Vue panoramique de l'hôtel de la préfecture du Morbihan à Vannes (carte postale, début du XXe siècle). Musée de Bretagne : 970.0049.13949.

A propos de l’arrivée en Morbihan d’Alfred Roth (1909)

Aujourd’hui, le nom d’Alfred Roth n’évoque plus grand-chose. Seuls quelques érudits se rappellent que ce préfet du Morbihan trouve la mort pendant la bataille de la Somme, en tant que sous-lieutenant du 69e RI. C’est donc d’une figure du sacrifice pour la patrie dont il s’agit. Là est d’ailleurs le sens du buste qui est réalisé en son honneur à la fin de la Grande Guerre et qui, un siècle après les faits, trône toujours dans une des salles de la préfecture, à Vannes. Mais, la mémoire étant autant outil politique du temps présent qu’organisation de l’oubli, cette mise en lumière de cette glorieuse mort au champ d’honneur a aussi pour corollaire de plonger dans l’ombre l’action de ce représentant de l’État et, pour ce qui nous intéressera ici, la haine difficilement imaginable suscitée par l’arrivée de ce haut-fonctionnaire en Morbihan. En témoigne la presse, essentiellement morbihannaise, de la seconde partie de l’année 1909.

Alfred Roth n’est, il est vrai, pas un préfet comme les autres, ne serait-ce déjà parce qu’au moment de sa nomination en Morbihan il est plus jeune de France. Né en 1879 de parents optants, il fait ses études à l’École alsacienne puis décroche une licence de Lettres en Sorbonne, avant d’obtenir un « diplôme d’études supérieures d’histoire »[1]. Ni son dossier de carrière, conservé aux Archives nationales, ni celui conservé aux Archives départementales du Morbihan, ne font état de ce dernier diplôme[2]. En revanche, il est avéré qu’il est également licencié en droit, et qu’il débute sa carrière dans la préfectorale en 1905, dans le Pas-de-Calais, en tant que chef adjoint puis chef du cabinet[3]. Le Nouvelliste du Morbihan, dans son édition du 17 août 1909, raconte la rencontre, déterminante pour la suite de sa carrière, entre Alfred Roth et Georges Clemenceau :

« C’est en avril 1905 que M. Roth entra dans l’administration préfectorale comme chef de cabinet du préfet du Pas-de-Calais. Il occupait cette fonction au moment de la catastrophe de Courrières et de la fameuse grève des mineurs en 1906. Par son sang-froid et son tact, il attira sur lui l’attention du président du conseil qui était venu dans le Pas-de-Calais dans le but d’amener la solution d’un conflit qui donnait les plus grandes inquiétudes. Rentré à Paris, M. Clemenceau appela M. Roth auprès de lui et le nomma chef-adjoint, puis, quelques mois après, chef de cabinet du président du conseil. »[4]

Il est à noter que L’Action républicaine du Morbihan donne, dans son édition du 20 août 1909, un récit plus direct de cette rencontre et repris de L’Opinion :

« M. Roth était il y a deux ans chef de cabinet du préfet du Pas-de-Calais. Vinrent les grèves, de triste mémoire. M. Clemenceau se transporta à Lens, et comme il demandait dans quelles conditions on pourrait amener les troupes sans exciter la malveillance des mineurs, M. Roth l’engagea à les faire venir de nuit.

Vous, je vous emmène à Paris, fit M. Clemenceau.

De chef de cabinet de préfet, M. Roth devint chef du cabinet du président du Conseil. Le voici préfet. »[5]

Toujours est-il que c’est le 22 juillet 1909 que, sur proposition du président du Conseil, le Président de la République décrète que « M. Roth (Alfred, Jules, Barthélémy), sous-préfet de 1e classe en disponibilité, chef du cabinet du président du Conseil, ministre de l’Intérieur, est nommé préfet de 3e classe du Morbihan, en remplacement de M. du Chaylard, nommé préfet de 1e classe du Cher »[6].

Bien des éléments paraissent devoir expliquer cette nomination en Morbihan. Bien entendu, le fait que la question laïque y soit aussi sensible justifie la présence d’un homme de confiance, ce qui correspond parfaitement à son profil. Mais sans doute certaines attaches ont-elles pu également appuyer cette décision. C’est ainsi qu’on apprend dans la presse que sa mère est une amie proche de la famille du président de la Cour d’Assises de Vannes[7]. On sait également, cette fois-ci grâce à L’Ouest-Éclair, qu’Alfred Roth est lié, par l’épouse de son frère Charles Roth, officier de carrière dans l’artillerie, à la famille Graff, célèbres brasseurs d’origine alsacienne établis à Rennes : parmi les invités à ce mariage, on retrouve d’ailleurs ce juge morbihannais[8].

Casier et bouteilles de bière Graff. Collections Musée de Bretagne : 998.0025.14.
Casier et bouteilles de bière Graff. Collections Musée de Bretagne : 998.0025.14.

Toujours est-il que le nouveau préfet se montre dès ses débuts très habile, notamment dans ses rapports avec la presse. C’est ainsi qu’il n’hésite pas à accorder aux journalistes des places réservées lors de ses déplacements, voire même des entretiens particuliers comme lors de sa visite à Ploërmel en novembre 1909. À ce propos, Le Réveil ploërmelais regrette que ni L’Ouest-Éclair ni Le Nouvelliste de Bretagne, deux titres ayant bénéficié de cette faveur, n’aient pas rendu compte de ce déplacement dans leurs colonnes[9]. Mais on sait ces journaux peu suspects de sympathies clemencistes : la victoire tactique, ici, ne serait-elle pas de n’avoir bénéficié d’aucun reportage dans la mesure où il est acquis qu’un article aurait à coup sûr donné lieu à de sévères attaques ? La question mériterait de plus amples investigations car, le 15 août 1909, le quotidien de la rue du Pré-Botté n’hésite pas à avancer, à la suite d’une réception de présentation donnée à Vannes, que le « nouveau préfet a laissé l’impression d’un homme sympathique et animé des meilleurs sentiments »[10].

Cette maîtrise des relations avec la presse explique sans doute que l’on retrouve de temps à autres le nom d’Alfred Roth dans les colonnes des journaux parisiens – qui, on l’oublie trop souvent, ont aussi une dimension éminemment locale. Ainsi par exemple le 1er décembre 1908, lorsque le Gil Blas livre une anecdote à charge contre Clemenceau[11]. Ou encore quelques jours plus tard, quand Le Figaro entend dénoncer la corruption de ce cabinet[12]. Certes, le travail d’Alfred Roth auprès du Tigre l’expose nécessairement, tant son patron polarise le champ politique et attire les attaques. Pour autant, on pourra également observer qu’il n’est pas nécessairement dans l’habitude des membres de cabinets, fussent-ils de la présidence du Conseil, de se retrouver ainsi exposés, sauf quand il s’agit de dénoncer leur nombre pléthorique, ce à quoi se livre L’Économiste français en septembre 1908 :

« Ainsi voilà un directeur, un chef et sept chefs adjoints du cabinet, plus un chef du secrétariat particulier, donc dix bureaucrates, dont le moindre est chef adjoint. Combien y a-t-il d’employés pour tout cet ample état-major et quelle besogne utile fait toute cette bureaucratie ? »[13]

Bien entendu, ce parcours professionnel n’est pas ignoré des Morbihannais et Le Courrier des campagnes qualifie volontiers Alfred Roth de « protégé de Clemenceau », ce qui par ailleurs n’est pas complètement infondé[14]. Quant au Morbihannais, il présente le « jeune préfet » comme étant aux ordres de son « tuteur », Paul Guieysse, polytechnicien, franc-maçon, président des Bleus de Bretagne, député radical de Lorient et dreyfusard[15].

Carte de visite adressée par Paul Guieysse au capitaine Alfred Dreyfus en témoignage de sympathie, mai 1902. Collections Musée de Bretagne : 978.0023.3850.
Carte de visite adressée par Paul Guieysse au capitaine Alfred Dreyfus en témoignage de sympathie, mai 1902. Collections Musée de Bretagne : 978.0023.3850.

Toutefois, il en est un certain nombre pour se féliciter du départ du prédécesseur d’Alfred Roth, Fernand du Chaylard, nommé dans le Cher. « Catholique et Royaliste », Le Morbihannais se demande même : « est-ce pour de bon ? »[16] Pour L’Arvor, journal qui se définit comme « Catholique, Politique, Maritime et Agricole », cette mutation sera saluée « par un contentement unanime » tant son « passage à la préfecture du Morbihan a été marqué par d’innombrables faits démontrant le sectarisme de son administration ». En cause ? Sa conduite jugée « odieuse » pendant les inventaires[17]. On retrouve semblable tonalité sous la plume de Georges Loire, le rédacteur-en-chef du réactionnaire Courrier des campagnes, même si le ton est sensiblement plus agressif. Affirmant qu’Aristide Briand, président du Conseil, « a recommandé [au nouveau préfet du Morbihan] la plus grande courtoisie envers ses adversaires », le journaliste persifle : « À moins que M. Roth, l’ancien chef de cabinet de M. Clemenceau, qui est maintenant préposé à l’administration de notre département, ne soit un de ces êtres mal embouchés qui, par esprit de contradiction, font le contraire de ce qu’ils doivent, nous allons donc voir s’ouvrir une ère nouvelle »[18].

Plus neutre, Le Nouvelliste du Morbihan rappelle que « la vie administrative de M. du Chaylard, dans notre département, a été marquée par d’assez nombreux événements : grèves à Lorient, grèves à Hennebont, grèves de moindre importance à Vannes ; expulsion des religieux et religieuses frappés par la loi sur les associations ; inventaires des églises, notamment de la basilique Sainte-Anne où près de trois mille hommes de troupe furent massés ; fermeture du Grand Séminaire de Vannes et des petits séminaires de Sainte-Anne et de Ploërmel, avec expulsion de leur personnel enseignant par la force armée ; poursuites contre les religieuses du Refuge de Sainte-Anne, etc. »[19] Eu égard à ces états de service, on comprend aisément pourquoi l’organe des républicains du département, La Démocratie du Morbihan, se félicite également de l’arrivée d’Alfred Roth en des termes qui disent combien Fernand du Chaylard était usé à ce poste : « Ses grandes qualités nous font espérer que le malaise créé par son prédécesseur sera rapidement dissipé »[20]. Quant au Phare de Bretagne, qui revendique être l’organe des « républicains progressistes de Lorient », il se félicite de ce départ « sans tambour ni trompette comme il seyait à son peu recommandable isolement »[21]. En revanche, le Réveil ploërmelais, de sensibilité républicaine, même s’il prévoyait ce mouvement, semble sincèrement chagriné : « Il quitte – momentanément, espérons-le – la Bretagne, à laquelle tant de liens de sympathie, tant de bonnes amitiés l’unissaient, et ce n’est pas sans un profond regret que nous voyons partir ce haut fonctionnaire qui se montra toujours un républicain ferme, dévoué, aimable et accueillant, en même temps qu’un administrateur de premier ordre »[22]. Si l’émotion est moins de mise du côté du Progrès du Morbihan, le départ de ce préfet est l’occasion d’une attaque en règle contre « les réactionnaires en tous genres » de L’Avenir du Morbihan. L’organe de la Fédération des comités républicains du Morbihan n’hésite d’ailleurs pas à publier la feuille de route d’Alfred Roth : « enlever une des dernières forteresses de la réaction », en d’autres termes emporter les élections législatives de 1910[23].

Photographie de groupe prise en 1912, devant le casino de Saint-Malo, lors du congrès des Bleus de Bretagne. Collection particulière.
Photographie de groupe prise en 1912, devant le casino de Saint-Malo, lors du congrès des Bleus de Bretagne. Collection particulière.

En juillet 1909, L’Arvor affirme pour sa part au moment du départ de Fernand du Chaylard que « les catholiques Morbihannais laisseront échapper un soupir de soulagement à cette nouvelle et le verront s’éloigner avec joie »[24]. Mais le journal déchante rapidement et publie, la semaine suivante, un portrait d’Alfred Roth paru préalablement dans L’Écho de Paris, grand quotidien catholique et conservateur[25]. Le représentant de l’État dans le Morbihan y est décrit comme un « jeune secrétaire » devant sa carrière à Clemenceau : « Il y a trois ans à peine, M. Roth était en bas de l’échelle administrative, chef de cabinet de préfet : en trois ans, et cela sans avoir jamais à rejoindre son poste, sans quitter la place Beauvau, le voilà successivement sous-préfet de 3e classe, sous-préfet de 2e classe, sous-préfet de 1e classe, – enfin préfet… »[26] Le lendemain, ce même portrait est publié en première page du Courrier des Campagnes mais avec un ton beaucoup plus polémique, pour ne pas dire agressif, puisque Marianne est renommée pour l’occasion « Mauricette »[27]. Puis Georges Loire recycle cet argument dans un autre article, publié le 12 septembre[28].

L’évêque de Vannes, Mgr Alcime Gouraud, bien qu’installé sur le trône de Saint-Patern, ironie de l’histoire, à la faveur de la Séparation, est pour sa part d’emblée dans une position offensive. Ainsi, l’édition du 31 juillet 1909 de la Semaine religieuse explique :

« M. du Chaylard est nommé préfet de Bourges. Personne, en dehors de notre conseil municipal, son esclave aveugle, et de quelques individualités sans racines dans le département, personne ne le regrettera. Par ses mesures et sa conduite il a déconsidéré l’autorité : car, s’il a favorisé quelques partisans du gouvernement, il a fait aux intérêts catholiques une guerre acharnée ; par ailleurs, toujours absent, il a négligé les intérêts du pays autant qu’il a pu.

Quant à son successeur, M. Roth, protégé de M. Clémenceau (sic!), nous l’attendrons à l’œuvre. »[29]

Difficile de faire entrée en matière plus brutale… Pourtant, peu après la nomination d’Alfred Roth, L’Arvor veut se laisser du temps pour juger et explique : « Ce que sera M. le préfet ? nous le verrons à l’œuvre, ce que nous pouvons en dire c’est qu’il est d’une courtoisie parfaite et paraît animé du désir d’améliorer le département au point de vue économique comme au point de vue normal »[30]. Mais dans cette même édition, le journal vannetais reproduit les mots prononcés par le haut fonctionnaire au Conseil général, réponse cinglante au président de cette assemblée qui dénonçait une République « devenue l’apanage d’un parti politique qui gouverne à son profit » :

« J’ajouterai quelques mots afin de dénoncer le pessimisme de notre vénéré président [du Conseil général du Morbihan NDLA] qui dans son discours vous a fait un tableau véritablement sombre. Il se plaint des lois religieuses, à quoi je lui répondrai que sans revenir sur le passé, je me contente de remarquer que les églises sont ouvertes, que le culte est libre. Quant aux prétendus méfaits de la loi de dévolution, elle n’a atteint que ceux qui n’ont pas su faire le nécessaire pour devenir propriétaires des biens qui leur appartenaient. »[31]

Pugnace, Alfred Roth s’expose donc aux critiques à l’instar du Courrier des campagnes qui, le 21 novembre 1909, le juge à la suite d’un déplacement à Pontivy passablement fade : « Aux officiers de chasseurs, il a dit qu’il voudrait être militaire, au juge de paix qu’il envie son sort, aux professeurs de lycée qu’il a failli être des leurs, mais que le hasard l’a placé à la préfecture du Morbihan avec 20 000 fr. de traitement à 30 ans, ce qui vaut mieux que d’être lieutenant, juge suppléant ou pion ». Signé Guillaume Jean-Marie, cet article est intéressant en ce qu’il use de registres antiprotestants, antimaçonniques mais aussi antisémites, éléments classiques du répertoire d’action des milieux réactionnaires et catholiques d’alors : « Allons, M. Roth, les Bretons ne sont pas ce que vous croyez : mais vous, êtes-vous coreligionnaire de Dreyfus, de Calvin ou de Vadécard[32], peu en honneur, même parmi vos fonctionnaires, et détestés en tout cas dans le Morbihan ? »[33]. On le voit, les attaques ne tardent pas à quitter le seul terrain idéologique pour se focaliser sur la personne même du préfet, élément jugé extérieur à ce qu’est la Bretagne.

Carte postale moquant l'antidreyfusisme des officiers de l'armée française (vers 1899). Collections Musée de Bretagne : 984.0062.198.
Carte postale moquant l’antidreyfusisme des officiers de l’armée française (vers 1899). Collections Musée de Bretagne : 984.0062.198.

Or c’est précisément ce qui, ici, paraît autoriser toutes les insultes. Quelques jours plus tard, dans son édition du 5 décembre 1909, Le Courrier des campagnes persiste et signe en affirmant que « M. le préfet Roth devrait savoir que, quand on est d’hier, à son âge, tout nouveau, dans un pays comme le nôtre, et qu’on est juif ou huguenot, et franc-maçon par-dessus le marché, il est très délicat de parler de notre clergé, qui sort des rangs de notre peuple morbihannais ». Puis, évoquant les prochaines élections, ce journal certifie que les catholiques « iront au scrutin aux cris de : À bas les juifs, les huguenots, les francs-maçons fichards, et de : Vive la Bretagne, dont votre gouvernement veut supprimer la langue, la race et la foi ! »[34] Ces propos sont du reste également publiés, le même jour, par La Croix du Morbihan, hebdomadaire catholique paraissant le dimanche, ainsi que par L’Écho du Morbihan et L’Union libérale du Morbihan, titre qui se revendique pourtant républicain[35]. Quelques jours plus tard, Georges Loire enfonce le clou en insinuant qu’Alfred Roth est un membre du « Gouvernement de l’étranger » qu’il oppose aux « bon Français que nous sommes [et qui] n’ont jamais eu à craindre, ni à redouter […] leur conscience de catholiques, au contraire ! ». Et d’en appeler à la chute du régime dans une phrase dont on ne sait au juste si elle est destinée à Aristide Briand ou Alfred Roth : « Le Gouvernement de l’étranger, c’est votre République : le roi de Prusse n’a qu’à froncer les sourcils et vos présidents démissionnent, vos ministres tombent, les juifs et les métèques s’infiltrent partout »[36]. On mesure par ailleurs combien ces injures antisémites et xénophobes se marient aisément avec le discours bretoniste, déclinaison locale d’un nationalisme qui n’est pas sans faire songer aux outrances de la Ligue des Patriotes et servant d’arrière-plan pour dire, pour mieux la dénoncer, l’altérité. Là est aussi une des caractéristiques de l’idéologie bretonne qui, discours de l’identité, est bien souvent indissociable d’un rapport parfois ouvertement conflictuel à l’autre[37].

Ces attaques ont-elles touché Alfred Roth ? En l’absence d’archives, aucune certitude n’est permise. À dire vrai, on ne sait même pas si ces articles sont ou non largement lus et dans quelle mesure ils reflètent l’opinion dans le Morbihan[38]. Toutefois, il ne fait pas l’ombre d’un doute que le préfet en a au moins été informé et qu’il n’ignore pas le climat antisémite régnant dans le département qu’il a la charge d’administrer. Or là est un point important car peut-être y a-t-il un élément permettant de comprendre son engagement volontaire, à la fin de l’année 1915. L’historien P.-E. Landau a en effet montré combien la Première Guerre mondiale est comprise par nombre de juifs comme l’opportunité d’en terminer avec l’antisémitisme, encore au plus haut moins de dix ans après la fin de l’Affaire Dreyfus, et de prouver une fois pour toute leur patriotisme et leur loyauté, par le sang versé dans les tranchées, à la nation française[39]. Mais peut-on formuler cette hypothèse à propos d’Alfred Roth qui n’est pas juif, mais protestant, ce qui lui est d’ailleurs régulièrement reproché, tant du reste par la presse bretonne – on l’a vu – que nationale ?[40] De même, peut-on avancer l’idée que ces attaques antisémites et antiprotestantes venant des franges les plus réactionnaires de l’électorat catholique, ont encore plus conforté le préfet du Morbihan dans son intention d’imposer une laïcité stricte dans son département ? La question mérite d’être posée même si, là encore, les archives semblent manquer pour pouvoir apporter une réponse convaincante.

Fonctionnaire éminemment politique, Alfred Roth est un préfet de combat, à la feuille de route bien établie : être « l’interprète des Bleus contre les Blancs », ce qui ne l’empêche par ailleurs nullement de déclarer vouloir « pratiquer une politique d’entente et d’union, et d’aider à faire pénétrer enfin chez le peuple breton des idées de liberté et de laïcité »[41]. Ces propos appellent deux remarques. Tout d’abord, on notera combien le Morbihan, et par là même la Bretagne, est réduit en tant que territoire à un espace de réaction, entièrement dévoué à la chouannerie et traversé par ce qui s’apparenterait à une sorte de guerre civile née des Lumières et de la Révolution. Or là est faire comme si Ploërmel et dans une moindre mesure Vannes étaient Pontivy et Lorient, arrondissements où la sensibilité républicaine est non seulement présente mais majoritaire. En second lieu, on soulignera combien ce discours de « l’union » est un puissant outil rhétorique : c’est en effet toujours au nom de cette idée qu’est menée une politique et ceux qui s’y opposent sont, en conséquence, des partisans de la discorde, de la sécession. Le piège, consiste donc à prendre cette rhétorique au premier degré, comme s’il suffisait de décréter l’union, quand bien même celle-ci serait sacrée, pour qu’effectivement elle existe.

Carte postale satirique attaquant la Séparation (artefact ayant circulé en 1908). Collection particulière.
Carte postale satirique attaquant la Séparation (artefact ayant circulé en 1908). Collection particulière.

Pour la Démocratie du Morbihan, la mission d’Alfred Roth est de « faire aimer chez nous la République, en la montrant au peuple éprise de réformes sociales, protectrice naturelle des déshérités »[42]. Quelques semaines plus tard, à la suite d’une visite à Pontivy, ce même journal affirme qu’à cette occasion « la jeunesse et l’amabilité de notre nouveau Préfet furent très favorablement appréciés par tous ceux qui ont eu l’heur de l’approcher et chacun s’en fut persuadé qu’avec un tel homme on ferait de bonne besogne républicaine dans notre département »[43]. Quant au Progrès du Morbihan, il décrit (sans surprise), « un homme bienveillant, d’une franchise à toute épreuve et animé d’excellentes pensées et d’excellentes idées »[44].

Certes, ces réactions sont attendues de la part d’organes de presse qui sont tout autant des reflets que des acteurs de la conflictualité politique et qui, en l’occurrence, comptent parmi les soutiens de la République et, par ricochet, du préfet du Morbihan. Pour autant, on remarquera qu’aucun de ces titres ne s’attarde, et dénonce encore moins, le discours mêlant bretonisme et antisémitisme qui vise Alfred Roth. On notera toutefois les propos du colonel Lucas commandant le 2e régiment de chasseurs. Si, alors qu’il présente au préfet les officiers de son unité lors de la visite officielle que celui-ci effectue à Pontivy en novembre 1909, il souligne le fait qu’Alfred Roth n’est pas breton, c’est pour mieux rappeler qu’il est alsacien, origine qui ici est avancée en gage de patriotisme[45].

Carte postale anticléricale, sans date. Collection particulière.
Carte postale anticléricale, sans date. Collection particulière.

Ce que montrent les réactions suscitées par l’arrivée d’Alfred Roth en Morbihan c’est, en définitive, combien l’opinion, dont la presse n’est finalement qu’un reflet, est alors polarisée, même s’il est encore une fois difficile d’en mesurer exactement les proportions. Non seulement on ne dispose d’aucun instrument permettant d’estimer quantitativement le poids des partisans et des adversaires de Marianne au moment de la nomination de ce nouveau préfet mais le fait que la presse morbihannaise soit pour le moins kaléidoscopique, dupliquant d’un titre à l’autre les articles pour peu que ceux-ci siéent à la ligne éditoriale, complique encore un peu plus la tâche. Aussi doit-on se limiter au constat d’une opinion morbihannaise largement fracturée entre « pro » et « anti », sans oublier la proportion difficilement sondable de ceux qui ne se prononcent pas. Là est néanmoins la conséquence directe – et durable serait-on tenté d’ajouter – de la Séparation. C’est ainsi que dans son édition du 20 août 1909, L’Action républicaine du Morbihan, journal dont le nom dit sans mystère la ligne éditoriale, se félicite des « heureux débuts » du préfet nouvellement arrivé dans le département : « Non seulement il s’est immédiatement imposé à tous les conseillers généraux comme un brillant administrateur, parfaitement digne de la mission qui lui a été confiée ; mais nos amis ont eu de suite l’impression qu’ils se trouvaient en face d’un républicain très ferme, qui saurait les aider puissamment à libérer notre coin de Bretagne, encore sous le joug des prêtres et des nobles »[46].


[1] « Réceptions préfectorales », Le Nouvelliste du Morbihan, 46e année, n°96, 17 août 1909, p. 3.

[2] Un article du Progrès du Morbihan daté du 18 août 1909 laisse toutefois entendre qu’Alfred Roth aurait songé à préparer l’agrégation d’histoire. « La Réception préfectorale », Le Progrès du Morbihan, 26e année, n°63, 18 août 1909, p. 1.

[3] Arch nat. : F 1b I 671, dossier de carrière ; Arch. dép. Morbihan: 2 M 43 : dossier individuel ; Gustin, Philippe, De Giraud Duplessis à Roth : les préfets du Morbihan du 11 ventôse an VIII au 28 décembre 1915, Vannes, Préfecture du Morbihan, 2000, p. 139.

[4] « Réceptions préfectorales », Le Nouvelliste du Morbihan, 46e année, n°96, 17 août 1909, p. 3.

[5] « Notre nouveau préfet », L’Action républicaine du Morbihan, 2e année, n°36, 20 août 1909, p. 1.

[6] Arch. dép. Morbihan : 2 M 43, décret de nomination, 22 juillet 1909.

[7] « Mort tragique à Vannes du Président des Assises », Le Phare de Bretagne, 23e année, n°172, 08 décembre 1909, p. 2.

[8] « Mariages », L’Ouest-Éclair, 8e année, n°3488, 3 octobre 1906, p. 3 ; Arch. mun. Rennes : 3 E 115, acte n°437. L’un des témoins de Margueritte Graff est Charles Graff, alors officier de carrière et lieutenant au 12e bataillon de chasseurs alpins, plus tard directeur commercial de la brasserie Graff, un autre est Georges Strohl, lieutenant au 18e bataillon de chasseurs alpins et détaché à l’École de guerre. Mobilisé en tant que capitaine de réserve, Charles Graff connaît une carrière remarquablement plane pendant le conflit et n’obtient un quatrième galon qu’en janvier 1918. Alfred Roth s’adresse en février 1915 à son homologue, le préfet de la Meuse à Bar-le-Duc, pour avoir des nouvelles de lui, alors qu’il est hospitalisé à Coudrecourt. Ach. dép. I&V : 1 R 1928.2464 ; Arch. dép. Morbihan : 2 M 43, télégramme, 18 février 1915.

[9] « Visite de M. le préfet », Le Réveil ploërmelais, 4e année, n°47, 21 novembre 1909, p. 1. Le quotidien proteste de cette accusation et répond « La Visite préfectorale », L’Ouest-Éclair, 11e année, n°3956, 21 novembre 1909, p. 4.

[10] « Le Nouveau préfet », L’Ouest-Éclair, 10e année, n°3868, 15 août 1909, p. 4.

[11] « Poigne et majorité », Gil Blas, 29e année, n°10638, 16 décembre 1908, p. 1. Voir aussi quelques jours plus tard « Les quatre réformes du gouvernement », Gil Blas, 30e année, n°10655, 4 janvier 1909, p. 1.

[12] « Gazette des Tribunaux », Le Figaro, 65e année, n°24, 24 janvier 1909, p. 4.

[13] « Le pullulement des directeurs, chefs et sous-chefs adjoints de cabinet », L’Économiste français, 36e année, n°38, 19 septembre 1908, p. 13. Pour une mise en perspective de ce discours Ruiz, Emilien, Trop de fonctionnaires ? Histoire d’une obsession française (XIXe-XXIe siècle), Paris, Fayard, 2021.

[14] « Le préfet Roth à Ploërmel », Le Courrier des campagnes, 46e année, n°49, 5 décembre 1909, p. 1.

[15] « Une réception officielle », Le Morbihannais, 68e année, n°120, 24 octobre 1909, p. 1 ; Dreyfus, Michel, « Paul Guieysse, l’Affaire et au-delà », in Manceron, Gilles et Naquet, Emmanuel (dir.), Être dreyfusard hier et aujourd’hui, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 113-115.

[16] « Est-ce pour de bon ? », Le Morbihannais, 68e année, n°83, 25 juillet 1909, p. 1.

[17] « Fernand du Chaylard s’en va », L’Arvor, 14e année, n°122, 24 juillet 1909, p. 2.

[18] Loire, Georges, « Le Successeur de du Chaylard », Le Courrier des campagnes, 46e année, n°32, 8 août 1909, p. 1. Ce texte est également publié dans Le Morbihannais de ce jour.

[19] « Mouvement préfectoral », Le Nouvelliste du Morbihan, 46e année, n°86, 25 juillet 1909, p. 2.

[20] « À propos d’une réception préfectorale », La Démocratie du Morbihan, 6e année, n°32, 22 août 1909, p. 2.

[21] « Propos du jour », Le Phare de Bretagne, 23e année, n°114, 14 août 1909, p. 1.

[22] « Mouvement préfectoral », Le Réveil ploërmelais, 4e année, n°30, 25 juillet 1909, p. 1.

[23] « M. du Chaylard, Préfet du Morbihan, va quitter Vannes… », Le Progrès du Morbihan, 26e année, n°57, 28 juillet 1909, p. 1.

[24] « Fernand du Chaylard s’en va », L’Arvor, 14e année, n°122, 24 juillet 1909, p. 2.

[25] Franc-Nohain, « La Grande porte », L’Écho de Paris, 26e année, n°9124, 27 juillet 1909, p. 1.

[26] Franc-Nohain, « La grande porte », L’Arvor, 14e année, n°124, 31 juillet 1909, p. 2.

[27] « Le Nouveau préfet du Morbihan », Le Courrier des campagnes, 46e année, n°31, 1er août 1909, p. 1.

[28] Loire, Georges, « Une Explication », Le Courrier des campagnes, 46e année, n°37, 12 septembre 1909, p. 2.

[29] « À la préfecture », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 43e année, n°31, 31 juillet 1909, p. 610.

[30] « Réceptions préfectorales », L’Arvor, 14e année, , n°129, 18 août 1909, p. 3.

[31] « Conseil général », L’Action républicaine du Morbihan, 14e année, n°129, 18 août 1909, p. 2.

[32] Narcisse-Amédée Vadécard (1866-1923), secrétaire du Grand-Orient et présenté comme le principal responsable de « L’affaire des fiches ».

[33] « Le préfet Roth à Pontivy », Le Courrier des campagnes, 46e année, n°47, 21 novembre 1909, p. 1.

[34] « Le préfet Roth à Ploërmel », Le Courrier des campagnes, 46e année, n°49, 5 décembre 1909, p. 1.

[35] « Le préfet Roth à Ploërmel », La Croix du Morbihan, 19e année, n°49, 5 décembre 1919, p. 3 ; « Le nouveau préfet du Morbihan », L’Écho du Morbihan, 19e année, n°31, 1er août 1909, p. 3 ; « Le nouveau préfet du Morbihan », L’Union libérale du Morbihan, 7e année, n°78, 1er août 1909, p. 3.

[36] Loire, Georges, « Le Gouvernement de l’étranger », Le Courrier des campagnes, 46e année, n°51, 19 décembre 1909, p. 1.

[37] Rousseau, André, L’Idéologie bretonne. Entre authenticité et nationalisme soft, Paris, Presses universitaires de France, 2023, p. 21 définit les bretonistes, terme qu’il reprend à l’historien J.-Y. Guiomar, comme « l’ensemble des individus et organisations qui écrivent, prennent la parole, pétitionnent et manifestent par intérêt pour la Bretagne, sa culture et son identité ».

[38] Sur la question lire Toczé, Claude avec la participation de Lambert, Annie, Les Juifs en Bretagne Ve-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[39] Landau, Philippe-Efraïm, « La communauté juive de France et la Grande Guerre », Annales de démographie historique, n°103, 2002-1, p. 91-106.

[40] Par exemple « Politique & Religion », Le Soir, 45e année, non numéroté, 30 juillet 1909, p. 1. qui affirme : « Les protestants, pendant toute la durée du ministère clémenciste, étaient les maîtres absolus de l’administration, sous la direction de M. Roth, qui ne s’entourait que de ses coreligionnaires et ne connaissait que les calvinistes ». Dans ce même article, il est qualifié de « huguenot pratiquant » et de « calviniste intransigeant ».

[41] « Un bon début », L’Action républicaine du Morbihan, 2e année, n°36, 20 août 1909, p. 1.

[42] « À propos d’une réception préfectorale », La Démocratie du Morbihan, 6e année, n°32, 22 août 1909, p. 2.

[43] « Réception officielle du Préfet du Morbihan à Pontivy », La Démocratie du Morbihan, 6e année, n°44, 14 novembre 1909, p. 2. On notera que ce journal, et cela n’est sans doute pas neutre, désigne le Préfet avec une majuscule.

[44] « La Réception Préfectorale », Le Progrès du Morbihan, 26e année, n°63, 18 août 1909, p. 1.

[45] « La visite préfectorale à Pontivy », Journal de Pontivy, 36e année, n°47, 14 novembre 1909, p. 1. Ce discours insiste sur les réquisitions de troupe par l’autorité civile ce qui, quelques années seulement après la crise des Inventaires, n’est pas anodin et doit être compris comme un gage de soumission. Sur ces enjeux, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Le deuxième procès de Rennes : trois officiers du 47e régiment d’infanterie devant le Conseil de guerre », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°1, hiver 2013, en ligne.

[46] « Un bon début », L’Action républicaine du Morbihan, 2e année, n°36, 20 août 1909, p. 1.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 9 mai). A propos de l’arrivée en Morbihan d’Alfred Roth (1909). Ar Brezel. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.