres civiles du XVIe siècle à nos jours. Usages et enjeux des mémoires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[3] Castagnez, Noëlline, Quand les socialistes français se souviennent de leurs guerres. Mémoire et identité (1944-1995), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.

[4] Le Gall, Erwan, « Le culte d’un saint comme outil politique du temps présent : la Grande Guerre de Vincent Ferrier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°129-2, 2022, p. 127-147.

[5] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989.

[6] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[7] Rousseau, André, L’Idéologie bretonne. Entre authenticité et nationalisme soft, Paris, Presses universitaires de France, 2023.

[8] Noiriel, Gérard, « La Question nationale comme objet d’histoire sociale », Genèses, n°4, 1991, p. 72-94.

[9] Rousseau, André, L’Idéologie bretonne…, op. cit.,p. 171.

[10] Roynette, Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000. Voir aussi Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions / Ministère de la Défense DMPA, 2012.

[11] En revanche, il est intéressant de remarquer que les bretonistes contempteurs de la conscription n’oublient pas d’insérer la République dans leur rhétorique. Pour un exemple : Collections Musée de Bretagne, 2018.0034.1.

[12] Marchais, Georges, L’Espoir au présent, Paris, Éditions sociales, 1980, p. 145 et 165.

[13] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

[14] Ledoux, Sébastien, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS éditions, 2016.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (16 mai 2023). La République : une identité civile ? Ar Brezel. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.